top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

8 October 2023 -- The Power of God to Bless All People

Updated: Oct 17, 2023


Acts 3:1-26

Julian Bacon

Acts Series: Be My Witnesses -- The Book of Acts






 

The Power of the Gospel to Bless All People

(The Healing of the Beggar -- Part 1)

Acts 3:1-26



  1. The Resurrection as a proof of God’s Power Acts 3:1-16

  2. The resurrection as a proof of the guilt of sinners Acts 3:12-17

  3. The resurrection as the proof of blessing for all in accordance with OT promises Acts 3:18-26



The book of Acts shows the fulfillment of God’s promises to Israel in Christ. It presents the work that Christ continued to do after his earthly ministry. He works through the ministry of the apostles and the new covenant church. The apostles bear witness to the resurrected king by the power of the Holy Spirit, and God expands his kingdom to the ends of the Earth. In his ministry, Jesus was attested by God with mighty works, wonders, and signs (Acts 2:22). In Acts, these signs and wonders accompany the apostle’s teachings (Acts 2:42-43). God was approving of their message. Acts 3 continues the apostles' witness in Jerusalem.[i]The healing of the beggar like the Pentecost event is an opportunity to bear witness to the resurrection of Christ. This is my message in one sentence: Peter speaks of the resurrection to testify to the power of God, the guilt of sinners, and the blessing available to all.

1 -- Acts 3:1-16 The Resurrection as a proof of God’s Power

In Acts 3:1-16, Peter and John encounter a man lame from birth who asks for money (Acts 3:1-3). Instead of money, Peter says, “In the name of Jesus Christ of Nazareth, get up and walk” (c.f. Luke 5:23). The healed man entered the temple and he was walking, leaping, and praising God. This miracle stirs up the crowd. They are astonished (Acts 3:9-11). So, Peter starts preaching (Acts 3:12-16). The theme of Peter’s message is Jesus. He connects the healing of the lame man to the resurrection of Jesus. In Acts 3:12-15, Peter talks about Jesus and how his hearers had him killed. Peter announces the greatest miracle, God raised Christ from the dead. Acts 3:16 connects the healing of the lame man to Jesus. It was through faith in Jesus who was raised from the dead, that the man was made well. This miraculous healing points to Jesus in a few ways. First, the words “get up and walk” are identical to Jesus’ words to the paralytic in Luke 5:23. Jesus used the physical healing of the paralytic to show he had the authority to forgive sins. Peter will use this healing in the same way. Second, the picture of a lame person leaping and praising God is unique in the Bible. The word used for leaping only appears in one prophetic text, Isaiah 35:6, which is about the messianic age. It speaks of the restoration of Israel in such idyllic terms that it probably refers to the New Heavens and New Earth. This parallel shows that in Christ, Christians already enjoy new creation. This miracle anticipates the healing of all diseases in the age to come in accordance with OT prophecies. Third, Peter uses the miracle to call people to faith in Christ. Peter only briefly mentions the healing in Acts 3:12 and Acts 3:16. In Acts 3:16, Peter refers to the miracle to exalt Christ when he says that it is through the faith in Jesus that the lame beggar was made well. A first application concerns miracles. We do not just believe in Christ's resurrection but many others. The apostles witnessed Christ’s death and resurrection and proclaimed him. Acts 2:43 teaches that the teaching of the apostles was accompanied by miracles. Like Jesus, the apostles performed signs and wonders by the power of the Holy Spirit. The signs confirmed their message concerning the crucified Messiah. The same way God attested Christ with miracles, Heb 2:3-4 says that God did the same with the apostles. Heb 2:3-4 reads about the message of salvation, “It was declared at first by the Lord, and it was attested to us by those who heard, 4 while God also bore witness by signs and wonders and various miracles and by gifts of the Holy Spirit distributed according to his will.” All Christians believe in miracles. We believe God intervenes in extraordinary ways. We pray for his will to be done. We can make all our requests known to him. While we remain focused on doing his will, we know he is at work doing great things. We know nothing can be achieved by our own strength. We need God to intervene. We believe God can still heal today. As it was in the ministry of Jesus and the apostles, healing points to Christ. God uses miracles to draw people to himself. God heals the lame beggar. It stirs up the people. Peter preaches the crucified Christ and Acts 4:4 records 2000 people coming to faith following Peter’s sermon. When we share our faith, we should not be overly rationalistic and logical. To believe in Jesus is to believe in miracles and things that are beyond our understanding! A second application is that we must be amazed. Sometimes we think that people in the first century were gullible. We think that they believed in miracles because science was not as advanced back then. Acts 3:9-10 says the people were amazed and utterly astounded. They were amazed because they did not see this every day. We cannot be complacent. We need to be just as amazed about miracles. Particularly, in thinking about the miracle of new life in Christ. Miracles of all forms are great, but remember this lame beggar may have been made well, but he may have become sick again, and like the rest of us was to die eventually. We want to pray for the sick and those with long term disabilities, but we also need to remember that those healings are always temporary fixes. They are never as important as new life in Christ. We need to be excited and amazed about conversion, and the life-transforming power of the gospel. Around this room, there is a lot to be amazed at!

2 -- Acts 3:12-17 The resurrection as the proof of the guilt of sinners

Second, Peter uses the resurrection to testify to the guilt of sinners. Peter engages his hearers. He speaks to them directly in the second person. He creates a bridge between the resurrection of Christ and them. He calls God, “the God of your fathers.” He accuses them saying, “you delivered and disowned before Pilate…” he continues, “You asked a murderous man to be given to you and you killed the author of life.” In Acts 3:15, Peter returns to the miracle by appealing to their own experience when he says, about the lame beggar, “You saw” and “You have known.” Then in Acts 3:17, back to Jesus, he says, “Now, brothers, I know that according to ignorance you acted just as your rulers.” For there to be a resurrection of Christ, someone had to kill him. In this way, the resurrection is connected to their guilt. A first application is that because we are all sinners, we are in a way, guilty of Jesus’ death. It does not really matter that the Jews sent him off to the Romans to have Jesus killed. The problem was our sin. Isaiah 53 says it was God’s will to crush Jesus. As the song, “How deep the Father’s love for us.” We sing, “Ashamed, I hear my mocking voice, Call out among the scoffers. It was my sin that held Him there, Until it was accomplished…” A second application is a bit theological. The doctrine of Christ is complicated. One question that divides people is whether it is okay to say that God died on the cross. Many say no.[ii] Because Peter says they killed “the author of life” (Acts 3:15), I think it is okay to speak of God dying on the cross. The Westminster Confession of Faith puts it this way, “by reason of the unity of the person [of Christ], that which is proper to one nature is sometimes, in Scripture, attributed to the person denominated by the other nature.” So even though the deity is incapable of dying, it is okay to say that on the cross God died for us, while also affirming that God cannot die. A third application concerns witnessing. Like Peter, we need to be personal. We can appeal to people's own experiences. This way they cannot deny it. We can appeal to common sense, morality, love, religious experience, our sense of justice, logic, or meaning to point to the Christian worldview.

3 -- Acts 3:18-26 The resurrection as the Proof of Blessings for all in accordance wih OT promises.

In Acts 3:17, Peter shifts from accusation to blessing. He says they killed Jesus in their ignorance, but there is good news. Though they murdered the author of life, God raised the one they murdered from the grave (Acts 3:18)! They killed Jesus, but it was part of God’s plan. It was announced through all[iii] the prophets that Christ would suffer. Acts 3:13 already connected Jesus and the servant of the Lord which is likely the servant of Isaiah 42-53. Isaiah 52:13-53:12 is the most obvious prophetic text about the suffering Messiah. Zech 12:10; 13:7 and Jer 11:19; Dan 9:26 are also interpreted as prophecies of the suffering and death of the Messiah. Acts 3:19-26 is about the present time and the age to come which are made possible by the suffering and resurrection of Christ. It is the time when those who repent and turn from their sinful ways, can know the forgiveness of sins (Acts 3:19). This season fulfills OT prophecy. Peter quotes Deuteronomy 18 and Genesis 22. Moses announced that a prophet would come to speak on God’s behalf (Deut 18:18-19). Turning from sin means listening to this prophet who is Jesus. This promise also came with a warning. Those who do not listen to him will be judged and destroyed from the people” (Acts 3:23). This means that people’s eternal destiny depends on how they relate to Jesus. I know that that can sound restrictive. But it is good news for all. We can be saved apart from our works by faith in Christ. Jesus’ death on the cross and payment for sin is the greatest news. If we die in our sins, we will have to face God's wrath. In Christ, we can all have salvation. Then, Peter refers to Gen 22:18 in which God told Abraham, “In your seed, all the families of the earth will be blessed.” The balance of this passage is the side of blessing that those who repent enjoy. This is the greatest news. Peter is inviting his hearers, even those who killed Jesus to benefit now from what his death has accomplished. It is a blessing for all people. It is for whoever bows the knee to Christ from all the families of the earth. This blessing is eternal life which includes a relationship with God, the forgiveness of sins, and a conscience free from guilt. In Acts 3, once the lame beggar is healed, he walks into the temple. Until then, the lame beggar was brought to the gate of the temple. He was at the threshold to the place of worship, but he could not enter. He was lame, blemished, and denied access to the inner courts (cf. Lev 21:17–20; 2 Sam 5:8). His miracle meant a lot more than physical healing. He had found spiritual acceptance as well. For the first time, he was deemed worthy to enter the house of worship. This theme will repeat itself in Acts. Those who deemed unworthy of worship in the old covenant with Israel found full acceptance in the name of Jesus, whether a lame beggar, an Ethiopian eunuch, a woman, or Gentiles. No wonder the man was filled with such joy. He began walking, jumping, and praising God. For the first time, he could really praise God in the place of praise, in God’s house.[iv] Let no one and nothing disqualify you, and never lose Hope for anyone. No one is off limits for God’s love. The physical healing of the lame beggar is amazing but it points to so much more! This miracle allowed the apostles to announce the coming of the kingdom of God and show the paradigm shift that Jesus brought through his death, burial and resurrection. This is only the beginning. The rest of Acts will continue to show the implications of God’s fulfillment to his promises to Abraham, and Israel in the person of Christ for the enjoyment of all people.

Conclusion

Acts 3 continues the book of Acts’ trajectory. The Apostles bear witness to the resurrected King. They do this by the power of the Holy Spirit. God uses it to expand his kingdom. Those with blemish are brought in. Acts 3 has implications for us. If we are Christians, we have experienced the power of God that raised Christ from the dead. By our sin, we are guilty of Christ’s death, but by repenting and believing, we can also benefit from Christ’s death and have our sins blotted out. No disability, background or sin disqualifies you if you repent and believe in Jesus. A life of repentance is one of ongoing repentance. Christians continue to sin, but we also continually repent and submit to King Jesus as we enjoy the blessings that he has for us. The blessings will not always be as radical as seeing a man lame from birth leaping for joy and praising God. However, there is joy in living right with God, in the community of his people, and going about his work of learning to live out of our union with Christ. It is also a joy to be in God’s kingdom. We are Christ’s witnesses. By the power of the Holy Spirit, we announce the resurrected king and God expands his kingdom. More experience the transforming power of the gospel. They enjoy the blessings that are for all families of the world in Christ.

[i] Luke presents the account of the healing of the beggar in Acts 3-4 in a parallel manner to the account of the outpouring of the Holy Spirit at Pentecost in Acts 2. First, a miracle takes place (Acts 3:1-8)//Acts 2:2-4). Second, the crowd responds (Acts 3:9-11)// Acts 2:5-13), third Peter gives a speech (Acts 3:12-26)// Acts 2:14-36), fourth, the people respond to the speech. In this case the arrest (#1) the apostles (Acts 4:1-22)// Acts 2:37-41). Fifth, there is a summary of the church’s activities (Acts 4:23-35)//Acts 2:42-47) which include the apostles’ teaching – Acts 2:42//4:33; prayer – Acts 2:42//4:24, 31; Signs and wonders – Acts 2:43//4:30-31; having all things in common, so that no one would be in need: Acts 2:44-45//Acts 4:32, 34-35. Acts 3-4 make up a unit, but this message will focus on Acts 3. . . [ii] Bruce Ware and R.C. Sproul [iii] Schnabel, Acts. Acts 3:18. The reference to “all” the prophets is probably hyperbolic, since in Acts 3:24, Peter is already limiting his statement to beginning with Samuel, which excludes Moses who was a prophet. . . [iv] John B. Polhill, Acts, NAC 26 (Nashville, TN: Broadman & Holman, 1992), 128.




 

La guérison du mendiant -- Partie 1

Actes 3



Le livre des Actes montre l'accomplissement des promesses de Dieu à Israël en Christ. Il présente l'œuvre que le Christ a continué à accomplir après son ministère terrestre. Il agit à travers le ministère des apôtres et de l'Église de la nouvelle alliance. Les apôtres témoignent du roi ressuscité par la puissance du Saint-Esprit, et Dieu étend son royaume jusqu'aux extrémités de la Terre. Au cours de son ministère, Jésus a été attesté par Dieu par des œuvres puissantes, des prodiges et des signes (Actes 2:22). Dans les Actes, ces signes et ces prodiges accompagnent les enseignements des apôtres (Actes 2:42-43). Dieu approuvait leur message. Actes 3 poursuit le témoignage des apôtres à Jérusalem. La guérison du mendiant, comme l'événement de la Pentecôte, est l'occasion de témoigner de la résurrection du Christ. Pierre témoigne de la puissance de Dieu, de la culpabilité des pécheurs et de la bénédiction accessible à tous.


1 -- Actes 3:1-16 La résurrection comme preuve de la puissance de Dieu

Dans Actes 3:1-16, Pierre et Jean rencontrent un homme invalide de naissance qui leur demande de l'argent (Actes 3:1-3). Au lieu d'argent, Pierre dit : "Au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche" (cf. Luc 5:23). L'homme guéri entre dans le temple et marche, bondit et loue Dieu. Ce miracle met la foule en état de choc. Elle est stupéfaite (Actes 3:9-11). Pierre commence alors à prêcher (Actes 3:12-16). Son thème est la puissance de Dieu. Il relie le miracle à la résurrection de Jésus. Dans Actes 3:12-15, il parle de Jésus et de la façon dont ses auditeurs l'ont fait mourir. Pierre annonce le plus grand miracle : Dieu a ressuscité le Christ d'entre les morts. Actes 3:16 relie la guérison du boiteux à Jésus. C'est par la foi en Jésus, ressuscité d'entre les morts, que l'homme a été guéri.


Cette guérison miraculeuse renvoie à Jésus de plusieurs manières. Tout d'abord, les mots "lève-toi et marche" sont identiques aux paroles de Jésus au paralytique dans Luc 5:23. Jésus a utilisé la guérison physique du paralytique pour montrer qu'il avait l'autorité de pardonner les péchés. Pierre utilisera cette guérison de la même manière. Deuxièmement, l'image d'un boiteux sautant et louant Dieu est unique dans la Bible. Le mot utilisé pour sauter n'apparaît que dans un seul texte prophétique, Ésaïe 35:6, qui traite de l'ère messianique. Ce texte parle de la restauration d'Israël en des termes tellement idylliques qu'il se réfère probablement aux nouveaux cieux et à la nouvelle terre. Ce parallèle montre qu'en Christ, les chrétiens jouissent déjà d'une nouvelle création. Ce miracle anticipe la guérison de toutes les maladies dans l'ère à venir, conformément aux prophéties de l'AT. Troisièmement, Pierre utilise le miracle pour appeler les gens à la foi en Christ. Pierre ne mentionne que brièvement la guérison dans Actes 3:12 et Actes 3:16. Dans Actes 3:16, Pierre se réfère au miracle pour exalter le Christ lorsqu'il dit que c'est par la foi en Jésus que le mendiant boiteux a été guéri.


Une première application concerne les miracles. Nous ne croyons pas seulement à la résurrection du Christ, mais à bien d'autres. Les apôtres ont été témoins de la mort et de la résurrection du Christ et l'ont proclamé. Actes 2:43 enseigne que l'enseignement des apôtres était accompagné de miracles. Comme Jésus, les apôtres ont accompli des signes et des prodiges par la puissance du Saint-Esprit. Ces signes confirmaient leur message concernant le Messie crucifié. De la même manière que Dieu a attesté le Christ par des miracles, Héb. 2:3-4 dit que Dieu a fait de même avec les apôtres. Héb. 2:3-4 dit à propos du message du salut : "Il a d'abord été annoncé par le Seigneur, et il nous a été attesté par ceux qui l'ont entendu, 4 tandis que Dieu rendait aussi témoignage par des signes, des prodiges et divers miracles, et par des dons du Saint-Esprit distribués selon sa volonté." Tous les chrétiens croient aux miracles. Nous croyons que Dieu intervient de manière extraordinaire. Nous prions pour que sa volonté soit faite, nous restons concentrés sur la manière dont nous pouvons vivre dans le cadre de sa volonté révélée. Nous savons que rien ne peut être accompli par nos propres forces. Nous avons besoin de l'intervention de Dieu. Dieu peut encore guérir aujourd'hui. Comme c'était le cas dans le ministère de Jésus et des apôtres, la guérison renvoie au Christ. Dieu utilise les miracles pour attirer les gens à lui. Dieu guérit le mendiant boiteux. Cela réveille les gens. Pierre prêche le Christ crucifié et Actes 4:4 rapporte que 2000 personnes sont venues à la foi après le sermon de Pierre.


Une deuxième application est que nous devons être étonnés. Nous pensons parfois que les gens du premier siècle étaient crédules. Nous pensons qu'ils croyaient aux miracles parce que la science n'était pas aussi avancée à l'époque. Actes 3:9-10 dit que les gens étaient étonnés et tout à fait stupéfaits. Ils étaient stupéfaits parce qu'ils ne voyaient pas cela tous les jours. Nous ne pouvons pas nous endormir. Nous devons être tout aussi émerveillés par les miracles. En particulier, en pensant au miracle de la nouvelle vie en Christ. Les miracles sous toutes leurs formes sont formidables, mais n'oubliez pas que ce mendiant boiteux a peut-être été guéri, mais qu'il est probablement tombé malade comme nous tous et qu'il est mort avec l'âge. Nous voulons prier pour les maladies, les handicaps à long terme, mais nous devons aussi nous rappeler que ces guérisons sont toujours des solutions temporaires. Elles ne sont jamais aussi importantes que la nouvelle vie en Christ. Nous devons être enthousiasmés et émerveillés par la conversion et par la puissance de l'Évangile qui transforme la vie.


2 -- Actes 3:12-17 La résurrection comme preuve de la culpabilité des pécheurs

Deuxièmement, Pierre utilise la résurrection pour témoigner de la culpabilité des pécheurs. Pierre s'adresse à ses auditeurs. Il s'adresse directement à eux à la deuxième personne. Il crée un pont entre la résurrection du Christ et eux. Il appelle Dieu "le Dieu de nos pères". Il les accuse en disant : "Vous avez livré et renié devant Pilate..." et il continue : "Vous avez demandé qu'on vous livre un homme meurtrier et vous avez tué l'auteur de la vie." En Actes 3:15, Pierre revient au miracle en faisant appel à leur propre expérience lorsqu'il dit, à propos du mendiant boiteux : "Vous avez vu" et "Vous avez connu". Puis, en Actes 3:17, revenant à Jésus, il dit : "Or, frères, je sais que, par ignorance, vous avez agi comme vos chefs." Pour qu'il y ait résurrection du Christ, il fallait que quelqu'un le tue. Ainsi, la résurrection est la preuve de leur culpabilité.


Une première application est que, parce que nous sommes tous pécheurs, nous sommes en quelque sorte coupables de la mort de Jésus. Le fait que les Juifs l'aient envoyé aux Romains pour qu'ils le fassent mourir n'a pas vraiment d'importance. Le problème était notre péché. Esaïe 53 dit que c'était la volonté de Dieu d'écraser Jésus. Comme le dit la chanson : "Que l'amour du Père pour nous est profond". Nous chantons : "Honteux, j'entends ma voix moqueuse, J'appelle parmi les moqueurs. C'est mon péché qui l'a retenu, Jusqu'à ce qu'il soit accompli...."


Une deuxième application est un peu théologique. La doctrine du Christ est complexe. Une question qui divise les gens est de savoir s'il est acceptable de dire que Dieu est mort sur la croix. Parce que Pierre dit qu'ils ont tué " l'auteur de la vie ", je pense qu'il est acceptable de parler de la mort de Dieu sur la croix. La Confession de foi de Westminster l'exprime ainsi : " en raison de l'unité de la personne [du Christ], ce qui est propre à une nature est parfois, dans l'Écriture, attribué à la personne désignée par l'autre nature ". Ainsi, même si la divinité est incapable de mourir, on peut dire que, sur la croix, Dieu est mort pour nous, tout en affirmant que Dieu ne peut pas mourir.


Une troisième application concerne le témoignage. Comme Pierre, nous devons être personnels. Nous pouvons faire appel aux expériences personnelles des gens. De cette façon, ils ne peuvent pas le nier. Nous pouvons faire appel au bon sens, à la moralité, à l'amour, à l'expérience religieuse, à notre sens de la justice, à la logique ou à la signification pour montrer la vision chrétienne du monde.


3 -- Actes 3:18-26 La résurrection comme preuve de bénédictions pour tous

Troisièmement, Pierre utilise la résurrection pour annoncer une bénédiction conforme aux promesses de l'AT. Dans Actes 3:17, Pierre passe de l'accusation à la bénédiction. Il dit qu'ils ont tué Jésus dans leur ignorance, mais qu'il y a une bonne nouvelle. Bien qu'ils aient tué l'auteur de la vie, Dieu a ressuscité du tombeau celui qu'ils avaient tué (Actes 3:18) ! Ils ont tué Jésus, mais cela faisait partie du plan de Dieu. Tous les prophètes avaient annoncé que le Christ souffrirait. Actes 3:13 établissait déjà un lien entre Jésus et le serviteur du Seigneur, qui est probablement le serviteur d'Ésaïe 42-53. Isaïe 52:13-53:12 est le texte prophétique le plus évident sur le Messie souffrant. Zach 12:10 ; 13:7 et Jér 11:19 ; Dan 9:26 sont également interprétés comme des prophéties de la souffrance et de la mort du Messie.


Actes 3:19-26 concerne le temps présent, rendu possible par les souffrances et la résurrection du Christ. C'est le temps où ceux qui se repentent et se détournent de leurs péchés peuvent connaître le pardon de leurs péchés (Actes 3:19). Cette saison accomplit les prophéties de l'Ancien Testament. Pierre cite le Deutéronome 18 et la Genèse 22. Moïse a annoncé qu'un véritable prophète viendrait parler au nom de Dieu (Dt 18,18-19). Se détourner du péché, c'est écouter ce prophète qu'est Jésus. Cette promesse s'accompagne également d'un avertissement. Ceux qui ne l'écouteront pas seront jugés et exterminés du peuple" (Actes 3:23). Cela signifie que la destinée éternelle des gens dépend de leur relation avec Jésus. Je sais que cela peut sembler restrictif. Mais c'est une bonne nouvelle pour tous. Nous pouvons être sauvés en dehors de nos œuvres par la foi en Christ. La nouvelle que Jésus est mort sur la croix et à payé pour le péché est la meilleure nouvelle qui soit. Si nous mourons dans nos péchés, nous devrons faire face à la colère de Dieu. En Christ, nous pouvons tous être sauvés.


Ensuite, Pierre se réfère à Gn 22,18, dans lequel Dieu dit à Abraham : "En ta descendance, toutes les familles de la terre seront bénies." Le reste de ce passage est le côté de la bénédiction dont jouissent ceux qui se repentent. C'est la plus grande des nouvelles. Pierre invite ses auditeurs, même ceux qui ont tué Jésus, à bénéficier maintenant de ce que sa mort a accompli. C'est une bénédiction pour tout le monde. Elle s'adresse à quiconque fléchit le genou devant le Christ, parmi toutes les familles de la terre. Cette bénédiction est la vie éternelle, qui comprend une relation avec Dieu, le pardon des péchés et une conscience libre de toute culpabilité.


Dans Actes 3, une fois que le mendiant boiteux est guéri, il entre dans le temple. Jusque-là, le mendiant boiteux était amené à la porte du temple. Il se trouvait au seuil du lieu de culte, mais il ne pouvait pas entrer. Il était boiteux, souillé et n'avait pas accès aux parvis intérieurs (cf. Lv 21, 17-20 ; 2 S 5, 8). Son miracle signifiait bien plus qu'une guérison physique. Il a également été accepté sur le plan spirituel. Pour la première fois, il a été jugé digne d'entrer dans la maison d'adoration. Ce thème se répète dans les Actes des Apôtres. Ceux qui étaient rejetés comme indignes d'être adorés dans l'ancienne alliance avec Israël ont été pleinement acceptés au nom de Jésus, qu'il s'agisse d'un mendiant boiteux, d'un eunuque éthiopien, d'une femme ou d'un païen. Il n'est pas étonnant que l'homme ait été rempli d'une telle joie. Il s'est mis à marcher, à sauter et à louer Dieu. Pour la première fois, il pouvait vraiment louer Dieu dans le lieu de la louange, dans la maison de Dieu.


La guérison physique du mendiant boiteux est étonnante, mais elle annonce beaucoup plus ! Ce miracle a permis aux apôtres d'annoncer la venue du royaume de Dieu et de montrer le changement de paradigme que Jésus a apporté par sa mort, son enterrement et sa résurrection. Ce n'est que le début. Le reste des Actes continuera à montrer les implications de l'accomplissement des promesses faites par Dieu à Abraham et à Israël en la personne du Christ, pour le bonheur de tous les peuples.


Conclusion

Actes 3 poursuit la trajectoire du livre des Actes. Les apôtres témoignent du Roi ressuscité. Ils le font par la puissance du Saint-Esprit. Dieu s'en sert pour étendre son royaume. Actes 3 a des implications pour nous. Si nous sommes chrétiens, nous avons fait l'expérience de la puissance de Dieu qui a ressuscité le Christ d'entre les morts. Par notre péché, nous sommes coupables de la mort du Christ, mais en nous repentant et en croyant, nous pouvons aussi bénéficier de la mort du Christ et voir nos péchés effacés. Une vie de repentance est une vie de repentance continue. Les chrétiens continuent à pécher, mais nous nous repentons continuellement et nous nous soumettons au Roi Jésus en profitant des bénédictions qu'il a pour nous. Ces bénédictions ne seront pas toujours aussi radicales que de voir un homme boiteux de naissance sauter de joie et louer Dieu. Cependant, il y a de la joie à vivre en accord avec Dieu, dans la communauté de son peuple, et à poursuivre son œuvre en apprenant à vivre notre union avec le Christ. C'est aussi une joie d'être dans le royaume de Dieu. Nous sommes les témoins du Christ. Par la puissance de l'Esprit Saint, nous annonçons le roi ressuscité et Dieu étend son royaume. Un plus grand nombre de personnes font l'expérience de la puissance transformatrice de l'Évangile. Ils jouissent des bénédictions qui sont pour toutes les familles du monde en Christ.









33 views0 comments

Comments


bottom of page