top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

26 November 2023 -- Philip and the Ethiopian Eunuch


Acts 8:26-40

Julian Bacon

Series: Be My Witnesses -- The Book of Acts




 

Philip and the Ethiopian Eunuch

Acts 8:26-40


  1. The work of the Holy Spirit (Acts 8:26, 29, 39)

  2. The good news about Jesus (Acts 8:30-40)

  3. The inclusion of all people (Acts 8:27)


One of the questions the Book of Acts answers is, “Who is Jesus for?” Luke answers, “Let me show you!” Luke shows through the church's witness that Jesus is for all people. Acts 8:26-40 teaches this again. The three themes are the work of the Holy Spirit, the proclamation of the gospel, and the inclusion of all people.


First, we look at the work of the Holy Spirit in Acts 8:26, 29, 39.

God is the main character of Acts. In Acts 8:26, an angel of the Lord instructs Philip to go from Jerusalem to Gaza, in a desert place. In Acts 8:29, the Spirit gives Philip further instruction, “Go over and join this chariot.” The account ends in Acts 8:39, with the Spirit of the Lord carrying Philip away.


This is strange. It is hard to conceptualize God speaking through an angel or the Spirit. There is a tension we need to hold.


Some people are too quick to say God told me to do this or that. Some say, "God told me to move to this city and then to get that job." It seems like they wanted to move to that city and wanted to get that job but are spiritualizing it. Some use God in romantic contexts saying, "God told me to marry you." If you like someone, tell them you like them. Do not make it sound like if they do not like you back, they are disobeying God. The Old Testament offers severe warnings for misusing God’s name. The third of the ten commandments reads, “You shall not take the name of the LORD your God in vain, for the LORD will not hold him guiltless who takes his name in vain” (Exod 20:7). Deut 18:20 teaches that it is a capital offense to speak on God’s behalf if God did not indeed speak.  


Other Christians have the opposite problem. We act like Deists. We act like God created the world and systems and is no longer involved in the day-to-day. God is working in our midst. God uses his people, his written word, and prayer to guide us in such a way that we can say “The Lord is teaching me!”


God teaches us to love, be patient, wise in hardships, and much more. It is okay for Christians to sound different from the rest of the world. Sometimes, events that occur are so extraordinary that we have to marvel at God’s sovereign providence.


This happened to Ian Thomas, a leader of a large Christian ministry. He was traveling on a plane. He was tired and hoping to sleep, when he heard someone say, “Psssst.” When he looked to see where the sound had come from, his eyes met those of a stranger. The man said, “I am reading in the Bible about Nicodemus in John 3, and I do not understand it. Do you know anything about the Bible?”


This is what happened to me. I grew up in a secular home. I went to high school in Australia and university in France. One day, I was on a bus in France and I saw a young woman from my high school in Australia. I did not know her too well, but when you share such a random thing in common, you have to go say hello. She was a Christian and later introduced me to her friends. One of those friends invited me to attend the church where I became a Christian. Now, I can look back and see the sovereign hand in the most seemingly random things.


For some, we are more comfortable when that kind of God-talk is kept in the Bible. Maybe we are scared to misuse God's name or do not want to sound strange. But since we worship the creator and ruler of the universe, we cannot domesticate God. When we talk about God, it cannot sound like we are talking about a regular acquaintance or an object in a museum!


In Acts 8:26, the angel of the Lord tells Philip to trust and obey into the unknown. He tells Philip to go "south" in Acts 8:26. This word, "south" could also mean, “at noon.” This would mean that he was to go to a deserted place in the middle of the day. Luke is highlighting that God is arranging a particular meeting. There is a random chariot, at noon, in a deserted place, and the Spirit tells Philip, “Go over and join this chariot” (Acts 8:29). This encounter is the Lord’s doing. The Spirit empowers, guides, and appoints.


Second, Philip shares the good news about Jesus in Acts 8:30-40.

In Acts 8:30, Philip obeys. He walks to the chariot. He hears a man reading the Prophet Isaiah out loud. Philip asks, “Do you understand what you are reading?” He answers, “How can I, unless someone guides me?” God superintends all things. The Ethiopian man happened to be reading Isaiah 53. Isaiah 53 happens to be the clearest description of Jesus’ substitutionary atonement for the forgiveness of sins. According to Acts 8:32, the text he was reading was Isa 53:7-8, “Like a sheep he was led to the slaughter and like a lamb before its shearer is silent, so he opens not his mouth. 33 In his humiliation justice was denied him. Who can describe his generation? For his life is taken away from the earth.”


Isaiah 53 is about a “suffering servant.” The eunuch wants to know who this is. He asks whether he is referring to the prophet Isaiah, or to another. In Isaiah 40 to 55, the servant refers at times to the nation of Israel who were to be God’s servants and witnesses to God’s message of salvation to the ends of the earth. Prophets were also called servants of the Lord. Isaiah 49:6 marks a shift in the identity of the servant. The servant goes from being the nation of Israel to being separate from the nation. “It is too light a thing that you should be my servant to raise up the tribes of Jacob and to bring back the preserved of Israel;” It is an individual from the people of Israel. His mission is to save them.  


Isaiah 53 describes how he does that by offering his own life on behalf of his people. Isaiah 53:4-6 are such amazing verses – and one of the clearest presentations of the gospel, “Isa 53:4 Surely, he has borne our griefs and carried our sorrows; yet we esteemed him stricken, smitten by God, and afflicted. 5 But he was pierced for our transgressions; he was crushed for our iniquities; upon him was the chastisement that brought us peace, and with his wounds we are healed. 6 All we like sheep have gone astray; we have turned—everyone—to his own way; and the LORD has laid on him the iniquity of us all.”


Philip begins with Isaiah 53 and tells the Ethiopian, the good news about Jesus. Philip must have included the need for repentance and baptism because when the Eunuch sees water, he wants to be baptized. The last thing we read about the eunuch is that he went on his way rejoicing (Acts 8:39). The text ends with Philip continuing to proclaim the gospel in all towns from Azotus to Caesarea (Acts 8:40).


Three applications from this point are: (1) share the good news, (2) repent and be baptized, and (3) rejoice!

First, we share the good news. The good news about Jesus is sometimes referred to as the gospel or the gospel of the kingdom. It is good news about our sin problem. We experience the consequences of sin or evil in all spheres of life. God created a world in which there was harmony. There was harmony between humans and God, Humans and each other, humans and nature, and humans and themselves. Sin comes and affects all these areas from toxic emotions, toxic relationships, the distance between mankind and God, diseases, despair, and death. The good news about Jesus is that in him, God is making all things new. In Jesus’ ministry, he casts out demons. He healed diseases. He made the impure, pure. He announced the forgiveness of sins to the Jewish people and outcasts.  


The good news of Jesus is that he is the solution to all problems. He reverses the consequences of sin. Through his death as our substitute, he offers the forgiveness of sins for all who believe in him. He gives the hope of eternal life which is a confident expectation eternal bliss in the presence of God forever. Our hope is the conviction that all our wounds, whether psychological, physical, or relational, will be healed. The resurrection gives hope beyond the grave. The good news is also good news for now. God acts and God heals. Most importantly when God causes us to be born again, he gives us his peace and joy like we have never known before. The Ethiopian ends by rejoicing!


God starts to change our hearts. He heals our relational wounds in Christ. He gives us a new family in the church. We have brothers and sisters to encourage and teach us. We grow in intimacy with God through prayer, the word, baptism, and the Lord's Supper! This is the good news of Jesus that we share.  


A second application, is that we repent and are baptized. All Christians must repent. In an ongoing manner, we must confess our sins and be reminded that Jesus covers all our sins. God is serious about sin. The death of Jesus shows us how serious our sin is. Repentance is turning away from behavior that goes against God’s will. Baptism is the symbol of being filled with the Holy Spirit, the forgiveness of sins, and new life in Christ for all those who believe. If you have not been baptized and are a Christian, you need to be baptized.


Third, we rejoice. In this account, there were no extraordinary signs or wonders, and no speaking in tongues. The outward manifestation of the Holy Spirit in this text is joy! The good news is the best news. Believing it leads to joy. This is not in conflict with the sufferings of the Christian life. Christians can know deep emotional, relational, and physical wounds that last a lifetime. At the same time, we also know joy. It is the joy of knowing God intimately. It is the joy of being a child of Almighty God. It is the joy of knowing our sins are forgiven. It is the joy of our security that nothing will separate us from God. This affects us to the most inner parts of our being that there is a joy about us that no one can take away!


Third, we see the inclusion of all people in Acts 8:27.

Acts 8:27 tells us the individual is Ethiopian, a eunuch, a court official of the queen of the Ethiopians, in charge of all her treasure, and that he came to worship in Jerusalem.


First, we learn he is Ethiopian. In the Bible, Ethiopia is also known as the land of Cush (Gn. 2:13; Ez. 29:10). This is not modern Ethiopia. It was a kingdom that is part of what is now Sudan. It could be appropriate to mention that he is dark-skinned. So, he did not look like your average worshipper of the God of Israel.


Second, he is a eunuch. Being a eunuch puts this individual in a similar category as the lame beggar who sat at the gate of the temple (Acts 3:2). According to Deut 23:1, if a man has been altered physically, he cannot enter the temple of the Lord.


Third, he is a Court Official of the Queen, in charge of her treasure. He was likely a wealthy man. His role was equivalent to the minister of finance. He could afford to go on a long trip. Lastly, he owns a scroll of Isaiah. Scrolls were handwritten and expensive.


Fourth, he came to worship in Jerusalem. This means that he was a God-fearer. There are three categories of people who relate to Judaism. There were Jews, proselytes, and God-fearers. Proselytes were converts to Judaism. God-fearers believed in the God of Israel but did not undergo circumcision. This meant that they did not participate fully in the communal worship rituals. As a eunuch, he was a God-fearer. He is very dedicated to God. The journey from Sudan to Jerusalem would take 100 hours by car today. He did all that journey, not even to enter the temple for worship but to sit outside.  


A first application is that God is for all kinds of People. The Old Testament anticipated a day when Ethiopians would be included. In Isaiah 11:11, Cush is one of the lands from which the Lord will “reclaim the remnant that is left of his people.”


In Acts, Jesus’ disciples received the Holy Spirit. Then it is Jews and converts to Judaism from different nations (Acts 2:5-13). Then it is a lame man who becomes a full member of the New Covenant people. The next converts were Greek-speaking Jews who received positions of leadership, priests (Acts 6:7), and Samaritans. Now, an upper-class, dark-skinned, person of influence comes to faith.


The Isaiah 53 reading is interesting. What is particularly exciting about the Ethiopian eunuch reading Isaiah 53 is that if he continues reading, he would get to Isaiah 56. This is Isa 56:3ff “… let not the eunuch say, ‘Behold, I am a dry tree.’ 4 For thus says the LORD: ‘To the eunuchs who keep my Sabbaths, who choose the things that please me and hold fast my covenant, 5 I will give in my house and within my walls a monument and a name better than sons and daughters; I will give them an everlasting name that shall not be cut off.’” Because he was a eunuch, Deut 23:1 prevented this Ethiopian from becoming a full proselyte. Acts 8 shows once more the inclusion of all people, all kinds of people, all groups of people in Christ.


A second application is about having children and infertility. Children are wonderful, they are a gift from the Lord, and eunuchs are not inferior because they cannot have children. Those who struggle with infertility are not less than. In Christ, we all have a name better than sons and daughters. Physically, though some names will be cut off, Isa 56 teaches that Christians receive an everlasting name that shall not be cut off! Having children for the purpose of having a legacy is not thinking spiritually but materially! If you have eternal life, you have an everlasting name!


Conclusion

Acts 8:26-40 teaches the book’s main theme. God’s kingdom expands as we share the good news of Jesus by the power of the Holy Spirit. If the wealthy, dark-skinned, blemished Ethiopian eunuch is fully accepted, so are all who place their faith in Christ. This is truly good news for all – the self-righteous, the sinners, the ignorant, the weary. All can come to Jesus.





 

Le Témoignage de Philippe à l'Eunuque éthiopien

Actes 8:26-40


L'une des questions auxquelles répond le livre des Actes des Apôtres est la suivante : "Pour qui est Jésus ?". Luc répond : "Laissez-moi vous le montrer !". Luc montre, à travers le témoignage que l'Église rend à Jésus par la puissance du Saint-Esprit, que Jésus est pour tout le monde. Actes 8:26-40 l'enseigne à nouveau. Les trois thèmes sont l'œuvre du Saint-Esprit, la proclamation de l'Évangile et l'inclusion de tous les peuples.


Tout d'abord, nous examinons l'œuvre du Saint-Esprit dans Actes 8:26, 29, 39.

Dieu est le personnage principal des Actes. Dans Actes 8:26, un ange du Seigneur ordonne à Philippe d'aller de Jérusalem à Gaza, dans un endroit désert. Dans Actes 8:29, l'Esprit donne à Philippe une instruction supplémentaire : "Va rejoindre ce char". Le récit se termine en Actes 8:39, avec l'Esprit du Seigneur qui emporte Philippe.


C'est étrange. Il est difficile de concevoir que Dieu puisse parler par l'intermédiaire d'un ange ou de l'Esprit. Il y a une tension que nous devons maintenir.


Certaines personnes sont trop disposées à dire que Dieu m'a dit de faire ceci ou cela. Certains disent : "Dieu m'a dit de déménager dans telle ville et de trouver tel emploi". On dirait qu'ils voulaient déménager dans cette ville et qu'ils voulaient obtenir ce travail, mais qu'ils le spiritualisent. Certains l'utilisent dans un contexte romantique en disant : "Dieu m'a dit de t'épouser". Si vous aimez quelqu'un, dites-lui que vous l'aimez. Ne donnez pas l'impression que si la personne ne vous aime pas en retour, elle désobéit à Dieu. L'Ancien Testament contient de sévères mises en garde contre l'utilisation abusive du nom de Dieu. Le troisième des dix commandements dit : "Tu ne prendras pas le nom de l'Éternel, ton Dieu, en vain, car l'Éternel ne tiendra pas pour innocent celui qui prendra son nom en vain" (Exode 20:7). Deut 18:20 enseigne que c'est un crime capital de parler au nom de Dieu si Dieu n'a pas parlé.


D'autres chrétiens ont le problème inverse. Nous agissons comme des déistes. Nous agissons comme si Dieu avait créé le monde et les systèmes et n'était plus impliqué dans la vie quotidienne. Dieu travaille au milieu de nous. Dieu utilise son peuple, sa parole écrite et la prière pour nous guider de telle sorte que nous puissions dire : "Le Seigneur m'enseigne !" Dieu nous enseigne l'amour, la patience, la sagesse dans les épreuves, et bien d'autres choses encore.


Il est normal que les chrétiens donnent l'impression de ne pas être de ce monde ! Parfois, les événements qui se produisent sont si extraordinaires que nous devons nous émerveiller de la providence souveraine de Dieu.


C'est ce qui est arrivé à Ian Thomas, un grand leader du ministère chrétien. Il voyageait en avion. Il était fatigué et espérait dormir lorsqu'il a entendu quelqu'un dire "Psssst". Lorsqu'il a regardé pour voir d'où venait le son, ses yeux ont rencontré ceux d'un étranger. L'homme lui dit : "Je lis dans la Bible l'histoire de Nicodème, en Jean 3, et je ne la comprends pas. Connaissez-vous la Bible ?"


C'est ce qui m'est arrivé. J'ai grandi dans un foyer laïc. J'ai fait mes études secondaires en Australie et mes études universitaires en France. Un jour, j'étais dans un bus en France et j'ai vu une jeune femme de mon lycée en Australie. Je ne la connaissais pas très bien, mais lorsque vous avez un point commun aussi aléatoire, vous devez aller la saluer. Elle était chrétienne et m'a ensuite présenté à ses amis. L'une de ces amies m'a invité à fréquenter l'église où je suis devenu chrétien. Aujourd'hui, je peux regarder en arrière et voir la main souveraine dans les choses les plus aléatoires.


Pour certains, nous sommes plus à l'aise lorsque ce genre de discours sur Dieu reste dans la Bible. Peut-être avons-nous peur d'utiliser le nom de Dieu à mauvais escient ou ne voulons-nous pas paraître étranges. Mais puisque nous adorons le créateur et le maître de l'univers, nous ne pouvons pas domestiquer Dieu. Lorsque nous parlons de Dieu, nous ne pouvons pas donner l'impression de parler d'une connaissance ordinaire ou d'un objet dans un musée !


Dans Actes 8:26, l'ange du Seigneur dit à Philippe de faire confiance et d'obéir dans l'inconnu. Il dit à Philippe d'aller "au sud" dans Actes 8:26. Ce mot "sud" peut aussi signifier "à midi". Cela signifie qu'il devait se rendre dans un endroit désert au milieu de la journée. Luc souligne que Dieu organise une rencontre particulière. Il y a un char au hasard, à midi, dans un endroit désert, et l'Esprit dit à Philippe : "Va rejoindre ce char" (Actes 8:29). Cette rencontre est l'œuvre du Seigneur. L'Esprit habilite, guide et désigne.


Deuxièmement, Philippe partage la bonne nouvelle de Jésus dans Actes 8:30-40.

Dans Actes 8:30, Philippe obéit. Il marche vers le char. Il entend un homme lire à haute voix le prophète Ésaïe. Philippe lui demande : "Comprends-tu ce que tu lis ?". L'homme répond : "Comment le pourrais-je, si quelqu'un ne me guide pas ?"


Dieu supervise toutes choses. Il se trouve que l'Éthiopien est en train de lire Isaïe 53. Il se trouve qu'Ésaïe 53 est la description la plus claire de l'expiation substitutive de Jésus pour le pardon des péchés. Selon Actes 8:32, le texte qu'il lisait était Esaïe 53:7-8 : "Comme une brebis, on l'a menée à la boucherie, et comme un agneau qui se tait devant celui qui le tond, il n'ouvre pas la bouche. 33 Dans son humiliation, la justice lui a été refusée. Qui peut décrire sa génération ? Car sa vie a été enlevée de la terre".


Esaïe 53 parle d'un "serviteur souffrant". L'eunuque veut savoir de qui il s'agit. Il demande s'il s'agit du prophète Isaïe ou d'un autre. Dans Ésaïe 40 à 55, le serviteur fait parfois référence à la nation d'Israël, qui devait être le serviteur de Dieu et le témoin du message de salut de Dieu jusqu'aux extrémités de la terre. Les prophètes étaient également appelés serviteurs du Seigneur. Esaïe 49.6 marque un changement dans l'identité du serviteur. Le serviteur n'est plus la nation d'Israël, mais une personne distincte de la nation. C'est un individu du peuple d'Israël. Sa mission est de les sauver. Esaïe 53 décrit comment il le fait en offrant sa propre vie au nom de son peuple. Esaïe 53:4-6 sont des versets si étonnants - et l'une des descriptions les plus claires de l'Évangile : "Esaïe 53:4 Il a porté nos souffrances et s'est chargé de nos douleurs ; mais nous le considérions comme frappé, abattu par Dieu, humilié. 5 Mais il était transpercé pour nos transgressions, écrasé pour nos iniquités ; c'est sur lui qu'est tombé le châtiment qui nous apporte la paix, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. 6 Nous étions tous égarés comme des brebis, chacun suivait sa propre voie, et l'Éternel a fait retomber sur lui la faute de nous tous".


Philippe commence par Ésaïe 53 et annonce à l'Éthiopien la bonne nouvelle de Jésus. Philippe a dû inclure la nécessité de la repentance et du baptême, car lorsque l'eunuque voit de l'eau, il veut être baptisé. La dernière chose que nous lisons au sujet de l'eunuque est qu'il s'en alla en se réjouissant (Actes 8:39). Le texte se termine par le fait que Philippe continue à proclamer l'Évangile dans toutes les villes, depuis Azot jusqu'à Césarée (Actes 8:40).


Les trois applications de ce point sont les suivantes : partager la bonne nouvelle, se repentir et être baptisé, et se réjouir !

Premièrement, nous partageons la bonne nouvelle. La bonne nouvelle concernant Jésus est parfois appelée l'évangile ou l'évangile du royaume. Il s'agit d'une bonne nouvelle concernant notre problème de péché. Nous subissons les conséquences du péché ou du mal dans tous les domaines de la vie. Dieu a créé un monde où règne l'harmonie. Il y avait de l'harmonie entre les humains et Dieu, entre les humains et les autres, entre les humains et la nature, et entre les humains et eux-mêmes. Le péché affecte tous ces domaines : émotions toxiques, relations toxiques, distance entre l'humanité et Dieu, maladies, désespoir et mort. La bonne nouvelle concernant Jésus est qu'en lui, Dieu fait toutes choses nouvelles. Dans son ministère, il a chassé nos démons. Il a guéri des maladies. Il a rendu pur ce qui était impur. Il a annoncé le pardon des péchés au peuple juif et aux exclus.


La bonne nouvelle concernant Jésus consiste donc à annoncer qu'il est la solution à tous les problèmes. Il renverse les conséquences du péché. Par sa mort en tant que substitut, il offre le pardon des péchés à tous ceux qui croient en lui. Il donne l'espoir de la vie éternelle, qui est une félicité éternelle dans la présence de Dieu pour toujours. Nous avons la conviction que toutes nos blessures, qu'elles soient psychologiques, physiques ou relationnelles, seront guéries. La résurrection donne une espérance au-delà de la tombe. La bonne nouvelle est aussi une bonne nouvelle pour maintenant. Dieu agit et Dieu guérit. Plus important encore, lorsque Dieu nous fait renaître, il nous donne sa paix et sa joie comme nous n'en avons jamais connu auparavant. L'Éthiopien finit par se réjouir ! Dieu commence à changer nos cœurs. Il guérit nos blessures relationnelles en Christ. Il nous donne une nouvelle famille dans l'Église. Nous avons des frères et des sœurs qui nous encouragent et nous enseignent. Nous grandissons dans l'intimité avec Dieu par la prière, la parole, le baptême et la Cène ! C'est la bonne nouvelle de Jésus.


Deuxièmement, nous nous repentons et nous sommes baptisés. Tous les chrétiens doivent se repentir. Nous devons continuellement confesser nos péchés et nous rappeler que Jésus couvre tous nos péchés. Le baptême est le symbole du remplissage du Saint-Esprit, du pardon des péchés et de la vie nouvelle en Christ pour tous ceux qui croient. Si vous n'avez pas été baptisé et que vous êtes chrétien, vous devez l'être.


Troisièmement, nous nous réjouissons. Dans ce récit, il n'y a pas eu de signes ou de prodiges extraordinaires, ni de parler en langues. La manifestation extérieure du Saint-Esprit était la joie ! La bonne nouvelle est la meilleure. Y croire conduit à la joie. Cela n'est pas en contradiction avec les souffrances de la vie chrétienne. Les chrétiens peuvent connaître de profondes blessures émotionnelles, relationnelles et physiques qui durent toute une vie. En même temps, nous connaissons aussi la joie. C'est la joie de connaître Dieu intimement. C'est la joie d'être un enfant du Dieu tout-puissant. C'est la joie de savoir que nos péchés sont pardonnés. C'est la joie de savoir que rien ne pourra nous séparer de Dieu. Cela nous touche au plus profond de notre être : il y a en nous une joie que personne ne peut nous enlever !


Troisièmement, nous voyons l'inclusion de tous les peuples dans Actes 8:27.

Actes 8:27 nous apprend qu'il s'agit d'un Éthiopien, d'un eunuque, d'un fonctionnaire de la cour de la reine des Éthiopiens, chargé de tout son trésor, et qu'il est venu adorer à Jérusalem.


Tout d'abord, nous apprenons qu'il est éthiopien. Dans la Bible, l'Éthiopie est également connue sous le nom de pays de Cush (Gn. 2:13 ; Ez. 29:10). Il ne s'agit pas de l'Éthiopie moderne. C'était un royaume qui fait partie de ce qui est aujourd'hui le Soudan[1]. Il pourrait être approprié de mentionner qu'il a la peau foncée. Il ne ressemble donc pas à un adorateur moyen du Dieu d'Israël[2].


Deuxièmement, c'est un eunuque. Le fait d'être un eunuque place cet individu dans une catégorie similaire à celle du mendiant boiteux qui était assis à la porte du temple (Actes 3:2). Selon Deut 23:1, si un homme a été altéré physiquement, il ne peut entrer dans le temple du Seigneur.


Troisièmement, il s'agit d'un fonctionnaire de la cour de la reine[3], chargé de son trésor. Il s'agissait probablement d'un homme riche. Son rôle équivaut à celui d'un ministre des finances[4] ; seules les personnes fortunées peuvent se permettre de faire de longs voyages. Enfin, il possède un rouleau d'Isaïe. Les rouleaux étaient écrits à la main et coûtaient cher.


Quatrièmement, il vient adorer à Jérusalem. Cela signifie qu'il un craignant-Dieu. Il y a trois catégories de personnes qui se rattachent au judaïsme. Il y avait les Juifs, les prosélytes et les craignant-Dieu. Les prosélytes étaient des convertis au judaïsme. Ceux qui avaient peur de Dieu croyaient au Dieu d'Israël mais ne se faisaient pas circoncire. Cela signifie qu'ils ne participaient pas pleinement aux rituels d'adoration communautaires. En tant qu'eunuque, il était un craignant-Dieu. Il est très dévoué à Dieu. Le voyage du Soudan à Jérusalem prendrait aujourd'hui 100 heures en voiture. Il a fait tout ce voyage, même pas pour entrer dans le temple pour le culte, mais pour s'asseoir à l'extérieur.


Une première application est que Dieu est pour toutes sortes de personnes. L'Ancien Testament prévoyait qu'un jour les Éthiopiens seraient inclus. Dans Ésaïe 11:11, Cush est l'un des pays d'où le Seigneur "reprendra le reste de son peuple"[5] Dans les Actes des Apôtres, les disciples de Jésus ont reçu le Saint-Esprit. Puis ce sont les Juifs et les convertis au judaïsme de différentes nations (Actes 2:5-13). Puis c'est un boiteux qui devient membre à part entière du peuple de la nouvelle alliance. Les convertis suivants sont des Juifs de langue grecque qui occupent des postes de direction, des prêtres (Actes 6:7) et des Samaritains. Et voici qu'une personne influente de la classe supérieure, à la peau foncée, vient à la foi.


La lecture d'Ésaïe 53 est intéressante. Ce qui est particulièrement intéressant dans la lecture d'Ésaïe 53 par l'eunuque éthiopien, c'est que s'il continue à lire, il arrivera à Ésaïe 56. Voici Ésaïe 56.3 et suivants : " ... que l'eunuque ne dise pas : "Voici, je suis un arbre sec". 4 Car ainsi parle l'Éternel : "Aux eunuques qui observent mes sabbats, qui choisissent ce qui me plaît et qui retiennent mon alliance, 5 je donnerai dans ma maison et dans mes murs un monument et un nom meilleurs que des fils et des filles ; je leur donnerai un nom éternel qui ne sera pas retranché." Le fait qu'il soit eunuque (Dt 23:1) a empêché cet Éthiopien de devenir un prosélyte à part entière. Actes 8 montre une fois de plus l'inclusion de toutes les personnes, de tous les types de personnes, de tous les groupes de personnes dans le Christ.


Une deuxième application concerne le sexe et les enfants. Les enfants sont merveilleux, ils sont un don du Seigneur, et les eunuques ne sont pas inférieurs parce qu'ils ne peuvent pas avoir d'enfants. Les eunuques ne sont pas inférieurs parce qu'ils ne peuvent pas avoir d'enfants. Ceux qui luttent contre l'infertilité ne sont pas inférieurs. En Christ, nous avons tous un nom meilleur que celui de fils ou de fille. Physiquement, même si certains noms seront retranchés, Ésaïe 56 enseigne que les chrétiens reçoivent un nom éternel qui ne sera pas retranché ! Avoir des enfants dans le but d'avoir un héritage, ce n'est pas penser spirituellement, mais matériellement ! Si vous avez la vie éternelle, vous avez un nom éternel !


Conclusion

Actes 8:26-40 enseigne le thème principal du livre. Le royaume de Dieu s'étend lorsque nous partageons la bonne nouvelle de Jésus par la puissance du Saint-Esprit. Si l'eunuque éthiopien, riche, à la peau foncée et couvert de taches, est pleinement accepté, il en va de même pour tous ceux qui placent leur foi en Christ. C'est vraiment une bonne nouvelle pour tous - les bien-pensants, les pécheurs, les ignorants, les fatigués. Tous peuvent venir à Jésus.






15 views0 comments

留言


bottom of page