top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

25 February 2024 -- The Jerusalem Council: Clarifying the Gospel


Acts 15:1-35

Julian Bacon

Series: Be My Witnesses -- The Book of Acts






 

The Jerusalem Council: Clarifying the Gospel

Acts 15:1-35


  1. The Judaizer problem (Acts 15:1-6)

  2. The gospel affects our relationship with God and with one another (Acts 5:7-18) 

  3. Life by grace through faith (Acts 15:19-35).



A Christian author wrote, “In the twenty years I’ve been a Christian, I’ve received instruction on and been challenged to read my Bible daily, pray without ceasing, do in-depth Bible study regularly, memorize Scripture, meditate day and night, fellowship with other believers, always be ready to give an answer to the questioning unbeliever, give to missions and to the poor, work as unto the Lord, use my time judiciously, give thanks in all circumstances, serve the Body using my gifts to edify others, keep a clean house as a testimony, practice gracious hospitality, submit to my husband, love and train my children, disciple other women, manage finances as a good steward, involve myself in school and community activities, develop and maintain non-Christian friendship stimulate my mind with careful reading, improve my health through died and exercise, color coordinate my wardrove, watch my posture and “simplify” my life by baking my own bread.”[i]


There is a tension we need to hold. All the items of Jeanne’s list except for color-coordinating her wardrobe are good things. Yet, if we communicate that this lifestyle is at the heart of Christianity, our good news is no longer good. It is a heavy burden. The gospel is that salvation is by grace alone, through faith alone, in Christ alone.


Jesus invites us to come to him if we carry a heavy burden. His yoke is easy and his burden is light. Do we still carry a heavy burden? Do we place heavy burdens on others? Coming to Jesus for rest and living with an easy yoke is what Acts 15 is about.


Acts 15 begins with a problem in Acts 15:1-6. Some were saying that Gentiles had to become Jews to be saved. The gospel is the answer to this problem. The gospel speaks to our relationship with God with implications for who can join the church in Acts 15:7-18. Finally, because the initial problem concerns lifestyle, the text ends with the Christian way of life once you are saved in Acts 15:19-35. We will look at the problem, the gospel, and our way of life.



1 -- The Judaizer problem in Acts 15:1-6.


The Christian Church is a Jewish movement in which Gentiles are brought in. The Christian church began with thousands of Jews.[ii] This only changed in Acts 10. Cornelius and his family and friends were the first Gentile converts. In Acts 11 the church in Antioch was predominantly Gentile. In Acts 13-14, the gospel spreads in Asia minor. The church was becoming less Jewish.


Some Jewish Christians were asking, "Do Gentile converts have to become Jewish first to be Christians?" In the OT period, this is how Gentiles used to enter God’s people and share in the blessings promised to Israel. Texts like Gen 17:10-27 and Exod 12:43-45, 48 teach that male converts would be circumcised and the whole family would live in obedience to the law.


The arrival of Jesus and the start in the next phase of God’s plan of salvation leads to a shift. In the New Covenant, God granted Gentiles, “repentance that leads to life” without needing to become Jewish proselytes. Salvation was always by faith alone and never by rule keeping (Gen 15:6). It used to be that in keeping with their faith in the God of Israel, Gentiles fully integrated Israel.


The New Covenant breaks a 2000-year-old practice.[iii] In Acts 15:1 Some Jewish Christians were saying to Gentile Christians in Antioch: “Unless you are circumcised according to the custom of Moses, you cannot be saved.”


They failed to recognize the change that occurred with the New Covenant. It was ingrained in them that Gentiles who believed in Israel’s God would be circumcised and keep the law as they did. This is the Judaizer problem.


Application

For us to apply this, we need to understand the problem. It is not that the Jews believed you earned your way to heaven and Christianity came with a better message. The Gentile Christians of Antioch were not wild immoral sinners in need of morality. They were taught by Barnabas and Paul (Ac 11:26, 15:28). They were learning to pray, to submit to one another, to love God, love their neighbor. The issue is not moralism. The problem was requiring Jewish practices of Gentile Christians. The problem was judging someone's status with God based on conformity to extra traditions or customs. Setting expectations for Christians is not adding to the gospel. Requiring repentance from sin is not adding to the gospel and it is not the issue in this text.


Now for a positive application. When people insist you need to vote for a political party to be a Christian, that is adding to the gospel. Generally speaking, when a church makes requirements of people that go beyond biblical commands, they are adding to the gospel. The Judaizer problem was thinking you were saved based on a particular working out of your faith that is not required by the Bible.



2 -- The gospel declares the good news about being right with God and affects our relationships with one another (Acts 15:7-18).


To solve the Judaizer problem, Paul and Barnabas go from Antioch to Jerusalem for a meeting. This is the Jerusalem council. I will highlight Peter’s speech and James’ speech.


In his Speech, in Acts 15:7-11, Peter announces what is required to be right with God. To prove that Gentiles are saved he says in Acts 15:8-9 that God gave Gentiles the Holy Spirit, “just as he did to us and he made no distinction between us and them, having cleansed their hearts by faith.” No good works, or outward conformity to any system is required for salvation. Those who believe are cleansed. In Ac 15:10, he says denying the salvation of Gentiles unless they become Jews is putting God to the test. Requiring them to become Jewish and to keep the law for salvation was foolish since even the Jewish Christians don’t keep the law for salvation. He says in Acts 15:11, “rather we believe that we will be saved through the grace of the Lord Jesus, just as they will.” Peter is saying that all are saved by grace (Ac 15:11) and through faith (Ac 15:9). The Jews are saved by faith and so Gentiles are saved by faith.


James emphasizes the gospel implication for the church membership in Acts 15:13-18. Gentiles must be accepted in the church. If salvation is by faith because of the grace of God, then Gentiles must be welcomed into the church without extra conditions. Church membership is based on faith and not becoming a Jew. James quotes Amos 9:11-12, in which God promised the inclusion of the Gentiles. What was happening in the first century was the fulfillment of God’s Old Testament promises.


Application

The application for us is straightforward. When it comes to being declared right with God, no works are part of the equation (except the work of Christ on the cross!). When you share the gospel, and someone responds, “No, it can’t be that easy,” you have probably shared it correctly. If they respond, “If people are saved by faith, aren’t you saying they are free to keep sinning?” Again, you probably articulated salvation by faith alone without works, correctly! The Christian message involves repentance, but salvation is a free gift from God. Every moral system tells you to hope to be good enough for a reward. The Christian message begins with the reward and the declaration that you can never be good enough. This is such good news that we joyfully want to live for God.


This good news leads to diversity in the church. In the text, diversity is Jew and Gentile. For us, if salvation depends on God’s grace and is received through faith, with conforming to any cultural practices, we can expect all kinds of people will believe the gospel. To summarize this second point: The gospel is good news of salvation by faith without works leads to a diverse church.



3 -- Life by grace through faith


We turn back to the original problem on how Christians ought to live. If Gentiles do not become Jewish, what does it mean to live by grace through faith? (Acts 15:19-35)


The Jerusalem council concluded by agreeing to send a letter to the church in Antioch. According to Ac 15:28-29, they wrote, “It seemed good to the Holy Spirit and to us to lay on you no greater burden than these requirements, that you abstain from what has been sacrificed to idols, and from blood, and from what has been strangled, and from sexual immorality. If you keep yourselves from these, you will do well. Farewell.” When they church at Antioch heard, they rejoiced because of its encouragement (Ac 15:31).


So what does this mean? Acts 15 begins with the problematic teaching: “Unless you are circumcised, … you cannot be saved.” The Jerusalem council decides on four prohibitions, not to be saved but to do well. This conclusion is brilliant on at least three counts.


First, these four prohibitions come from Lev 17-18. Lev 17-18 teach how foreigners were to live in Israel.[iv] The Jewish Christians who wanted to impose the law of Moses will be satisfied because they used the law of Moses to solve this controversy. The Law God gave to Moses is still authoritative even if we do not keep everything.


Second, this solution teaches the law is not for salvation but to live well. There are ways of life that lead to life and other that lead to death. Particular behaviors are fitting for Christians others are not.


Third, these prohibitions allow Jews and Gentiles in the church to enjoy meaningful community without the Gentiles being stumbling blocks to the Jewish Christians.[v]


Application

For us, the text teaches us how to feel about these four prohibitions. When the Gentile Christians heard the decision made in Jerusalem, they rejoiced! The decision both upheld the law of Moses and promoted harmony in the church. We need to hold this tension.


The first lesson is we do not get rid of the Law of Moses. Jesus said, he came to fulfill but not abolish the law (Matt 5:17), Paul calls the law holy, righteous and good (Rom 7:12). The problem is not about promoting morality in church. The problem was assuming only Gentiles who become Jews were truly saved. There is difference between becoming a Jew to become a Christian and desiring to keep the Old Testament Law as Christians.


The consistent picture in the Bible is that God’s moral law is valid for all time. The law shows us we are sinners. Law restricts sin in society. The law of God teaches us how to live in harmony with the world God created. We do not apply the laws that were particular to Israel being a nation. We do not practice laws connected with sacrifices the pointed to Jesus. We do not keep ceremonial laws that kept Israel separate until the coming of the Messiah. We uphold the law of God that is for all people. We also understand that law-keeping plays absolutely zero part in our salvation.


Second, if Christians have to keep the law of God, why was their rejoicing? What happened to the light burden of the gospel? Explaining the rejoicing is easy. Adult men just learned they did not have to be circumcised!


And beyond this, the Christian message is a light burden because Jesus is gentle and lowly. His yoke is easy and his burden is light. Our natural tendency is to carry weight around in which we depend on ourselves in incompatible ways with Christ’s Lordship, majesty, and power over our lives. In all that we do, we must believe, and live lives that communicate to our children, colleagues, friends and the watching world, that becoming a Christians requires nothing but faith because of God grace. When we delight in the Father through the Son, by the power of the Holy Spirit, none of God’s commandments are a burden (1 John 5:3).



Conclusion

Jesus says in Matt 11:27-30, Come to me, all who labor and are heavy laden, and I will give you rest. 29Take my yoke upon you, and learn from me, for I am gentle and lowly in heart, and you will find rest for your souls. 30For my yoke is easy, and my burden is light.” What must I do to be saved? Repent and trust in Christ.


What must I do to show I am a Christian? Jesus said in John 15:4-5 4, "Abide in me, and I in you. As the branch cannot bear fruit by itself, unless it abides in the vine, neither can you, unless you abide in me. 5 I am the vine; you are the branches. Whoever abides in me and I in him, he it is that bears much fruit, for apart from me you can do nothing." We abide in Christ when we trust in who Christ is and what he has done in a way that it lifts our burdens and joyfully leads us to serve God.


A pastor who did had done Christian ministry at Harvard had notice that a trait of students who were become Christians is that some were going from an A average to B averages. This is not a call to those who are in school to stop studying. However, the pastor’s observation was that these students were no longer tying their identity with their performance in school. Christ had lifted that burden and gave them an easy yoke.


The redemption offered in the gospel, puts all the burden on Christ. He lives the perfect life we could not. He takes our punishment, so we don’t have to endure it. By faith we are cleansed, and are full members of God’s church, and the good news never adds any other burden or requirement. This news is what connects us all. It will lead to a diverse and joyful people united by the gospel. God transforms our hearts so we long to live for him.




[i] Finding Focus in a Whirlwind world, Jeanne Flemming - Brian Habig used this in his Acts 15 sermon.


[ii] Beginning in Jerusalem the church has born witness to the risen Christ. The church has grown in number and diversity. All the converts in Acts 2 were Jews, The Samaritans were part of the lost 10 tribes of Israel. The Ethiopian Eunuch participated in the Jewish religion by worshipping in Jerusalem. What happens with Cornelius is brand new. The church in Antioch make this more standard.


[iii] Peterson Acts 15:1.


[iv] These chapters also have 5 appearances of the phrase, “the alien living among them” (Lev 17:8, 10, 12, 13; 18:26. This phrase is connected to the four prohibitions for Gentiles living in Israel. The prohibitions appear in Lev 17-18 in the same order as Ac 15:29. They prohibit aliens from sacrificing to idols (Lev 17:7-9), from blood (Lev 17:10, 12), from meat of strangled animals (Lev 17:13), and sexual immorality (Lev 18:26). Glenny, The Septuagint and Apostolic Hermeneutics: Amos 9 in Acts 15.


[v] Kellum, Acts 15:21.




 


Le Concile de Jérusalem -- Clarifier' l'Évangile

Actes 15:1-35



Dans son livre "Finding Focus in a Whirlwind world", Jeanne Flemming écrit : "Depuis vingt ans que je suis chrétienne, j'ai reçu des instructions et j'ai été mise au défi de lire ma Bible chaque jour, de prier sans cesse, d'étudier régulièrement la Bible en profondeur, de mémoriser les Écritures, de méditer jour et nuit, d'être en communion avec d'autres croyants, d'être toujours prête à répondre à l'incroyant qui pose des questions, de donner aux missions et aux pauvres, de travailler comme pour le Seigneur, d'utiliser mon temps judicieusement, de rendre grâce en toutes circonstances, de servir le corps en utilisant mes dons pour édifier les autres, de garder une maison propre en témoignage, de pratiquer une hospitalité gracieuse, de me soumettre, d'avoir des relations avec les autres, d'avoir des relations avec les autres, servir le Corps en utilisant mes dons pour édifier les autres, garder une maison propre en témoignage, pratiquer l'hospitalité gracieuse, me soumettre à mon mari, aimer et éduquer mes enfants, former d'autres femmes, gérer mes finances en bonne intendante, m'impliquer dans les activités scolaires et communautaires, développer et entretenir des amitiés non chrétiennes, stimuler mon esprit par une lecture attentive, améliorer ma santé par la nourriture et l'exercice, coordonner les couleurs de ma garde-robe, surveiller ma posture et "simplifier" ma vie en cuisinant mon propre pain. "[1]


Il y a une tension que nous devons maintenir. Tous les éléments de la liste de Jeanne, à l'exception de la coordination des couleurs de sa garde-robe, sont de bonnes choses. Pourtant, si nous communiquons que ce style de vie est au cœur du christianisme, notre bonne nouvelle n'est plus bonne. C'est un lourd fardeau. L'Évangile, c'est le salut par la grâce seule, par la foi seule, en Christ seul. Jésus nous invite à venir à lui si nous portons un lourd fardeau. Son joug est facile et son fardeau est léger. Portons-nous encore un lourd fardeau ? Plaçons-nous un lourd fardeau sur les autres ?


Actes 15 traite du salut, de l'appartenance à l'église et de notre mode de vie. Nous examinerons le problème des judaïsants dans Actes 15:1-6, l'Évangile et ses conséquences spirituelles et sociales dans Actes 15:7-18, et les implications pour notre mode de vie dans Actes 15:19-35.



1 -- Le problème des judaïsants dans Actes 15, 1-6.


L'Église chrétienne est un mouvement juif dans lequel des païens sont incorporés. L'Église chrétienne a commencé avec des milliers de Juifs[2], ce qui n'a changé qu'en Actes 10. Corneille, sa famille et ses amis sont les premiers païens convertis. En Actes 11, l'Église d'Antioche était majoritairement païenne. Dans les Actes 13 et 14, l'Évangile se répand en Asie mineure. L'Église devient de moins en moins juive. Certains chrétiens juifs demandaient : "Les convertis païens doivent-ils d'abord devenir juifs pour être chrétiens ?"



Actes 15:1 commence à Antioche, dans l'église à prédominance païenne. Certains chrétiens juifs disaient : "Si vous n'êtes pas circoncis selon la coutume de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés". C'est ainsi que les païens entraient autrefois dans le peuple de Dieu et participaient aux bénédictions promises à Israël. Des textes tels que Gn 17, 10-27 et Ex 12, 43-45, 48 enseignent que les hommes convertis devaient être circoncis et que toute la famille devait vivre dans l'obéissance à la loi. L'arrivée de Jésus et le don du Saint-Esprit ont provoqué un changement. Dans la nouvelle alliance, Dieu accorde aux païens "la repentance qui mène à la vie" sans qu'ils aient besoin de devenir des prosélytes juifs. Le salut a toujours été obtenu par la foi seule et jamais par l'observation de règles (Gn 15,6). Autrefois, conformément à leur foi dans le Dieu d'Israël, les païens s'intégraient pleinement à Israël. La nouvelle alliance rompt une pratique vieille de 2000 ans.[3] Il est peut-être compréhensible que tous les chrétiens juifs n'aient pas compris immédiatement. Pour certains, il était ancré en eux que les païens qui croyaient au Dieu d'Israël seraient circoncis et observeraient la loi comme eux.


Application

Il s'agit d'ajouter à l'Évangile, mais nous ne devrions pas aller au-delà de ce que le texte enseigne. Ce n'est pas que les Juifs croyaient que l'on gagnait son chemin vers le ciel et que le christianisme apportait un meilleur message. Les chrétiens païens d'Antioche n'étaient pas des pécheurs immoraux et sauvages. Ils étaient enseignés par Barnabé et Paul. Ils apprenaient à prier, à se soumettre les uns aux autres, à aimer Dieu et à aimer leur prochain. Le problème n'est pas le moralisme. Le problème était d'exiger des pratiques juives des chrétiens païens. Le problème était de juger le statut de quelqu'un auprès de Dieu en fonction de sa conformité à des traditions ou des coutumes supplémentaires. Exiger des chrétiens qu'ils se conforment à certaines règles n'apporte rien de plus à l'Évangile. Exiger la repentance du péché n'ajoute rien à l'Évangile et ce n'est pas le problème dans ce texte.


Passons maintenant à une application positive. Lorsque des personnes insistent sur le fait que si vous votez pour un parti politique, vous ne pouvez pas être chrétien, il s'agit d'une extension de l'Évangile. Vous pouvez dire que vous n'êtes pas d'accord sur la base de principes chrétiens sur la façon dont quelqu'un vote. Mais cette personne peut avoir des raisons chrétiennes de voter différemment. Il s'agit d'une application générale. Lorsqu'une église vous accepte comme membre, elle reconnaît que vous êtes chrétien. Si une église exige quelque chose pour l'adhésion qui ne constitue pas un péché si vous ne vous y conformez pas, elle ajoute à l'évangile.



2 -- l'Évangile affecte notre relation avec Dieu et avec les autres (Actes 15:7-18).


Pour résoudre le problème des judaïsants, Paul et Barnabé se rendent d'Antioche à Jérusalem pour une réunion. Il s'agit du conseil de Jérusalem.


Dans son discours, en Actes 15:7-11, Pierre annonce ce qu'il faut faire pour être en règle avec Dieu.

Pour prouver que les païens sont sauvés, il dit dans Actes 15:8-9 que Dieu a donné aux païens le Saint-Esprit, "comme à nous, et il n'a fait aucune différence entre nous et eux, ayant purifié leurs cœurs par la foi." Aucune bonne œuvre, aucune conformité extérieure à un système quelconque n'est requise pour le salut. Ceux qui croient sont purifiés.


Dans Ac 15:10, il dit que refuser le salut des païens à moins qu'ils ne deviennent juifs, c'est mettre Dieu à l'épreuve. Exiger d'eux qu'ils deviennent juifs et qu'ils observent la loi pour être sauvés était insensé puisque même les chrétiens juifs n'observent pas la loi pour être sauvés. Il dit dans Actes 15:11 : "Nous croyons plutôt que nous serons sauvés par la grâce du Seigneur Jésus, comme eux." Pierre dit que tous sont sauvés par la grâce (Ac 15:11) et par la foi (Ac 15:9). Le résultat est un cœur purifié. Les juifs sont sauvés par la foi et donc les païens sont sauvés par la foi.


Jacques souligne l'implication pour l'Église dans Actes 15:13-18.

Les païens doivent être acceptés dans l'Église. Si le salut se fait par la foi en raison de la grâce de Dieu, les païens doivent être accueillis dans l'Église sans conditions supplémentaires. L'appartenance à l'Église est basée sur la foi et non sur le fait de devenir juif. Jacques cite Amos 9:11-12, dans lequel Dieu a promis d'inclure les païens. Ce qui se passait au premier siècle était l'accomplissement des promesses de Dieu dans l'Ancien Testament.


Application

Lorsqu'il s'agit d'être déclaré en règle avec Dieu, les œuvres ne font pas partie de l'équation. Lorsque vous partagez l'Évangile et que quelqu'un vous répond : "Non, ça ne peut pas être aussi facile", vous l'avez probablement partagé correctement. S'il répond : "Si les gens sont sauvés par la foi, ne dites-vous pas qu'ils sont libres de continuer à pécher ?". Là encore, vous avez probablement articulé correctement le salut par la foi seule, sans les œuvres ! Le message chrétien implique la repentance, mais le salut est un don gratuit de Dieu. Chaque système moral vous dit d'espérer être assez bon pour obtenir une récompense. Le message chrétien commence par la récompense et la déclaration que vous ne serez jamais assez bon. C'est une si bonne nouvelle que nous voulons joyeusement vivre pour Dieu. Cette bonne nouvelle conduit à la diversité dans l'Église.



3 -- Comment vivons-nous par la grâce de la foi ? (Actes 15:19-35)


L'Évangile déclare que, par la foi, nous sommes en règle avec Dieu et que nous sommes membres de l'Église de Dieu. Maintenant, nous vivons pour honorer Dieu et pour être en paix les uns avec les autres. Jacques poursuit son discours. Dans Ac 15:19-21, il dit : 19J'estime donc qu'il ne faut pas troubler ceux des païens qui se convertissent à Dieu, 20mais leur écrire de s'abstenir de ce qui est souillé par les idoles, de l'impudicité, de ce qui a été étranglé et du sang. 21En effet, depuis les temps anciens, Moïse a eu dans chaque ville des annonciateurs, car il est lu chaque sabbat dans les synagogues." C'est ce qu'ils font. Selon Ac 15,28-29, ils écrivent : "Il a paru bon à l'Esprit Saint et à nous de ne vous imposer d'autre fardeau que celui de vous abstenir de ce qui a été sacrifié aux idoles, du sang, de ce qui a été étranglé et de l'impudicité. Si vous vous en abstenez, vous ferez bien. Adieu !" Ils envoyèrent cette lettre à l'église d'Antioche qui, en l'entendant, se réjouit de l'encouragement qu'elle lui apportait (Ac 15,31).


Actes 15 commence par "Si tu n'es pas circoncis, ... tu ne pourras pas être sauvé". Le concile de Jérusalem conclut sur quatre règles pour bien faire. Cette conclusion est brillante à au moins trois égards. Premièrement, ces quatre interdictions proviennent de Lv 17-18. Ces chapitres enseignent comment les étrangers doivent vivre en Israël.[4] Aux chrétiens juifs qui voulaient imposer la circoncision, ils voient que la loi de Moïse a une solution à cette question. La loi que Dieu a donnée à Moïse fait toujours autorité, même si nous ne la respectons pas entièrement. Cette explication satisfait Ac 15,21. La raison de ces interdictions est que Moïse est lu chaque sabbat dans les synagogues. Ceux qui attachent de l'importance à la loi de Moïse apprécieront cette solution. Deuxièmement, cette solution enseigne que la loi ne sert pas à sauver mais à bien vivre. Il y a des modes de vie qui mènent à la vie et d'autres qui mènent à la mort. Troisièmement, ces interdictions permettent aux juifs et aux païens dans l'église de jouir d'une communauté significative sans que les païens soient des pierres d'achoppement pour les chrétiens juifs.[5]


Application

Le fardeau de l'Évangile est si léger que lorsque les chrétiens païens ont entendu la décision prise à Jérusalem, ils se sont réjouis ! La décision maintenait à la fois la loi de Moïse et promouvait l'harmonie dans l'église. Nous devons maintenir cette tension.


La première leçon est que nous ne nous débarrassons pas de la loi de Moïse. Jésus a dit qu'il était venu pour accomplir la loi, mais non pour l'abolir (Mt 5:17), et Paul dit que la loi est sainte, juste et bonne (Rm 7:12). Le problème n'est pas de propager la moralité dans l'église. Le problème était de supposer que seuls les païens qui deviennent juifs sont vraiment sauvés. Il y a une différence entre devenir juif pour devenir chrétien et vouloir appliquer la loi de l'Ancien Testament en tant que chrétien. L'image cohérente de la Bible est que la loi morale de Dieu est valable pour tous les temps. La loi nous montre que nous sommes des pécheurs. La loi met un frein au péché dans la société. La loi de Dieu nous enseigne comment vivre en harmonie avec le monde que Dieu a créé. Nous n'appliquons pas les lois propres à la nation d'Israël. Nous ne pratiquons pas les lois liées aux sacrifices qui désignaient Jésus. Nous ne gardons pas les lois cérémonielles qui ont séparé Israël jusqu'à la venue du Messie. Nous défendons la loi de Dieu qui s'applique à tous les peuples. Nous comprenons également que l'observation de la loi ne joue absolument aucun rôle dans notre salut.


Deuxièmement, si les chrétiens doivent observer la loi de Dieu, pourquoi se réjouissent-ils ? Qu'est-il advenu du fardeau léger de l'Évangile ? Imaginez des hommes adultes qui apprennent qu'ils ne sont pas obligés d'être circoncis. Cela vaut la peine de se réjouir ! En outre, le message chrétien est un fardeau léger parce que Jésus est doux et humble. Son joug est facile et son fardeau est léger. Notre tendance naturelle est de porter un poids qui nous fait dépendre de nous-mêmes d'une manière incompatible avec la seigneurie, la majesté et la puissance du Christ sur nos vies. Dans tout ce que nous faisons, nous devons croire et vivre des vies qui communiquent à nos enfants, à nos collègues, à nos amis et au monde qui nous regarde, que devenir chrétien n'exige rien d'autre que la foi à cause de la grâce de Dieu. Être chrétien, ce n'est pas faire, c'est être. Lorsque nous prenons plaisir au Père par le Fils, par la puissance du Saint-Esprit, aucun des commandements de Dieu n'est un fardeau (1 Jean 5:3).



Conclusion

Matt 11:27-30 28 Venez à moi, vous tous qui peinez et qui êtes chargés, et je vous donnerai du repos. 29 Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos de vos âmes. 30Car mon joug est facile, et mon fardeau est léger. Que dois-je faire pour être sauvé ? Se repentir, croire, se faire baptiser. Que dois-je faire pour montrer que je suis chrétien ? Jésus a dit dans Jean 15:4-5 4 : "Demeurez en moi, et moi en vous. Comme le sarment ne peut porter du fruit par lui-même, s'il ne demeure dans la vigne, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. 5 Je suis la vigne, et vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car en dehors de moi vous ne pouvez rien faire.


La rédemption offerte par l'Évangile fait reposer tout le fardeau sur le Christ. Il vit la vie parfaite que nous ne pouvons pas mener. Il prend notre punition pour que nous n'ayons pas à l'endurer. Par la foi, nous sommes purifiés et devenons membres à part entière de l'Église de Dieu, et la bonne nouvelle n'ajoute jamais d'autre fardeau ou exigence. Cette nouvelle est ce qui nous relie tous. Elle conduira à un peuple diversifié et joyeux, uni par l'Évangile. Dieu transforme nos cœurs afin que nous aspirions à vivre pour lui.




[1] Brian Habig a utilisé cette idée dans son sermon sur Actes 15


[2] À partir de Jérusalem, l'Église a témoigné du Christ ressuscité. L'Église a grandi en nombre et en diversité. Tous les convertis d'Actes 2 étaient juifs, les Samaritains faisaient partie des 10 tribus perdues d'Israël. L'eunuque éthiopien participait à la religion juive en adorant à Jérusalem. Ce qui se passe avec Corneille est tout à fait nouveau. L'église d'Antioche en fait une norme plus importante.


[3] Peterson Actes 15:1


[4] Ces chapitres comportent également cinq occurrences de l'expression " l'étranger qui vit au milieu d'eux " (Lv 17:8, 10, 12, 13 ; 18:26). Cette expression est liée aux quatre interdictions pour les païens vivant en Israël. Ces interdictions apparaissent en Lv 17-18 dans le même ordre qu'en Ac 15,29. Elles interdisent aux étrangers de sacrifier aux idoles (Lv 17, 7-9), de consommer du sang (Lv 17, 10, 12), de la viande d'animaux étranglés (Lv 17, 13) et de se livrer à l'immoralité sexuelle (Lv 18, 26). Glenny, The Septuagint and Apostolic Hermeneutics : Amos 9 dans Actes 15.


[5] Kellum, Actes 15:21.


11 views0 comments

Comentários


bottom of page