top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

29 October 2023 -- Christian Persecution part 2


Acts 5:17-42

Julian Bacon

Series: Be My Witnesses -- The Book of Acts






 

Persecution part 2

Acts 5:17-42


  1. The reasons for persecution (Acts 5:28-33)

  2. Persecution offers opportunities for witness (Acts 5:18-41)

  3. The persecution of the church is futile


In 2022, 5600 Christians were killed for their faith. More than 2,100 churches were attacked. More than 124,000 Christians were forcibly displaced from their homes because of their faith. Almost 15,000 became refugees.[i] When we live in a prosperous land, we know abundance and safety that relatively few have known in the history of the world. When we think of the technology we use to communicate, or child mortality, life expectancy, and even what it looks like to be poor in the West, we can know that we are some of the most comfortable people who have ever lived. A problem arises. Jesus and the apostles Paul, and Peter promised we would suffer for our faith? If we are not persecuted, why not? Are we doing something wrong? Are we not Christian enough to be persecuted? Perhaps I am asking the wrong questions. Instead of worrying, should we just thank God for the rare peace and prosperity we enjoy in this age? I am not sure, what the full answer is. It might be a bit of both. If we call ourselves Christians and act like the world, we need to deny ourselves, pick up our cross, follow Jesus, and trust that he will use our lives for him. Paul also speaks of knowing how to live in abundance (Phil 4:12), so even in our world of abundance, we need to live in a Christian manner. In our place and time, being a Christian comes with its own set of difficulties. The more developed and wealthy a society becomes, the more people become independent. Their perceived need for God disappears. The trend is that the wealthier countries are more secular[ii] and unfortunately have higher levels of anxiety.[iii] If persecution, poverty, lower levels of anxiety, and faith in Christ appear to go together, perhaps persecution has some value in God's economy. Persecution is not something to be sought after or avoided at all costs. When persecution comes, a text like Acts 5 teaches us how to remain faithful to Christ. In Acts 4:1-31, persecution already occurred.[iv] Persecution fits in Luke's intentional and theological presentation of the early Christian church’s history. We learn that no threat can hinder God from expanding his Kingdom. We also learn how to face threats and continue our mission. This is the message in one sentence: Acts 5:17-42 teaches the reasons, the opportunities, and the futility of persecution.

First, we look at the reasons for persecution (Acts 5:28-33).

According to Acts 5:17-18, the High Priest and the Pharisees arrested the apostles.[v] This is the second time in Acts (Acts 4). The pattern shows that God’s church will be opposed and persecuted. You could ask, why go to the trouble of persecuting a religious movement that means no harm to anyone? Our text offers at least two reasons which are the strong emotions of shame and rage. First, we look at shame in Acts 5:28, 30. So far when Peter has presented Jesus as the Jewish Messiah, he has not failed to accuse his hearers of their guilt in Christ’s death. He did it in Acts 2:23, 3:13, 4:10. This is the case again in Acts 5:30. Shame occurs when others accuse us, or the voice in our heads does. About the apostles, the high priest says in Acts 5:28 that they “fill Jerusalem with [their] teaching and [they] intend to bring this man’s blood upon us.” The Christian message is offensive. If the Christian message is true, the Jewish religious leaders understood that they were guilty of something severe. These accusations are shame-inducing. A second reason behind persecution is rage in Acts 5:33. The early Christians already connected persecution to rage when Acts 4:25 quotes Psalm 2 about the nations raging against the Messiah. In Acts 5:33, following Peter’s gospel preaching, the high priest and Pharisees were furious and enraged. With rage comes a decline in our ability to reason and violence. Application: These reactions to the gospel exist today. Some people oppose Christianity because it is offensive. The Christian message calls everyone a sinner. This is very offensive and even unacceptable to people who have built their identity around being “a good person.” The voice of shame is that we are not good enough, or unworthy of love and acceptance. Some silence this voice by performing for acceptance. The gospel teaches that our performance is not the answer. The gospel is offensive in that it insists that all are sinners and only by confessing our sin and trusting in Jesus are our sins forgiven. Talking about sin can feel a bit heavy. Being called out as a sinner is also freeing. We remove a huge burden from our shoulders when we trust in Christ’s righteousness rather than trusting in our own. Those who cry out to God and own their sin find that vulnerability and confessing our sins allows us to experience more intimacy with God and each other. Being honest about our sin allows us to celebrate Christ’s death and become free from the shame we experience. Anyone who rejects the gospel because of their shame is guaranteed to keep living in their shame and isolate from anyone who gets too close to the darker parts of their lives. The nations also rage just as much today. Christianity is dangerous for repressive regimes. The statement, “Jesus is Lord” in the first century Roman Empire meant that Caesar was not Lord. "Jesus is Lord," is a revolutionary statement with political implications. It is not hard to see how the Caesars of today find this undermining of their authority intolerable. The Chinese communist regime is threatened by the Christian message. Vladimir Putin in Russia limits evangelism activities by non-Orthodox groups. The brutal regime in Eritrea continues to persecute Christians as does North Korea. Anger or rage is a reaction to when someone wants to tear down your life’s work. This is true for governments Christianity calls out or individuals who do not want to submit to God. A state serving its best interests by enacting violence will be rejected by Christians. The Christian's highest allegiance is to the kingdom of God that knows no cultural or physical boundaries, that includes all kinds of people. The threat of Christianity leads to shame and rage that turns to persecution. Now, we see that persecution also offers opportunities.

Second, Persecution offers opportunities for witness (Acts 5:18-41).

The first opportunity from the persecution is to witness the power of God through a miracle (Acts 5:18-24). The apostles were arrested in Acts 5:18. Then, “the angel of the Lord opened their prisons doors” in v.19. This miracle bore witness to the power of God. When the officers were sent to the prisoners (Acts 5:22) they reported that the prison doors were locked and the guards were still standing by the door, with no one inside.” The result is that they are greatly perplexed (Acts 5:24). The second opportunity is one for preaching following the miracle (Acts 5:20). The angels instructed the apostles to return to the people and speak “all the words of “this life,” (Acts 5:20) which is the message of salvation.[vi] Instead of hiding for safety, they return to the most public place, the temple for the purpose of teaching. A third opportunity arises when they are caught in the temple, Peter preaches the gospel (Acts 5:26-31) In Acts 5:26, the apostles are found and brought back before the council. In Acts 5:28, the council reminds the apostles of what they said in Acts 4:18 about not teaching in the name of Jesus. We read that they disregarded this so much that Jerusalem was full of the teaching of Jesus (c.f. Acts 1:8). Peter reminds them that he will obey God rather than man (Acts 5:29) and he shares the gospel. Peter’s gospel presentation includes three elements. First, Peter exposes sin. He accuses the rulers of being behind Jesus’ death (Acts 5:30). Secondly, he shares that God raised Jesus from the dead (Acts 5:31). Thirdly, he offers the forgiveness of sins saying that Jesus was exalted at his right hand to give repentance to Israel and forgiveness of sins (Acts 5:31). He is addressing priests and we will read in Acts 6:7 reports that “the word of God continued to increase, and the number of the disciples multiplied greatly in Jerusalem, and a great many of the priests became obedient to the faith.” Perhaps some of those priests were part of the council putting him in trial. A fourth opportunity to witness under persecution is when the apostles rejoice after being beaten (Acts 5:41). Following Peter’s sermon, one of the Pharisees, Gamaliel warns his fellow Pharisees that this movement could actually be from God. The apostles are first beaten, and then released. We read in Acts 5:41, that the apostles rejoiced that they were counted worthy of being dishonored for the sake of the name. Application: The following are applications for us. Persecution is always an opportunity for witness. Persecution reveals where our trust truly lies. The apostles place their faith in Christ rather than in comfort. Our faith is made visible through our obedience to God rather than man. When we are threatened with hurt, discomfort, and potential embarrassment, affirming Jesus and the good news shows the watching world that Jesus and their salvation is of greater value to us than our wellbeing. Finally, remaining joyful during persecution may be one of the greatest witnesses of all. When we are so anchored in the gospel, when we understand our lives through the lens of the biblical story, and when are deeply rooted in a strong Christian community, when hardship comes, it will not take away our joy. We will instinctively know as Paul says, that the sufferings of the present day are nothing compared to the glory that awaits us (Rom 8:18). Peter wrote, “Beloved, do not be surprised at the fiery trial when it comes upon you to test you, as though something strange were happening to you. 13 But rejoice insofar as you share Christ's sufferings, that you may also rejoice and be glad when his glory is revealed” (1 Pet 4:12-13). If we follow Jesus and Jesus suffered, our suffering confirms that we are united to Him. Because we are united to Christ and Christ went from suffering to glory, we can rejoice knowing that we will enter God's glory. Rejoicing in suffering is a proclamation of the glory of Christ that is to come.

Third, we see that the persecution of the church is futile.

Persecution cannot and will not stop the expansion of God’s kingdom. It is amid the persecution, that one of the persecutors, Gamaliel tells his fellow council members, “If [this movement] is from God, you will not be able to stop these men; you will only find yourselves fighting against God.” He is right! Persecution does not hinder the mission of God. Acts 5:42 states that “every day, in the temple and from house to house, they did not cease teaching and preaching that the Christ is Jesus.” Application: We call “martyr” those who die for a cause or their faith. The word martyr comes from the Greek word for “witness.” Those who endure persecution bear witness to the value of their message. It is more precious than earthly comfort. Early in church history, a man named Tertullian said, “The blood of the martyrs is the seed of the church.” Despite persecution, there are Christians who meet in North Korea, Eretria, and Somalia. Christianity has grown more in China than anywhere else in the world despite its persecution.[vii]

Conclusion

Our text shows how persecution and witness lead to more witness and more persecution. We seem to see low persecution and low witnessing. Not all periods of history will have the same amount of fruitfulness. In the meantime, we stick to Acts 2:41-47. We are devoted to the apostles' teaching, the fellowship, the breaking of the bread, and the prayers. We practice depending on God in a self-sufficient society that sees no need for God while it experiences burn-out, anxiety, and loneliness like never before. Rather than becoming like the world and just gathering on Sunday for worship, we need to be the church be in each other's houses – enjoy hospitality, get to know each others’ needs – care for one another bless one another, and invite outsiders into this movement made up of people completely changed by the power of the gospel. We can be thankful we live in a wealthy prosperous era in western Europe. We don’t just have to wait until persecution comes. Picking up our cross means we voluntarily make choices that deny ourselves some of these things freely, willingly, and joyfully in order to serve others. One of these choices involves loving those who do not like us. It is an act of self-denial that is like what we are forced to do while living under persecution. There is always someone to bless in this world, someone who doesn’t like you, who would be easier not to bless.”[viii] Martin Luther King Jr. was a leader in the civil rights movement in the US. He wrote, “To our most bitter opponents we say: ‘We shall match your capacity to inflict suffering by our capacity to endure suffering. We shall meet your physical force with soul force. Do to us what you will, and we shall continue to love you. We cannot in all good conscience obey your unjust laws because noncooperation with evil is as much a moral obligation as is cooperation with good. Throw us in jail and we shall still love you. Bomb our homes and threaten our children, and we shall still love you. Send your hooded perpetrators of violence into our community at the midnight hour and beat us and leave us half dead, and we shall still love you. But be ye assured that we will wear you down by our capacity to suffer. One day we shall win freedom but not only for ourselves. We shall so appeal to your heart and conscience that we shall win you in the process and our victory will be a double victory.’”[ix]


[i] https://www.christianitytoday.com/news/2023/january/christian-persecution-2023-countries-open-doors-watch-list.html. [ii] https://www.pewresearch.org/global/2002/12/19/among-wealthy-nations/. [iii] https://jamanetwork.com/journals/jamapsychiatry/article-abstract/2608757. [iv] These texts are connected. Acts 5 alludes back to Acts 4. They also have parallel structures. Acts 5:12-16 is the third Summary of the church life; Acts 5:17-28 is the second arrest and release and recounts the first miraculous release. There will be more to come in Acts. Acts 5:29-32 is Peter’s fifth speech. Acts 5:33-41 is a response to the speech. Acts 5:42 is the fourth summary of the church life. The sequence of arrest (//Acts 4:1-7), Peter’s speech (Acts 4:8-12), response to speech (Acts 4:13-22) and summary of church life (Acts 4:32-35) was identical in Acts 4:1-35. [v] Jesus warned his disciples that this would happen (Matt 10:17). [vi] There is a close relation between ζωή and σωτηρία. The present expression is almost identical with “the word of this salvation” in 13:26 (in the Syriac Peshitta the same word ḥaye, “life,” translates σωτηρία as translates ζωή here). Bruce, The Book of the Acts. Acts 5:20. [vii] https://www.opendoors.org/en-US/persecution/countries/china/. [viii] https://www.desiringgod.org/interviews/do-christians-really-suffer-in-america [ix] https://paxchristi.org.uk/wp/wp-content/uploads/2013/05/Elements_Love-Your-Enemies-Stories.pdf




 

La persécution chrétienne, partie 2

Actes 5:17-42



En 2022, 5600 chrétiens ont été tués pour leur foi. Plus de 2 100 églises ont été attaquées. Plus de 124 000 chrétiens ont été déplacés de force de leurs maisons à cause de leur foi et près de 15 000 sont devenus des réfugiés.


Lorsque nous vivons dans un pays prospère, nous connaissons une abondance et une sécurité que peu de gens ont connues dans l'histoire du monde. Lorsque nous pensons à la technologie que nous utilisons pour communiquer, à la mortalité infantile, à l'espérance de vie, et même à ce que cela représente d'être pauvre en Occident, nous pouvons savoir que nous faisons partie des personnes les plus à l'aise qui aient jamais vécu. Une question se pose : Jésus, Paul et Pierre n'ont-ils pas tous promis que nous souffririons pour notre foi ? Si nous ne sommes pas persécutés, pourquoi ? Faisons-nous quelque chose de mal ? Ne sommes-nous pas assez chrétiens pour être persécutés ? Au lieu de nous inquiéter, devrions-nous simplement remercier Dieu pour la rare paix dont nous jouissons en ce temps ?


Je ne suis pas sûr de la réponse à donner. Il se peut que ce soit un peu des deux. Si nous nous appelons chrétiens et que nous agissons comme le monde, nous devons nous renoncer à nous-mêmes, prendre notre croix, suivre Jésus et faire confiance qu'il utilisera nos vies pour sa gloire. Paul parle aussi de savoir vivre dans l'abondance (Ph 4,12), donc même dans notre monde d'abondance, nous devons apprendre à suivre Jésus.


À notre époque, le fait d'être chrétien s'accompagne de son lot de difficultés. Plus une société est développée et riche, plus les gens deviennent complètement indépendants. La perception du besoin de Dieu disparaît. La tendance est que les pays les plus riches sont plus laïques et ont aussi des niveaux d'anxiété plus élevés. Si la persécution, la pauvreté, les niveaux d'anxiété plus bas et la foi en Christ semblent aller de pair, peut-être que la persécution a une certaine valeur dans l'économie de Dieu.


La persécution n'est pas quelque chose qu'il faut rechercher ou éviter à tout prix. Lorsque la persécution survient, un texte comme Actes 5 nous enseigne comment rester fidèles au Christ.


En Actes 4:1-31, la persécution a déjà eu lieu. La persécution s'inscrit dans la présentation intentionnelle et théologique de Luc de l'histoire de la jeune Église chrétienne. D'une part, l'Église est remplie du Saint-Esprit, elle témoigne du Christ, elle est connue pour le soin profond qu'elle porte aux gens. D'autre part, elle est confrontée à des menaces internes liées à l'hypocrisie et au péché au sein de l'Église, ainsi qu'à une persécution de la part de l'extérieur. L'Église doit être consciente des menaces pour y faire face et poursuivre sa mission.


Résumé : Actes 5:17-42 enseigne les raisons, les opportunités et la futilité de la persécution.


Raisons de la persécution

Selon Actes 5:17-18, le Grand Prêtre et les Pharisiens ont arrêté les apôtres. Jésus avait prévenu ses disciples que cela arriverait (Mt 10.17). Cela s'est déjà produit en Actes 4. Le modèle montre que l'Église de Dieu sera combattue et persécutée. Pourquoi se donner la peine de persécuter un mouvement religieux qui ne fait de mal à personne ? Notre texte propose au moins deux raisons : la honte et la rage.


Jusqu'à présent, lorsque Pierre a présenté Jésus comme le Messie juif, il n'a pas manqué d'accuser ses auditeurs d'être coupables de sa mort. C'est à nouveau le cas en Actes 5:30. Au sujet des apôtres, le grand prêtre déclare en Actes 5:28 qu'ils "remplissent Jérusalem de [leur] enseignement et [qu'ils] ont l'intention de faire retomber sur nous le sang de cet homme". Le message chrétien est offensant. Nous pouvons en déduire que nous sommes nous aussi pécheurs et coupables. Si nous ne sommes pas d'accord avec cela, nous aurons un problème avec le message chrétien.


La rage est la deuxième raison de la persécution. C'est ce qui a été interprété dans Actes 4:25, citant le Psaume 2 à propos des nations déchaînées contre le Messie. Après la prédication de l'Évangile par Pierre, dans Actes 5:33, le grand prêtre et les pharisiens étaient furieux et enragés.


Ces réactions à l'Évangile existent encore aujourd'hui. Certaines personnes s'opposent au christianisme parce qu'il est offensant. Le message chrétien qualifie tout le monde de pécheur. Il n'y a pas de chrétiens et de pécheurs. Les chrétiens sont des pécheurs qui se considèrent souvent comme les chefs des pécheurs. Plus nous grandissons dans notre foi, plus nous voyons la profondeur de notre péché et plus nous devons nous appuyer sur le Christ. Si nous ne voulons pas reconnaître la profondeur de notre péché, le message chrétien nous semblera dépréciatif. L'humilité est nécessaire pour l'accepter. Au-delà d’accepter que nous sommes pécheurs, nous grandissons dans notre compréhension du péché. Nous voulons voir le péché venir. Nous voulons étudier notre péché et celui des autres. En comprenant le péché, nous pouvons protéger les autres et nous-mêmes et bien nous aimer les uns les autres.


Parler du péché peut sembler un peu lourd. Le fait d'être reconnu comme pécheur est également libérateur. La vulnérabilité, le fait de confesser nos péchés, nous permet de connaître une intimité plus profonde avec Dieu et les autres, et cela en vaut la peine. Être honnête au sujet de notre péché nous permet de célébrer la mort du Christ et de nous libérer de la honte que nous éprouvons. Quiconque rejette l'Évangile à cause de sa honte est assuré de continuer à vivre dans sa honte et de s'isoler de quiconque s'approche trop près des aspects les plus sombres de sa vie.


Les nations sont toujours “enragées” aujourd'hui. Le christianisme est dangereux pour les régimes répressifs. Dans l'Empire romain du premier siècle, l'affirmation "Jésus est Seigneur" signifiait que César n'était pas Seigneur. "Jésus est Seigneur" est une déclaration révolutionnaire qui a des implications politiques. Il n'est pas difficile de comprendre comment les Césars d'aujourd'hui trouvent intolérable cette atteinte à leur autorité. Le régime communiste chinois est profondément menacé par le christianisme. L'autocrate Vladimir Poutine en Russie est également menacé et limite l'évangélisation par des groupes non orthodoxes. Le régime brutal de l'Érythrée continue de persécuter les chrétiens pour renforcer son contrôle. Il en va de même pour la Corée du Nord.


Les chrétiens sont appelés à craindre Dieu et non les hommes. Le christianisme, c'est beaucoup de choses, dont une vision du monde qui peut contraster fortement avec les valeurs des dirigeants, des monarques, des dictateurs, des capitalistes ou des communistes. Bien qu'il n'y ait pas de pacifisme absolu accepté par les chrétiens, un État qui sert ses intérêts en recourant à la violence sera rejeté par les croyants. La plus grande allégeance du chrétien va au royaume de Dieu qui ne connaît pas de frontières culturelles ou physiques.


Opportunité de témoigner sous la persécution :

Le texte montre de différentes manières comment la persécution a donné lieu à des occasions de témoigner.


Tout d'abord, la persécution a donné lieu à un miracle. Les apôtres ont été arrêtés en Actes 5:18. Au verset suivant, "l'ange du Seigneur ouvrit les portes de leur prison au v. 19 et leur dit au v. 20 de prononcer "toutes les paroles de cette vie". Ce miracle témoigne de la puissance de Dieu. Lorsque les officiers furent envoyés auprès des prisonniers (v. 22), ils rapportèrent que les portes de la prison étaient fermées à clé et que les gardes se tenaient toujours à la porte, sans que personne ne soit à l'intérieur". Il en résulte une grande perplexité (Actes 5:24).


À son tour, ce miracle donne lieu à une nouvelle occasion de prêcher. Les anges leur ont donné l'ordre de retourner vers les gens et de prononcer "toutes les paroles de cette vie" (Actes 5:20), ce qui signifie qu'ils ne doivent pas se contenter de prêcher. (Nous pourrions nous attendre à ce que les gens, s'ils avaient l'occasion de sortir de prison, essaient de se cacher, mais ils se trouvaient dans le lieu le plus public, le temple, et ils enseignaient.


La persécution offre encore une nouvelle occasion. Ils sont trouvés en train d'enseigner dans le temple et sont amenés devant le conseil. Dans Actes 5:28, le conseil rappelle aux apôtres ce qu'ils ont dit dans Actes 4:18. Il leur avait ordonné de ne pas enseigner au nom de Jésus. Ils reconnaissent maintenant qu'ils ont rempli tout Jérusalem de cet enseignement. Pierre profite de cette occasion pour prêcher à nouveau l'Évangile. Dans le chapitre suivant, Actes 6:7 rapporte que "la parole de Dieu ne cessait de croître, le nombre des disciples se multipliait beaucoup à Jérusalem, et un grand nombre de prêtres obéissaient à la foi". Sa prédication porte du fruit.


Pierre répète qu'il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes. Jésus les a chargés d'être des témoins. Si les autorités dirigeantes disent qu'ils doivent s'arrêter pour témoigner du Christ, ils doivent désobéir et obéir à Dieu. Pierre prêche l'Évangile. Les chefs sont responsables d'avoir mis la main sur Jésus et de l'avoir pendu au bois. Mais Dieu, le chef et le sauveur, a élevé Jésus à sa droite pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés (Actes 5:30-31).


La dernière occasion de témoigner suit le châtiment de l'apôtre. Après le sermon de Pierre, l'un des pharisiens, Gamaliel, avertit ses collègues pharisiens que ce mouvement pourrait en fait venir de Dieu. Les apôtres sont d'abord battus, puis relâchés. Nous lisons dans Actes 5:41 que les apôtres se réjouissent d'avoir été jugés dignes d'être déshonorés pour l'amour du nom.


Les chrétiens se réjouissent lorsque nous souffrons. Jacques 1:2-4 2Comptez sur la joie, mes frères, lorsque vous rencontrez des épreuves de diverses natures, 3 car vous savez que la mise à l'épreuve de votre foi produit la constance. 4La constance produit son plein effet, afin que vous soyez parfaits et complets, ne manquant de rien. Dans Romains 8:17, l'apôtre Paul nous dit : "Or, si nous sommes enfants, nous sommes donc héritiers, héritiers de Dieu et cohéritiers du Christ, si nous avons part à ses souffrances, afin d'avoir part à sa gloire". Dans Luc 6:22, Jésus dit : "Heureux serez-vous quand les hommes vous haïront, quand ils vous excluront, vous insulteront et rejetteront votre nom comme un mal, à cause du Fils de l'homme." 1 P 4:12 Bien-aimés, ne vous étonnez pas de l'ardeur de l'épreuve, lorsqu'elle viendra sur vous pour vous éprouver, comme s'il vous arrivait quelque chose d'étrange. 13 Mais réjouissez-vous de partager les souffrances du Christ, afin d'être aussi dans la joie et l'allégresse lorsque sa gloire sera révélée.


Si nous suivons Jésus et que Jésus souffre, notre souffrance confirme que nous sommes unis à lui. Parce que nous sommes unis au Christ et que le Christ est passé de la souffrance à la gloire, nous pouvons nous réjouir en sachant que nous entrerons dans la gloire de Dieu. Se réjouir dans la souffrance est une proclamation de la gloire du Christ.


La persécution ne peut pas arrêter et n'arrêtera pas l'expansion du royaume de Dieu

Enfin, nous voyons que la persécution est futile. La persécution ne peut pas arrêter et n'arrêtera pas l'expansion du royaume de Dieu. C'est dans le contexte de la persécution que l'un des persécuteurs, Gamaliel, s'adresse à ses collègues du conseil pour leur demander de veiller à ne pas se mettre en travers de l'œuvre de Dieu.


Malgré la persécution, ce texte se termine sur une note joyeuse, et cela n'a pas du tout affecté la mission de Dieu. Actes 5:42 précise que "chaque jour, dans le temple et de maison en maison, ils ne cessaient d'enseigner et de prêcher que le Christ, c'est Jésus".


Nous appelons martyrs ceux qui meurent pour la foi. Le mot martyr vient du mot grec "témoin". Ceux qui endurent la persécution témoignent de la valeur de leur message. Il est plus précieux que le confort terrestre. Au début de l'histoire de l'Église, un auteur chrétien, Tertullien, a dit que le sang des martyrs est la semence de l'Église. Nous ne devons donc pas nous inquiéter. Malgré les persécutions, des chrétiens se réunissent en Corée, en Érythrée et en Somalie. Le christianisme s'est développé en Chine plus que partout ailleurs dans le monde malgré les persécutions[vi].


Conclusion

Notre texte combine la persécution et le témoignage. Il peut sembler que les deux parties soient vraies pour nous - pas de persécution et pas de conversions massives. Toutes les périodes de l'histoire n'auront pas la même fécondité.


En attendant, nous nous en tenons à Actes 2:41-47. Nous nous consacrons à l'enseignement des apôtres, à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. Nous nous exerçons à dépendre de Dieu dans une société autosuffisante qui ne voit pas la nécessité de Dieu alors qu'elle connaît un épuisement professionnel, une anxiété et une solitude sans précédent. Plutôt que de devenir comme le monde et de nous rassembler le dimanche pour le culte, nous devons être l'Église - être dans les maisons des autres - profiter de l'hospitalité, apprendre à connaître les besoins des uns et des autres - prendre soin les uns des autres - se bénir les uns les autres et inviter les étrangers dans ce mouvement qui est complètement transformé par la puissance de l'Évangile.


Dans ce contexte, nous apprenons à bien souffrir - et à nous réjouir en sachant que le Christ a souffert avant nous et que nous pouvons donc participer à ses souffrances tout en nous réjouissant de nos souffrances à cause de l'Évangile.


Nous pouvons être reconnaissants de vivre à une époque riche et prospère en Europe occidentale, mais nous devons aussi apprendre à ne pas attendre que les autres nous persécutent - porter notre croix signifie que nous faisons volontairement des choix qui nous privent de certaines de ces choses librement, volontairement et joyeusement afin de servir les autres.


L'un de ces choix consiste à aimer ceux qui ne nous aiment pas. Il s'agit d'un acte d'abnégation similaire à celui que nous sommes contraints de faire lorsque nous vivons dans la persécution. Il y a toujours quelqu'un à bénir dans ce monde, quelqu'un qui ne vous aime pas, qu'il serait plus facile de ne pas bénir".







13 views0 comments

Commentaires


bottom of page