top of page

26 March 2023 -- Gospel-Transformation for a Healthy Faith


Titus 3

Julian Bacon






Gospel-Transformation Marked by Good Works for a Healthy Faith


Titus 3


  1. Sin -- The state of sin in all areas of our life (Titus 3:3)

  2. Salvation -- The good news that God has cleansed us of our sin (Titus 3:4-7)

  3. Service -- We were transformed for good works (Titus 3:1-2, 8-11, 15)


The 5 Solae of the Reformation summarize the Gospel. The authority for all faith and practice is the Scripture Alone. The Bible teaches that salvation is by Grace Alone, through Faith Alone, in Christ Alone, and for the Glory of God Alone. In parallel, the Bible stresses good works that never impact salvation. What is the role of work in our lives? The Law of God has three purposes: curb, mirror, and guide. As a curb, it restricts sin in society through God-ordained governments for the protection of society. As a mirror, the law shows us our sin and our need for a savior. As a guide, it teaches us how to live according to God’s purposes. The Bible does not offer a choice between faith and works. Both are part of the Christian life. While Tit 3 includes one of the clearest presentations of the Christian good news, the primary theme is good works. The word “works” occurs 4 times, in Tit 3:1, 5, 8, 14. The gospel is good news for good works. Good works are not a burden but the benefit of having Jesus in our lives! Tit 3 teaches that God saves us from a state of Sin, and cleanses us for his service. Healthy Faith is Gospel-Transformation marked by good works.


1 -- Sin: Tit 3:3 Describes the state of Sin in all areas of our life.

Tit 3:3 pictures a bleak picture of our lives before we knew Jesus. Christians can read Tit 3:3 and be worried that it may still describe them. When we feel this kind of conviction, we must repent. Repentance is a sign of the Spirit working in us. Though this verse speaks of our pre-Christian existence, we still recognize it in the present because the process of becoming more like Jesus remains gradual and incomplete in this life.

Sin affects our thinking: we were foolish; our will: we were disobedient; our relationships: we were deceived, envied, detestable, and hating one another; our desires: we were slaves to passions and desires of every kind; and our actions: we conducted ourselves in wickedness. This is not an uplifting pep talk, but the more we understand our need for a savior, the more we will value the sacrifice of Christ which covers all our iniquity. The diagnosis of our sin is worse than we imagine. We are not as bad as we possibly could be, but the effect of sin is total. No area is spared from the consequences of sin. Sin affects us so that Eph 2:1 says we were “dead in our trespasses and sins.” Concerning our natural inability to please God, Paul writes in Rom 8, “7For the mind that is set on the flesh is hostile to God, for it does not submit to God's law; indeed, it cannot. 8Those who are in the flesh cannot please God.” Read the news and count how many of the stories are good news rather than bad news. We do not have to look at genocide, or human trafficking to discuss depravity. Even though Christ covers sin, no one would want all their thoughts to be projected on a screen for all to know. Fear, anger, desire to control, hatred, jealousy, and self-centeredness separate us from God. This is sin.


2 -- Salvation: Tit 3:4-7 teaches the good news that God has cleansed our sin.

We read, “When[i] the kindness and philanthropy of our savior God appeared, he saved us, not according to works in righteousness” (Tit 3:4-5). Following the picture of sin from Tit 3:3, salvation cannot be by works or we would all be lost. When it comes to salvation, good deeds count for nothing. This is great news. The only way to save sinners is apart from work. While we were sinners, the man-benefitting love of our savior appeared. By his mercy, he saved us.[ii]

According to Tit 3:5, salvation is “the washing of regeneration and renewal by the Holy Spirit.” The good news concerns spiritual purity that occurs with the forgiveness of sins. Jesus did not come to give us health, wealth, and happiness. The gospel affects society. The gospel leads people to fight against injustices, oppression, and toxic social structures, but those things are not the Gospel. The good news is the declaration of the forgiveness of sins for all those who believe. The work of the Spirit regenerates us so that we are new creatures. Christians are no longer the beings from Tit 3:3. God poured out the Holy Spirit in abundance on Christians through Jesus Christ (Tit 3:6). The result, according to Tit 3:7, is “justification.” God made us right in accordance with the law. Sin is breaking God’s law. God’s salvation makes sinners innocent before the law. Sin separates us from God and others, and even causes inner turmoil. God’s salvation brings integration. Salvation frees us from shame and despair. We have the hope of eternal life!

Application:

No one can be saved by work, because of our sense of justice, we struggle not to fall back into bringing works into the salvation equation. The following are three questions to sneakily test if someone unintentionally holds to a works-based salvation. Do good people go to heaven? Once God saves you, if you do bad things, can you lose your salvation? If you have been a good Christian your whole life, giving to and serving the church, is it fair that God saves people at the end of their lives? I asked a lady in her 70s who had attended church her whole life, and wanted to become a church member. She got all three questions wrong. It is not good people who go to heaven but forgiven sinners who go to heaven. If our good works did not save us, our bad works cannot un-save us. Finally, whether God saved us young or old, it is all according to his mercy. It is not fair that he would save anyone at all! This teaching may appear basic but getting this wrong has real consequences. It makes you and me as it made this lady, self-righteous, anxious, and judgmental all at the same time! Grace changes this!


3 -- Service: Titus 3:1-2, 8-11, 15 teach we were transformed for good works.

Sin separates and salvation in Christ integrates. This is the background to good works. Some presentations of the Christian faith could lead us to believe that we were saved by grace and now we have to work really hard until we die. We can lose the sense that God is the one working in us at every stage in the Christian life. Something fascinating about the gospel presentation of Tit 3:4-7 is that it mentions no human actions. It does not mention either faith or repentance, just the action of the Triune God. The Father washed us with the Spirit through the Son. The reason Christians now can do good is God. Our sins are washed by the Spirit, and the Spirit was poured upon us in abundance! We are saved from the consequences of sin, and more than this, God washed us and changed us by the power of the Holy Spirit. Christians can sin less than they used to. This is God’s great work of transformation. Good works stem from the great news that God changed us. They are not our performance, but God’s performance!

Legalism is either believing you need to become worthy before God will save you, or insisting that saved people live by a code of conduct foreign to the Bible. In the NT, legalism consisted of enforcing Jewish traditions. When I became a Christian, I thought alcohol was okay, but smoking was definitely a sin! If I saw someone who claimed to be a Christian smoke, I started to have my doubts. Legalism is anti-Christian. Titus 3 presents a picture of our total inability to please God before he cleansed us, declared us innocent of sin, and changed for good works. The logic of this chapter can only lead to one conclusion. God is glorified for all the good works in our lives.

Titus 3 addresses, submission, gossip, living profitable lives, and lovingly protecting the church from harm. (1) Tit 3:1 teaches us to submit to rulers and authorities. This kind of submission flows from being changed by the gospel and glorifies God. Government is a structure designed by God to protect society. When we submit to an unjust government, we show that our hope is not in this world. We present Christ who submitted to an unjust authority to secure the forgiveness of sins. We cannot submit to anything that makes us sin. May we be a community where we are quick to give up our preferences for the sake of others! (2) Tit 3:2, we slander no one. There are times when we need to share hard truths about others to edify others. Not sharing could harm people. (E.g., Don’t date that guy, he has a drinking problem). These occasions are rare. Beyond that, there is no good reason to speak ill of another. Let us agree as a community, that we will not tolerate slander. It will not come out of our mouths or into our ears. This requires a group effort. (3) In Tit 3:8, Paul instructs Titus to emphasize the gospel because it leads to good works and people not wasting their lives! In Tit 3:8 and 9, there is an image that gets lost in translation. Paul desires Christians to stand at the front (devote) of useful good works, and stand around (avoid) useless controversy. Let us focus on knowledge that accords with godliness. Debates on the age of the earth, the end times, and the mysteries of the intersection of God’s sovereignty and human responsibility rarely lead to more love. In Tit 3:10-11, Paul teaches about lovingly protecting the church from those who would cause division with controversies. A church must care for its health and have a system to correct harmful behavior. When a person intentionally harms the community and is unwilling to stop even after a warm loving understanding dialogue, it can become clear that they are opponents of the gospel. Appropriate measures will be taken. As soon as the person repents, they are of course welcomed back into the fold and will enjoy the full benefits of church membership.


Application:

Good works without the gospel can only lead to being right in our own eyes. In the Christian life, understanding God’s forgiveness leads to good works every time. In Matt 18, Jesus tells a parable of a servant who owes his master 10000 talents which is 150 000 years’ worth of wages. The servant pleads that the debt would be canceled, and the master agrees. This servant was owed 100 denarii which is the equivalent of 4 months’ wages. When Servant 2 asked for this debt to be canceled, the first servant refused. In every situation in life, Christians are the first servant. Our debt of sin has been canceled and we have eternal life instead of eternal death. I am outraged at the first servants’ refusal to do good in response to what he was given. I need to be just as passionate about good works in my own life knowing God’s love for me. The church has been responsible for so much good in the world from establishing schools, hospitals, and orphanages. If God saved you, Titus 3 teaches that he wants to use you in your school, in your family, at work, and in this church. Maybe you know exactly what this means for you. If not, start small. Everyone needs a friend to whom they can talk. That can be the place to start. Titus 3 does not send us out into the world with a burden to bear. Jesus has removed our burden, so we are free to do the good we want to do.


Conclusion:

This concludes Titus for a healthy faith! Healthy faith keeps Christ central. It trusts in him for the forgiveness of sins. But it trusts in Christ for all things by holding fast to his word. Healthy faith keeps Christ central by valuing Christ-like healthy leadership that promotes a healthy community through its character and words. Healthy faith keeps Christ central by keeping him central in every relationship we have. Because Jesus laid down his life, in him, we are also able to submit to others. Healthy faith keeps Christ central by making our works about him. Titus 2-3 highlighted that God initiates our salvation and is also the goal of our salvation. A gospel-shaped life makes God look great! We understand the depth of our sin and know that God’s grace is greater. God frees us from fear and shame. He uses our contagious joy that overflows in wanting to meet the needs of others for his glory. This is what Titus is all about.

[i] A contrast is marked between Tit 3:3’s “then” and Tit 3:4’s “when.” Tit 3:3 was true of us before Jesus saved us. [ii] In the Greek verses 4 to 7 make one long sentence and the finite verb "saved" in v.5 is the main verb of the sentence.



 


La transformation par l’évangéle, marquée par les bonnes œuvres pour une foi saine.

Tite 3



Les 5 Solae de la Réforme résument l’Evangile. L’autorité pour toute croyance et pratique Chrétienne est l’Écriture seule. La Bible enseigne que le salut est par la grâce seule, par la foi seule, en Christ seul, et pour la gloire de Dieu seul. En parallèle, la Bible met l’accent sur les bonnes œuvres qui n’ont jamais d’impact sur le salut. Quel est le rôle du travail dans nos vies? La Loi de Dieu a trois buts : freiner, refléter et guider. En tant que frein, il restreint le péché dans la société par le biais de gouvernements ordonnés par Dieu pour la protection de la société. Comme un miroir, la loi nous montre notre péché et notre besoin d’un sauveur. En tant que guide, il nous enseigne comment vivre selon les desseins de Dieu. La Bible n’offre pas le choix entre la foi et les œuvres. Les deux font partie de la vie chrétienne. Alors que Tit 3 comprend l’une des présentations les plus claires de la bonne nouvelle chrétienne, le thème principal est les bonnes œuvres. Le mot « œuvres » apparaît 4 fois, dans Tit 3:1, 5, 8, 14. L’évangile est une bonne nouvelle pour les bonnes œuvres. Les bonnes œuvres ne sont pas un fardeau, mais le bénéfice d’avoir Jésus dans nos vies! Tit 3 enseigne que Dieu nous sauve d’un état de péché et nous purifie pour son service. La foi saine est une transformation par l’évangile marquée par de bonnes œuvres.


1 -- Péché: Tit 3: 3 Décrit l’état de péché dans tous les domaines de notre vie.

Tite 3:3 dresse un tableau sombre de nos vies avant que nous ne connaissions Jésus. Les chrétiens peuvent lire Tite 3:3 et s'inquiéter du fait qu'il puisse encore les décrire. Lorsque nous ressentons ce genre de conviction, nous devons nous repentir. La repentance est un signe de l'action de l'Esprit en nous. Bien que ce verset parle de notre existence pré-chrétienne, nous le reconnaissons encore dans le présent parce que le processus de devenir plus semblable à Jésus reste graduel et incomplet dans cette vie.


Le péché affecte notre pensée : nous étions insensés ; notre volonté : nous étions désobéissants ; nos relations : nous étions trompés, envieux, détestables et nous nous haïssions les uns les autres ; nos désirs : nous étions esclaves de passions et de désirs de toutes sortes ; et nos actions : nous nous conduisions avec méchanceté. Il ne s'agit pas d'un discours d'encouragement, mais plus nous comprendrons que nous avons besoin d'un sauveur, plus nous apprécierons le sacrifice du Christ qui couvre toutes nos iniquités. Le diagnostic de notre péché est pire que ce que nous imaginons. Nous ne sommes pas aussi mauvais que nous pourrions l'être, mais l'effet du péché est total. Aucun domaine n'est épargné par les conséquences du péché. Le péché nous affecte à tel point qu'Eph 2:1 dit que nous étions "morts dans nos offenses et nos péchés". En ce qui concerne notre incapacité à plaire à Dieu, Paul écrit dans Rom 8 : "7La pensée attachée à la chair est hostile à Dieu, car elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, elle ne le peut pas. 8Ceux qui sont dans la chair ne peuvent plaire à Dieu. Lisez les nouvelles et comptez le nombre de bonnes nouvelles plutôt que de mauvaises. Il n'est pas nécessaire de se pencher sur les génocides ou la traite des êtres humains pour parler de dépravation. En dehors du Christ qui couvre le péché, personne ne voudrait que toutes ses pensées soient projetées sur un écran pour que tout le monde les connaisse. La peur, la colère, le désir de contrôler, la haine, la jalousie et l'égocentrisme nous séparent de Dieu. C'est le péché.


2 -- Salut: Tt 3: 4-7 enseigne la bonne nouvelle que Dieu a purifié notre péché.

Nous lisons : "Lorsque la bonté et la philanthropie de notre sauveur Dieu se sont manifestées, il nous a sauvés, non pas selon des œuvres de justice" (Tite 3:4-5). Si l'on se réfère à l'image du péché de Tite 3:3, le salut ne peut se faire par les œuvres, sinon nous serions tous perdus. En matière de salut, les bonnes actions ne comptent pas. C'est une grande nouvelle. La seule façon de sauver les pécheurs est sans travail. Alors que nous étions pécheurs, l'amour bienfaisant de notre Sauveur est apparu. Par sa miséricorde, il nous a sauvés.


Selon Tit 3:5, le salut est "le lavage de la régénération et le renouvellement par le Saint-Esprit". La bonne nouvelle concerne la pureté spirituelle qui découle du pardon des péchés. Jésus n'est pas venu pour nous donner la santé, la richesse et le bonheur. L'Évangile affecte la société. L'Évangile conduit les gens à lutter contre les injustices, l'oppression et les structures sociales toxiques, mais ces choses ne sont pas l'Évangile. La bonne nouvelle est la déclaration du pardon des péchés pour tous ceux qui croient. L'œuvre de l'Esprit nous régénère et fait de nous de nouvelles créatures. Les chrétiens ne sont plus les êtres de Tit 3:3. Dieu a répandu le Saint-Esprit en abondance sur les chrétiens par Jésus-Christ (Tite 3:6). Le résultat, selon Tite 3:7, est la "justification". Dieu nous a rendus justes conformément à la loi. Le péché consiste à enfreindre la loi de Dieu. Le salut de Dieu rend les pécheurs innocents devant la loi. Le péché nous sépare de Dieu et des autres, et provoque même des troubles intérieurs. Le salut de Dieu apporte l'intégration. Le salut nous libère de la honte et du désespoir. Nous avons l'espoir de la vie éternelle !


Application :

Personne ne peut être sauvé par le travail, mais en raison de notre sens de la justice, nous luttons pour ne pas retomber dans l'équation du salut par les œuvres. J'ai trouvé trois questions pour tester sournoisement si quelqu'un s'en tient intentionnellement à un salut basé sur les œuvres. Les gens bons vont-ils au paradis ? Une fois que Dieu vous a sauvé, si vous faites de mauvaises choses, pouvez-vous perdre votre salut ? Si vous avez été un bon chrétien toute votre vie, en donnant à l'église et en la servant, est-il juste que Dieu sauve les gens à la fin de leur vie ? J'ai posé la question à une dame de 70 ans qui avait fréquenté l'église toute sa vie et qui voulait devenir membre de l'église. Elle s'est trompée dans les trois questions. Ce ne sont pas les bons qui vont au paradis, mais les pécheurs pardonnés. Si nos bonnes œuvres ne nous ont pas sauvés, nos mauvaises œuvres ne peuvent pas nous dé-sauver. Enfin, que Dieu nous ait sauvés jeunes ou vieux, tout dépend de sa miséricorde. Il n'est pas juste qu'il sauve qui que ce soit !


3 Service : Tite 3:1-2, 8-11, 15 enseigne que nous avons été transformés pour de bonnes œuvres.

Le péché sépare et le salut en Christ intègre. Tel est l'arrière-plan des bonnes œuvres. Certaines présentations de la foi chrétienne pourraient nous amener à croire que nous avons été sauvés par la grâce et que nous devons maintenant travailler très dur jusqu'à notre mort. Nous pouvons perdre le sentiment que c'est Dieu qui travaille en nous à chaque étape de la vie chrétienne. Un aspect fascinant de la présentation évangélique de Tit 3:4-7 est qu'elle ne mentionne aucune action humaine. Elle ne mentionne ni la foi ni la repentance, mais uniquement l'action du Dieu trinitaire. Le Père nous a lavés avec l'Esprit par l'intermédiaire du Fils. La raison pour laquelle les chrétiens peuvent maintenant faire le bien, c'est Dieu. Nos péchés sont lavés par l'Esprit, et l'Esprit a été répandu sur nous en abondance ! Nous sommes sauvés des conséquences du péché, et plus encore, Dieu nous a lavés et changés par la puissance du Saint-Esprit. Les chrétiens peuvent moins pécher qu'avant. C'est la grande œuvre de transformation de Dieu. Les bonnes œuvres découlent de la grande nouvelle que Dieu nous a changés. Elles ne sont pas notre performance, mais celle de Dieu ! Le légalisme consiste soit à croire que vous devez devenir digne avant que Dieu ne vous sauve, soit à insister pour que les personnes sauvées vivent selon un code de conduite étranger à la Bible. Dans le Nouveau Testament, le légalisme consistait à appliquer les traditions juives. Lorsque je suis devenu chrétien, je pensais que l'alcool était acceptable, mais que fumer était définitivement un péché ! Si je voyais quelqu'un qui prétendait être chrétien fumer, je commençais à avoir des doutes. Le légalisme est anti-chrétien. Tite 3 présente une image de notre incapacité totale à plaire à Dieu avant qu'il ne nous ait purifiés, déclarés innocents du péché et changés pour de bonnes œuvres. La logique de ce chapitre ne peut conduire qu'à une seule conclusion. Dieu est glorifié pour toutes les bonnes œuvres de notre vie. Tite 3 traite de la soumission, des commérages, d'une vie profitable et de la protection aimante de l'Église contre le mal. (1) Tite 3:1 nous enseigne à nous soumettre aux chefs et aux autorités. Ce type de soumission découle du fait que nous avons été transformés par l'Évangile et glorifie Dieu. Le gouvernement est une structure conçue par Dieu pour protéger la société. Lorsque nous nous soumettons à un gouvernement injuste, nous montrons que notre espoir n'est pas dans ce monde et nous présentons le Christ qui s'est soumis à une autorité injuste pour obtenir le pardon des péchés. Nous ne pouvons pas nous soumettre à quoi que ce soit qui nous fasse pécher. Puissions-nous être une communauté où nous sommes prompts à abandonner nos préférences pour le bien des autres ! (2) Tit 3:2, nous ne calomnions personne. Il y a des moments où nous devons partager des vérités difficiles sur les autres pour les édifier. Ne pas partager pourrait nuire aux gens. (Par exemple, ne sors pas avec ce type, il a un problème d'alcool). Ces occasions sont rares. En dehors de cela, il n'y a aucune raison valable de dire du mal d'autrui. Convenons, en tant que communauté, que nous ne tolérerons pas la calomnie. Elle ne sortira pas de nos bouches et n'entrera pas dans nos oreilles. Cela demande un effort collectif. (3) Dans Tite 3:8, Paul souligne que Tite doit mettre l'accent sur l'Évangile parce qu'il conduit à de bonnes œuvres et à des personnes bénéfiques pour les autres ! Dans Tite 3:8 et 9, il y a une image qui se perd dans la traduction. Paul souhaite que les chrétiens se tiennent à l'avant (consacrent) des bonnes œuvres utiles, et qu'ils se tiennent autour (évitent) des controverses inutiles. Concentrons-nous sur la connaissance qui s'accorde avec la piété. Les débats sur l'âge de la terre, la fin des temps et les mystères de l'intersection entre la souveraineté de Dieu et la responsabilité humaine conduisent rarement à plus d'amour. Dans Tit 3.10-11, Paul enseigne qu'il faut protéger avec amour l'Église de ceux qui veulent la diviser par des controverses. Une église doit prendre soin de sa santé et disposer d'un système pour corriger les comportements nuisibles. Lorsqu'une personne nuit intentionnellement à la communauté et ne veut pas s'arrêter, même après un dialogue chaleureux et compréhensif, il est clair qu'elle n'est pas purifiée et qu'elle s'oppose à l'Évangile. Des mesures appropriées seront prises. Dès que la personne se repent, elle est bien sûr accueillie à nouveau dans la bergerie et bénéficie de tous les avantages de l'appartenance à l'Église. Application :

Les bonnes œuvres sans l'Évangile ne peuvent conduire qu'à avoir raison à nos propres yeux. Dans la vie chrétienne, la compréhension du pardon de Dieu conduit toujours à de bonnes œuvres. Dans Matthieu 18, Jésus raconte la parabole d'un serviteur qui doit à son maître 10000 talents, soit 150 000 années de salaire. Le serviteur plaide pour que la dette soit annulée, et le maître accepte. Ce serviteur devait 100 deniers, soit l'équivalent de 4 mois de salaire. Lorsque le serviteur 2 demande l'annulation de cette dette, le premier serviteur refuse. Dans toutes les situations de la vie, le chrétien est le premier serviteur. Notre dette de péché a été annulée et nous avons la vie éternelle au lieu de la mort éternelle. Je suis scandalisé par le refus du premier serviteur de faire le bien en réponse à ce qui lui a été donné. Je dois être tout aussi passionné par les bonnes œuvres dans ma propre vie, sachant l'amour de Dieu pour moi. L'Église a été à l'origine de tant de bienfaits dans le monde en créant des écoles, des hôpitaux et des orphelinats. Si Dieu vous a sauvé, Tite 3 enseigne qu'il veut vous utiliser dans votre école, dans votre famille, au travail et dans cette église. Peut-être savez-vous exactement ce que cela signifie pour vous. Si ce n'est pas le cas, commencez modestement. Tout le monde a besoin d'un ami à qui parler. Cela peut être le point de départ. Tite 3 ne nous envoie pas dans le monde avec un fardeau à porter. Jésus nous a débarrassés de ce fardeau et nous sommes donc libres de faire le bien.

Conclusion :

Voilà qui conclut Tite pour une foi saine ! Une foi saine place le Christ au centre de ses préoccupations. Elle se fie à lui pour le pardon des péchés. Mais elle se fie au Christ pour toutes choses en s'attachant à sa parole. Une foi saine garde le Christ au centre en valorisant un leadership sain, à l'image du Christ, qui promeut une communauté saine par son caractère et ses paroles. Une foi saine maintient le Christ au centre de toutes nos relations. Parce que Jésus a donné sa vie, en lui, nous sommes également capables de nous soumettre aux autres. Une foi saine maintient le Christ au centre en faisant en sorte que nos œuvres soient centrées sur lui. Tite 2-3 a mis en évidence le fait que Dieu est à l'origine de notre salut et qu'il en est également le but. Une vie conforme à l'Évangile met Dieu en valeur ! Nous comprenons la profondeur de notre péché et savons que la grâce de Dieu est plus grande. Dieu nous libère de la peur et de la honte. Il utilise notre joie contagieuse qui déborde en voulant répondre aux besoins des autres pour sa gloire. Voici le message de Titue.






Comments


bottom of page