top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

18 June 2023 -- Where Is the God of Justice?


Malachi 2:17 - 3:5

Julian Bacon


Malachi Series (part 5 of 8)





 

Where Is the God of Justice

Malachi 2:17 - 3:5


  1. We doubt God's justice (2:17)

  2. God responds to our doubt -- He is coming (3:1)

  3. He comes for salvation and judgment (3:2-5)


In Judges 6, Israel sinned against God, and the Lord allowed their enemies to conquer them. While in bondage, they cry out to the Lord. In response, the angel of the Lord appears to Gideon and says, “The Lord is with you.” Gideon responds: “Please, sir, if the Lord is with us, why then has all this happened to us?” The evidence showed that God had forgotten Israel. Yet, the angel says, “the Lord is with you.” We know that God is all-loving and all-powerful and yet we see and experience evil. Evil and misery leads some to deny the existence of God. The Bible teaches that both suffering and an all-powerful-loving God co-exist. The Bible continually teaches that God is with his people while they suffer.


The prophecy of Malachi addresses a disappointed people. Their disappointment has led to cynicism. They were not acting like God’s beloved people. Malachi uses disputation literary forms to rebuke Israel. In Mal 2:17, the prophet announces, “You have wearied the Lord.” The people object, “How have we wearied him?” The Lord quotes them, saying, “Everyone who does evil is good in the sight of the Lord, and he delights in them.” And they were asking “Where is the God of justice?” The prophet corrects their distorted theology. God does not delight in evildoers. He will judge them. As for “Where is the Lord of justice?” The answer is, “He is coming!” SIOS: Our circumstances lead us to question God’s justice and goodness, but the God of justice is coming with salvation and judgment.


1 -- Mal 2:17 We doubt God’s justice

Mal 2:17 contains two statements that attack God’s character. First, they say, “Everyone who does evil is good in the sight of the Lord, and he delights in them.” It is a severe sin to mischaracterize God. It is blasphemy. In some way, we all mischaracterize God. In the context of this passage, it is as if they were seeing the wicked prosper. Because God is sovereign, he must approve of wickedness. The second option is that God is absent. Where is the God of justice?


In this life, evil people do prosper. Here is an obvious example. The dictator of North Korea always appears happy. Here are some of his deeds. In 2013, he had his uncle arrested and executed for treason. Apparently, he also put his uncle’s family to death. This includes his grandchildren. How is this dictator still leading? Does God delight in him? Where is the God of justice?


We need more nuanced theology. It cannot be that either God acts on my terms, or he does not exist. The Bible allows us to feel complicated feelings. We can mourn because of evil. We can come to God with our lament. The Bible does not offer a neat theology to protect us from dealing with the hardship around us. God is sovereign. His plans are good. He allows suffering. Some of it will never make sense to us. God gives us the books of Lamentations, the Psalms, and the book of Job. Mourning and lamenting are Christian practices. God delights in us when we come to him with hard emotions. It means that we are coming to him rather than going away from him.


We see in Malachi that lament is not always good. In our text, the prophet rebukes the people. As they voice their hurt and frustrations, they are blaspheming. They deny God’s goodness. Their cries are wearying the Lord. In the context of Israel’s history, the people had recently returned from exile. This is one of the great works of God’s salvation in history. We are so quick to forget the good from yesterday and sulk over the problems of today. Doubt is healthy. We must also be quick to remember God’s act of salvation in our own lives. In our doubt, we must act with care. We do not want our words and actions to make us liable to the charge that we are wearying God.


Hardships always offer at least one opportunity. “The Problem of Evil” or theodicy is the number 1 reason people give for not believing in God. Christians can rise to the occasion. Hardship is an opportunity God uses to shine bright. While we suffer, when we hold on to our faith, keep believing, and keep trusting, our witness can be more effective. In our trials, we show that God is enough to sustain us. It is not our good circumstances that make us the people we are. This is a way Christians shine in the darkness. A few years ago, I was friends with an atheist that attended the same church as me. One day, he pointed at a man, who was pushing his teenage daughter in a wheelchair. He asked me, "With everything his daughter is enduring, how can that man believe in God?" This man’s faith impacted the atheist. He did not have to say anything. He just showed up to church with his child. I told the Atheist about Gideon. I told him that people with doubts are in the Bible. Reasons for doubt are not a reason for disbelief, but further investigation.


2 -- Mal 3:1 God Responds to our doubt – He is Coming

Mal 3:1 offers God’s Word for a people who question God’s justice. The message is, “I am Coming.” We read, “Behold, I send my messenger, and he will prepare the way before me. And the Lord whom you seek will suddenly come to his temple; and the messenger of the covenant in whom you delight, behold, he is coming, says the Lord of hosts.”


In Matt 11:10, Jesus quotes this verse to describe the ministry of John the Baptist. In Malachi, the Lord was to come after the messenger. In the NT, Jesus shows up after John the Baptist. Therefore, Jesus is the Lord. Jesus’ first coming helps us make sense of a loving God amid our suffering. All suffering is a result of sin in some way. The Christian good news is that God has dealt with sin. He sent his own son. Jesus suffered and was crucified. Where was the God of justice when his innocent son was put to death? God was there saving us through weakness and suffering. Jesus was a vulnerable, suffering, and crucified Messiah. Those. who saw Jesus die, had no idea that they were witnessing the greatest event in history. God used pain and suffering on his son to save us from sin. By this, He has shown us that our pain and suffering are not out of his control. He uses suffering for his purposes. When God raised Jesus from the dead, he showed us that the ultimate fear we all have of dying will not have the final word. This is the best news.


The doctrine of Union with Christ means that in a mysterious way, we benefit from Christ’s perfect life, suffering, death, burial, and resurrection. Because the pattern in Christ’s life was to go from suffering to glory, in Christ, this is also the pattern that we follow. Christ told his followers to pick up their cross. We will suffer before we are resurrected to life in glory.[i]As we learn to identify with Christ in his suffering through our suffering, we will also become more like Christ in other areas. We will love those who harm us. We will have more compassion for fellow sufferers. We will learn to be joyful in our suffering. As we experience suffering in Christ, we will learn that suffering fits in God’s plan. It was at the core of his plan to redeem his people. In ways we do not understand, God uses suffering in his people for his glory. We can now face death and suffering with hope. God will make everything right. Like Paul, we can consider, “that the sufferings of this present time are not worth comparing with the glory that is to be revealed to us” (Rom 8:18).


Healthy Christians do not avoid sitting with people through hard seasons of suffering. We do not either offer easy answers to grieving sufferers. In response to suffering, God offers himself. In response to suffering, we must offer ourselves, be present and remind people that God is with them. God offers a guaranteed relationship rather than guaranteed answers.


This story has been told for over 2000 years in Asia. There was an old farmer who had worked his crops for many years. One day his horse runs away. And his neighbor comes over and says, “Bad luck isn’t it that your horse ran away.” And the farmer says, “What do I know about good luck and bad luck?” But the horse comes back the next day and he brings with him twelve wild horses. The neighbor comes back and says “Amazing, it’s not bad luck, it's good luck, you’ve got twelve more horses now.” And the farmer replies again: “What do I know about good Luck and Bad luck?” And the next day the farmer’s son is taming one of the wild horses and he is thrown off and breaks his leg. The neighbor comes back over and says, “Terrible isn’t it that your son broke his leg, bad luck that these horses came.” The farmer repeats: “What do I know about good Luck and Bad luck?” Sure enough, the next day a group of thieves come through their village and are recruiting young, able-bodied men to join their gang. They see the farmer’s son has a broken leg, so they say: “We don’t want him” and they go to the next village. The neighbor returns and says: “good luck isn’t it that your son’s leg is broken!” The moral of the story is that in one little series of events, we do not know what lies ahead. Why do we not wait to be with God, and it will be a lot clearer why things turned out as they did.


Malachi offers a message of hope. He announces the Lord’s coming. As a church, we await Jesus’ second coming. We have the same hope regarding all our pain and suffering. Revelation 21:4 promises the end of all pain, suffering, and death with Jesus’ second coming. As we await, in suffering, we can echo John’s last words in Revelation: “Come Lord Jesus come”!


3 -- Mal 3:2-5 God Comes for Salvation and Judgment

In Mal 3:2-5, Malachi describes the coming of the Lord for judgment and salvation. We now know that this refers to the second coming of Christ. In the Bible, judgment and salvation come together. God saved Noah and his family through the judgment of the flood. God saved Lot and his family through the judgment of Sodom and Gomorrah. God saved the people of Israel from Egypt through the judgment of Pharaoh’s army at the Red Sea. With the cross of Christ, God saved us by judging Christ on our behalf.


Mal 3:2 begins with "Who can endure the day of his coming, who can stand when he appears?” The answer is the church, those for whom Jesus is coming to save. He is like a refiner and like fuller’s soap – it is the process of being cleansed and being made perfect. So that the sons of Levi will bring offerings in righteousness to the Lord. The Levites were the priests who offered sacrifices to God. In the New Covenant, all Christians have this responsibility. We can offer offerings in righteousness because, in Christ, God washed our sins away. According to 1 John 3:2-3, we are being made pure, and when Jesus returns, we will be like him.


Mal 3:5 is about those who will not be able to stand, for they will face judgment. It lists sorcerers, adulterers, liars, and oppressors. It names those who thrust aside sojourners (immigrants or refugees) and those who do not fear the Lord. This list is broad enough to include anyone who does not trust Jesus’ work on the cross for their salvation. It also instructs Christians on the behavior that should not describe us. Other Biblical texts provide a fuller picture of the judgment to come. The Westminster Confession of Faith summarizes what the Bible teaches about the judgment, “The wicked, who know not God and obey not the gospel of Jesus Christ, shall be cast into eternal torments, and punished with everlasting destruction from the presence of the Lord, and from the glory of His power” (WCF 33.2).


Mal 3:2-5 have two goals. The first is comfort. God comforts those who trust in him. Those going through a challenging time, do not need to question God's justice. He is coming. He will right every wrong. So, we can be hopeful. The second goal is to give a warning to those who do not trust the Lord. Unless they repent, God will judge them fairly for their evil deeds. Malachi offers the same message as John the Baptist, Jesus, and the Apostle Paul. Believe and repent for salvation or perish! This message strengthens the faith and gives hope to the saints. It warns those not part of God’s people to repent and trust in God.


Conclusion

If you live long enough, you will suffer! When we suffer and hear that God is in control, it seems contradictory. The Christian worldview takes suffering and doubt seriously. Malachi 2:17-3:5 gives us hope. It answers the question – where is the God of justice? He is coming. Malachi prophesies about John the Baptist’s preparing the way for Jesus. Jesus has come. Now, he will culminate this passage at his return to save his own and judge the wicked. Our suffering and pain ought to lead us to long for the second coming, where everything will be made right. The whole Bible ends on this note. With John, we can say, “Come Lord Jesus, Come" (Rev 22:20).


[i] https://www. ligonier. org/learn/articles/suffering-well-union-christ


 

Malachie 2:17 - 3:5 Où est le Dieu de justice ?


Dans Juges 6, "Israël fit ce qui est mal aux yeux de l'Éternel, et l'Éternel le livra aux mains de ses ennemis pendant sept ans". Alors qu'ils sont en esclavage, ils crient vers le Seigneur. En réponse, l'ange de l'Éternel apparaît à Gédéon et lui dit : "L'Éternel est avec toi." Gédéon répond : "S'il vous plaît, monsieur, si le Seigneur est avec nous, pourquoi tout cela nous est-il arrivé ?" Compte tenu de tout ce qui se passait, Gédéon pensait que Dieu avait oublié Israël. C'est ce que montrent les faits. Pourtant, l'ange dit : "Le Seigneur est avec toi". Nous savons que Dieu est tout amour et tout puissant et pourtant nous voyons le mal et nous en faisons l'expérience. Beaucoup utilisent toutes les misères qu'ils voient dans le monde comme preuve que le Dieu de la Bible ne peut pas exister. La Bible enseigne que la souffrance et un Dieu tout-puissant et aimant coexistent. Nous pouvons parfois nous demander ce que Dieu fait. La Bible enseigne continuellement que Dieu est avec son peuple lorsqu'il souffre.


La prophétie de Malachie s'adresse à un peuple déçu. Sa déception est visible. Il est devenu cynique. Il n'agit pas comme le peuple bien-aimé de Dieu. Malachie réprimande Israël et le rappelle à l'alliance. Tout au long de la prophétie, Malachie utilise des formes littéraires de formule. Dans Mal 2:17, le prophète annonce : "Vous avez lassé le Seigneur". Le peuple s'oppose alors en demandant : "Comment l'avons-nous lassé ?" La preuve suit. Ils disaient : "Tous ceux qui font le mal sont bons aux yeux du Seigneur, et il prend plaisir à eux." Et ils demandaient : "Où est le Dieu de justice ?" Le prophète corrige leur théologie déformée. Dieu ne se réjouit pas des malfaiteurs. Il les jugera. Quant à la question "Où est le Seigneur de justice ?", la réponse est : "Il vient !" SIOS : Nos circonstances nous amènent à douter de la justice et de la bonté de Dieu, mais le Dieu de la justice vient avec le salut et le jugement.


1 -- Mal 2:17 Nous doutons de la justice de Dieu

Mal 2:17 contient deux déclarations qui attaquent le caractère de Dieu. La première est la suivante : "Tous ceux qui font le mal sont bons aux yeux de l'Éternel, et il prend plaisir à eux". C'est un péché grave que de mal décrire Dieu. C'est un blasphème. D'une manière ou d'une autre, nous donnons tous une mauvaise image de Dieu. Dans le contexte de ce passage, c'est comme si le peuple d'Israël voyait les méchants prospérer. La conclusion qui leur est attribuée est qu'ils croyaient que Dieu devait approuver la méchanceté. La deuxième option, si Dieu n'approuve pas la méchanceté, c'est qu'il doit être absent. Où est le Dieu de justice ?


Dans cette vie, les malfaiteurs prospèrent. En voici un exemple flagrant. Le dictateur de la Corée du Nord semble toujours heureux. Voici quelques-unes de ses actions. En 2013, il a fait arrêter et exécuter son oncle pour trahison. Apparemment, il a également mis à mort la famille de son oncle. Cela inclut ses petits-enfants. Comment ce dictateur peut-il encore diriger ? Dieu se plaît-il en lui ? Où est le Dieu de la justice ?


Nous avons besoin d'une théologie plus nuancée. Il n'est pas possible de dire que soit Dieu agit selon mes conditions, soit il n'existe pas. La Bible nous permet d'éprouver des sentiments complexes. Nous pouvons éprouver du deuil à cause du mal. Nous pouvons venir à Dieu avec nos lamentations. La Bible n'offre pas une théologie bien ordonnée pour nous protéger des difficultés qui nous entourent. Dieu est souverain. Ses plans sont bons. Il permet la souffrance. Certaines de ces souffrances n'auront jamais de sens pour nous, même dans notre état de gloire. Dieu nous a donné les livres des Lamentations, les Psaumes et le livre de Job. Le deuil et les lamentations sont des pratiques chrétiennes. Nous voyons dans Malachie que les lamentations ne sont pas toujours bonnes. Dans notre texte, le prophète réprimande le peuple. En exprimant leurs douleurs et leurs frustrations, ils blasphèment. Ils nient la bonté de Dieu. Leurs cris épuisent le Seigneur. Dans le contexte de l'histoire d'Israël, le peuple venait de rentrer d'exil. C'est l'une des grandes œuvres du salut de Dieu dans l'histoire. Nous sommes si rapides à oublier le bien d'hier et à bouder les problèmes d'aujourd'hui. Le doute est sain. Nous devons aussi être rapides à nous souvenir de l'acte de salut de Dieu dans notre propre vie. Dans le doute, nous devons agir avec prudence. Nous ne voulons pas que nos paroles et nos actions nous rendent coupables de lasser Dieu. C'est le genre de doute dont parle Jacques dans Jacques 1, qui conduit à des voies instables. Illustration : Plutôt que d'exprimer le cynisme, les épreuves offrent toujours au moins une opportunité. "Le problème du mal" ou théodicée est la raison numéro 1 que les gens donnent pour ne pas croire en Dieu. Les chrétiens peuvent se montrer à la hauteur. Les difficultés sont une occasion que Dieu utilise pour briller de tout son éclat. Lorsque nous souffrons, lorsque nous nous accrochons à notre foi, que nous continuons à croire et à faire confiance, notre témoignage peut être plus efficace. Dans nos épreuves, nous montrons que notre Dieu est suffisant pour nous soutenir. Ce ne sont pas nos bonnes circonstances qui font de nous les personnes que nous sommes. C'est une façon pour les chrétiens de briller dans les ténèbres. Il y a quelques années, j'étais ami avec un athée qui fréquentait la même église que moi. Un jour, il a pointé du doigt un homme qui poussait sa fille adolescente dans un fauteuil roulant. Il m'a demandé : "Avec tout ce que sa fille subit, comment cet homme peut-il croire en Dieu ?". La foi de cet homme a touché l'athée. Il n'a pas eu à dire quoi que ce soit. Il s'est simplement présenté à l'église avec son enfant. J'ai parlé de Gideon à l'athée. Je lui ai dit que les gens qui ont des doutes sont dans la Bible. Les raisons de douter ne sont pas une raison de ne pas croire, mais de poursuivre l'enquête.

2 -- Mal 3:1 Dieu répond à nos doutes - Il vient

Mal 3:1 présente la Parole de Dieu à un peuple qui remet en question la justice de Dieu. Le message est le suivant : "Je viens". Nous lisons : "Voici que j'envoie mon messager, et il préparera le chemin devant moi. Le Seigneur que vous cherchez viendra tout à coup dans son temple, et le messager de l'alliance en qui vous mettez votre confiance, voici qu'il vient, dit le Seigneur des armées." En Matthieu 11:10, Jésus cite ce verset pour décrire le ministère de Jean-Baptiste. Dans Malachie, le Seigneur devait venir après le messager. Dans le Nouveau Testament, Jésus apparaît après Jean le Baptiste. Par conséquent, Jésus est le Seigneur. La première venue de Jésus nous aide à comprendre l'existence d'un Dieu aimant au milieu de nos souffrances. Toute souffrance est le résultat du péché d'une manière ou d'une autre. La bonne nouvelle chrétienne est que Dieu s'est occupé du péché. Il a envoyé son propre fils. Jésus a souffert et a été crucifié. Où était le Dieu de justice lorsque son fils innocent a été mis à mort ? Dieu était là pour nous sauver par la faiblesse et la souffrance. Jésus était un Messie faible, souffrant et crucifié. Ceux qui ont vu Jésus mourir ne se rendaient pas compte qu'ils assistaient au plus grand événement de l'histoire. Dieu a utilisé la douleur et la souffrance de son fils pour nous sauver. Il nous a ainsi montré que notre douleur et notre souffrance n'échappent pas à son contrôle. Il utilise la souffrance à ses fins. Lorsque Dieu a ressuscité Jésus d'entre les morts, il nous a montré que la peur ultime que nous avons tous de mourir n'aura pas le dernier mot. C'est la meilleure des nouvelles. Nous ne pouvons plus dire que la souffrance n'a pas sa place dans le plan de Dieu. Elle était au cœur de son plan de rédemption de son peuple. Désormais, nous affrontons la mort et la souffrance avec espoir. Dieu va tout arranger. Cela ne veut pas dire que tout va bien maintenant. Comme Paul, nous pouvons considérer que "les souffrances du temps présent ne valent pas la peine d'être comparées à la gloire qui doit nous être révélée" (Rm 8:18). Selon Rom 8:28, "Dieu fait concourir toutes choses à ses desseins et au bien de ceux qui l'aiment". Dans le contexte de ce verset, le bien consiste à nous faire ressembler davantage à Jésus. Les chrétiens sains n'évitent pas de s'asseoir avec les personnes qui traversent des périodes difficiles de souffrance. Nous n'offrons pas non plus de réponses faciles aux personnes en deuil. En réponse à la souffrance, Dieu s'offre lui-même. En réponse à la souffrance, nous devons nous offrir, être présents et rappeler aux gens que Dieu est avec eux. Dieu offre une relation garantie plutôt que des réponses garanties. Cette histoire est racontée depuis plus de 2000 ans en Asie. Il y avait un vieux fermier qui avait travaillé ses récoltes pendant de nombreuses années. Un jour, son cheval s'enfuit. Son voisin s'approche et lui dit : "Ce n'est pas de chance que ton cheval se soit enfui". Le fermier lui répond : "Que sais-je de la chance et de la malchance ?" Mais le cheval revient le lendemain avec douze chevaux sauvages. Le voisin revient et dit : "Incroyable, ce n'est pas de la malchance, c'est de la chance, tu as douze chevaux de plus maintenant." Et le fermier de répondre à nouveau : "Qu'est-ce que je sais de la chance et de la malchance ?" Le lendemain, le fils du fermier dompte l'un des chevaux sauvages, il est éjecté et se casse la jambe. Le voisin revient et dit : "C'est terrible que votre fils se soit cassé la jambe, et c'est une malchance que ces chevaux soient venus". Le fermier répète : "Que sais-je de la chance et de la malchance ?" Le lendemain, un groupe de voleurs traverse le village et recrute de jeunes hommes valides pour rejoindre leur bande. Voyant que le fils du fermier a une jambe cassée, ils disent : "Nous ne voulons pas de lui" et ils se rendent dans le village voisin. Le voisin revient et dit : "Quelle chance que la jambe de votre fils soit cassée ! La morale de l'histoire est que dans une petite série d'événements, nous ne savons pas ce qui nous attend. Pourquoi ne pas attendre d'être avec Dieu, et l'on comprendra mieux pourquoi les choses se sont passées ainsi. Malachie offre un message d'espoir. Il annonce la venue du Seigneur. En tant qu'Église, nous attendons la seconde venue de Jésus. Nous avons le même espoir concernant toutes nos douleurs et nos souffrances. Apocalypse 21:4 promet la fin de toute douleur, de toute souffrance et de toute mort avec la seconde venue de Jésus. Alors que nous attendons, dans la souffrance, nous pouvons nous faire l'écho des dernières paroles de Jean dans l'Apocalypse : "Viens, Seigneur Jésus, viens !

3 -- Mal 3:2-5 Dieu vient pour le salut et le jugement

Dans Mal 3:2-5, Malachie décrit la venue du Seigneur pour le jugement et le salut. Nous savons aujourd'hui qu'il s'agit de la seconde venue du Christ. Dans la Bible, le jugement et le salut vont de pair. Dieu a sauvé Noé et sa famille par le jugement du déluge. Dieu a sauvé Lot et sa famille par le jugement de Sodome et Gomorrhe. Dieu a sauvé le peuple d'Israël de l'Égypte par le jugement de l'armée de Pharaon à la mer Rouge. Avec la croix du Christ, Dieu nous a sauvés en jugeant le Christ en notre nom. Mal 3:2 commence par "Qui supportera le jour de son avènement, qui subsistera lors de sa venue ?" La réponse est l'Église, ceux pour qui Jésus vient sauver. Il est comme un raffineur et comme un savon à foulon - c'est le processus de purification et de perfectionnement. Afin que les fils de Lévi apportent au Seigneur des offrandes conformes à la justice. Les Lévites étaient les prêtres qui offraient des sacrifices à Dieu. Dans la nouvelle alliance, tous les chrétiens ont cette responsabilité. Nous pouvons offrir des sacrifices de justice parce qu'en Christ, Dieu a effacé nos péchés. Selon 1 Jean 3:2-3, nous sommes rendus purs et, lorsque Jésus reviendra, nous lui ressemblerons pleinement. Mal 3:5 parle de ceux qui ne pourront pas rester debout, car ils subiront le jugement. Il mentionne les sorciers, les adultères, les menteurs et les oppresseurs. Il nomme ceux qui repoussent les étrangers (immigrants ou réfugiés) et ceux qui ne craignent pas le Seigneur. Cette liste est suffisamment large pour inclure tous ceux qui ne font pas confiance à l'œuvre de Jésus sur la croix pour leur salut. Elle enseigne également aux chrétiens des comportements qui ne devraient pas nous décrire. D'autres textes bibliques donnent une image plus complète du jugement à venir. La Confession de foi de Westminster résume ce que la Bible enseigne au sujet du jugement : "Les malfaiteurs, qui ne connaissent pas Dieu et n'obéissent pas à l'Évangile de Jésus-Christ, seront jetés dans des tourments éternels et punis d'une destruction éternelle, loin de la présence du Seigneur et de la gloire de sa puissance" (WCF 33.2). Mal 3:2-5 a deux objectifs. Le premier est le réconfort. Dieu réconforte ceux qui se confient en lui. Ceux qui traversent une période difficile n'ont pas besoin de remettre en question la justice de Dieu. Il vient. Il redressera tous les torts. Nous pouvons donc être pleins d'espoir. Le deuxième objectif est de donner un avertissement à ceux qui ne font pas confiance au Seigneur. S'ils ne se repentent pas, Dieu les jugera équitablement pour leurs mauvaises actions. Malachie offre le même message que Jean-Baptiste, Jésus et l'apôtre Paul. Croyez et repentez-vous pour le salut ou périssez ! Ce message renforce la foi et donne de l'espoir aux saints. Il avertit ceux qui ne font pas partie du peuple de Dieu d'arranger les choses avec lui.

Conclusion

Si vous vivez assez longtemps, vous souffrirez ! Lorsque nous souffrons et que nous entendons dire que Dieu contrôle la situation, cela semble contradictoire. La vision chrétienne du monde prend la souffrance et le doute au sérieux. Malachie 2:17-3:5 nous donne de l'espoir. Il répond à la question : où est le Dieu de justice ? Il vient. Malachie prophétise sur Jean le Baptiste qui prépare le chemin pour Jésus. Jésus est venu. Le point culminant de ce passage sera son retour pour sauver les siens et juger les méchants. Nos souffrances et nos peines doivent nous amener à désirer la seconde venue, où tout sera rétabli. Toute la Bible se termine sur cette note. Avec Jean, nous pouvons dire : "Viens Seigneur Jésus, viens" (Ap 22:20).





51 views0 comments

Kommentare


bottom of page