top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

4 February 2024 -- Witness in Antioch


Acts 11:19-30

Julian Bacon

Series: Be My Witnesses -- The Book of Acts






 

Witness in Antioch

Acts 11:19-30


  1. The beginning of the ministry in Antioch (Acts 11:19-21, 26)

  2. The ministry of Barnabas (Acts 11:22-26)

  3. The ministry between churches (Acts 11:27-30)



According to Google, the “most Christian cities” are the Vatican, Jerusalem, Ephesus, Bethlehem, Lourdes, and Rome. If you would have googled that in the first century, from Acts 12 onward, Antioch would have made the top 2. Antioch was huge, influential, and central to Paul’s missionary work. When we learn this, we wonder how we missed this! My theory is that Antioch was so central, and Paul spent so much time there that it did not need its NT letter because it had Paul!


Acts 11:19-30 has all the main themes of Acts with a great development. The Holy Spirit is working through Christian witness to reach a new region with the gospel. Until Acts 11, Christianity was a Jewish movement. Acts 10-11 introduces Gentile conversions with Cornelius. Now, in Acts 11:19-30, Gentile conversions are the foundation for the church in Antioch.


This shift is relevant today with the ongoing Israeli-Palestinian conflict. The first-century church was so Jewish that it asked, “Does God accept Gentiles?” Today the church is so gentile that we ask, “Does God still have a plan for the Jews or Israel?” The book of Acts shows that God has the same plan for all people. The plan is Jesus. The church is a Jewish movement that includes Gentiles. God has one people, the body of Christ, made up of all languages and cultures. Still today, faith in the Jewish messiah is God's plan for the Jewish people.


Acts 11:19-30 highlights the activities of the church in Antioch. A commentator summarizes Acts 11:19-30 this way, “The missionary proclamation of the church is empowered by God, driven by outreach across cultural boundaries, consolidated by competent preachers, supported by teamwork, and assisted by the solidarity of believers and churches.”[i] Acts 11:19-30 focuses on Christian ministry. I want to cover three of these ministries, (1) the beginning of Ministry in Antioch, (2) the Ministry of Barnabas, and (3) the Ministry between churches.



First, we look at the beginning of the Ministry in Antioch in Acts 11:19-21, 26

Acts 11:19-21 describes the conversions of people in Antioch[ii] This is some information about Antioch.[iii] Antioch had half a million people. It was the third-largest city in that day. It was diverse in religion, worldviews, and social classes. It was a Greek city, ruled by Romans. 5% of the population was Jewish. There were trade routes from China to Antioch. You would have also seen people from Asia in Antioch. Walking in Antioch in some ways could feel like walking in Brussels today! It was where money and opportunities were found!


Our text presents the first time Christians go to a city and share the gospel with Gentiles. In Acts 11:20, Christians spoke to Hellenists who were Greek-speaking gentiles. Acts 11:21 reports that "a great number who believed turned to the Lord." Cornelius' conversion taught that Gentiles could also be saved (Acts 11:18). This leads to a new kind of witnessing. This is so different than teaching Jews that Jesus was their awaited Messiah. Gentiles in Antioch had no biblical context for the gospel. Acts 13 and 17 offer more detail on the difference in preaching to Gentiles as opposed to Jews. Sharing the gospel in Antioch would be much like sharing the gospel in Brussels today. People are not familiar with the Jewish context of Christianity. There is less emphasize on the fulfillment of Scripture, but still a call to repent from sin and trusting the offer of the forgiveness of sins in Christ, because he died and rose again.


According to Acts 11:26, the Christian movement in Antioch became so successful that it needed a name. It was common for religions to be tied to a people group like the God of Israel, the Roman religion. Because followers of Jesus were so diverse their name could not be connected to a nation. They started to be called Christians! What they had in common was that they followed Christ!


Another aspect of the growth of the church is highlighted by the verb “to send.” In Acts 19:22 the Jerusalem church heard of what was happening in Antioch. The church was growing so they sent Barnabas to them. Then, because of their rapid growth, the church in Antioch was able to give back. When they heard about the famine in Judea, they sent relief their way. So Jerusalem sent Barnabas to Antioch and Antioch sent money to Jerusalem (c.f. Acts 12:25). This is the beginning from a shift of influence away from the church in Jerusalem to the church in Antioch.[iv]


Applications

First, expect diversity in the church. In Acts, the church is becoming more diverse. Today, the Christianity is the most diverse religion. The numbers are from 2010. 36% of Christians were in the Americas, 26% in Europe, 24% in Sub-Saharan Africa, and 13% in Asia-Pacific. No other religion comes close to the diversity Christianity enjoys!


The Christian church is the largest religion. It is the largest multiracial, multinational, multicultural community that exists. Margaret Mead, a well-known American anthropologist, saw in Vancouver in 1983 the thousands of Christians from all over the world who had gathered for the Sixth Assembly of the World Council of Churches, she exclaimed, ‘You are a sociological impossibility!’


Through Jesus, God has broken down the barriers which divided us, and by reconciling us to himself, has reconciled us to one another.[v] Jesus is so glorious that when we look to him, our different political opinions, our love of country, favorite sports team, become insignificant. This is a sign of a healthy church. Jesus becomes our all in all, we can become close to people who are different than us because Jesus has become our life and their life!


A second application is Expect God to move in a city like Brussels. Our bent is probably to consider that because of secularism, that people would not come to faith in Brussels. The same could have been said in Antioch. It was diverse in the same ways that we are today and yet Christianity grew. When you think of witnessing in Brussels, remember Antioch!



Second, we look at the Ministry of Barnabas in Acts 11:22-26

The church in Antioch had grown so significantly that the Jerusalem church decided to send Barnabas. In Acts 4:36 we learn that Barnabas means “son of encouragement” (παρακλησεως) and that he sold a field and gave money to the church. In Acts 9:27 when people were suspicious of Paul, the persecutor turned Christian, Barnabas defended Paul. Barnabas was wealthy, generous, gracious, and courageous.


In Acts 11:23 he “exhorts.” The verb to exhort is the same root in Greek as the word “encouragement” to describe Barnabas as a “son of encouragement.” It is the same word used to describe the Holy Spirit as the comforter or Jesus as our advocate. This word is hard to translate. It has a wide range of meanings. It has some force to it. Whether you exhort, encourage, comfort, advocate, you use words for an impact. There is also an aspect that the subject of the verb always has the object’s best interest at heart. Whether it refers to tough love, speaking in someone’s defense, just offering kind, soft uplifting words, it is this behind Barnabas’ name and what he was doing. Barnabas is “Barnabassing.”


We could see his work as the perfect combination of truth and love. The right combination of truth and love is so difficult and so needed. If all we do is affirm people, that is cowardly. If we give advice too quickly, we are impatient and unloving. If all we do is affirm, people will love what we are saying. If we offer truth without love, people will dismiss us.


We need gentle exhorters! Often our biggest sin habits have been so ingrained in us that we are blind to them and need someone to love us and challenge us. The text says Barnabas “exhorted them all to remain faithful to the Lord with steadfast purpose,” for he was a good man, full of the Holy Spirit and of faith.”


In the following verse, Acts 11:24, people were added to the Lord. Barnabas did not go to preach the gospel to unbelievers. It is as if indirectly, a community of encouragement, and truth and love is one in which transformation happens and people come to the LORD.


The next thing we read about Barnabas is the following the growth, he gets Saul. Paul was the right person for the job because the Lord told him he would be God’s instrument to carry God’s name before the Gentiles. According to Acts 11:26 Barnabas and Saul remained in Antioch for a whole year to teach the church and many people. To be effective in ministry we do not have to do it all ourselves, but humility leads us to recognize other people’s strengths to entrust them with service and see God work in amazing ways through them.



Application

Barnabas is a prominent character through Acts 15. The last we hear of him, Paul and Barnabas part ways. While Paul refused to take Mark who deserted them in the past, Barnabas wants to give him a second chance. We learn that Barnabas is generous with his money. He is one who encourages. He gives people the benefit of the doubt and second chances. He is full of the Holy Spirit and urges people to remain faithful in their walk with Christ. Barnabas is the kind of person that we want around us and the kind of people that we want to be for each other. Life gets hard, we need those kinds of friends. The key is not to try harder to be more like Barnabas. The text says, Barnabas was full of the Holy Spirit almost to say, don’t look to Barnabas to be like Barnabas but look to the Holy Spirit. Barnabas was able to encourage because he was full of the Holy Spirit, the real encourager.


How can we be full of the Holy Spirit? The Holy Spirit fills all believers. When the Bible speaks of believers being full of the Holy Spirit they are not indicating that more Holy Spirit was given to them but rather that the sanctifying work of the Holy Spirit was evident in their lives. For us to be full of the Holy Spirit, in this sense, we need to make ourselves available to God’s work. We put ourselves in situations where he promises to work in us. What it means to be full in the Holy Spirit is to follow Acts 2:41-47. We need meals together, study scripture together, to pray together, to take communion together, worship, get to know, care, and bless one another. The Spirit works in us and through us as we commit to practicing the church activities God gives the church. Like Barnabas, our ministry to one another becomes gentle, kind, firm, and winsome, and full of the Holy Spirit!



Third, we see Ministry Between Churches in Acts 11:27-30 

While Paul and Barnabas were in Antioch, prophets predicted a famine in the Jerusalem region (Acts 11:27-28). The church in Antioch sent relief to Jerusalem with Paul and Barnabas (11:29-30). We have already seen care within the community. Acts 2:41-47 teaches about people giving for the needs from within the church community. Now, this is something new. We see Christians from one region also giving to help out Christians in a different region. 

Application


There are many local churches, but Christ only has one church. For God’s kingdom to grow we want to be healthy and we want other churches to be healthy, and we want more churches to start and we want those churches to be healthy! We work together! A healthy church has healthy relationships with other churches. It is also eager to give resources away for the sake of the gospel. What Jesus did on the cross, bearing our sin, paying for our punishment was so generous that Christians are moved by Christ become more generous. The gospel also has a unifying effect. The gospel is by far the greatest news. All those who are captivated by it are united by it. The gospel becomes our common framework for life. Its beauty compels us to give sacrificially to gospel causes elsewhere.


I want to share about how we have benefitted in our church from this. Hope is connected in different ways to many churches. First locally, before Hope, the Brinks were part of a church in Brussels. From the beginning they let that church know that they were here to start another church. Their church was very supportive and even encouraged some of their people to come start Hope!


Now a bit more broadly in Europe, we are part of a denomination called the International Presbyterian Church it is a network of church that exists to care for one another and offer support and accountability. The Bacons and Brinks are part of a Missions Organization called Mission to the World which serves as a missions organization for close to 2000 churches in the US. Many of those churches give resources and money to help fund workers who can go throughout the world to start new churches. Because of where we are in this journey, we are like Antioch in Acts 11:22 where they receive Barnabas. But while we are more on the receiving end than the giving end we would like to start giving from the beginning. We will keep you posted! Our desire is to give 10% of the church's budget away.[vi]


Conclusion

In Acts 11:19-30, we learn about the birth of a very influential church in the first century, the church in Antioch. This church marks a shift in Acts. It is the first majority gentile church. For the first time, the Jerusalem church is not just sending, but now also receiving. We learn that the gospel is for all people even those with no context for the Christian message.

We learn from Barnabas’s winsome ministry, some traits of ministry to one another. We need to be full of the Holy Spirit to be generous, and courageous, coming along side one another to urge each other to persevere in the faith. 

Finally we see churches are connected. There is just one team. This is the unifying effect of the gospel. God’s church is unified in Christ and by sacrificial giving. If we can bless other churches we bless God’s church. In a way, in blessing others, we bless ourselves. That is how united we are. The Jerusalem church sent Barnabas. Barnabas strengthened the church in Antioch. The church in Antioch was in a place where they could bless the Jerusalem church. With this picture in mind, as people united to Christ and captivated by his generosity on the cross, we will see the elements of this text in our church.




[i] Schnabel on Acts 11:19-30. .


[ii] Acts 11:19 refers to the content of Acts 8:4. Following Stephen’s murder and the persecution of the church, the Christians in Jerusalem scatter and spread to Phoenicia, Cyprus, and Antioch. Phoenicia is particularly important. It was part of the land promised to Abraham in Gen 15 and land that the people of Israel never possessed in the OT. Perhaps the inclusion of Phoenicia here is to show that the land promise has now been completely fulfilled! God’s people are in the whole promised Land. .


[iii] More information on Antioch - After Alexander the Great’s death, his kingdom was split in two. The Ptolemies made Alexandria their capital in Egypt and the Seleucids made Antioch their capital in Syria. When the Romans conquered the Greek empire, Antioch became the capital of the Roman province of Syria. https://www.ligonier.org/learn/devotionals/the-church-in-antioch


[iv] In Acts 13 to 21, Paul goes on three missionary journeys, Antioch is the city he begins in and ends before finishing in Jerusalem after the third journey. .


[v] John Stott, Christian Basics, Ch 9. .


[vi] I so want to touch on the topic of mercy ministries. It is a hot topic in some churches. This is where we all agree. The church must care for its own members and churches must care for Christians and churches outside of its walls. The second point that all agree on is that all Christians must be salt and light in the world, doing good, being generous however they see fit so that unbelievers would see and give glory to God. The debate is often the role of the church in charity works that do not have a gospel component. In the debate, some distinguish what the church the institution is to be doing vs what individual Christians are called to do. In accord with our study in the book of Acts, we want to prioritize Acts 2:41-47. We want to teach the bible, pray, worship, have meals in each other’s homes, care for one another sacrificially. Second we want to care for other churches. Third, we want to send everyone to be salt and light. Fourthly, In Matt 25, Jesus makes it clear that we will be judged based on whether we fed the hungry, clothed the naked, visited those who were in prison. It is the church’s responsibility to equip Christians to do those things. Therefore, we can partner with organization and send people to be salt and light there. Even when the ministry is not explicitly Christian, loving people freely, is an outworking of the love of Christ and can lead to gospel conversations!




 

Le témoignage à Antioch

Actes 11:19-30



Selon Google, les "villes les plus chrétiennes" sont le Vatican, Jérusalem, Ephèse, Bethléem, Lourdes et Rome. Si vous aviez googlé cela au premier siècle, à partir d'Actes 12, Antioche aurait fait partie des 2 premières villes. Antioche était une ville immense, influente et centrale dans le travail missionnaire de Paul. Lorsque nous apprenons cela, nous nous demandons comment nous avons pu passer à côté ! Ma théorie est qu'Antioche était tellement centrale et que Paul y a passé tellement de temps qu'elle n'avait pas besoin de sa propre lettre du NT ! Paul écrivait à certains endroits dans le cadre de son ministère. Antioche n'avait pas besoin d'une lettre parce qu'elle avait Paul !


Actes 11:19-30 reprend tous les thèmes principaux des Actes avec un développement important. Le Saint-Esprit agit par le biais du témoignage des chrétiens pour atteindre une nouvelle région avec l'Évangile. Jusqu'à Actes 11, le christianisme était un mouvement juif. Les Actes 10-11 introduisent les conversions païennes avec Corneille. Dans Actes 11:19-30, les conversions païennes constituent le fondement de l'Église d'Antioche.


Ce changement est d'actualité aujourd'hui avec le conflit israélo-palestinien en cours. L'Église du premier siècle était tellement juive qu'elle demandait : "Dieu accepte-t-il les païens ?" Aujourd'hui, l'église est tellement païenne qu'on se demande : "Dieu a-t-il encore un plan pour les Juifs ou Israël ?" Le livre des Actes des Apôtres montre que Dieu a le même plan pour tous les peuples. Ce plan, c'est Jésus. L'Église est un mouvement juif qui inclut des païens. Dieu a un seul peuple, le corps du Christ, composé de toutes les langues et de toutes les cultures. Aujourd'hui encore, la foi dans le messie juif est le plan de Dieu pour le peuple juif.


(Grandes lignes) Actes 11:19-30 met en lumière les activités de l'église. Un commentateur résume Actes 11:19-30 de la manière suivante : " La proclamation missionnaire de l'Église est rendue possible par Dieu, renvoyée par la diffusion au-delà des frontières culturelles, consolidée par des prédicateurs compétents, soutenue par le travail d'équipe et aidée par la solidarité des croyants et des Églises. " [1] Actes 11:19-30 met l'accent sur le ministère chrétien. Je voudrais aborder trois de ces ministères, (1) le début du ministère à Antioche, (2) le ministère de Barnabé, et (3) le ministère entre les églises.



Tout d'abord, nous examinons le début du ministère à Antioche dans Actes 11:19-21, 26.

Actes 11:19-21 décrit les conversions de personnes à Antioche[2]. Voici quelques informations sur Antioche[3]. Antioche comptait un demi-million d'habitants. C'était la troisième plus grande ville de l'époque. Elle était diversifiée en termes de religion, de vision du monde et de classes sociales. C'était une ville grecque, gouvernée par les Romains. 5 % de la population était juive. Des routes commerciales reliaient la Chine à Antioche. Vous auriez également vu des personnes originaires d'Asie à Antioche. À certains égards, se promener à Antioche, c'est un peu comme se promener à Bruxelles aujourd'hui ! C'est là que l'on trouvait de l'argent et des opportunités !


Notre texte présente la première fois que des chrétiens se rendent dans une ville pour partager l'Évangile avec des païens.


Dans Actes 11:20, les chrétiens s'adressent à des hellénistes, c'est-à-dire à des païens parlant le grec. Actes 11.21 rapporte qu'"un grand nombre de ceux qui crurent se convertirent au Seigneur". La conversion de Corneille a enseigné que les païens pouvaient aussi être sauvés (Actes 11:18). Cela conduit à un nouveau type de témoignage.


C'est très différent d'enseigner aux Juifs que Jésus est le Messie qu'ils attendent. Les païens d'Antioche n'avaient aucun contexte pour l'Évangile. Les Actes 13 et 17 donnent plus de détails sur la différence entre la prédication aux païens et celle aux juifs. Ce qu'il faut retenir, c'est que la diffusion de l'Évangile à Antioche ressemble beaucoup à la diffusion de l'Évangile à Bruxelles aujourd'hui. Les gens ne connaissent pas le contexte juif du christianisme. Même les concepts de péché, de jugement, de justice et de punition peuvent leur être étrangers.


Selon Actes 11:26, le mouvement chrétien d'Antioche connut un tel succès qu'il lui fallut un nom. Il était courant que les religions soient liées à un peuple, comme le Dieu d'Israël, la religion romaine. Comme les disciples de Jésus étaient si divers, leur nom ne pouvait pas être associé à une nation. Ils ont commencé à s'appeler chrétiens ! Ce qu'ils avaient en commun, c'était de suivre le Christ !


Un autre aspect de la croissance de l'Église est mis en évidence par le verbe "envoyer". Dans Actes 19:22, l'Église de Jérusalem a entendu parler de ce qui se passait à Antioche. L'Église grandissait et ils ont donc envoyé Barnabé. Puis, en raison de leur croissance rapide, ils ont été en mesure de réciproquer. Lorsqu'ils apprirent la famine qui sévissait en Judée, ils envoyèrent des secours. C'est ainsi que Jérusalem envoya Barnabé à Antioche et qu'Antioche envoya de l'argent à Jérusalem (cf. Actes 12:25). C'est le début d'un transfert d'influence de l'Église de Jérusalem vers l'Église d'Antioche[4].



Applications

Tout d'abord, attendez-vous à la diversité dans l'Église. Dans les Actes, l'Église se diversifie de plus en plus. Aujourd'hui, le christianisme est la religion la plus diversifiée. Les chiffres datent de 2010. 36 % des chrétiens se trouvaient en Amérique, 26 % en Europe, 24 % en Afrique subsaharienne et 13 % en Asie-Pacifique. Aucune autre religion ne se rapproche de la diversité dont jouit le christianisme !


L'Église chrétienne est la plus grande religion. C'est la plus grande communauté multiraciale, multinationale et multiculturelle qui existe. Margaret Mead, une célèbre anthropologue américaine, a vu à Vancouver en 1983 les milliers de chrétiens du monde entier qui s'étaient rassemblés pour la sixième assemblée du Conseil œcuménique des Églises et s'est exclamée : "Vous êtes une impossibilité sociologique ! Par Jésus, Dieu a brisé les barrières qui nous divisaient et, en nous réconciliant avec lui-même, il nous a réconciliés les uns avec les autres[5].


Jésus est si glorieux que lorsque nous le regardons, nos différentes opinions politiques, notre amour du pays, notre équipe sportive préférée, deviennent insignifiants. C'est le signe d'une église saine. Jésus devient notre tout en tout, nous pouvons devenir proches des gens qui sont différents de nous parce que Jésus est devenu notre vie et leur vie !


Une deuxième application consiste à s'attendre à ce que Dieu se mobilise dans une ville comme Bruxelles. Nous avons tendance à penser qu'en raison de la laïcité, les gens ne viendraient pas à la foi à Bruxelles. La même chose aurait pu être dite à Antioche. La ville était aussi diverse que nous le sommes aujourd'hui et pourtant le christianisme s'y est développé. Lorsque vous pensez à témoigner à Bruxelles, souvenez-vous d'Antioche !



Deuxièmement, nous examinons le ministère de Barnabé dans Actes 11:22-26.

L'Église d'Antioche s'est tellement développée que l'Église de Jérusalem a décidé d'envoyer Barnabé. Dans Actes 4:36, nous apprenons que Barnabas signifie "fils d'encouragement" et qu'il a vendu un terrain et donné de l'argent à l'église. Dans Actes 9:27, alors que les gens se méfiaient de Paul, le persécuteur devenu chrétien, Barnabé a défendu Paul. Barnabé était riche, généreux, aimable et courageux.


Dans Actes 11:23, il "exhorte". Le mot grec "παρεκαλει" est la signification du nom de Barnabé. Barnabas "Barnabasse". "παρακλησεως" est un mot difficile à traduire. Il fait référence au ministère du Saint-Esprit en tant que "consolateur", il comprend l'exhortation et l'encouragement. Ce mot a plus d'un sens et nous devons donc le comprendre à partir du contexte. Le texte dit que Barnabé "les exhortait tous à demeurer fidèles au Seigneur avec une ferme résolution", car c'était un homme bon, rempli d'Esprit Saint et de foi. D'après ce que nous savons de Barnabé, son "exhortation" était douce, sincère et personnelle. Selon le verset suivant, Actes 11:24, des personnes ont été ajoutées au Seigneur en Actes 11:24. Par conséquent, Barnabé décide d'aller chercher Saul. Paul était la bonne personne pour ce travail parce que le Seigneur lui avait dit qu'il serait l'instrument de Dieu pour porter le nom de Dieu devant les païens. Selon Actes 11:26, Barnabé et Saul sont restés à Antioche pendant une année entière pour enseigner l'église et de nombreuses personnes.


Application

Barnabé est un personnage important tout au long des Actes 15. La dernière fois que nous entendons parler de lui, Paul et Barnabé se séparent. Alors que Paul a refusé de prendre Marc qui les avait abandonnés dans le passé, Barnabé veut lui donner une seconde chance. Nous apprenons que Baranabas est généreux avec son argent. Il est de ceux qui encouragent. Il donne aux gens le bénéfice du doute et une seconde chance. Il est rempli de l'Esprit Saint et encourage les gens à rester fidèles dans leur marche avec le Christ.


Barnabé est le genre de personne que nous voulons avoir autour de nous et que nous voulons être les uns pour les autres. La vie peut être très dure. Nous avons besoin d'amitiés solides. Nous avons besoin de personnes qui ont connu les épreuves que nous traversons. Nous devons passer du temps ensemble pour nous faire confiance. Nous devons avoir l'intention de partager nos vies avec les autres. Barnabé était capable d'encourager parce qu'il était rempli de l'Esprit Saint, le véritable encourageur. Ce que cela signifie pour nous, c'est de regarder, comme nous le faisons presque chaque semaine, vers Actes 2:41-47. Nous avons besoin de prendre nos repas ensemble, d'étudier les Écritures ensemble, de prier ensemble, de passer du temps ensemble, de nous connaître, de nous soigner et de nous bénir les uns les autres. L'Esprit travaille en nous et à travers nous lorsque nous nous engageons à pratiquer les activités ecclésiales que Dieu donne à l'Église. Comme Barnabé, notre ministère les uns envers les autres devient doux, aimable, ferme et victorieux.



Troisièmement, Le ministère entre les Églises

Alors que Paul et Barnabé se trouvaient à Antioche, certains prophètes ont annoncé une famine dans la région de Jérusalem (Actes 11.27-28). L'Église d'Antioche a envoyé des secours à Jérusalem avec Paul et Barnabé (11.29-30).


Nous avons déjà vu la solidarité au sein de la communauté. Actes 2.41-47 nous apprend que les gens donnent pour les besoins de la communauté chrétienne. Il s'agit à présent d'une nouveauté. Nous voyons des chrétiens d'une région donner pour aider des chrétiens d'une autre région.


Application

Il existe de nombreuses églises locales, mais le Christ n'a qu'une seule église. Pour que le royaume de Dieu grandisse, nous voulons être en bonne santé et nous voulons que d'autres églises soient en bonne santé, et nous voulons que d'autres églises soient créées et nous voulons que ces églises soient en bonne santé ! Nous travaillons ensemble ! Une église saine entretient des relations saines avec d'autres églises. Elle est également désireuse de donner des ressources pour l'amour de l'évangile.


Ce que Jésus a fait sur la croix, en portant nos péchés, en payant pour notre punition, était si généreux que tous ceux qui sont touchés par le Christ deviennent plus généreux. L'Évangile a également un effet unificateur. L'Évangile est de loin la meilleure nouvelle. Tous ceux qui sont captivés par cette nouvelle sont unis par elle. L'Évangile devient notre cadre de vie commun. Sa beauté nous incite à nous sacrifier pour des causes évangéliques ailleurs.


Hope est liée de différentes manières à de nombreuses églises. D'abord localement, avant Hope, les Brinks faisaient partie d'une église à Bruxelles. Dès le début, ils ont fait savoir à cette église qu'ils étaient ici pour fonder une autre église. Leur église les a beaucoup soutenus et a même encouragé certains de leurs membres à venir fonder Hope !


Plus largement en Europe, nous faisons partie d'une dénomination appelée l'Eglise presbytérienne internationale. Il s'agit d'un réseau d'églises qui existe pour prendre soin les unes des autres et offrir un soutien et une redevabilité. Les Bacon et les Brinks font partie d'une organisation missionnaire appelée Mission to the World qui sert d'organisation missionnaire à près de 2000 églises aux États-Unis. Beaucoup de ces églises donnent des ressources et de l'argent pour aider à financer des travailleurs qui peuvent aller dans le monde entier pour démarrer de nouvelles églises.


En raison de notre position dans ce cheminement, nous sommes comme Antioche dans Actes 11:22 où ils reçoivent Barnabé. Mais alors que nous sommes plus du côté de la réception que du côté du don, nous aimerions commencer à donner dès le début. Nous vous tiendrons au courant ! Notre souhait est de donner 10% du budget de l'église[6].



Conclusion

Dans Actes 11:19-30, nous apprenons la naissance d'une église très influente au premier siècle, l'église d'Antioche. Cette église marque un tournant dans les Actes. C'est la première église majoritairement païenne. Pour la première fois, l'Église de Jérusalem ne se contente pas d'envoyer, elle reçoit aussi. Nous apprenons que l'Évangile s'adresse à tous les peuples, même à ceux qui n'ont aucun contexte pour le message chrétien. Le ministère victorieux de Barnabé nous apprend certains traits du ministère que nous devons exercer les uns envers les autres. Nous devons être généreux et courageux, nous accompagner les uns les autres pour nous encourager à persévérer dans la foi. Enfin, nous voyons que les églises sont reliées entre elles. Il n'y a qu'une seule équipe. L'Église de Dieu est unifiée en Christ et par le don sacrificiel. Si nous pouvons bénir d'autres églises, nous bénissons l'Église de Dieu. D'une certaine manière, en bénissant les autres, nous nous bénissons nous-mêmes. C'est ainsi que nous sommes unis. L'Église de Jérusalem a envoyé Barnabé. Barnabé a renforcé l'Église d'Antioche. L'Église d'Antioche était en mesure de bénir l'Église de Jérusalem. En gardant cette image à l'esprit, en tant que personnes unies au Christ et captivées par sa générosité sur la croix, prenons bien soin les uns des autres.






[1] Schnabel sur Actes 11:19-30.


[2] Actes 11:19 renvoie au contenu d'Actes 8:4. Après le meurtre d'Étienne et la persécution de l'Église, les chrétiens de Jérusalem se dispersent et se répandent en Phénicie, à Chypre et à Antioche. La Phénicie est particulièrement importante. Elle faisait partie de la terre promise à Abraham en Gn 15 et de la terre que le peuple d'Israël n'a jamais possédée dans l'AT. L'inclusion de la Phénicie dans le texte a peut-être pour but de montrer que la promesse d'une terre a été complètement accomplie ! Le peuple de Dieu se trouve dans toute la terre promise.


[3] Plus d'informations sur Antioche - Après la mort d'Alexandre le Grand, son royaume fut divisé en deux. Les Ptolémées firent d'Alexandrie leur capitale en Égypte et les Séleucides firent d'Antioche leur capitale en Syrie. Lorsque les Romains ont conquis l'empire grec, Antioche est devenue la capitale de la province romaine de Syrie. https://www.ligonier.org/learn/devotionals/the-church-in-antioch


[4] Dans les Actes 13 à 21, Paul entreprend trois voyages missionnaires, et c'est à Antioche qu'il commence et qu'il termine, avant de finir à Jérusalem après le troisième voyage.


[5] John Stott, Christian Basics, chapitre 9.


[6] J'aimerais aborder la thématique des ministères de miséricorde.


C'est une thématique brûlante dans certaines Églises. Nous sommes tous d'accord sur ce point. L'Église doit prendre soin de ses propres membres et les Églises doivent prendre soin des chrétiens et des Églises en dehors de leurs murs. Le deuxième point sur lequel tout le monde est d'accord est que tous les chrétiens doivent être le sel et la lumière dans le monde, en faisant le bien, en étant généreux comme ils l'entendent, afin que les non-croyants puissent voir et rendre gloire à Dieu. Le débat porte souvent sur le rôle de l'Église dans les œuvres de charité qui n'ont pas de composante évangélique. Dans ce débat, certains font la distinction entre ce que l'Eglise, en tant qu'institution, doit faire et ce que les chrétiens individuels sont appelés à faire. Conformément à notre étude du livre des Actes, nous voulons donner la priorité à Actes 2:41-47. Nous voulons enseigner la Bible, prier, célébrer le culte, prendre des repas chez les uns et les autres, prendre soin les uns des autres de manière sacrificielle. Deuxièmement, nous voulons prendre soin des autres églises. Troisièmement, nous voulons envoyer tout le monde pour être sel et lumière. Quatrièmement, dans Matthieu 25, Jésus dit clairement que nous serons jugés selon que nous aurons nourri les affamés, vêtu ceux qui sont nus, visité ceux qui sont en prison. Il incombe à l'Église d'équiper les chrétiens pour qu'ils fassent ces choses. C'est pourquoi nous pouvons nous associer à des organisations et envoyer des personnes pour y être sel et lumière. Même si le ministère n'est pas explicitement chrétien, le fait d'aimer les gens librement est une manifestation de l'amour du Christ et peut conduire à des conversations sur l'Évangile !



14 views0 comments

Comments


bottom of page