top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

3 March 2024 -- What a Mess! We Lament Our Sin


Lamentations 1

Julian Bacon

Series: Lamentations






 

Life Is a Mess! We Lament Our Sin

Lamentations 1


  1. Life is a mess

  2. We are guilty of sin in the mess

  3. We are surrounded by sinners in the mess



A few years ago, after church, Rachel’s phone was ringing. It was unusual for her Dad to call her at this time. As people were leaving the church building, I was finishing to turn lights off and lock doors. A few minutes later, Rachel was off the phone and in tears, she said, “Travis is dead.”


Travis was an incredible young man. He was 28 years old. He had been married for two years. He had a 9-month-old son who meant the world to him. This beautiful boy is now 4 years old. He is the spitting image of the dad he will never know. Travis was a beloved son, brother, and husband, and to us, cousin. One morning, Travis got up early to go on an ice-climbing adventure, a few hours later, he tragically fell to his death.


The Bible tells us to rejoice in all things. The Bible says that God works all things together for good for those who love him, but how is this for the good of his wife, child, parents, and other loved ones?


Why? How?


We will all have to face events that will lead to permanent changes in our lives. It can be that our parents inform us that we are going to move to a new city and we will have to leave our friends behind. We may get the horrible news of an accident that led to paralysis or death. Some of us will be fired. The guy or girl you like will not like you back. A spouse may ask for a divorce. Or, following such a long period of wanting to get pregnant, you may learn that you have had a miscarriage.


Words do not exist to make these situations okay. Change is coming or change has come, and we are left needing to adapt to the new normal. Even time does not have the power to ever make these events okay. Family, friendship, work, health, marriage, new life are all gifts from God. When they are taken away, there is real pain and grief. With time we learn to manage our grief, but it never truly goes away. Sometimes, the only exclamation that is appropriate, is “How!?”


There is a book of the Bible’s whose title in Hebrew is the exclamation, “How!” This is the exclamation we make when our hearts are troubled, and we are moved beyond words and cannot say anything more! The book of Lamentations has 5 chapters and 3 of them begin with “How?!”[i] How lonely! (ch 1) How the Lord in his anger (ch 2) How the gold has grown dim! (Ch 4)


God is a good and all-powerful and in his infinite wisdom he wants us to have a book called “How?!” We cry this out when horror strikes. With the collection of poems in Lamentations, the Lord gives us a road map to discover his hidden grace. When we find ourselves in a place of uttermost despair, the Lord meets us in our lament. With practice, we become more comfortable with despair, it can become a familiar pace to meet God.


We do not need to be taught how to cry. Mark Vroegop teaches that while to cry is human, to lament is Christian.[ii] In his book “Dark Clouds, Deep Mercy” Vroegop calls Lament a form of protest against evil and suffering. Lament is Christian because when we cry out to God, we cry out knowing that death, disease, suffering, and evil will not have the final word. Lament is the song we sing while we are between suffering and waiting for God to fulfill his glorious promises!


The book of Lamentations keeps our expectations realistic. On one hand Lamentations makes amazing statements about God and inspired the Great Hymn “Great is Thy Faithfulness” but in the end of the book, the trauma is still unresolved. The exclamation, “How!?” remains. That is how life is, even when there is hope in God’s restoration (Lam 3:26, 4:22; 5:21-22). Our lives are messy. Our deaths will not neatly tie a bow by which all our earthly problems are solved. The book is called, “How!?” not “Great is Thy Faithfulness.”


Lamentations is made up of 5 poems. The first four are acrostic poems. This means that each verse begins with the following letter of the alphabet. You’ll notice that Lamentations 1, 2, 4, 5 have 22 verses because Hebrew has 22 letters. Lamentations 3 is the center of the book and has three verses per letter, so it has 66 verses. Going through the alphabet communicates that human suffering connected to the destruction of Jerusalem is total as it goes from A to Z.


Lamentations 5 gives up the acrostic poem almost to communicate that the author has lost his composure. The verses are shorter like they are rapid fire or staccato on a piano. The author cannot contain his pain. He can no longer stick to the style with which he began the book. And yet, there is movement in the book. The book moves from no hope at all in Lam 1, 2 to the confession of a great faith in Lam 3, and other hints of hopeful trust in the King who rules for ever and the plea for restoration (Lam 4:22; 5:21-22).[iii]


The book is about the destruction of Jerusalem in 587 BC, but it is for us. First, the Lament language occurs elsewhere in the Bible (Ps 6, 88, Exod 34:6f, Num 14:18; Ps 86:14; Ps 37) so it is not reserved for this event. Second, the shift from communal to individual lament in Lamentations shows this book is more than a collection of journal entries. They are poems that invite us as a community and as individuals to mourn, grieve, and worship.[iv]


Third, to this day, the book of Lamentations is read once a year in all Jewish communities to remember the destruction of the temple. Lamentations is part of the religious calendar. Fourth, for us, Lamentations is in our Bible. They were words written by people to God. In a mysterious way, they were inspired by God. They are now in our Bibles, so they are God’s words to us, that we get to voice them back at Him. And so, we begin our study.


My title for Lamentations 1 is “What a Mess, We need to Lament our Sin.” SIOS: (1) Life is a mess, (2) we are guilty in the mess, (3) and we are surrounded by sinners in the mess.



1- Life is a Mess.

The poet uses vivid images to communicate the depth of suffering. He calls Jerusalem a widow and a slave (Lam 1:1). He calls her a promiscuous woman who feels deep shame (Lam 1:8-9). She is a wealthy person who must sell possessions to avoid starving. The text covers all kinds of suffering. It includes loneliness (Lam 1:1, 2, 9, 16, 17, 21), great distress (1:3, 4, 20), having no place to rest (Lam 1:3), no more feasts (Lam 1:4), bereavement (Lam 1:5, 20), deep sorrow (Lam 1:12), failure of leaders (Lam 1:4, 19), and hunger (1:11, 19, 20).


Application

Lam 1 invites us to bring our pain to the Lord. We need to remember the type of literature this is. It is not the voice of a prophet condemning God’s people. It is not a history book to teach us what happened. It is a deeply emotional cry for help that invites God’s people to acknowledge their misery. Suffering silently is not a virtue in Lamentations. You can bring all areas that trouble to the Lord.


From fear for our physical safety to our emotional struggles relational losses, even the fall of the system that holds up a society, Lam 1 invites us to bring our pain to the Lord. Whether it be, struggles with friendship at school or to get the grades you thought you deserved, or feeling left out in some friend groups, struggling physically with an illness, depression, or situations that seem beyond our control like a spouse who is no longer invested in the marriage, children who have walked away from the faith, the agony of not being able to conceive, navigating toxic relationships with aging parents, a tragic accident, or just struggling in an ongoing manner from being the victim in the past of sexual, physical, emotional, and spiritual abuse.


We can all take Lamentation 1 and be honest about the hardship we have and are enduring. But this is not an open invitation to become a group of complainers. Lament is a spiritual activity. As long as we complain to God, we are affirming that he is our God, and he is with us even in our darkest places.



2 - We are guilty in the Mess: Complain but also humbly consider yourself as well.

In 11 out of the 22 verses of Lam 1, the author confesses either that Jerusalem is guilty or that God is just, or both. Lam 1:2, 19 refer to lovers which are Israel’s idols. According to Lam 1:5, “the Lord has afflicted her for the multitude of her transgressions.” In Lam 1:8, “Jerusalem sinned grievously.” The misery is the result of the Lord’s hand. His anger is fierce (Lam 1:12). By his hand, “my transgressions were bound into a yoke and fastened together on my neck” (Lam 1:14). Lam 1:18 “The LORD is in the right, for I have rebelled against his word.” Lam 1:21, “You have done it.”


Following the acknowledgement of misery, the author acknowledges Israel’s sin and God’s justice.


Application

We are guilty of sin and this application requires caution. We can say that we stand guilty in our misery without saying that every heartache we experience is the direct result of our own specific sin. Let’s hold this tension with two applications.


First we are sinners, and so we need to lament our sin. Lamenting even small sins shows how seriously we take our sin and value the forgiveness Jesus provides for sinners on the cross. We need to acknowledge and lament our sins.


Second, even when we are not responsible for a particular hardship, we still respond to the crisis as sinners.[v] Our response to other people’s sins is sinful. We use sinful coping mechanisms in response to suffering and undue stress. We escape with entertainment, slander, adult websites, self-entitlement, we retreat from people, and judge others. We experience misery as sinners. (RECAP) Sometimes like the people of Jerusalem, we are responsible. Other times, we endure it as sinners.



3 - We are surrounded by sinners in the mess.

The text stresses also the sin of others. Throughout this poem, the author notes the posture of his enemies. With Jerusalem’s downfall, their enemies benefit and prosper (Lam 1:5). The enemies were mocking and rejoicing at Jerusalem’s downfall (Lam 1:7, 21). They plundered them (Lam 1:10). Of his enemies, the poet ends with “Now, let them be as I am (Lam 1:21).”

 

Application

If God judges all our sin, let him judge the sin of our enemies! When we read the Psalms, those that make us the least comfortable are called the imprecatory Psalms, like Lam 1:21-22. Imprecatory Psalms request that God judge our enemies. Lamentations 1 gives us the right framework for these kinds of prayer that can be appropriate. We highlight our misery. We humbly acknowledge our sin. We affirm God’s justice with us, and then demand his justice for all.


It is right to ask for judgment. Christians are a people who have been forgiven much and are called to forgive. We are prohibited from seeking revenge. The reason is that vengeance belongs to the LORD (Rom 12:19). If we hate our sin and the sin in others we will pray for justice and judgment. If we hate war crimes, we will ask for judgment on those who commit them. Our response to what is happening in Ukraine and Israel-Palestine, and elsewhere is asking God for mercy, and just judgment.



Conclusion

God is for our good, and so lament is for our good. We live in a world full of misery. Lament is a cry of faith! It is turning to God even when he seems absent like he does not care. Mark Vroegop sees four elements in lament we turn to God, complain, make requests, and trust. Lament is the choice of coming to God rather than walking away when your world is falling apart. It is the expression of grief in prayer that helps us to trust God. We can echo the requests of Lamentations 1:9 “O Lord, see my affliction” and Lam 1:11 “Look O Lord, and see for I am despised.”


Our sin runs deep and so we can Lament our sinful thoughts, sinful emotions, and desires. Lament is a tool for our faith to begin a journey back to God. We can use the four movements: turn, complain, ask, trust.


Now this is the gospel from Lamentations 1. When someone is an innocent victim of great injustice we empathize and are so understanding when they grieve and even complain. Lamentations offers better news. Lamentation 1 is the cry not of an innocent person but of sinners who suffer for their sin. Therefore, Lament is for unworthy sinners to draw near to God, to voice our pain, frustration, restlessness in dealing with sin and its consequences. God is not just for those who have their act together, or just for the innocent victims. He is for you and me as we wrestle with our sins, he is for those we would consider the worst of sinners.


Jesus is a friend of sinners. This means, all can come to him. This means that a spouse who cheats and has to live with the consequences can lament and turn to God and experience his grace. This means a person who betrays close friends, the greedy father who lost the family savings on a risky investment, the parent who neglected his children, the rebellious child who disrespects her parent can turn to God and Lament.


The Guilty can lament. This is the offensive part of the gospel. It doesn’t seem right, the guilty deserve to suffer. This is the good news, the Guilty can call on the name of the Lord and know mercy, and have justice satisfied. This is Lamentations 1, an invitation to sinners like you and me to turn to God.



[i] BDB, 32.


[ii] Mark Vroegop, Dark Clouds, Deep Mercy: Discovering the Grace of Lament (Wheaton, IL: Crossway, 2019), 26.


[iii] Contra. Childs who writes, “the relation between the various chapters does not appear to estalish any progression of thought.” Brevard S. Childs, Introduction to the Old Testament as Scripture (Philadelphia, PA: Fortress, 1979), 594.


[iv] Childs, Old Testament as Scripture, 594.


[v] Paul David Tripp’s Instruments in the Hand’s of the Redeemer.





 


Quel chaos ! Nous déplorons notre péché

Lamentations 1



Il y a quelques années, après l'église, le téléphone de Rachel sonnait. Il était inhabituel que son père l'appelle à cette heure-là. Alors que les gens quittaient l'église, je finissais d'éteindre les lumières et de verrouiller les portes. Quelques minutes plus tard, Rachel a raccroché le téléphone et, en larmes, elle m'a dit : "Travis est mort". Travis était un jeune homme incroyable. Il avait 28 ans. Il était marié depuis deux ans. Il avait un fils de 9 mois qui comptait beaucoup pour lui. Ce magnifique garçon a maintenant 4 ans. Il est le portrait craché du père qu'il ne connaîtra jamais. Travis était un fils, un frère et un mari bien-aimé. Pour nous, il était un cousin bien-aimé. Un matin, il est sorti tôt pour partir à l'aventure et, plus tard dans la journée, il a fait une chute mortelle.


La Bible nous dit de nous réjouir en toutes choses. La Bible dit que Dieu fait tout pour ceux qui l'aiment, mais comment cela se fait-il pour le bien de sa femme, de son enfant, de ses parents et des autres personnes qui lui sont chères ? Pourquoi ? Comment ?


Nous serons tous confrontés à des événements qui entraîneront des changements permanents dans notre vie. Il se peut que nos parents nous informent que nous allons déménager dans une nouvelle ville et que nous devrons laisser nos amis derrière nous. Nous apprendrons l'horrible nouvelle d'un accident qui a entraîné une paralysie ou la mort. Certains d'entre nous seront licenciés. Le garçon ou la fille que vous aimez ne vous aimera pas en retour. Un conjoint peut demander le divorce. Ou, après une longue période de désir de grossesse, vous pouvez apprendre que vous avez fait une fausse couche.


Les mots n'existent pas pour rendre ces situations acceptables. Le changement arrive ou est arrivé, et nous devons nous adapter à la nouvelle normalité. Même le temps n'a pas le pouvoir de rendre ces événements acceptables. La famille, l'amitié, le travail, la santé, le mariage, la nouvelle vie sont tous des dons de Dieu. Lorsqu'ils nous sont retirés, nous ressentons une douleur et un chagrin réels. Avec le temps, nous apprenons à gérer notre chagrin, mais il ne disparaît jamais vraiment. Parfois, les seuls mots qui conviennent sont la question ou plutôt l'exclamation qui n'attend pas de réponse : "Comment ?".


Il y a un livre de la Bible dont le titre en hébreu est l'exclamation "Comment !" C'est l'exclamation que nous poussons lorsque nos cœurs sont troublés, que nous sommes émus au-delà des mots et que nous ne pouvons plus rien dire ! Le livre des Lamentations comporte 5 chapitres dont 3 commencent par la question ou l'exclamation "Comment ?"[1].


Dieu est bon et tout-puissant et dans son infinie sagesse, il a voulu que nous ayons un livre qui s'appelle "Comment ? C'est ce que nous crions lorsque l'horreur nous frappe. Avec ce recueil de poèmes, le Seigneur nous donne une carte routière pour découvrir sa grâce cachée. Lorsque nous nous trouvons dans un lieu de désespoir extrême, le Seigneur nous rencontre à travers les lamentations.


Il n'est pas nécessaire de nous apprendre à pleurer. Mark Vroegop enseigne que si pleurer est humain, se lamenter est chrétien[2] Dans son livre Dark Clouds, Deep Mercy, Vroegop qualifie la lamentation de forme de protestation contre le mal et la souffrance. La complainte est chrétienne parce que lorsque nous crions à Dieu, nous crions en sachant que la mort, la maladie, la souffrance et le mal n'auront pas le dernier mot. La complainte est le chant que nous chantons lorsque nous sommes entre la souffrance et l'attente de l'accomplissement des promesses glorieuses de Dieu !


Les Lamentations maintiennent nos attentes réalistes. D'un côté, Lamentations fait des déclarations étonnantes sur Dieu et a inspiré le grand hymne "Great is Thy Faithfulness", mais à la fin du livre, le traumatisme n'est toujours pas résolu. L'exclamation "Comment ?" demeure. La vie est ainsi faite, même lorsqu'il y a de l'espoir dans la restauration de Dieu (Lam 3:26, 4:22 ; 5:21-22). Nos vies sont désordonnées. Notre mort n'apportera pas une solution à tous nos problèmes terrestres. Le livre s'intitule "Comment ?" et non "Grande est ta fidélité".


Lamentations est composé de cinq poèmes. Les quatre premiers sont des acrostiches. Cela signifie que chaque vers commence par la lettre suivante de l'alphabet. Vous remarquerez que les Lamentations 1, 2, 4 et 5 ont 22 versets, car l'hébreu a 22 lettres. Lamentations 3 est le centre du livre et comporte trois versets par lettre, soit 66 versets. En parcourant l'alphabet de A à Z, on comprend que la souffrance humaine liée à la destruction de Jérusalem est totale.


Lamentations 5 abandonne le poème acrostiche presque pour communiquer que l'auteur a perdu son sang-froid. Les vers sont plus courts, comme s'il s'agissait de tirs rapides ou de staccato sur un piano. L'auteur ne peut contenir sa douleur. Il ne peut plus s'en tenir au style qui a marqué le début du livre. Et pourtant, il y a du mouvement dans ce livre. Le livre passe de l'absence totale d'espoir dans Lam 1, 2 à la confession d'une grande foi dans Lam 3, et d'autres allusions à une confiance pleine d'espoir dans le Roi qui règne pour toujours et à l'appel à la restauration (Lam 4:22 ; 5:21-22)[3].


Le livre traite de la destruction de Jérusalem en 587 avant J.-C., mais il s'adresse à nous. Le langage de la complainte se retrouve ailleurs dans les Ps 6, 88, Ex 34, 6s, Nb 14, 18 ; Ps 86, 14 ; Ps 37. Le passage de la plainte communautaire à la plainte individuelle montre qu'il ne s'agit pas seulement d'une collection d'entrées de journal. Ce sont des poèmes qui nous invitent, en tant que communauté et en tant qu'individus, à pleurer, à nous plaindre et à adorer[4].


Aujourd'hui encore, le livre des Lamentations est lu une fois par an dans toutes les communautés juives pour commémorer la destruction du temple. Pour nous, les Lamentations se trouvent dans notre Bible. Ce sont des mots écrits par des personnes à Dieu. D'une manière mystérieuse, ils ont été inspirés par Dieu. Elles se trouvent maintenant dans nos Bibles, de sorte qu'elles sont les paroles de Dieu pour nous, et que nous pouvons les exprimer en retour. C'est ainsi que nous commençons notre étude.


Grandes lignes : Mon titre pour Lamentations 1 est " Quel chaos, nous devons nous lamenter sur notre péché ". SIOS : La vie est un chaos, nous sommes coupables de ce chaos, mais le fait de vivre dans un monde en chaos n'arrange pas les choses.



La vie est un chaos

Le poète utilise des images frappantes pour communiquer la profondeur de la souffrance. Il qualifie Jérusalem de veuve et d'esclave (Lam 1:1). Il la qualifie de femme aux mœurs légères qui éprouve une profonde honte (Lam 1:8-9). C'est une personne riche qui doit vendre ses biens pour ne pas mourir de faim. Le texte couvre toutes sortes de souffrances. Il inclut la solitude (Lam 1:1, 2, 9, 16, 17, 21), la grande détresse (1:3, 4, 20), l'absence de lieu de repos (Lam 1:3), la fin des fêtes (Lam 1:4), l'enlèvement des enfants et le deuil (Lam 1:5, 20), le profond chagrin (Lam 1:12), l'échec des dirigeants (Lam 1:4, 19) et la faim (1:11, 19, 20).


Lam 1 nous invite à faire part de notre douleur au Seigneur. Nous devons nous souvenir du type de littérature dont il s'agit. Ce n'est pas la voix d'un prophète qui condamne le peuple de Dieu. Ce n'est pas un livre d'histoire qui nous apprend ce qui s'est passé. Il s'agit d'un appel à l'aide profondément émouvant qui invite le peuple de Dieu à reconnaître sa misère. Souffrir en silence n'est pas une vertu dans Lamentations. Vous pouvez porter devant le Seigneur tous les sujets qui vous préoccupent. Qu'il s'agisse de la crainte pour notre sécurité physique, de nos luttes émotionnelles, de nos pertes relationnelles, voire de la chute du système qui soutient une société, Lam 1 nous invite à porter notre douleur devant le Seigneur. Qu'il s'agisse de lutter contre l'amitié à l'école ou d'obtenir les notes que vous pensiez mériter, ou de vous sentir exclu de certains groupes d'amis, de lutter physiquement contre une maladie ou une affection, de souffrir de dépression, ou de situations qui semblent indépendantes de notre volonté, comme un conjoint qui ne s'investit plus dans le mariage, des enfants qui se sont éloignés de la foi, des combats contre la dépression, l'espoir d'avoir des enfants, de naviguer dans des relations toxiques avec des parents âgés, un accident tragique, ou tout simplement de lutter en permanence contre les abus sexuels, physiques, émotionnels et spirituels dont nous avons été les victimes.


Nous pouvons tous prendre Lamentation 1 et être honnêtes sur les difficultés que nous avons endurées et que nous endurons encore. Mais il ne s'agit pas d'une invitation à devenir un groupe de plaignants. La lamentation est une activité spirituelle. Tant que nous nous plaignons à Dieu, nous affirmons qu'il est notre Dieu et qu'il est avec nous, même dans les endroits les plus sombres.



Nous sommes coupables dans le pétrin : Plaignez-vous, mais considérez-vous aussi humblement.

Dans 11 des 22 versets de Lam 1, l'auteur confesse que Jérusalem est coupable et que Dieu est juste. Lam 1:2, 19 se réfère aux amants qui sont des idoles. Selon Lam 1:5, "le Seigneur l'a affligée à cause de la multitude de ses transgressions". Dans Lam 1:8, "Jérusalem a commis un grave péché". La misère est le résultat de la main du Seigneur. Sa colère est féroce (Lam 1:12). Par sa main, "mes transgressions ont été liées en un joug et attachées ensemble sur mon cou" (Lam 1:14). Lam 1:18 "L'Éternel a raison, car je me suis révolté contre sa parole". Lam 1:21 : "C'est toi qui l'as fait".


Nous sommes coupables de péché et cette application demande de la prudence. Nous pouvons dire que nous sommes coupables dans notre misère sans pour autant dire que chaque coup dur que nous vivons est le résultat direct de notre propre péché. Maintenons cette tension avec deux applications.


Premièrement, nous sommes pécheurs et nous devons donc nous lamenter sur nos péchés. Se lamenter, même sur de petits péchés, montre à quel point nous prenons notre péché au sérieux et que nous ne déprécions pas ce que Jésus a accompli pour les pécheurs. Nous devons passer du temps à confesser honnêtement nos péchés.


Deuxièmement, même lorsque nous ne sommes pas responsables d'une épreuve particulière que nous endurons, nous réagissons toujours à la crise en tant que pécheurs[5]. Nous utilisons des mécanismes de réaction pécheurs en réponse à la souffrance et au stress excessif. Nous nous évadons en nous divertissant, en médisant, en visitant des sites web pour adultes, en faisant des commérages, en nous contentant de nous-mêmes, en nous retirant des gens et en portant des jugements. Nous faisons l'expérience de la misère en tant que pécheurs. Parfois, comme les habitants de Jérusalem, nous sommes responsables. D'autres fois, nous l'endurons en tant que pécheurs.



Notre environnement désordonné ne nous aide pas.

Le texte souligne également le péché des autres. Tout au long de ce poème, l'auteur note l'attitude de ses ennemis. Avec la chute de Jérusalem, ses ennemis en profitent et prospèrent (Lam 1:5). Les ennemis se moquaient et se réjouissaient de la chute de Jérusalem (Lam 1:7, 21). Ils les pillent (Lam 1:10). Le poème se termine par la phrase suivante : "Maintenant, qu'ils soient comme moi". Si Dieu juge tous nos péchés, qu'il juge le péché de nos ennemis !


Lorsque nous lisons les Psaumes, ceux qui nous mettent le moins à l'aise sont appelés les Psaumes imprécatoires, comme Lam 1:22. Ils demandent à Dieu de juger leurs ennemis. Lamentations 1 nous donne le bon cadre pour ce genre de prière qui peut être appropriée. Nous soulignons notre misère. Nous reconnaissons humblement notre péché. Nous affirmons la justice de Dieu, puis nous exigeons sa justice pour tous.


Il est juste de demander un jugement. D'autant plus que les chrétiens sont un peuple à qui l'on a beaucoup pardonné et qui est appelé à pardonner. Il nous est interdit de nous venger. La raison en est que la vengeance appartient à l'Éternel (Rm 12.19). Si nous détestons notre péché et celui des autres, nous prierons pour la justice et le jugement. Si nous détestons les crimes de guerre, nous demanderons le jugement de ceux qui les commettent. Nous pouvons demander un jugement sur les crimes du Hamas, qui viole et décapite des innocents.



Conclusion

Dieu est pour notre bien, et les lamentations sont donc pour notre bien. Nous vivons dans un monde plein de misère. La lamentation est un cri de foi ! C'est se tourner vers Dieu, même lorsqu'il semble absent, comme s'il ne se souciait pas de nous. Mark Vroegop voit quatre éléments dans la lamentation : se tourner vers Dieu, se plaindre, faire des demandes et faire confiance. La lamentation est le choix de s'adresser à Dieu plutôt que de s'éloigner lorsque le monde s'écroule. C'est l'expression de la douleur dans la prière qui nous aide à faire confiance à Dieu.


Nous pouvons faire écho aux demandes de Lamentations 1:9 "Seigneur, vois mon malheur" et de Lam 1:11 "Regarde, Seigneur, et vois, car je suis méprisé". Notre péché est profond et nous pouvons donc nous lamenter sur nos pensées, nos émotions et nos désirs pécheurs. La complainte est un outil pour notre foi qui nous permet d'entamer un voyage de retour vers Dieu. Nous pouvons utiliser les quatre éléments du mouvement : se tourner, se plaindre, demander, faire confiance.


Il est facile d'accepter que les souffrants offrent une complainte, mais les Lamentations offrent une meilleure nouvelle. Lamentation 1 montre les lamentations d'un pécheur qui reçoit la justice de Dieu. Les lamentations permettent aux pécheurs indignes de s'approcher de Dieu, d'exprimer leur douleur, leur frustration et leur impatience face au péché. Dieu n'est pas seulement pour ceux qui agissent bien, ni pour les victimes innocentes. Il est pour vous et moi lorsque nous luttons contre nos péchés, il est pour ceux que nous considérerions comme les pires des pécheurs.


Jésus est l'ami des pécheurs. Tous peuvent venir à lui. Cela signifie qu'un conjoint qui trompe et doit vivre avec les conséquences peut se lamenter et se tourner vers Dieu. Cela signifie qu'une personne qui trahit des amis proches, l'avare qui a dépensé la fortune familiale dans un investissement risqué et qui a perdu tout cet argent, le père qui a négligé ses enfants, ceux qui ruinent leur corps. Le coupable peut se lamenter. C'est la partie offensive de l'évangile. Les coupables peuvent invoquer le nom du Seigneur, connaître la miséricorde et voir la justice satisfaite. C'est Lamentations 1, une invitation aux pécheurs comme vous et moi à se tourner vers Dieu.




[1] BDB, 32.


[2] Mark Vroegop, Dark Clouds, Deep Mercy : Discovering the Grace of Lament (Wheaton, IL : Crossway, 2019), 26.


[3] Contra. Childs qui écrit : " la relation entre les différents chapitres ne semble pas estaliser une quelconque progression de la pensée. " Brevard S. Childs, Introduction to the Old Testament as Scripture (Philadelphie, PA : Fortress, 1979), 594.


[4] Childs, Old Testament as Scripture, 594.


[5] Paul David Tripp, Instruments in the Hand's of the Redeemer. 


28 views0 comments

Comments


bottom of page