top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

9 July 2023 -- Remember and Behold!


Malachi 4:4-6

Julian Bacon


Malachi Series (part 8 of 8)





 

Remember and Behold!

Malachi 4:4-6


  1. Remember the law of Moses (4:4)

  2. Behold the coming of the prophet for repentance and judgment (4:5-6)


Human beings have a vision that covers 160 to 210 degrees. We can see everything that is in front of us and a bit more. Chameleons can do more than change color. Without moving their heads, they can see 360°. Goats can see 340°. Dragonflies like chameleons can see 360°. God calls his people to be like chameleons and dragonflies. We are to remember what God has done, what he promised, and what he commanded. We also look forward. We know God will fulfill his promises of salvation and judgment. Christian hope is trusting that God will fulfill his promises. Knowing that God fulfills all his promises changes our lives. In the midst of injustice and hardships, because we know the future, we have peace, joy, and love for our enemies.


The verses Mal 4:4-6 conclude Malachi. They are remarkable for at least three reasons. First, out of nowhere, Moses and Elijah appear. Second, these verses conclude our English OT. The Hebrew Bible contains three parts. They are the Law, the Prophets, and the Writings. Malachi 4:4-6 concludes the second section of the Hebrew Bible, the Prophets. Third, these verses conclude the Prophets in the same way the law of Moses concludes. It seems that Malachi was aware of the ending of the Law and wanted to repeat it to close the Prophets. In this way, this message has a resounding echo through the Old Testament. It is a call to remember the law of Moses and wait for the coming prophet.


In Deut 18:15, Moses promised that one day a prophet like him would come. The books of the law end in Deut 34:9-10, “9… The people of Israel … did as the LORD had commanded Moses. 10 And there has not arisen a prophet since in Israel like Moses, whom the LORD knew face to face, ….” The books of Moses end on this note. The people obeyed the Law of Moses. The prophet that Moses had promised had still not yet arrived. They had something to turn back to and looked ahead to. Now, Malachi ends with, “Remember the law of my servant Moses.” And “Behold I will send you Elijah the prophet….” This is the message from Moses to the last prophet Malachi. It is also a message for us. We remember and behold the future.


1 -- Malachi 4:4 Remember the Law of Moses

In Joshua, as the people were entering the Promised Land, they were to be strong and courageous (Josh 1:6). They needed strength and courage to meditate on the law and keep it. Israel failed and God sent them into exile. In Malachi’s day, the people are back in the land. They are disappointed and disobedient. This prophecy addressed a variety of topics. Each time, the prophet calls them back to the law of Moses. The books of Moses go by the Law, the Torah, or the Pentateuch. They are the foundation of the OT. The main job of the prophets was to call the people back to the Covenant. They did this by referring them back to the instruction of Moses.


The books of Moses are much more than a list of rules. They contain the account of the beginning of all things. God created the world and humanity. Sin entered the world and God revealed his plan of restoration. Torah recounts stories of people who trust, obey, and enjoy God's blessing. There are also stories of disbelief, disobedience, and missing out on God’s blessing. The main lesson is that God’s people are unable to trust and obey. It points to a future savior, prophet, and king. He will crush the head of the devil (Gen 3:15). He will be a king from the tribe of Judah who rules over all nations (Gen 49:9-10). He will be a star from Jacob who would destroy Israel’s enemies (Num 24:17). He will be a prophet like Moses who will instruct the people (Deut 18:15). We can consider the Torah to be a Christian book. It teaches us about faith in God to enjoy a relationship with God. It offers the hope of a coming Savior. Christians believe the law of Moses is God’s word, but we often struggle with what to do with the commandments.


Some say, we only need to do what the NT repeats. This approach dismisses the OT. It makes the NT the real standard. Another approach divides the law into moral, civil, and ceremonial laws. The ceremonial law pointed to Christ and the Church is not a nation like Israel. So, only the moral law remains. The challenge is figuring out where each law fits. A third approach begins with Jesus' statement that he did not come to abolish but fulfill the law (Matt 5:17). With this statement, we assume we should keep the law until we hear anything different! Jesus' fulfillment of the law does not mean we do not keep it. Jesus fulfilled the commandment “Do not murder.” Yet, nothing about his coming abolishes this commandment. The church is not a nation so we cannot enforce the punishments of the OT law. The civil law does not always disappear. In 1 Cor 5, instead of applying the death penalty for incest, Paul enforces excommunication.[i] The NT authors change some civil laws for the church context. Other times, the NT makes it clear that keeping some OT law would undermine the gospel. Jesus abolished the food laws. He said it was not what came into our mouth but what came out of our heart that made us unclean (Mark 7:19). Christ died once and for all so we do not offer sacrifices (Heb 10:1-14).


Following this approach, the fourth commandment about Sabbath still stands with a twist. Christians celebrate the resurrection and the outpouring of the Holy Spirit that occurred on Sundays. It is the 1st day of the week or the 8th day of the week. The 8th day is the first day of New Creation. The Christian sabbath is on Sunday. We find our rest in Christ. We exercise our freedom Christ by taking 24 hours off from normal work. We set a day aside to celebrate the freedom we have in Christ. This is not legalism. It is accepting God's gift of rest and practicing for heaven. God’s people throughout the ages were always saved by faith. We trust in God by obeying his law. We remember God’s law. He gave it to us through Moses, the prophets, the Psalms, wisdom literature, Jesus, and the NT. We remember the Law. We live by faith according to the Law for the Glory of God.


2 -- Malachi 4:5-6 Behold, the coming of the Prophet for repentance or Judgment

We remember, and we also look forward. Malachi 4:5-6 shifts focus from the past to the future. How people respond to the law of Moses will affect their future. The two alternative outcomes are repentance and judgment. We read that the Lord will send Elijah. Mal 3:1 already announced the coming of a messenger who prepares the way.[ii] Now, Elijah will “turn the hearts of the fathers to their children, and the hearts of the children to their fathers.” This appears to be a kind of revival.[iii]


Animosity between parents and children characterizes a wicked nation. In Ezek 5:10 and elsewhere, parents eating their children is the height of depravity.Future Elijah’s ministry leads many to peace. The coming of Elijah is like prophecies about the return of David (Jer 30:9; Ezek 34:23-25; 37:24). We understand this prophecy as the coming of one who will be like Elijah. Elijah challenged religious compromise and complacency (1 Kings 18). Elijah called the people to faithfulness.


In the NT, in the same way Mal 3:1 foresaw John the Baptist, so does Mal 4:6. Before John the Baptist was born, an angel of the Lord predicted that he would minister “in the spirit and power of Elijah, to turn the hearts of the fathers to their children and the disobedient to the wisdom of the righteous—to make ready a people prepared for the Lord” (Luke 1:17).[iv]


Mal 4:6 foresees repentance and judgment. If the people do not listen to Elijah, there will be judgment. This theme of judgment has occurred in Mal 3:5 and 4:1. Throughout the Bible judgment is the result of a life separate from God. God made us. He wants us to trust him and live with him. We saw in Mal 4:1 that God's judgment is total and final. The prophet’s ministry exists to call the people back to God. He ends with the announcement of judgment. Judgment awaits those who do not turn to God.


Mal 4:6 describes repentance. It is the hearts of fathers turning to their children and the hearts of children to their fathers. Relationships between parents and children gauge the state of society. If you mistreat your closest family, how will you treat those you are not related to? Yet, it does not take long before we realize that even in the church the depth of family tension is great. Adult children have had cruel parents growing up. Parents of adult children experience the pull of the world, the flesh, and the devil on their children. Godly parents witness their children develop absurd hostility toward them. We believe the gospel reconciles families. We also remember that the world is still broken.


John the Baptist’s ministry called people to repentance. So, we are a people who repent and manifest love, joy, and peace. We are peacekeepers and peacemakers. Whether we are the parent or the child in a hard relationship, we pray for our family. We repent often. We strive to be the kind of people who would be at peace with all people if it depended on us (Rom 12:18). Hard family relationships lead to the most heartache. We long to be a community where it is safe to share, lament, and mourn.


Conclusion

I have called this series, a call to devotion for the disappointed. When we are disappointed, when things do not go our way, some of us manifest anger, others shame. Anger and shame push people away. They leads us to hide from God. At times our disappointment is legitimate. Malachi ends with a call to remember the law of Moses and behold the coming prophet. The call to remember and behold stands for us.


With the Lord's Supper, we remember one who is greater than Moses. Moses delivered the people out of the bondage of slavery. Jesus ransomed us out of the bondage of sin. Jesus lived a perfect life. He died and was raised from the grave. We remember at the Lord’s Supper that his body was broken and blood was shed for the forgiveness of our sins. Christians are not stuck in the past. We feed on what Christ has done by faith in the gospel. We feed by reading scripture, listening to sermons. We have gospel conversations. We enjoy intimacy with God through prayer. We feed on the gospel by partaking in the Lord’s Supper. We live our Christian life in the present by also looking to our future hope. Our hope is in Christ’s return. With the Lord's Supper, we proclaim Christ’s death until he comes. He will make everything right. So right now in the midst of suffering we can say with Paul: 2 Cor 4:8-18 2Cor 4:8 We are afflicted in every way, but not crushed; perplexed, but not driven to despair; 9 persecuted, but not forsaken; struck down, but not destroyed; 10 always carrying in the body the death of Jesus, so that the life of Jesus may also be manifested in our bodies. …14 knowing that he who raised the Lord Jesus will raise us also with Jesus and bring us with you into his presence. 16 So we do not lose heart. Though our outer self is wasting away, our inner self is being renewed day by day. … 17 For this light momentary affliction is preparing for us an eternal weight of glory beyond all comparison, 18 as we look not to the things that are seen but to the things that are unseen. For the things that are seen are transient, but the things that are unseen are eternal.



[i] Joe M. Sprinkle, “How Should the Old Testament Civil Laws Apply Today,” Lib. Univ. Law Rev. 2.909 (2008): 922.

[ii] The structure of the sentence is almost identical. “Behold I send my messenger” (Mal 3:1), “Behold I will send Elijah (Mal 4:5).

[iii] E. Ray Clendenen, “Malachi,” in Haggai, Malachi, NAC 21A (Nashville, TN: Broadman & Holman, 2004), 462.

[iv] John F. Walvoord et al., The Bible Knowledge Commentary : An Exposition of the Scriptures (Wheaton, IL: Victor Books, 1983-c1985), 1:1588.


 

Malachie 3:22-24 Se souvenir et voir


Les êtres humains ont une vision qui couvre 160 à 210 degrés. Nous pouvons voir tout ce qui se trouve devant nous et un peu plus. Les caméléons peuvent faire plus que changer de couleur. Sans bouger la tête, ils peuvent voir à 360°. Les chèvres peuvent voir à 340°. Les libellules, comme les caméléons, peuvent voir à 360°. Dieu appelle son peuple à être comme les caméléons et les libellules. Nous devons nous souvenir de ce que Dieu a fait, de ce qu'il a promis et de ce qu'il a commandé. Nous regardons aussi vers l'avenir. Nous savons que Dieu tiendra ses promesses de salut et de jugement. L'espérance chrétienne consiste à croire que Dieu tiendra ses promesses. Savoir que Dieu tient toutes ses promesses change notre vie. Au milieu de l'injustice et des difficultés, parce que nous connaissons l'avenir, nous avons la paix, la joie et l'amour pour nos ennemis. Mal 4,4-6 conclut Malachie et est remarquable pour au moins trois raisons. Premièrement, Moïse et Elie apparaissent de nulle part. Deuxièmement, ces versets concluent nos Bibles françaises. La Bible hébraïque comprend trois parties. Il s'agit de la Loi, des Prophètes et des Écrits. Malachie 4:4-6 conclut la deuxième partie de la Bible hébraïque, les Prophètes. Troisièmement, ces versets offrent la même conclusion pour les prophètes que pour la loi de Moïse. Il semble que Malachie ait été conscient de la fin de la Loi et qu'il ait voulu la répéter pour clore les Prophètes. Ainsi, ce message est un écho retentissant dans l'Ancien Testament. C'est un appel à se souvenir de la loi de Moïse et à attendre la venue du prophète. En Dt 18,15, Moïse a promis qu'un jour un prophète comme lui viendrait. Les livres de la loi se terminent en Dt 34.9-10 : "9... Le peuple d'Israël... fit ce que l'Eternel avait ordonné à Moïse. 10 Depuis, il n'y a pas eu en Israël de prophète comme Moïse, que l'Éternel a connu face à face, ....". Lorsque le peuple d'Israël a lu la loi de Moïse, il a terminé sur cette note. Le peuple obéissait à la loi de Moïse. Et le prophète promis par Moïse n'était pas encore arrivé. Ils avaient quelque chose vers quoi se tourner et attendaient la venue du prophète. Malachie termine par "Souvenez-vous de la loi de mon serviteur Moïse". Et "Voici que je vous enverrai Élie, le prophète...." C'est le message de Moïse au dernier prophète, Malachie, et c'est aussi le message pour nous. Nous nous souvenons et nous contemplons l'avenir.

1 -- Malachie 3:22 Se souvenir de la loi de Moïse

Dans Josué, alors que le peuple entrait dans la terre promise, il devait être fort et courageux (Jos 1:6). Ils avaient besoin de force et de courage pour méditer la loi et l'observer. Israël a échoué et Dieu l'a envoyé en exil. À l'époque de Malachie, le peuple est de retour dans le pays. Il est déçu et désobéissant. Cette prophétie aborde divers sujets. Chaque fois, le prophète les ramène à la loi de Moïse. Les livres de Moïse sont appelés la Loi, la Torah ou le Pentateuque. Ils constituent le fondement de l'AT. La tâche principale des prophètes était de rappeler le peuple à l'Alliance. Pour ce faire, ils les renvoyaient à l'enseignement de Moïse. Les livres de Moïse sont bien plus qu'une liste de règles. Ils contiennent le récit du commencement de toutes choses. Dieu a créé le monde et l'humanité. Le péché est entré dans le monde et Dieu a révélé son plan de restauration. À plusieurs reprises, la Torah raconte l'histoire de personnes qui font confiance à Dieu, lui obéissent et bénéficient de ses bienfaits. Il y a aussi des histoires d'incrédulité, de désobéissance et de manquement à la bénédiction de Dieu. La leçon principale est que le peuple de Dieu est incapable de faire confiance et d'obéir. Elle renvoie à un futur sauveur, prophète et roi. Il écrasera la tête du diable (Gn 3:15). Il sera un roi de la tribu de Juda qui régnera sur toutes les nations (Gn 49, 9-10). Il sera une étoile de Jacob qui détruira les ennemis d'Israël (Nb 24:17). Il sera un prophète comme Moïse qui instruira le peuple (Dt 18, 15). Nous pouvons considérer la Torah comme un livre chrétien. Elle nous enseigne la foi en Dieu pour jouir d'une relation avec lui. Elle offre l'espoir d'un Sauveur à venir. Les chrétiens croient que la loi de Moïse est la parole de Dieu, mais nous nous demandons souvent ce qu'il faut faire des commandements. Certains disent qu'il suffit de faire ce que le NT répète. Cette approche rejette l'Ancien Testament. Elle fait du NT la véritable norme. Une autre approche divise la loi en lois morales, civiles et cérémonielles. La loi cérémonielle pointait vers le Christ et l'Église n'est pas une nation comme Israël. Seule la loi morale subsiste donc. Le défi consiste à déterminer la place de chaque loi. Une troisième approche part de la déclaration de Jésus selon laquelle il n'est pas venu abolir mais accomplir la loi (Mt 5:17). Avec cette déclaration, nous supposons que nous devons observer la loi jusqu'à ce que nous entendions quelque chose de différent ! Le fait que Jésus ait accompli la loi ne signifie pas que nous ne devons pas l'observer. Jésus a accompli le commandement "Ne commets pas de meurtre". Pourtant, rien dans sa venue n'abolit ce commandement. L'Église n'est pas une nation et nous ne pouvons donc pas appliquer les punitions de la loi de l'Ancien Testament. La loi civile ne disparaît pas toujours. Dans 1 Cor 5, au lieu d'appliquer la peine de mort pour l'inceste, Paul applique l'excommunication[I]. Les auteurs du NT modifient certaines lois civiles pour les adapter au contexte de l'Eglise. D'autres fois, le NT indique clairement que l'observation d'une loi de l'AT compromettrait l'évangile. Jésus a aboli les lois alimentaires. Il a dit que ce n'était pas ce qui entrait dans notre bouche, mais ce qui sortait de notre cœur qui nous rendait impurs (Marc 7:19). Le Christ étant mort une fois pour toutes, nous n'avons pas à offrir de sacrifices (Héb. 10:1-14). Selon cette approche, le quatrième commandement sur le sabbat est toujours valable, mais avec une nuance. Les chrétiens célèbrent la résurrection et l'effusion du Saint-Esprit. C'est le 1er jour de la semaine ou le 8e jour de la semaine. Le 8e jour est le premier jour de la nouvelle création. Le sabbat chrétien est le dimanche. Nous trouvons notre repos en Christ. Nous exerçons notre liberté en prenant 24 heures de congé. Nous mettons un jour à part pour célébrer la liberté que nous avons en Christ. Il ne s'agit pas de légalisme. Il s'agit d'accepter le don de Dieu ou le repos et de s'entraîner pour le paradis. Le peuple de Dieu, à travers les âges, a toujours été sauvé par la foi. Nous faisons confiance à Dieu en obéissant à sa loi. Nous nous souvenons de la loi de Dieu. Il nous l'a donnée par l'intermédiaire de Moïse, des prophètes, des Psaumes, de la littérature de sagesse, de Jésus et du Nouveau Testament. Nous nous souvenons de la loi. Nous vivons par la foi selon la loi pour la gloire de Dieu.

2 -- Malachie 3:23-24 Voici la venue du prophète pour la repentance ou le jugement

Nous nous souvenons, mais nous regardons aussi vers l'avenir. Malachie 4:5-6 déplace l'attention du passé vers l'avenir. La façon dont les gens réagissent à la loi de Moïse influencera leur avenir. Les deux issues possibles sont la repentance et le jugement. Nous lisons que le Seigneur enverra Elie. Mal 3:1 annonçait déjà la venue d'un messager qui prépare le chemin[ii]. Maintenant, Elie " ramènera le cœur des pères à leurs enfants, et le cœur des enfants à leurs pères ", ce qui semble être une sorte de réveil[iii]. L'animosité entre parents et enfants est caractéristique d'une nation méchante. Dans Ezek 5:10 et ailleurs, le fait que des parents mangent leurs enfants est le comble de la dépravation. Le ministère d'Elie conduit beaucoup de gens à la paix. La venue d'Elie ressemble aux prophéties concernant le retour de David (Jr 30.9 ; Ez 34.23-25 ; 37.24). Nous comprenons cette prophétie comme la venue de quelqu'un qui sera comme Élie. Élie a remis en question les compromis religieux et la complaisance (1 Rois 18). Il a appelé le peuple à la fidélité. Dans le NT, de la même manière que Mal 3:1 prévoyait Jean le Baptiste, Mal 4:6 en fait de même. Avant la naissance de Jean-Baptiste, un ange du Seigneur a prédit qu'il exercerait son ministère "dans l'esprit et avec la puissance d'Elie, pour ramener les cœurs des pères à leurs enfants, et les désobéissants à la sagesse des justes, afin de préparer un peuple qui soit prêt pour le Seigneur" (Luc 1:17)[iv]. Mal 4:6 prévoit la repentance et le jugement. Si le peuple n'écoute pas Elie, il y aura un jugement. Ce thème du jugement apparaît dans Mal 3:5 et 4:1. Dans toute la Bible, le jugement est le résultat d'une vie séparée de Dieu. Dieu nous a créés. Il veut que nous lui fassions confiance et que nous vivions avec lui. Nous avons vu dans Mal 4:1 que le jugement de Dieu est total et définitif. Le ministère du prophète consiste à rappeler le peuple à Dieu. Il se termine par l'annonce du jugement. Le jugement attend ceux qui ne se tournent pas vers Dieu. Mal 4.6 décrit la repentance. Il s'agit du cœur des pères qui se tournent vers leurs enfants et du cœur des enfants qui se tournent vers leurs pères. Les relations entre parents et enfants sont un indicateur de l'état de la société. Si vous maltraitez votre famille la plus proche, comment traiterez-vous ceux qui ne sont pas de votre famille ? Pourtant, il ne faut pas longtemps pour se rendre compte que, même dans l'Église, les tensions familiales sont profondes. Les enfants adultes ont eu des parents cruels dans leur enfance. Les parents d'enfants adultes subissent l'influence du monde, de la chair et du diable sur leurs enfants. Les parents pieux voient leurs enfants développer une hostilité absurde à leur égard. Maintenons cette tension. Le ministère de Jean-Baptiste a appelé les gens à la repentance. Nous sommes donc un peuple qui se repent et qui manifeste l'amour, la joie et la paix. Nous sommes des gardiens et des artisans de la paix. Que nous soyons le parent ou l'enfant dans une relation difficile, nous prions pour notre famille. Nous nous repentons souvent. Nous nous efforçons d'être le genre de personnes qui seraient en paix avec tous les peuples si cela dépendait de nous (Rom 12:18). Les relations familiales difficiles sont celles qui causent le plus de chagrin. Nous aspirons à être une communauté où l'on peut partager, se lamenter et pleurer en toute sécurité.

Conclusion

J'ai appelé cette série un appel à la dévotion pour les déçus. Lorsque nous sommes déçus, lorsque les choses ne vont pas comme nous le souhaitons, certains d'entre nous manifestent de la colère, d'autres de la honte. La colère et la honte éloignent les gens. Elles nous poussent à nous cacher de Dieu. Parfois, notre déception est légitime. Malachie termine par un appel à se souvenir de la loi de Moïse et à contempler le prophète à venir. L'appel à se souvenir et à contempler nous concerne. Avec la Sainte Cène, nous nous souvenons de celui qui est plus grand que Moïse. Moïse a délivré le peuple de l'esclavage. Jésus nous a libérés de l'esclavage du péché. Jésus a vécu une vie parfaite. Il est mort et a été ressuscité. Lors de la Sainte Cène, nous nous souvenons que son corps a été brisé et que son sang a été versé pour le pardon de nos péchés. Les chrétiens ne sont pas coincés dans le passé. Nous nous nourrissons de ce que le Christ a fait par la foi en l'Évangile. Nous nous nourrissons en lisant les Écritures, en écoutant les sermons. Nous avons des conversations sur l'Évangile. Nous jouissons d'une intimité avec Dieu par la prière. Nous nous nourrissons de l'Évangile en participant à la Sainte Cène. Nous vivons notre vie chrétienne dans le présent tout en regardant vers notre espérance future. Notre espérance est dans le retour du Christ. Avec la Sainte Cène, nous proclamons la mort du Christ jusqu'à ce qu'il vienne. Il rétablira tout. Ainsi, en ce moment même, au milieu de la souffrance, nous pouvons dire avec Paul : 2 Cor 4:8-18 2Cor 4:8 Nous sommes affligés de toutes parts, mais non écrasés ; perplexes, mais non renoncés ; 9 persécutés, mais non abandonnés ; abattus, mais non détruits ; 10 portant toujours dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. ...14 sachant que celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera aussi avec Jésus et nous fera entrer avec vous en sa présence :16 Nous ne perdons donc pas courage. Si notre être extérieur se dégrade, notre être intérieur, lui, se renouvelle de jour en jour. ... 17 Car ce léger malheur momentané nous prépare un poids éternel de gloire qui dépasse toute comparaison, 18 alors que nous regardons non pas aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles. Car les choses visibles sont passagères, mais les choses invisibles sont éternelles.


5 views0 comments

Comments


bottom of page