top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

2 July 2023 -- God's Justice: Part 2


Malachi 3:13 - 4:3

Julian Bacon


Malachi Series (part 7 of 8)





 

God's Justice: Part 2

Malachi 3:13 - 4:3


  1. God's justice distorted (3:13-15)

  2. God's justice for the righteous and the wicked (3:16-18)

  3. God's justice in the final judgment and salvation (3:18 - 4:3)


We all make mistakes. Mistakes can lead to great things. The pharmacist who made Coca-Cola had intended it to be medicine for headaches. Christopher Columbus thought he was going to Asia when he discovered what Europeans call, “the New World!” Some mistakes are more embarrassing. In 1631, there was a mistake in the printing of the Bible. The word “not” was missing in the seventh commandment. This edition is the "Adulterer’s Bible." Sometimes mistakes are more personal. I fell for a scam once. It cost me 300 euros. I know a couple who planned an expensive lake cruise vacation but showed up a day after the boat had left.


As embarrassing or as life-changing as these mistakes may be, there is a worse mistake. Malachi 3:13-4:3 addresses the mistake with eternal consequences. It is the worst mistake. It is being wrong about God. It is not believing who he says he is. In a similar manner to Mal 2:17-3:5, Mal 3:13-4:3 corrects a misconstrued view of God’s justice. In Malachi 2:17, the people were saying that God delights in those who practice evil. They were wearying the Lord by asking, “Where is the God of Justice?” Mal 3:13-15 again addresses God’s justice. They did not understand the consequences of being right with God. Our text explains eternal bliss and eternal damnation. Mal 3:13-15 uncovers attacks on God’s justice. Mal 3:16-4:3 vindicates God’s justice.


1 -- Mal 3:13-15 God’s Justice Distorted

Malachi is a call to devotion for the disappointed. Six times in the prophecy, the prophet uses a literary device called a disputation. The prophet makes a statement. The people object. The prophet proves the original statement. The goal of these disputations is to call Israel back to the covenant. Malachi begins by convincing them that God loves them. He wants them to care about their worship and teaching. They need to stop harming their wives by divorcing them to marry unbelievers. They need a proper understanding of God's justice. They need to find their refuge in him since he is the God who does not change. They need to honor him with the tithe. Now, in the sixth and final disputation, the accusation is, “Your words have been hard against me.” The people object and ask, “How have we spoken against you?” As they did in the fourth disputation, the people deny God’s justice.


Mal 3:14 presents a first deception. Some believe that there is no benefit to serving God. The people claim that “Those who serve the Lord serve in vain.” The second half of this lie occurs in Mal 3:15. It is that there are no consequences for sin. They say that the arrogant are blessed. Evildoers prosper and escape God’s judgment. These lies play out in our lives. People think religion is superstition. It restricts people’s fun. It oppresses and controls.


Christopher Hitchens in his book, “god is not Great,” tries to show that there is no benefit in godliness. He argues that the religious do not behave better than the non-religious. In fact, he argues that religion has disastrous effects on the world. He describes the corruption of religious institutions. He also notes its long history of child abuse. From a logical statement point, Hitchens commits the “False Cause” fallacy. This fallacy assumes that when two things happen together, one must have caused the other. He never actually proves a connection.


We can agree on the wickedness that Hitchens notes. As God’s church, we want to be above reproach. We always want to operate with transparency and accountability. When we fail, we will confess our sins and repent. When a crime occurs in a church context, we must not cover it up. We must seek legal help. God gives us the government to protect the innocent and judge the wicked (Rom 13). Churches have kept crimes secret, like the abuse of children and women. They claim to do it to protect God’s reputation. I accept Hitchens' accusations that religious organizations have been guilty. But Hitchens commits the same mistake as the people in Malachi’s day. He claims that it is in vain that people serve the Lord.


What about the good that comes from religion? The Christian church has been behind the founding so many schools, hospitals, and orphanages. There is great joy in enjoying communion with the God of the universe through prayer. It is beneficial to gather weekly with God's people for worship. The fellowship that we taste is one between people who are born again. We are new creatures in Christ. So our fellowship is new creation fellowship!


The lie that there are no consequences to godlessness is also alive today. Christians believe that the commandments of the Bible come from God. God is the moral creator of the universe. These laws help us to thrive in the world God created. Critics of Christianity claim that the laws of the bible are arbitrary. Another charge is that they are primitive or old-fashioned. They say that people should not live by the standards of a 2000-year-old book. Those who are anti-religion would rather live according to the following statement. “As long as it doesn’t hurt anybody, then who are we to judge?” This is their standard of morality. I would argue that if you do live true to this, it would look close to what we have in the Bible. Of course, we must understand the laws in the Bible in their redemptive, covenantal, and cultural contexts.


One of the highest values in our culture is being true to our authentic selves, as defined by us. In their pursuit of authenticity, people do not have a problem hurting others to get what they want. We could consider that adultery is just two consenting people not hurting anyone. Yet, the consequences can be sexually transmitted diseases, divorce, and abortion. Divorce leads to a less stable environment for children to grow up in. Abortion is the killing of the innocent made in God’s image. At the root of every sin is believing a lie. We believe that we can put God to the test and escape his judgment (Mal 3:15). Christians also believe this lie in times of weakness.


In Christ, we read these verses differently. We identify as those who are righteous and enjoy our relationship with God. We also know that we are by the flesh, the arrogant and evildoers for whom Jesus died on the cross. We are the evildoers who escape judgment!


2 -- Mal 3:16-18 God’s justice for the Righteous and the Wicked

Mal 3:16-4:3 proves the accusation in the disputation. The people’s words have been hard against the Lord. They have misrepresented him. Mal 3:16-18 corrects the first lie, that it is in vain that people serve the Lord. Malachi 3:16 teaches that God will bless those who fear him. Throughout history, trust in God or fear of God is what puts one in the right relationship with God. The fear of God can have a component of actual fear, our knees shaking before the infinitely holy God. I find it most tangible to think of the fear of God in contrast to the fear of man. Who are we trying to please when God’s will goes against the grain of cultural pressures?


Despite the belief that it is in vain to serve the Lord, Mal 3:17 teaches that those who fear the Lord escape judgment. Mal 3:18-4:3 marks a clear contrast in outcome between the righteous and the wicked. Malachi is not all harsh. The prophecy began with God's love. Now in Mal 3:16, God's word to believers is that he hears them, and a book of remembrance is written for those who fear the Lord. They will be the Lord’s and his treasured possession. The book of Remembrance records the good deeds of the saints.


This means that nothing we do for the Lord is in vain. Knowing this encourages us to persevere in doing good even if it is the wicked who seem to prosper. When things get hard, when things do not go as we would have hoped, Mal 3:16-18 ministers to us. God hears us, listens to us, and remembers us and our service to him. We can know that we are his. We are his treasured possession means that we are valuable to him. He cares for us. Mal 3:17 assures us that God will spare us from the judgment to come. Let us not let our circumstances teach us differently.


We know this even more now that we live on the other side of Calvary. God sent his only Son to die for us so that he would forgive those who trust in him. The sacrifice of Jesus shows us how precious we are to God.


3 -- Mal 3:18-4:3 God’s justice in the final judgment and salvation

The first half of the lie was that serving God is disadvantageous. The second is that wickedness leads to prosperity. It may seem true for a time. Mal 4:1-3 shows the working out of God’s justice for the wicked and the righteous on his schedule. There will be a final judgment and salvation.


The truth of Mal 4:1 corrects Mal 3:15. The arrogant and the wicked will be stubble. We have a picture of eternal damnation with a fire that leaves neither root nor branch. Those God judges will lose all hope of restoration and the possibility of doing any more evil. Mal 4:3 pictures the righteous crushing them under their feet.


The lie of Mal 3:16 is that serving the Lord and fearing God was in vain. The truth in Mal 4:2 is that those who fear God will experience healing and be like calves leaping in the stall.


A group of students was doing an intensive study of the Old Testament. On the first day of class, the teacher invited them to ask every hard question of which they could think. He would write them on a whiteboard. He noticed that a young woman in the class had not said anything. During a break in the class, she asked the teacher about a passage in the Law. She asked why people with disabilities could not enter the temple. They could not draw near to the presence of the Lord. The teacher did not know what to say. When she walked away, he noticed that she had a limp. At the very end of this intensive OT class, they got to Malachi and Malachi 4. They read in Mal 4:2, “But for you who fear my name, the sun of righteousness shall rise with healing in its wings. You shall go out leaping like calves from the stall.” The teacher looked at her and said, “I think you may have an answer.”


If we look at the world in its current state, we can get the wrong idea of God’s justice. Things are not as they should be. The wicked prosper and will continue to prosper. Those who fear God are persecuted and suffer. This is what it is like when we follow Jesus. This passage offers a picture of the Christian hope. God will one day make all things right. It is our hope because Christ was raised from the dead. We can now endure suffering in this life. We know that when Christ returns, we will enjoy eternal bliss. The image of calves leaping from the stall portrays health and joy. We know that one day, God will set all things right. This includes all personal, emotional, relational, and societal problems. We may want Jesus to return already. The good news about this delay is that the longer he waits, the more people come to know Jesus (2 Pet 3:9)!


Conclusion

We all make mistakes. Mistakes come with different levels of consequences. The couple who got the date wrong for their holiday did pay thousands of dollars to fix their mistake. Our passage deals with the eternal consequences of misinterpreting God’s justice. If the wicked prosper, it is by God’s grace. God’s kindness is to lead them to repentance.


When we suffer well, we show the world that God is more precious than comfort and possessions. Based on our observations of the world, we could conclude that God blessed the wicked, and serving him is in vain.


Our passage presents the final state. The righteous will experience eternal bliss, with no more death, mourning, pain, or diseases. The wicked will know justice and be destroyed. The bad news is that no one deserves the bliss God offers. The good news is that it is available to all today. Jesus lived a perfect life. In his ministry, he reversed the effects of the curse. On the cross, he bore our sins. He accepted the punishment we deserve. For anyone who trusts in Jesus and fears God, the blessings of this text are yours.


 

Malachie 3:13 - 4:3 La justice, 2ème partie


Nous commettons tous des erreurs. Les erreurs peuvent conduire à de grandes choses. Le pharmacien qui a fabriqué le Coca-Cola essayait de faire un médicament contre les maux de tête. Christophe Colomb pensait aller en Asie lorsqu'il a découvert le Nouveau Monde ! En 1631, une erreur s'est glissée dans l'impression de la Bible. Le mot "pas" manquait dans le septième commandement. Cette édition est la "Bible de l'adultère". Parfois, les erreurs sont plus personnelles. J'ai été victime d'une escroquerie une fois. Cela m'a coûté 300 euros. Je connais un couple qui avait prévu des vacances coûteuses en croisière sur un lac, mais qui s'est présenté un jour après le départ du bateau. Même si ces erreurs sont embarrassantes ou changent la vie, il existe une erreur encore plus grave.


Malachie 3:13-4:3 parle d'une erreur aux conséquences éternelles. C'est la pire des erreurs. C'est se tromper sur Dieu. C'est ne pas croire en ce qu'il dit être. De la même manière que pour Mal 2,17-3,5, Mal 3,13-4,3 corrige une vision erronée de la justice de Dieu. Dans Malachie 2:17, les gens disaient que Dieu se réjouit de ceux qui pratiquent le mal. Ils lassaient le Seigneur en demandant : "Où est le Dieu de justice ?" Mal 3.13-15 traite à nouveau de la justice de Dieu. Ils ne comprenaient pas les conséquences d'être en règle avec Dieu. Notre texte explique la félicité éternelle et la damnation éternelle. Mal 3:13-15 révèle les attaques contre la justice de Dieu. Mal 3:18-4:3 confirme la justice de Dieu.


1 -- Mal 3:13-15 La justice de Dieu déformée

Malachie est un appel à la dévotion envers les déçus. Six fois dans la prophétie, le prophète utilise un procédé littéraire appelé "dispute". Le prophète fait une déclaration. Le peuple s'y oppose. Le prophète prouve l'affirmation initiale. L'objectif de ces discussions est de rappeler Israël à l'alliance. Malachie commence par les convaincre que Dieu les aime. Il veut qu'ils se soucient de leur culte et de leur enseignement. Ils doivent cesser de faire du tort à leurs femmes en divorçant pour épouser des non-croyants. Ils doivent avoir une bonne compréhension de la justice de Dieu. Ils doivent trouver leur refuge en lui, car il est le Dieu qui ne change pas. Ils doivent l'honorer par la dîme. Dans la sixième et dernière dispute, l'accusation est la suivante : " Vos paroles ont été dures contre moi ". Le peuple conteste et demande : "Comment avons-nous parlé contre toi ?" Comme lors de la quatrième dispute, le peuple nie la justice de Dieu.


Mal 3.14 présente une première erreur. Certains croient qu'il n'y a aucun avantage à être pieux. Le peuple déclare que "ceux qui servent le Seigneur servent en vain". Ils disent qu'il n'y a aucun avantage à vivre pour Dieu. La deuxième partie de ce mensonge se trouve dans Mal 3:15. Elle consiste à dire que l'impiété n'a pas de conséquences. En fait, les arrogants sont bénis. Les malfaiteurs prospèrent et échappent au jugement de Dieu.


Ces mensonges se manifestent dans nos vies. Les gens pensent que la religion est une superstition. Le poids de l'obéissance à un Dieu imaginaire est inutile et pesant. Dans son livre "Dieu n'est pas grand", Christopher Hitchens tente de démontrer qu'il n'y a aucun avantage à être pieux. Au chapitre 13, il affirme que les religieux ne se comportent pas mieux que les non-religieux. En fait, il affirme que la religion a des effets désastreux sur le monde. Il décrit la corruption des institutions religieuses. Il note également la longue histoire de la religion en matière de maltraitance des enfants. D'un point de vue logique, Hitchens commet le sophisme de la "fausse cause". Ce sophisme suppose que lorsque deux choses se produisent ensemble, l'une doit avoir causé l'autre. Il ne prouve jamais le lien entre les deux. Nous pouvons être d'accord sur la cruauté relevée par Hitchens. En tant qu'Église de Dieu, nous voulons être irréprochables. Nous voulons toujours agir avec transparence et redevabilité. Lorsque nous échouons, nous confessons nos péchés et nous nous repentons. Lorsqu'un crime se produit dans le contexte d'une église, nous ne devons pas l'étouffer. Nous devons demander une assistance juridique. Dieu nous a donné un gouvernement pour protéger les innocents et juger les méchants (Rom 13). Les églises ont gardé des crimes secrets, comme l'abus d'enfants et de femmes. Elles prétendent le faire pour protéger la réputation de Dieu. J'accepte les accusations de Hitchens selon lesquelles les organisations religieuses ont été coupables. Mais Hitchens commet la même erreur que les gens de l'époque de Malachie. Il prétend que c'est en vain que les gens servent le Seigneur. Qu'en est-il des bienfaits de la religion ? L'Église chrétienne est à l'origine de la fondation de tant d'écoles, d'hôpitaux et d'orphelinats. Il y a une grande joie à communier avec le Dieu de l'univers par la prière. Il est bénéfique de se réunir chaque semaine avec le peuple de Dieu pour le culte. La communion que nous goûtons dans l'Église est une communion de la nouvelle création ! La confiance en Christ signifie que la vie que nous vivons maintenant est une vie renouvelée à l'image du Christ.


Le mensonge selon lequel l'impiété n'a pas de conséquences est également vivace aujourd'hui. Les chrétiens croient que les commandements de la Bible viennent de Dieu. Dieu est le créateur moral de l'univers. Ces lois nous aident à prospérer dans le monde que Dieu a créé. Les adversaires du christianisme affirment que les lois de la Bible sont arbitraires. Ils les accusent également d'être primitives ou démodées. Ils affirment que les gens ne devraient pas vivre selon les normes d'un livre vieux de 2000 ans. Les anti-religieux préféreraient vivre selon l'affirmation suivante. "Tant que cela ne fait de mal à personne, qui sommes-nous pour en juger ?" Telle est leur norme de moralité. Je dirais que si vous vivez selon cette norme, elle se rapproche de celle de la Bible. Bien sûr, nous devons comprendre les lois de la Bible dans leur contexte rédempteur, d'alliance et culturel.


L'une des valeurs les plus élevées de notre culture est d'être fidèle à notre être authentique, tel que nous le définissons. Dans leur quête d'authenticité, les gens n'ont aucun problème à blesser les autres pour obtenir ce qu'ils veulent. Nous pourrions considérer que l'adultère n'est que le fait de deux personnes consentantes qui ne font de mal à personne. Pourtant, les conséquences peuvent être des maladies sexuellement transmissibles, le divorce et l'avortement. Le divorce entraîne un environnement moins stable pour les enfants. L'avortement est le meurtre d'un innocent créé à l'image de Dieu. À la racine de tout péché, il y a la croyance en un mensonge. Nous pouvons mettre Dieu à l'épreuve et échapper à son jugement (Mal 3:15). Nous croyons aussi à ce mensonge dans les moments de faiblesse.


En Christ, nous lisons ces versets différemment. Nous nous identifions comme des justes et nous jouissons de notre relation avec Dieu. Nous savons aussi que nous sommes par la chair, les arrogants et les méchants pour lesquels Jésus est mort sur la croix.



2 -- Mal 3:16-18 La justice de Dieu pour les justes et les méchants

Mal 3:16-4:3 prouve l'accusation dans la dispute. Les paroles du peuple ont été dures à l'égard du Seigneur. Ils l'ont déformé. Mal 3.16-18 corrige le premier mensonge, à savoir que c'est en vain que les gens servent le Seigneur. Malachie 3.16 enseigne que Dieu bénira ceux qui le craignent. Tout au long de l'histoire, la confiance en Dieu ou la crainte de Dieu est ce qui place une personne dans la bonne relation avec Dieu. La crainte de Dieu peut avoir une composante de peur réelle, nos genoux tremblant devant le Dieu infiniment saint. Je trouve qu'il est plus concret de penser à la crainte de Dieu par opposition à la crainte de l'homme. À qui essayons-nous de plaire lorsque la volonté de Dieu va à l'encontre des pressions culturelles ? Malgré la croyance qu'il est vain de servir le Seigneur, Mal 3:17 enseigne que ceux qui craignent le Seigneur échappent au jugement. Mal 3,18-4,3 marque un contraste clair entre les conséquences pour les justes et les méchants.


Le ton de Malachie a été argumentatif. Ce livre prophétique est une composition qui dépeint un débat entre Dieu et son peuple. Tantôt c'est le Seigneur qui parle, tantôt c'est son messager (Malachie). Le peuple s'attendait à un accomplissement rapide des promesses de la nouvelle alliance de Dieu. Ils sont déçus et sont devenus désobéissants. Malachie n'est pas entièrement dur. La prophétie commence par l'amour de Dieu. Maintenant, dans Mal 3:16, la parole de Dieu aux croyants est qu'il les entend et qu'un livre de souvenir est écrit pour ceux qui craignent le Seigneur. Ils seront la propriété du Seigneur et son trésor. Le livre du souvenir enregistre les bonnes actions des saints.


Cela signifie que rien de ce que nous faisons pour le Seigneur n'est vain. Cela nous encourage à persévérer dans le bien, même si ce sont les méchants qui semblent prospérer. Lorsque les choses deviennent difficiles, lorsqu'elles ne se déroulent pas comme nous l'aurions espéré, Mal 3.16-18 nous est utile. Dieu nous entend, nous écoute et se souvient de nous et de notre service à son égard. Nous pouvons savoir que nous lui appartenons. Nous sommes son trésor, ce qui signifie que nous avons de la valeur à ses yeux. Il se soucie de nous. Mal 3:17 nous assure que Dieu nous épargnera le jugement à venir. Ne laissons pas les circonstances nous enseigner le contraire. Nous le savons d'autant mieux que nous vivons de l'autre côté du Calvaire. Dieu a envoyé son Fils unique mourir pour nous afin de pardonner à ceux qui se confient en lui. Le sacrifice de Jésus nous montre à quel point nous sommes précieux pour Dieu.


3 -- Mal 3:18-4:3 La justice de Dieu dans le jugement et le salut final

La première moitié du mensonge consistait à dire qu'il est désavantageux de servir Dieu. La seconde est que la méchanceté mène à la prospérité. Cela peut sembler vrai pendant un certain temps. Mal 4.1-3 montre l'accomplissement de la justice de Dieu pour les méchants et les justes selon son propre programme. Il y aura un jugement et un salut final.


La vérité de Mal 4:1 corrige Mal 3:15. Les arrogants et les méchants seront du chaume. Nous avons une image de la damnation éternelle avec un feu qui ne laisse ni racine ni branche. Ceux que Dieu juge perdront tout espoir de restauration et la possibilité de faire plus de mal. Mal 4:3 montre les justes les écrasant sous leurs pieds.


Le mensonge de Mal 3:16 est que servir le Seigneur et craindre Dieu était vain. La vérité de Mal 4:2 est que ceux qui craignent Dieu connaîtront la guérison et seront comme des veaux qui sautent dans l'étable. Un groupe d'étudiants faisait une étude intensive de l'Ancien Testament. Le premier jour de classe, le professeur les a invités à poser toutes les questions difficiles auxquelles ils pouvaient penser. Il les écrivait sur un tableau blanc. Il remarqua qu'une jeune femme de la classe n'avait rien dit. Lors d'une pause, elle interroge le professeur sur un passage de la loi. Elle a demandé pourquoi les personnes handicapées n'étaient pas autorisées à entrer dans le temple. Le professeur n'a pas su quoi répondre. Lorsqu'elle s'est éloignée, il a remarqué qu'elle boitait. À la toute fin de ce cours intensif sur l'AT, ils sont arrivés à Malachie et à Malachie 4. Ils lisent dans Mal 4:2 : "Mais pour vous qui craignez mon nom, le soleil de la justice se lèvera avec la guérison dans ses ailes. Vous sortirez de l'étable en bondissant comme des veaux". Le professeur l'a regardée et lui a dit : "Je pense que tu as peut-être une réponse".


Si nous regardons le monde dans son état actuel, nous pouvons nous faire une fausse idée de la justice de Dieu. Les choses ne sont pas ce qu'elles devraient être. Les méchants prospèrent et continueront à prospérer. Ceux qui craignent Dieu sont persécutés et souffrent. C'est ce qui se passe lorsque nous suivons Jésus. Ce passage offre une image de l'espérance chrétienne. Un jour, Dieu rétablira toutes choses. C'est notre espérance parce que le Christ est ressuscité d'entre les morts. Nous pouvons maintenant supporter la souffrance dans cette vie. Nous savons qu'au retour du Christ, nous jouirons de la félicité éternelle. L'image des veaux sautant de l'étable représente la santé et la joie. Nous savons qu'un jour, Dieu remettra toutes choses en ordre. Cela inclut tous les problèmes personnels, émotionnels, relationnels et sociétaux. Il se peut que nous souhaitions que Jésus revienne déjà. La bonne nouvelle à propos de ce retard est que plus il attend, plus il y a de gens qui viennent à la connaissance de Jésus (2 P 3:9) !


Conclusion

Nous commettons tous des erreurs. Les erreurs ont des conséquences plus ou moins graves. Le couple qui s'est trompé de date pour ses vacances a payé des milliers de dollars pour réparer son erreur. Notre passage traite des graves conséquences d'une mauvaise interprétation de la justice de Dieu. Si les méchants prospèrent, c'est par la grâce de Dieu. La bonté de Dieu est de les amener à la repentance. Lorsque nous souffrons bien, nous montrons au monde que Dieu est plus précieux que le confort et les biens. Sur la base de notre évaluation du monde, nous pourrions conclure que Dieu a béni les méchants et qu'il est vain de le servir. Notre passage présente l'état final. Les justes connaîtront la félicité éternelle, sans plus de mort, de deuil, de douleur ou de maladie. Les méchants connaîtront la justice et seront détruits. La mauvaise nouvelle est que personne ne mérite la félicité que Dieu offre. La bonne nouvelle, c'est qu'elle est accessible à tous aujourd'hui. Jésus a vécu une vie parfaite. Dans son ministère, il a inversé les effets du péché. Sur la croix, il a porté nos péchés. Il a accepté la punition que nous méritons. Pour quiconque fait confiance à Jésus et craint Dieu, les bénédictions de ce texte sont les nôtres.





10 views0 comments

댓글


bottom of page