top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

21 January 2024 -- To the Gentiles Also


Acts 9:32 - 11:18

Julian Bacon

Series: Be My Witnesses -- The Book of Acts






 

To the Gentiles Also, God granted repentance that leads to life

Acts 9:32 - 11:18


  1. Through Peter's vision we see the importance of meals together (Acts 10:1-24)

  2. Paul's shares the good news about Jesus for all people (Acts 10:24-43)

  3. The gospel teaches that all are equal in Christ (Acts 10:44-11:18)



Acts 9:32-11:18 presents a huge breakthrough for the mission of the church. Acts 11:18 summarizes this development, “And they glorified God, saying, “Then to the Gentiles also God has granted repentance that leads to life.”


I am skipping over Acts 9:32-43 because we have covered similar texts elsewhere. In summary, since Acts 1, the gospel is going from Jerusalem and beyond reaching first the whole Promised Land.Different kinds of people are being saved. Accompanying the gospel, there are miracles that are very similar to those Jesus performed in his ministry. They show the continuity between what Jesus did and what the apostles were doing.[i]


Outline: The biggest development in Acts 9:32-11:18 is the salvation of Gentiles. It begins with (1) meals together (Acts 10:1-24) and good news for all (Acts 10:25-43), and results in the equality of all in Christ (Acts 10:44-11:18).


First, through Peter’s Vision we see the importance of meals together in Acts 10:1-24.

This is the content of Acts 10:1-24. In Acts 10:1-8, a gentile, Cornelius has a vision in which an angel tells him to meet the apostle, Peter. In Acts 10:9-15, when Cornelius’ men are on their way to get Peter, Peter has a vision as well. Peter sees a great sheet descending from heaven with all kinds of animals, reptiles, and birds. A voice tells Peter to kill the animals and eat them. Peter has kept the Jewish food law his whole life. Today, it would be like asking him to drive through a red light. This happened three times (Acts 10:16). The message that accompanied the vision was, “What God has made clean, do not call common.” The vision only makes sense to Peter in Acts 10:16-24, when Gentiles came knocking on his door. Peter tells Cornelius that he “should not call any person unclean” (Acts 10:28).


I want to offer two applications, the first concerns how we interpret the Old Testament Law as whole, and the second is what meals teach us about the gospel.


First, Laws are given in context and with a purpose. Peter is a Jew who believes in Jesus. He believed Jesus was the Jewish Messiah. He probably believed that being a true Jew was to believe in Jesus. He did not see himself as going from Jew to Christian. Now, he faces an obstacle. As a Jew, he knew texts like Leviticus 11:1–47 that forbid specific foods. God is teaching Peter that he has entered into a new phase of his redemptive plan. In Lev 20:25-26, one of the purposes of the food law was that Israel would remain separate from the rest of the nations. God gave Israel instructions to keep themselves separate. Many of these regulations are not moral at all. Their purpose is to separate.


God had a purpose for this separation in time and in the context of his redemptive plan. God chose Israel to bless all the families of the earth. For this, Israel had to remain Israel. God accomplished his purposes for Israel in Jesus. Jesus is the way Israel blesses all the families of the earth. Once Jesus came and died for sins, the next phase of God’s plan was for this good news to spread to the non-Jewish world. In telling Peter he can eat all foods he teaches that it is time for Israel to spread to all places and go to all people with the good news of Jesus. This is not a license to dismiss the Old Testament and the law. It is still just as much God’s word as the NT. However, we have to read it and apply it in light of the coming of Jesus. None of the non-moral aspects that kept Israel separate from the rest of the world apply to us. God’s eternal moral law was in force before God gave Israel the law and still applicable for us today (The 10 commandments).


Now, a second application, what meals teach us about the gospel. In his vision, Peter sees what the rest of the world eats. People eat anything. We view other cultures' food as strange, and other cultures think what we eat is bizarre. God gave the Jews, who believed in Jesus, permission to eat everything. This means they can have meals with everyone.


This is so important because food divides and food unites. When the gospel is shared around meals, it creates a community of people who eat meals together, share stories, and learn to follow Jesus with support and accountability in a healthy Christian community. In allowing all foods, God removes obstacles to the gospel. He is saying go share the good news with all people and eat everything they put in front of you. (For this reason we call Bacon, new covenant delight!)


Second, Peter shares the good news about Jesus for all people in Acts 10:24-43

Following his vision, Cornelius gathered his relatives and close friends (Acts 10:24). He tells Peter, “We are all here in the presence of God to hear all that you have been commanded by the Lord” (Acts 10:33). In Acts 10:34-43, Peter shares the Christian good news. These are six lessons.


The first gospel lesson in Acts 10:34-35 is that “God shows no partiality”. No one is excluded from the kingdom of God on the basis of any past sin, origin, ethnicity, disability, or family background. The good news is that God is for all. Anyone who wants to fear God and obey God is acceptable to him. To say “someone like me” could never become a Christian shows you have not understood the Christian message! All who want to come are welcome.


The second gospel lesson in Acts 10:36, is that peace has come through Jesus. Our sin is so deep that it affects our thoughts, our reasoning, our interpretation of events and communication, our longings, and our hopes. Sin creates hostility within ourselves, between each other, and with God. Sin leads to jealousy, lies, gossip, theft, violence, and war. Now, the good news is that in Christ, God brings peace. He puts an end to the hostility and the alienation. It begins today, as God changes our hearts and brings us into a new creation family, the church. The gospel changes our emotions, our thoughts, and our desires. We will experience the peace of the gospel in its fullness when we are in the New Heavens and the New Earth. There is peace today for those who come to Jesus. We began the war, but God offers peace. As benefactors of peace, we become peace makers.


The third aspect of the gospel presentation alludes to Jesus’ ministry in Acts 10:37-38. It is important to understand with Matthew, Mark, Luke, and John that Jesus’ ministry is part of the gospel presentation. Jesus taught good news about the kingdom and demonstrated the good news. As he went about doing good, he showed his dominion over every area affected by sin. Jesus made visible the reign of God through his good works, healings, and exorcisms. We consider the good news by considering Jesus’ life and ministry.


The fourth gospel statement is in Acts 10:39-40. It is the climax of the good news message. It is Jesus' resurrection following his crucifixion. The resurrection is good news. It teaches that God’s reign is such that it even conquers death! Is there another world view that deals as adequately with the greatest fear we all have of death?


The fifth aspect of the gospel in Acts 10:41-42 is that it is shared. If we do not share good news, we are not moved enough by it. The gospel is such good news that after the resurrection, Jesus spent 40 days on the earth to teach his disciples and commission them to spread this good news. This is great news, if it was not shared, we never would have heard it!


A Sixth aspect of the gospel is that it is good news about the final judgment in Acts 10:42-43. The good news about the forgiveness of sins is good news because at the end of this age, God will judge the living and the dead. God is just and his judgment will be just. The only way to escape judgment is if God extends mercy towards us. That is what the gospel offers. It is good news concerning the forgiveness of sins. All who believe in Jesus avoid the condemnation and eternal destruction our sins deserve.


So how does all this content about the gospel connect to food? Earlier, Peter was taught he can eat with all people. Now, in his gospel presentation, he highlights what seems to be the unnecessary detail in Acts 10:41 that Jesus taught his disciples around food and drink. It is almost like Jesus was communicating, “I ate with you, now you eat with them.”


Who we eat with shows us what we believe about the gospel. The gospel is that for the forgiveness of sins, we need Jesus plus nothing. Who we have meals with communicates what we believe about the gospel deep down. Peter received the message that God shows no partiality. Later, Paul writes in Galatians, that Peter stopped eating with Gentiles. In Gal 2:14 Paul calls this separation, not in step with the truth of the gospel.


We learn that meals can be in step with the gospel and out of step with the gospel. Meals are intimate and can embody the love God has shown us. Preparing food is a service. Inviting someone into our home is an invitation into our world and kingdom. An invitation communicates you are worthy of my service, my time, and my washing up. I want you to experience something I generally only do with family.


The gospel is that God calls sinners sons and daughters. In having a meal with people, we are offering a picture of the gospel. Host those you want to share the gospel with. Welcome, feed, get to know them, love them, make sure they know you are a Christian, and go from there.


Third, the gospel teaches that all are equal in Christ in Acts 10:44-11:18.

In Acts 10:44-48, following Peter’s gospel presentation, the Holy Spirit fell on all who heard the word. The stress is that God accepts Gentiles like he accepts Jews. According to Acts 11:6, Peter brought 6 witnesses with him. This is twice the number required by the law of Moses (Deut 19:15). This is to insist that these events took place. The Spirit was poured out on the Gentiles (Acts 10:45) and they were speaking in tongues and extolling God (Acts 10:64//Acts 2:11).[ii] The gift of the Holy Spirit shows that God accepts Gentiles equally. When the rest of the Jewish Christians heard that the Gentiles received the same gift of the Spirit (Acts 11:1-17), “they glorified God, saying, ‘Then to the Gentiles also God has granted repentance that leads to life.’” (Acts 11:18)


This message is consistent with the overarching story of the Bible. The promise from Gen 12:3, that all the families of the world would be blessed through Abraham and his family was coming true. Israel existed for the blessing of the world (c.f. Deut 4:6, Isa 49:6). Psalm 67 is about the salvation of all the nations. Paul writes in Gal 3:28 that there is neither Jew nor Greek, slave nor free, male and female, for you are all one in Christ Jesus. It does not matter if you were born in a Christian home or came out of drugs, or organized crime, in Christ all are one. The same Holy Spirit fills all who repent and believe. The same way the Jewish Christians celebrated the inclusion of the Gentiles we can also celebrate diversity in the church.


Diversity includes ethnicities, male-female, socio-economic class, education, age, life experiences, temperaments, and sin patterns. The more people are different than us, the more this text invites us to celebrate. God is so great that he does not just save one kind of people but a diverse, complex, group of people. Together, we love him more fully and glorify him as we unite around his son.


Conclusion

We first saw in Acts 2:41-47 that God intends meals to be part of growing his church. Meals and hospitality are God’s plan for evangelism, discipleship, and counseling. We must have meals with people within the church and outside. Evangelism can be an event where you go out in the streets and offer a presentation of what God has done in Christ for the forgiveness of sins for all who believe.


Evangelism can be done through the radical practice of inviting someone to take a seat at a place generally reserved for family. Hospitality includes serving them, listening to them, loving them, and through a gospel lens, sharing about your life, your faith, your church, and how God is at work in your life.


Try this if you can. If you can think of a friend from school, university, colleague, or acquaintance that you wish could become a Christian. What if we all tried to have one meal with someone in the next three weeks? That would be revolutionary for the city of Brussels.



[i] Acts is about the spread of the gospel and the inclusion of all people. In Acts 1:8, Christ commissioned his disciples to witness in Jerusalem, Judea-Samaria, and to the ends of the earth. The beginning of this mission is so successful that the High Priest accuses the apostles of filling Jerusalem with their teachings about Jesus (Acts 5:28). 3000 were converted in Acts 2. By Acts 4:4 they are up to 5000 men (c.f. Acts 5:14; 6:7). In Acts 8, the gospel spreads to Judea-Samaria. Samaritans believe (Acts 8:12-17). The Ethiopian Eunuch believes (Acts 8:29-40). Even Paul, the great persecutor of the church, has a conversion experience (Acts 9:1-31).

Acts 9:32-11:18 continues this trajectory. The gospel spread to more regions and to more people. The gospel spreads to Lydda, Sharon, Joppa, and Caesarea. These locations are not random. These are coastal towns in Western Judea. God promised these regions to Abraham. God is claiming his reign through the new creation work of the Holy Spirit. As people submit to God in their hearts, God is restoring Israel in the whole Promised Land. In Acts 9:32-43, the gospel spreads and healings accompany the message in Lydda and Joppa. The miracles testify to the truth of the message and show continuity with the earthly ministry of Jesus. In Lydda, Peter heals a paralyzed person who gets up and walks. Jesus did this in Luke 5:23-25. In Joppa, Peter calls a dead person to rise and they do. Jesus also did this. (Compare Jesus’s words to Jairus’s dead daughter, “Talitha qumi” (Mark 5:41, c.f. Luke 7:14) to Peter’s words “Tabitha qumi.”) The miracles testify to the power of God and confirm the message of salvation. Many believe in these regions (Acts 9:35, 42).


[ii] Earlier in Acts both the Samaritans were baptized; they had to wait for witnesses from Jerusalem to arrive before they received the Holy Spirit.In this case, there were witnesses so they received the Holy Spirit and then the Holy Spirit became grounds for baptism.


 

Aux païens aussi, Dieu a accordé le repentir qui mène à la vie.

Actes 9:32- 11:18



Les Actes 9.32-11.18 constituent une avancée considérable pour la mission de l'Église. Actes 11.18 résume ce développement : " Ils glorifiaient Dieu, et disaient : Alors, aux païens aussi, Dieu a accordé la repentance qui mène à la vie. "

Je passe sur Actes 9:32-43 parce que nous avons abordé des textes similaires ailleurs. En résumé, depuis Actes 1, l'Évangile part de Jérusalem et va au-delà, atteignant d'abord toute la Terre promise. Différents types de personnes sont sauvées. L'Évangile est accompagné de miracles très semblables à ceux que Jésus a accomplis au cours de son ministère, afin de montrer la continuité entre ce que Jésus a fait et ce que les apôtres ont fait.


Aperçu : Le plus grand développement dans Actes 9:32-11:18 est le salut des païens. Cela commence par (1) des repas en commun (Actes 10:1-24) et une bonne nouvelle pour tous (Actes 10:25-43), et aboutit à l'égalité de tous en Christ (Actes 10:44-11:18).


Tout d'abord, à travers la vision de Pierre, nous voyons l'importance des repas ensemble dans Actes 10:1-24.

Voici le contenu de Actes 10:1-24. Dans Actes 10:1-8, Corneille, un païen, a une vision dans laquelle un ange lui dit de rencontrer l'apôtre Pierre. Dans Actes 10:9-15, alors que les hommes de Corneille sont en route pour aller chercher Pierre, Pierre a également une vision[ii] : il voit une grande nappe descendre du ciel avec toutes sortes d'animaux, de reptiles et d'oiseaux. Une voix dit à Pierre de tuer les animaux et de les manger. Pierre a respecté la loi alimentaire juive toute sa vie. Aujourd'hui, c'est comme si on lui demandait de passer au feu rouge. Cela s'est produit trois fois (Actes 10:16). Le message qui accompagnait la vision était le suivant : "Ce que Dieu a rendu pur, ne l'appeles pas vulgaire". La vision n'a de sens pour Pierre qu'en Actes 10:16-24, lorsque des païens viennent frapper à sa porte. Pierre dit à Corneille qu'il "ne doit traiter personne d'impur" (Actes 10:28).


Je voudrais proposer deux applications - la première concerne la manière dont nous interprétons la loi de l'Ancien Testament dans son ensemble, et la seconde concerne ce que les repas nous apprennent sur l'Évangile.


Premièrement, les lois sont données dans leur contexte et dans un but précis.

Pierre est un Juif qui croit en Jésus. Il croyait que Jésus était le Messie juif. Il pensait probablement qu'être un vrai juif, c'était croire en Jésus. Il ne se voyait pas passer de juif à chrétien. Mais, il est confronté à un obstacle. En tant que Juif, il connaissait des textes comme Lévitique 11:1-47 qui interdisent certains aliments. Dieu enseigne à Pierre qu'il est entré dans une nouvelle phase de son plan de rédemption. Dans Lévitique 20:25-26, l'un des objectifs de la loi alimentaire était qu'Israël reste séparé du reste des nations. Dieu a donné à Israël des instructions pour qu'il reste séparé. Nombre de ces règles ne sont pas du tout morales. Leur but est de séparer.


Dieu avait un but pour cette séparation dans le temps et dans le contexte de son plan de rédemption. Dieu a choisi Israël pour bénir toutes les familles de la terre. Pour cela, Israël devait rester Israël. Dieu a accompli ses desseins pour Israël en Jésus. Jésus est le moyen par lequel Israël bénit toutes les familles de la terre.


Une fois que Jésus est venu et est mort pour les péchés, la phase suivante du plan de Dieu était que cette bonne nouvelle se répande dans le monde non juif. En disant à Pierre qu'il peut manger de tout, il enseigne qu'il est temps pour Israël de se répandre dans tous les lieux et d'aller vers tous les peuples avec la bonne nouvelle de Jésus. Il ne s'agit pas d'une autorisation à rejeter l'Ancien Testament et la loi. L'Ancien Testament et la loi sont tout autant la parole de Dieu que le Nouveau Testament. Cependant, nous devons le lire et l'appliquer à la lumière de la venue de Jésus. Aucun des aspects qui séparaient Israël du reste du monde ne s'applique à nous, sauf en ce qui concerne la loi morale éternelle de Dieu, qui était en vigueur avant que Dieu ne donne la loi à Israël et qui s'applique encore à nous aujourd'hui.


Deuxièmement, ce que les repas nous apprennent sur l'évangile. 

Dans sa vision, Pierre voit ce que le reste du monde mange. Les gens mangent de tout. Nous considérons la nourriture des autres cultures comme étrange, et les autres cultures pensent que ce que nous mangeons est bizarre. Dieu a donné aux Juifs qui ont cru en Jésus la permission de manger de tout. Cela signifie qu'ils peuvent manger avec tout le monde. C'est très important, car la nourriture divise et la nourriture unit. Lorsque l'Évangile est partagé autour d'un repas, il crée une communauté de personnes qui mangent ensemble, partagent des histoires et apprennent à suivre Jésus avec le soutien et la responsabilité d'une communauté chrétienne saine. En autorisant tous les aliments, Dieu élimine les obstacles à l'évangile. Il dit : "Allez partager la bonne nouvelle avec tout le monde et mangez tout ce qu'on vous propose.


Deuxièmement, Pierre partage la bonne nouvelle de Jésus avec tous les peuples dans Actes 10:24-43.

Suite à sa vision, Corneille a rassemblé ses parents et ses amis proches (Actes 10:24). Il dit à Pierre : " Nous sommes tous ici en présence de Dieu pour entendre tout ce que le Seigneur t'a ordonné " (Ac 10,30-33).


En Actes 10.34-43, Pierre partage la bonne nouvelle chrétienne. Il fait six déclarations.


La première affirmation sur l'évangile de Actes 10:34-35 est que "Dieu ne fait pas de différence". Personne n'est exclu du royaume de Dieu sur la base d'un péché passé, d'une origine, d'une ethnie, d'un handicap ou d'un milieu familial. La bonne nouvelle est que Dieu est pour tous. Quiconque veut craindre Dieu et lui obéir est acceptable pour lui. Dire que "quelqu'un comme moi" ne pourrait jamais devenir chrétien montre que vous n'avez pas compris le message chrétien ! Tous ceux qui veulent venir sont les bienvenus.


La deuxième déclaration de l'Évangile, tirée d'Actes 10:36, est que la paix est venue par Jésus. Notre péché est si profond qu'il affecte nos pensées, notre raisonnement, notre interprétation des événements et de la communication, nos désirs et nos espoirs. Le péché crée de l'hostilité en nous-mêmes, entre nous et avec Dieu. Le péché conduit à la jalousie, aux mensonges, aux commérages, au vol, à la violence et à la guerre. La bonne nouvelle, c'est qu'en Christ, Dieu apporte la paix. Il met fin à l'hostilité et à l'aliénation. Cela commence aujourd'hui, lorsque Dieu change nos cœurs et nous fait entrer dans une famille nouvellement créée, l'Église. Nous connaîtrons cette paix dans sa plénitude lorsque nous serons dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre. La paix existe aujourd'hui pour ceux qui viennent à Jésus.


Le troisième aspect de la présentation de l'évangile fait allusion au ministère de Jésus dans Actes 10:37-38. Il est important de comprendre avec Matthieu, Marc, Luc et Jean que le ministère de Jésus fait partie de la présentation de l'évangile. Jésus a enseigné la bonne nouvelle, mais il l'a démontrée. En se déplaçant pour faire le bien, il a montré qu'il dominait toutes les régions touchées par le péché. Jésus a rendu visible le règne de Dieu par ses bonnes œuvres, ses guérisons et ses exorcismes. Nous considérons la bonne nouvelle en considérant la vie et le ministère de Jésus.


La quatrième déclaration de l'Évangile se trouve dans Actes 10:39-40. C'est le point culminant du message de la bonne nouvelle. Il s'agit de la résurrection de Jésus après sa crucifixion. La résurrection est une bonne nouvelle. Elle enseigne que le règne de Dieu est tel qu'il vainc même la mort ! Existe-t-il une autre vision du monde qui traite de manière aussi adéquate la plus grande peur que nous ayons tous, celle de la mort ?


Le cinquième aspect de l'Évangile dans Actes 10:41-42 est qu'il est partagé. Si vous ne partagez pas une bonne nouvelle, elle ne peut pas être si bonne que cela. L'Évangile est une si bonne nouvelle qu'après la résurrection, Jésus a passé 40 jours sur terre pour enseigner à ses disciples. Il les a chargés de répandre cette bonne nouvelle. C'est une grande nouvelle, si elle n'avait pas été diffusée, nous ne l'aurions jamais entendue !


Un sixième aspect de l'Évangile est qu'il s'agit d'une bonne nouvelle concernant le jugement final (Actes 10:42-43). La bonne nouvelle du pardon des péchés est une bonne nouvelle parce qu'à la fin de cet âge, Dieu jugera les vivants et les morts. Dieu est juste et son jugement sera juste. Le seul moyen d'échapper au jugement est que Dieu fasse preuve de miséricorde à notre égard. C'est ce que propose l'Évangile. Il s'agit d'une bonne nouvelle concernant le pardon des péchés pour tous ceux qui croient en Jésus afin d'éviter la condamnation que nos péchés méritent.


Quel est donc le lien entre tout ce contenu sur l'Évangile et la nourriture ?

Auparavant, Pierre a appris qu'il pouvait manger avec tout le monde. Maintenant, dans sa présentation de l'Évangile, il souligne ce qui semble être un détail inutile dans Actes 10:41, à savoir que Jésus a enseigné à ses disciples à propos de la nourriture et de la boisson. C'est presque comme si Jésus disait : "J'ai mangé avec vous, maintenant vous mangez avec eux".


Les personnes avec lesquelles nous mangeons nous montrent ce que nous croyons au sujet de l'Évangile. L'évangile est que pour le pardon des péchés, nous avons besoin de Jésus et de rien d'autre. Les personnes avec lesquelles nous prenons nos repas nous communiquent ce que nous croyons profondément au sujet de l'Évangile. Pierre a reçu le message que Dieu ne fait pas preuve de partialité. Plus tard, Paul écrit dans les Galates que Pierre a cessé de manger avec les païens. En Galates 2:14, Paul appelle cette séparation "non conforme à la vérité de l'Évangile". Nous apprenons que les repas peuvent être en phase avec l'Évangile et en décalage avec l'Évangile.


Les repas sont intimes et peuvent incarner l'amour que Dieu nous a témoigné. Préparer la nourriture est un service. Inviter quelqu'un dans notre maison, c'est l'inviter dans notre monde et notre royaume. Une invitation communique que vous valez mon service, mon temps et mon nettoyage. Je veux que vous fassiez l'expérience de quelque chose que je ne fais généralement qu'avec ma famille. L'Évangile dit que Dieu appelle les pécheurs à devenir des fils et des filles. En prenant un repas avec des gens, nous offrons une image de l'Évangile. Accueillez-les, nourrissez-les, apprenez à les connaître, aimez-les, assurez-vous qu'ils savent que vous êtes chrétien, et continuez à partir de là.


Troisièmement, l'Évangile enseigne que tous sont égaux en Christ dans Actes 10:44-11:18.

En Actes 10.44-48, après la présentation de l'Évangile par Pierre, le Saint-Esprit est tombé sur tous ceux qui ont entendu la parole. L'accent est mis sur le fait que Dieu accepte les païens comme il accepte les Juifs. Selon Actes 11:6, Pierre a amené six témoins avec lui. C'est le double du nombre requis par la loi de Moïse (Dt 19:15). Il s'agit d'insister sur le fait que ces événements ont eu lieu. L'Esprit a été répandu sur les païens (Actes 10:45) et ils parlaient en langues et exaltaient Dieu (Actes 10:64//Actes 2:11)[iii]. Le don du Saint-Esprit montre que Dieu accepte les païens. Lorsque le reste du Christ juif a appris que les païens avaient reçu le même don de l'Esprit (Actes 11:1-17), " ils glorifiaient Dieu, en disant : 'Alors, aux païens aussi, Dieu a accordé la repentance qui mène à la vie' ".


Ce message est cohérent avec l'histoire globale de la Bible. La promesse de Gn 12,3, selon laquelle toutes les familles du monde seraient bénies par Abraham et sa famille, se réalisait. Israël existait pour la bénédiction du monde (cf. Dt 4,6, Is 49,6). Le Psaume 67 traite du salut de toutes les nations. Paul écrit dans Gal 3:28 qu'il n'y a ni Juif ni Grec, ni esclave ni homme libre, ni homme ni femme, car vous êtes tous un dans le Christ Jésus. Peu importe que vous soyez né dans un foyer chrétien ou que vous soyez sorti de la drogue ou du crime organisé, en Christ, tous sont un. Le même Esprit Saint remplit tous ceux qui se repentent et qui croient.


De la même manière que les chrétiens juifs ont célébré l'intégration des païens, nous pouvons également célébrer la diversité dans l'Église. La diversité comprend les ethnies, les hommes et les femmes, les classes socio-économiques, l'éducation, l'âge, les expériences de vie, les tempéraments et les habitudes de péché. Plus les gens sont différents de nous, plus ce texte nous invite à les célébrer. Dieu est si grand qu'il ne sauve pas qu'un seul type de personnes, mais un groupe de personnes diverses et complexes. Ensemble, nous l'aimons plus pleinement et nous le glorifions en nous unissant autour de son fils.


Conclusion

Nous avons vu pour la première fois en Actes 2.41-47 que Dieu veut que les repas fassent partie de la croissance de son Église. Les repas et l'hospitalité sont le plan de Dieu pour l'évangélisation, la formation de disciples et le conseil. Nous devons prendre des repas avec des personnes à l'intérieur et à l'extérieur de l'église.


L'évangélisation peut être un événement au cours duquel vous sortez dans les rues et présentez ce que Dieu a fait en Christ pour le pardon des péchés de tous ceux qui croient. L'évangélisation peut se faire par la pratique radicale d'inviter quelqu'un à s'asseoir à un endroit généralement réservé à la famille. L'hospitalité consiste à servir la personne, à l'écouter, à l'aimer et, dans l'optique de l'Evangile, à lui parler de votre vie, de votre foi, de votre Eglise et de la manière dont Dieu agit dans votre vie.


Essayez ceci si vous le pouvez. Si vous pensez à un ami, un collègue ou une connaissance que vous souhaiteriez voir devenir chrétien, et si nous essayions tous de prendre un repas avec quelqu'un au cours des trois prochaines semaines ? Ce serait révolutionnaire pour la ville de Bruxelles.




28 views0 comments

Comments


bottom of page