top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

18 February 2024 -- The Mission of the Church

Updated: Feb 26


Acts 13-14

Julian Bacon

Series: Be My Witnesses -- The Book of Acts






 

The Mission of the Church

Acts 13-14, esp. Acts 14:21-23


  1. They Preached the Gospel and Made Disciples (Acts 14:21 c.f. Acts 13:16-41, 14:15-18)

  2. They Strengthened the Souls of Disciples (Acts 14:22) 

  3. They Appointed elders for them in every church (Acts 14:23).



Acts is about the witness to the resurrected Christ for the expansion of the kingdom of God to the ends of the earth by the power of the Holy Spirit. Acts 1:8 provides the geographical outline of Acts. Jesus’ disciples are witnesses first in Jerusalem (Acts 1-7), then in Judea-Samaria (Acts 8-12). This was the restoration of Israel. The gospel was proclaimed, and people believed in all the land promised to Abraham and his descendants. In fulfillment of Isaiah 49:6, once Israel is restored, Israel becomes a light to the nations. They announce the salvation of the Lord to the ends of the earth (Acts 13-28).


Acts 13-14 is Paul’s first out of three missionary journeys in the book of Acts.[i] Paul and Barnabas begin in Antioch in Syria. They go to the island of Cyprus then southern Galatia, then they return to Antioch in Syria. The first missionary journey contains 5 episodes.


First, in Ac 13:1-12, Paul and Barnabas proclaim the gospel in two cities in Cyprus (Salamis and Paphos). The highlight is the conversion of a senior Roman official.[ii] In the second episode, Paul and Barnabas are in Antioch in Pisidia (modern Turkey). They enter a synagogue, and Luke records for the first time, a sermon by Paul in Ac 13:16-41. In the third episode, Paul and Barnabas go to Iconium. After an extended time of ministry, persecution forces them to flee to Lystra and Derbe (Ac 14:1-7). In the fourth episode, in Lystra (also modern-day Turkey), following a miracle, Gentiles venerate Paul and Barnabas as gods. Paul’s response to this idolatry was gospel-preaching. Before he is finished, Jews from Antioch and Iconium convince the crowds to stone them. Paul and Barnabas return to their home base (Ac 14:8-20). In the fifth episode, on their way home, Luke offers a wonderful summary of their ministry in Ac 14:21-23. They preached the gospel … and made many disciples, they strengthened the souls of the disciples, encouraging them to continue in the faith, and saying that through many tribulations we must enter the kingdom of God. And when they had appointed elders for them in every church, with prayer and fasting they committed them to the Lord in whom they had believed.


Kevin DeYoung wrote an article in the Gospel Coalition called The Mission of the Church. He used Ac 14:21-23, to describe the three-legged mission of the church which is to make “new converts” (v.21), new communities or church planting by appointing elders (v.23), and nurturing churches (v.22).


I want to study the first missionary journey through the summary of Ac 14:21-23: (1) They preached the gospel and made disciples, (2) they strengthened the souls of the disciples, encouraging them to continue in the faith, and saying through many tribulations we must enter the kingdom of God. (3) They appointed elders for them in every church.[iii]



First, according to Acts 14:21, they Preached the Gospel and Made Disciples (c.f. Acts 13:16-41, 14:15-18): New Converts.

In Acts 13-14, there are two sermons, one to a Jewish audience (Acts 13:16-41) and one to Gentiles (Acts 14:15-18). The first would be strange to try to convert Belgians who have no OT context for the Messiah. I will first address the gospel to Gentiles in Ac 14:15-18, then we will look at the gospel to Jews. As we are brought into God’s people, we benefit from seeing how Jesus is the fulfillment of the promises God made to our spiritual fathers and mothers, the people of Israel.


We see the Gospel for Gentiles in Acts 14:15-18.

In Ac 14:10, God performed a miracle through Paul. In response, the crowd cries out in Acts 14:11, “The gods have come down to us in the likeness of men!” … Then, they wanted to offer sacrifices to them. To stop them, Paul says in v.15, “We also are men… and we bring you good news, that you should turn from these vain things to a living God.”


To become followers of Jesus, they must turn away from idolatry and turn to the living God. Paul does not appeal to the Scriptures they do not have but to nature, which they do have. He said in Ac 14:15 that God made the heaven and the earth and the sea and all that is in them. In Ac 14:17, he says that the way God has made himself known to them is by doing good by giving rain from heaven and fruitful seasons, satisfying their hearts with food and gladness. This is where his sermon gets cut short.


This sermon is relevant for us.

These are two applications. First, those who do not live for Jesus live for something else. Second, those who do not live for Jesus still benefit from God’s common grace. This is the goodness in the world that all humanity enjoys by virtue of living in a world made by a good God. It is worthy to explore the first application in more depth since idols in a secular society rarely include shrines. The concept of idolatry is foreign. Rather than a physical image, our idols are the vain pursuits of our hearts for meaning, joy, and peace outside of Christ. Judy Cha, a Christian counselor says you can narrow down all idols into four categories. These are power, control, approval, and comfort.[iv]


If our idol is power, we tend to want to win, be the best, influential, and special. Other people know who we are because we do not find it strange to remind people how “good” we are at something. We will also tend to struggle with anger when our idol disappoints.


If our idol is control, we desire certainty or self-sufficiency. We rely on hard work, self-discipline, and upholding principles to control our circumstances and outcomes. We may tend towards anxiety.


If our idol is approval, we seek acceptance, and work hard to help other’s meet their needs. We are driven by positive feedback. We may struggle with the fear of rejection.


If our idol is comfort, we avoid stress and pain by seeking freedom of responsibility and may seek instant gratification over longer-term planning. We may seem a bit detached to avoid discomfort.


Identifying these idols in our own lives can help us repent more and find more freedom, joy, peace, and life in Christ. In Christ, we don’t need to strive to be the best, because Christ is all we need. We learn to trust in God’s sovereignty, so we do not need to try to control everything. We do not need to be driven by approval because God has accepted us. We learn to find comfort not in temporary earthly things but in God’s sure promises. God satisfies better the longings of our idolatrous hearts.


In this way, understanding idolatry helps us to share the gospel. Christ offers peace, joy, and eternal fulfillment. As we grow in grace, we will likely find it easier to share the gospel with people who have similar idols to us. These four categories of idols and understanding how Christ satisfies more surely and fully, help to us share the gospel with all kinds of people.


We see the Gospel for the Jews in Acts 13:16-41.

While Paul begins with idolatry in addressing Gentiles, he begins with Israel’s history with the Jews. This is because Jesus came to fulfill God’s promises to Israel. Following a quick survey of Israel’s history in Ac 13:18-20, Paul teaches that Jesus was the promised savior from the line of David (Ac 13:23). Then, he announces the message of salvation (Ac 13:26).


In Ac 13:28, Paul declares that the Jewish leaders in Jerusalem executed Jesus even though he was innocent. They laid him in a tomb (Ac 13:29). God raised him from the dead (Ac 13:30). Now, those who were witnesses to the resurrection were announcing the resurrection (Ac 13:31).


This is Paul’s argument. The Jewish people expected a savior from the line of David and the forgiveness of sins. These expectations are connected. The Messiah would bring salvation. Paul uses Psalm 16, to show that if Jesus was raised from the dead, he is the Messiah (Ac 13:33). If he is the Messiah, then he brings salvation. Paul says in Ac 13:38-39, that the forgiveness of sins is available for all who believe in him (Ac 13:38-39). Paul’s gospel presentation hinges on the fact of the resurrection.


This is relevant for us.

Tim Keller calls Christianity the most annoying religion! Other religions propose ideas or a way of life. If you like them, great! If you do not you can reject them. Christianity is annoying because it teaches that the resurrection is a fact. This means no one can say they do not believe in Christianity because they do not like it. They must deny the fact of the resurrection. Facts do not become untrue because you do not like them. Either the resurrection happened or it did not. Christianity does not allow you to reject it because you do not like it. It demands to be dealt with. Even if there are aspects of Christianity that we do not like, if the resurrection happened, we must deal with it!


Acts 13:39 shows the importance of the gospel message. Both to Gentiles and Jews, Ac 13:39 teaches, “by him, everyone who believes is freed from everything from which [they] could not be freed by the law of Moses.” Whether it is a legal system or any kind of vain pursuit of our hearts for meaning and identity, these alternatives to the gospel will crush us. Jesus frees us. This freedom is not a philosophical concept it is tangible and leads to joy, peace, and meaning.


Announcing the gospel is how we make new disciples. We announce it in our homes, church, and community groups, and as the Lord gives us opportunities in our day-to-day.



Second, according to Acts 14:22, they strengthened the souls of the disciples, encouraging them to continue in the faith,[v] and saying through many tribulations we must enter the kingdom of God.

Paul and Barnabas had announced the gospel and made disciples. Now, on their way home, they revisited Lystra and Iconium to strengthen the disciples. Being strengthened and strengthening other believers is a lifelong process and lifestyle. In this case, the encouragement is to remain in the faith with warning that through many tribulations we must enter the kingdom of God. Acts 12 illustrates this point with the death of James and the imprisonment of Peter. To persevere to the end, Christians need a robust understanding of suffering. Acts 14:22 does not teach that you are saved by suffering. Rather, you will encounter suffering on your way to glory. Suffering will strike us all. We cannot understand why most things happen. And we know that God uses every trial to make us more like Jesus. Early on, when we become Christians, we need to learn to suffer as Christians. If we just had this verse, we could conclude that a discipleship program consists in teaching people how to suffer well. (I dedicated all last week’s message to this).



Third in Acts 14:23, They appointed elders for them in every church.

Paul gives a lot more detail to this in Tit 1:5-16. Paul wrote that appointing elders was the reason he sent Titus to Crete (Tit 1:5). Here are a few lessons drawn from Titus 1:5-16. God is King and the true leader. For human leaders to reflect God’s rule and God’s leadership, we must hold fast to, practice, and teach God’s Word. Godly leaders walk in Christ’s footsteps. They self-sacrifice for the sake of the people they serve. According to Titus 1:6-9, elders are blameless. This means they do not have a kind of hidden sin that if found out, would destroy the church’s reputation and credible witness. An elder is to be a “one-woman-man” pursuing purity of heart and faithfulness to their spouse when married. They need to be intentional on raising their children in the way of the Lord, not stubborn, quick-tempered, a drunkard, a bully, or greedy for money, but hospitable (lit. a lover of strangers), a lover of good, self-controlled, devout, disciplined (impulses are under control). They must be able to teach. To summarize a leader is one who influences through gospel-shaped character and gospel-shaped words.


This is relevant for us.

The book of Acts in many ways is a helpful manual for church planting. We keep the gospel central. We want to focus on growing together as disciples of Jesus. We also want to appoint elders. Even, stronger, we must appoint elders. This is a role for men in the community who serve the church, are involved in the community of the church, can lead, develop, care, and teach through their gospel-shaped character and gospel-shaped words.[vi]



Conclusion

This was Paul’s first missionary journey through the lense of Acts 14:21-23. The gospel has the power to free us and people around us from our idols. What makes Christian ministry Christian, is the centrality of the gospel. God uses the proclamation of the gospel to save us and to bring us into a community to church. In the context of the church, we are strengthened together and learn to trust God even through tragedies.


Finally, God has a plan for his church. He cares about an intentional, formalized structure with accountable elders who know, feed, lead, and protect the sheep. The Lord has given us our marching orders let us dedicate our whole lives to his business.




[i] Acts 13–14, which narrates Paul’s first missionary journey, is a clear unit. It begins at Antioch with the Holy Spirit and the church commissioning and calling Paul and Barnabas for a particular “work” (ἔργον) (13:2). It ends with Paul and Barnabas returning to Antioch and being commended for the “work [ἔργον] that they had fulfilled” (14:26; cf. 13:41). Michael J. Kruger, ed., A Biblical-Theological Introduction to the New Testament: The Gospel Realized (Wheaton, IL: Crossway, 2016). Acts. .


[ii] A proconsul was a chief officer in a senatorial province. .


[iii] Originally with a fourth point: (4) with prayer and fasting they committed them to the Lord. .


[iv] Cha, Who You Are, 60-63


[v] The words in Acts 14:22 for encouraging them to continue in the faith is identical to what Barnabas was doing in Acts 11:23 in Antioch. .


[vi] Fourthly, to summarize the first missionary journey, with prayer and fasting they committed them to the Lord. In reverse order, first the committed them to the Lord, I think it refers to the disciples rather than just the elders. Because God is sovereign committing anyone or anything to the LORD is always appropriate. In committed a people to God we recognize that ultimately God will be glorified in them. Now for fasting. There is no commandment to fast in the Bible, but because fasting appears over and over, it appears to be the normal practice among Christians in the Bible. Prayer and fasting together communicate union and fellowship with God that communicate utter reliance on God. While prayer on its own already does this, fasting embodies physical hunger that matches the hunger that we have for God. Fasting is an emptied expression of our dependence on God. Not everyone should fast – diabetics, pregnant women, and if food is an issue for you. If you never have, I recommend it. I have resources to recommend by John Piper, Richard Foster, Dallas Willards, and Don Whitney, John Mark Comer that are helpful on this topic. When the topic of prayer comes up people want to know the ins and outs of how prayer works if God is sovereign, but that is not how we treat other relationships. When we love someone, we delight in spending time with them, and we do. When we are in a relationship with the sovereign Lord of the universal, it is natural to ask him all things, and make all our requests known to him. The more we grow in Christ, the more we become like him, the more our prayers match his will. The most we learn to say your will be done, the more we grow in Hope and trust even when our prayers are not answers the way we wished!



 


La mission de l'Église

Actes 13-14



Les Actes concernent le témoignage au Christ ressuscité pour l'expansion du royaume de Dieu jusqu'aux extrémités de la terre par la puissance du Saint-Esprit. Actes 1:8 donne les grandes lignes géographiques des Actes. Les disciples de Jésus sont témoins d'abord à Jérusalem (Actes 1-7), puis en Judée-Samarie (Actes 8-12). C'est la restauration d'Israël. L'Évangile est proclamé et les gens croient sur toute la terre promise à Abraham et à ses descendants. En accomplissement d'Ésaïe 49:6, une fois restauré, Israël devient une lumière pour les nations. Elle annonce le salut du Seigneur jusqu'aux extrémités de la terre (Actes 13-28).


Actes 13-14 est le premier des trois voyages missionnaires de Paul dans le livre des Actes[1]. Paul et Barnabé commencent à Antioche en Syrie. Ils se rendent sur l'île de Chypre, puis dans le sud de la Galatie, avant de retourner à Antioche en Syrie. Le premier voyage missionnaire comporte 5 épisodes.


Tout d'abord, en Ac 13, 1-12, Paul et Barnabé annoncent l'Évangile dans deux villes de Chypre (Salamine et Paphos). Le point culminant est la conversion d'un haut fonctionnaire romain[2].


Dans le deuxième épisode, Paul et Barnabé se trouvent à Antioche en Pisidie (Turquie actuelle). Ils entrent dans une synagogue et Luc rapporte le premier sermon de Paul dans Ac 13,16-41.


Dans le troisième épisode, Paul et Barnabé se rendent à Iconium. Après une longue période de ministère, la persécution les oblige à fuir à Lystre et à Derbe (Ac 14, 1-7).


Dans le quatrième épisode, à Lystres (également la Turquie actuelle), à la suite d'un miracle, les païens vénèrent Paul et Barnabé comme des dieux. La réponse de Paul à cette idolâtrie est la prédication de l'Évangile. Avant qu'il n'ait terminé, des Juifs d'Antioche et d'Iconium convainquent la foule de les lapider. Paul et Barnabé retournent à leur base (Ac 14,8-20).


Dans le cinquième épisode, sur le chemin du retour, Luc offre un merveilleux résumé de leur ministère dans Ac 14, 21-23. Ils prêchèrent l'Évangile... et firent beaucoup de disciples ; ils fortifiaient l'âme des disciples, les encourageant à persévérer dans la foi, et leur disant que c'est par beaucoup de tribulations qu'il faut entrer dans le royaume de Dieu. Puis, ayant établi pour eux des anciens dans chaque église, ils les confiaient, par la prière et le jeûne, au Seigneur en qui ils avaient cru.


Kevin DeYoung a écrit un article dans le Gospel Coalition intitulé La mission de l'Eglise. Il a utilisé Ac 14.21-23 pour décrire la mission à trois volets de l'Église, à savoir faire de "nouveaux convertis" (v. 21), créer de nouvelles communautés ou implanter des Églises en nommant des anciens (v. 23), et nourrir les Églises (v. 22). Je voudrais étudier le premier voyage missionnaire à travers le résumé d'Ac 14,21-23 : (1) Ils prêchèrent l'Évangile et firent des disciples, (2) ils fortifièrent l'âme des disciples, les encourageant à persévérer dans la foi et leur disant que c'est par de nombreuses tribulations que nous devons entrer dans le royaume de Dieu. (3) Ils nommèrent pour eux des anciens dans chaque église[3].



Tout d'abord, selon Actes 14:21, ils prêchèrent l'Évangile et firent des disciples (cf. Actes 13:16-41, 14:15-18) : Les nouveaux convertis

Dans Actes 13-14, il y a deux sermons, l'un destiné à un auditoire juif (Actes 13:16-41) et l'autre aux païens (Actes 14:15-18). Dans le premier cas, il serait étrange d'essayer de convertir des Belges qui ne connaissent pas le contexte de l'AT pour le Messie. J'aborderai d'abord l'évangile aux païens dans Ac 14,15-18, puis nous examinerons l'évangile aux juifs. Lorsque nous sommes intégrés au peuple de Dieu, nous bénéficions du fait que Jésus est l'accomplissement des promesses que Dieu a faites à nos pères et mères spirituels, le peuple d'Israël.


Nous voyons l'Évangile pour les païens dans Actes 14:15-18.

En Ac 14, 10, Dieu accomplit un miracle par l'intermédiaire de Paul. En réponse, la foule s'écrie en Ac 14,11 : "Les dieux sont descendus chez nous à la ressemblance des hommes". ... Ils veulent alors leur offrir des sacrifices. Pour les arrêter, Paul dit au v.15 : "Nous aussi, nous sommes des hommes... et nous vous annonçons une bonne nouvelle, celle de vous détourner de ces choses vaines pour vous tourner vers un Dieu vivant."


Pour devenir disciples de Jésus, ils doivent se détourner de l'idolâtrie et se tourner vers le Dieu vivant. Paul ne fait pas appel aux Ecritures mais à la nature. Il dit en Ac 14,15 que Dieu a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qui s'y trouve. En Ac 14,17, il dit que la manière dont Dieu s'est fait connaître à eux, c'est en faisant du bien, en donnant la pluie du ciel et des saisons fructueuses, en rassasiant leurs cœurs de nourriture et d'allégresse. C'est ici que son sermon est interrompu.


Ce sermon est pertinent pour nous.

Il y a deux applications. Premièrement, ceux qui ne vivent pas pour Jésus vivent pour autre chose. Deuxièmement, ceux qui ne vivent pas pour Jésus bénéficient quand même de la grâce commune de Dieu. Il s'agit de la bonté du monde dont toute l'humanité jouit en vertu du fait qu'elle vit dans un monde créé par un Dieu bon.


Il convient d'approfondir la première application, car dans une société laïque, les idoles comprennent rarement des sanctuaires. Le concept d'idolâtrie est étranger. Plutôt qu'une image physique, nos idoles sont les vaines poursuites de nos cœurs en quête de sens, de joie et de paix en dehors du Christ. Judy Cha, conseillère chrétienne, explique qu'il est possible de classer toutes les idoles en quatre catégories. Il s'agit du pouvoir, du contrôle, de l'approbation et du confort. (Cha, 60-63).


Si notre idole est le pouvoir, nous avons tendance à vouloir gagner, être le meilleur, influent et spécial. Les autres savent qui nous sommes parce que nous ne trouvons pas étrange de rappeler aux gens à quel point nous sommes "bons" dans quelque chose. Nous aurons également tendance à nous mettre en colère lorsque notre idole nous décevra.


Si notre idole est le contrôle, nous recherchons la certitude ou l'autosuffisance. Nous comptons sur le travail acharné, l'autodiscipline et le respect des principes pour contrôler les résultats et les circonstances. Nous pouvons avoir une tendance à l'anxiété.


Si notre idole est l'approbation, nous recherchons l'acceptation et travaillons dur pour aider les autres à satisfaire leurs besoins. Nous renonçons aux réactions positives. Nous pouvons être confrontés à la peur du rejet.


Si notre idole est le confort, nous évitons le stress et la douleur en recherchant la liberté de responsabilité et nous pouvons rechercher la satisfaction immédiate plutôt que la planification à long terme. Nous pouvons sembler un peu détachés pour éviter l'inconfort.


Identifier ces idoles dans notre propre vie peut nous aider à nous repentir davantage et à trouver plus de liberté, de joie, de paix et de vie en Christ. En Christ, nous n'avons pas besoin de nous efforcer d'être les meilleurs, car il est tout ce dont nous avons besoin. Nous apprenons à faire confiance à la souveraineté de Dieu, et nous n'avons donc pas besoin d'essayer de tout contrôler. Nous n'avons pas besoin d'être approuvés, car Dieu nous a acceptés. Nous apprenons à trouver du réconfort non pas dans les choses terrestres temporaires, mais dans les promesses sûres de Dieu.


L'idolâtrie est aussi toujours un pont pour partager l'Évangile. Le Christ offre la paix, la joie et la satisfaction éternelle. En grandissant dans la grâce, nous trouverons probablement plus facile de partager l'Évangile avec des personnes qui ont des luttes similaires aux nôtres. Ces quatre catégories d'idoles et la compréhension de la manière dont le Christ satisfait plus sûrement et plus pleinement nous aident à partager l'Évangile avec toutes sortes de personnes.


L'Évangile pour les Juifs en Actes 13:16-41

Alors que Paul commence par l'idolâtrie en s'adressant aux païens, il commence par l'histoire d'Israël avec les Juifs. Cela s'explique par le fait que Jésus est venu accomplir les promesses de Dieu à Israël. Après un rapide survol de l'histoire d'Israël (Ac 13, 18-20), Paul enseigne que Jésus est le sauveur promis, issu de la lignée de David (Ac 13, 23). Il annonce ensuite le message du salut (Ac 13, 26).


En Ac 13, 28, Paul déclare que les chefs juifs de Jérusalem ont exécuté Jésus alors qu'il était innocent. Ils l'ont mis au tombeau (Ac 13,29). Dieu l'a ressuscité d'entre les morts (Ac 13,30). Or, ceux qui étaient témoins de la résurrection annonçaient la résurrection (Ac 13,31).


C'est l'argument de Paul. Le peuple juif attendait un sauveur issu de la lignée de David et le pardon des péchés. Le Messie apporterait le salut. Paul utilise le Psaume 16 pour montrer que si Jésus est ressuscité des morts, il est le Messie (Ac 13:33). S'il est le Messie, il apporte le salut. Paul déclare dans Ac 13:38-39 que le pardon des péchés est disponible pour tous ceux qui croient en lui (Ac 13:38-39). La présentation de l'Évangile par Paul repose sur le fait de la résurrection.


Cela nous concerne.

Tim Keller appelle le christianisme la religion la plus énervante ! Les autres religions proposent des idées ou un mode de vie. Si vous les aimez, c'est parfait. Si ce n'est pas le cas, vous pouvez les rejeter. Le christianisme est agaçant parce qu'il enseigne que la résurrection est un fait. Cela signifie que personne ne peut dire qu'il ne croit pas au christianisme parce qu'il ne l'aime pas. Ils doivent nier le fait de la résurrection. Les faits ne deviennent pas faux parce qu'on ne les aime pas. Soit la résurrection a eu lieu, soit elle n'a pas eu lieu. Le christianisme ne vous permet pas de le rejeter parce que vous ne l'aimez pas. Il exige d'être traité. Même si certains aspects du christianisme ne nous plaisent pas, si la résurrection a eu lieu, nous devons y faire face !


Actes 13:39 montre l'importance du message de l'Évangile.

Tant aux païens qu'aux juifs, Ac 13:39 enseigne que "par lui, tous ceux qui croient sont affranchis de tout ce dont [ils] ne pouvaient être affranchis par la loi de Moïse." Qu'il s'agisse d'un système juridique ou d'une quelconque quête vaine de sens et d'identité dans nos cœurs, ces alternatives à l'Évangile nous écrasent. Jésus nous libère. Cette liberté n'est pas un concept philosophique, elle est tangible et conduit à la joie, à la paix et au sens. C'est en annonçant l'Évangile que nous faisons de nouveaux disciples. Nous l'annonçons dans nos foyers, à l'église, dans les groupes communautaires et lorsque le Seigneur nous en donne l'occasion dans notre vie quotidienne.



Deuxièmement, selon Actes 14:22, ils fortifiaient l'âme des disciples, les encourageant à persévérer dans la foi[4], et disant que c'est par de nombreuses tribulations que nous devons entrer dans le royaume de Dieu.

Paul et Barnabé avaient annoncé l'Évangile et fait des disciples. Maintenant, sur le chemin du retour, ils sont retournés à Lystre et Iconium pour fortifier les disciples. Être fortifié et fortifier d'autres croyants est un processus et un style de vie qui dure toute la vie.


Dans ce cas, l'encouragement est de rester dans la foi, tout en avertissant que c'est par de nombreuses tribulations que nous devons entrer dans le royaume de Dieu. Actes 12 illustre ce point avec la mort de Jacques et l'emprisonnement de Pierre. Pour persévérer jusqu'à la fin, les chrétiens ont besoin d'une solide compréhension de la souffrance. Actes 14:22 n'enseigne pas que l'on est sauvé par la souffrance. Au contraire, vous rencontrerez la souffrance sur le chemin de la gloire. La souffrance nous frappera tous. Nous ne pouvons pas comprendre pourquoi la plupart des choses arrivent. Mais nous savons que Dieu utilise chaque épreuve pour nous faire ressembler davantage à Jésus. Très tôt, lorsque nous devenons chrétiens, nous devons apprendre à souffrir en tant que chrétiens. (J'ai consacré tout le message de la semaine dernière à ce sujet).



Troisièmement, dans Actes 14:23, ils ont établi pour eux des anciens dans chaque église.

Paul donne beaucoup plus de détails à ce sujet dans Tit 1:5-16. Paul écrit que c'est pour nommer des anciens qu'il a envoyé Tite en Crète (Tite 1:5). Voici quelques leçons tirées de Tite 1:5-16. Dieu est le roi et le véritable chef. Pour que les dirigeants humains reflètent la domination et la direction de Dieu, nous devons nous en tenir à la Parole de Dieu, la mettre en pratique et l'enseigner. Les dirigeants pieux marchent sur les traces du Christ. Ils se sacrifient pour le bien des personnes qu'ils servent. Selon Tite 1:6-9, les anciens sont irréprochables. Cela signifie qu'ils n'ont pas de péché caché qui, s'il était découvert, détruirait la réputation et le témoignage crédible de l'Église. Un ancien doit être un "homme d'une seule femme" qui poursuit la pureté de son cœur et la fidélité à son épouse lorsqu'il est marié. Ils doivent s'efforcer d'élever leurs enfants dans la voie du Seigneur, sans être têtus, rapides, ivrognes, brutaux ou avides d'argent, mais en étant hospitaliers (c'est-à-dire en aimant les étrangers), en aimant le bien, en se contrôlant eux-mêmes, en étant pieux, en étant des disciples (les impulsions sont sous contrôle). Ils doivent être capables d'enseigner. En résumé, un leader est quelqu'un qui influence par un caractère et des paroles conformes à l'Évangile.


Cela nous concerne.

Le livre des Actes des Apôtres est à bien des égards un manuel utile pour l'implantation d'églises. Nous gardons l'évangile au centre de nos préoccupations. Nous voulons nous concentrer sur la croissance commune en tant que disciples de Jésus. Nous voulons aussi nommer des anciens. Il s'agit d'un rôle pour les hommes de la communauté qui servent l'Église, sont impliqués dans la communauté de l'Église, peuvent diriger, développer, prendre soin et enseigner par leur caractère et leurs paroles conformes à l'Évangile[5].



Conclusion

Il s'agissait du premier voyage missionnaire de Paul selon Actes 14:21-23. L'Évangile a le pouvoir de nous libérer de nos idoles, ainsi que les personnes qui nous entourent. Ce qui rend le ministère chrétien chrétien, c'est la centralité de l'Évangile. Dieu utilise la proclamation de l'Évangile pour nous sauver et nous amener dans une communauté chrétienne. Dans le contexte de l'église, nous sommes fortifiés ensemble et apprenons à faire confiance à Dieu même à travers les tragédies. Enfin, Dieu a un plan pour son Eglise. Il tient à une structure formelle avec des anciens responsables qui connaissent, nourrissent, dirigent et protègent les brebis. Le Seigneur nous a donné un ordre de marche pour que nous consacrions toute notre vie à son œuvre.

22 views0 comments

Comentarios


bottom of page