top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

15 October 2023 -- Witness Under Persecution


Acts 4:1-31

Julian Bacon

Series: Be My Witnesses -- The Book of Acts






 

Witness Under Persecution

(The Healing of the Beggar -- Part 2)

Acts 4:1-31



  1. The nations rage Acts 4:1-9, 13-14, 23-29

  2. We proclaim the resurrection Acts 4:2, 7-12

  3. We obey God rather than man Acts 4:15-22, 29-31



Paul writes, “Indeed, all who desire to live a godly life in Christ Jesus will be persecuted” (2 Tim 3:12). Jesus said, “‘A servant is not greater than his master.’ If they persecuted me, they will also persecute you” (John 15:20). Persecution comes with being part of God's people. In the OT, sometimes God raises up a nation to punish his people. Other times, innocent people suffer greatly like Job, Daniel, and Elijah. In the NT, Christ suffers. If we follow Jesus, Peter says that we should not consider it “strange” if we suffer as well (1 Pet 4:12). Acts portrays the history of the early Christian church. This history includes persecution. The book of Acts is about the witness to the resurrected king by the power of the Holy Spirit to spread the kingdom of God to the ends of the earth. In the narrative of Acts, persecution highlights the power of God. Nothing, not even powerful earthly governments can thwart God’s plans!


In Acts 3, God healed a lame man. This miracle stirred people up in the temple and Peter responded by proclaiming the resurrected Christ. This message affects everything. It is more than a philosophical debate about opinions. The implications go further than one's personal worldview. It is political. When Christ was raised from the dead, he showed that he is sovereign over all things. He demands the allegiance of all people. This leads to persecution. Any nation that demands their people’s highest allegiance will oppose Christians who cannot do this. Following Peter’s sermon in Acts 3, John and Peter are arrested.


The following day, they are asked about the miracle. Peter seizes the opportunity to show the absurdity of persecuting Christians. They are treated like criminals for having done a good deed. Peter connects the healing of the previously lame man to Jesus. He declares that he was healed by the power of Jesus. He then connects Jesus’ power to heal with his power to save a person from their sins. Peter says that salvation is found in no one else. The court prohibits the apostles from preaching and they are set free.In Acts 4:25-26, the church interprets persecution in light of Psalm 2. When faced with the Messiah, you have to choose. Either humble yourself, believe, and repent. You can ignore it and be indifferent. Or, attack, ridicule, silence, or ban Christianity. Acts shows that King Jesus will continue to expand his kingdom despite persecution.


SIOS: While the nations rage in opposition to the kingdom of God, we must press on with boldness proclaiming the kingdom of the resurrected Christ. We will look at (1) the folly of the nations, (2) the proclamation of the resurrection, and (3) bold Christian living.


1 -- Acts 4:1-9; 13-14 23-29; The nations rage!

Acts 4:25-26 quotes Psalm 2. It summarizes Acts 4. The Gentile nations rage and plot in vain. Psalm 2 is about the resistance to the Messiah's rule. The persecution of the church is a resistance to Christ’s rule today. The church faithful to Christ sacrificially loves their neighbor. Persecuting her is absolute folly!


In Acts 4, the Sadducees were behind the arrest (Acts 4:1). They were the ruling class of wealthy aristocrats. Politically, they integrated themselves with the Romans and followed a policy of collaboration. They had a lot to lose if the Romans felt the threat of an uprising in Jerusalem.[i] These Jews have made themselves Gentile nations in opposing Jesus and his church. This is an interesting twist of Psalm 2.


Acts 4:2 tells us the religious leaders "were annoyed because the apostles were proclaiming Christ’s resurrection." They arrested them. The next day at their hearing, Peter points out their folly. They arrested them for a good deed done to a lame man (Acts 4:9). The authorities let them go. The last attempt to control them is by prohibiting them from speaking about the resurrection (Acts 4:14).


Throughout history, Christians are threats to dictators or any government that infringes on its people’s freedom. Christianity is banned in North Korea. Communist Russia sought to destroy all religions and promote atheism. Christianity was controlled under Nazi Germany. Authoritarian regimes rule by fear. Christians always swear a higher allegiance to Christ than they do to the state. Christian zeal triumphs over the fear of government. The folly in persecuting Christians is that Christians are not a threat. They are devoted to loving even their enemies. It is folly, but we can still expect persecution.


Today, if you have not been persecuted for your faith, that is okay as well. We may wonder if this text is still relevant. The persecution of Christians is not equal across time and space. It is relatively easy to be a Christian in Belgium. Not the easiest, but easy. We can know that the universal church that we are part of is being persecuted.


Today, it is dangerous to be a Christian in North Korea, Afghanistan, Somalia, Libya, Pakistan, Eritrea, Yemen, Iran, Nigeria, and India. The list goes on. Just to provide one number, in 2020, 3530 Nigerian Christians died for their faith.[ii]


2 -- Acts 4:2, 7-12 The proclamation of the Resurrection

The nations rage against the church, but the church is on a mission. It proclaims the resurrection of Christ. Persecution does not change that. Despite persecution, the central theme of Acts 4 is the resurrection. In Acts 4:2, the resurrection is the reason given for the arrest. The resurrection is what Peter speaks of when he is on trial. It is the preaching of the resurrection that the Sanhedrin (Supreme court headed by the High Priest) try to ban.


In Acts 4:8-12, Peter is filled by the Holy Spirit to do what the Holy Spirit empowers him to do. He bears witness to the resurrection of Christ. They ask about the healing that took place so Peter talks about Jesus! He declares that Jesus healed the man. It is the Jesus whom they crucified and whom God raised from the dead! He quotes Ps 118:22, the stone that the builders rejected became the most important stone! Builders reject stones that they regard as unsuitable for their purposes. The cornerstone was the stone with which a building began. It fixes its site and determines its direction. The psalmist writes that the stone the builders rejected was the most important in a new building. Ps 118:22 uses the concept of a cornerstone metaphorically. A people doubted that the king would be victorious in battle, but he wins an overwhelming victory. Peter applies this statement to Jesus and the Jewish leaders. Jesus has become the “cornerstone,” which determined the location, direction, and size of the building. God is building a new building, a new spiritual temple in which God’s presence among his people is based on Jesus’ death and resurrection. Being part of the building rests on accepting Jesus as Israel’s Messiah.[iii] The application of Ps 118 to Jesus is a smooth transition for Peter to declare that, "There is no other name under heaven given among men by which we must be saved."


A first point of application is that we must keep the resurrection central because to speak of the resurrection is to speak of salvation. Acts 4:4 tells us that it was after hearing this same word thousands more came to faith. The wage of sin is death (Gen 2:17; Rom 6:23). If Jesus was raised from the dead, it means that the wage has been paid for. There is no more sin to pay for. Therefore we can find the forgiveness of sins in Christ. Proclaiming the resurrection is announcing the message of salvation. This is the good news and the message the Holy Spirit uses to save and to edify Christians. Concretely, in worship, we want to keep this theme central in the different elements such as the songs we sing, the confession of sin and assurance, and in sermons. The resurrection is the message of salvation and also the basis for our Hope no matter what hardship we are enduring.


A second point of application concerns the exclusivity of the Christian message. Acts 4:12, “There is salvation in no one else, for there is no other name under heaven given among men by which we must be saved.” is like John 14:6, where Jesus says, “I am the way, and the truth, and the life. No one comes to the Father except through me.” These verses claim the exclusivity of Jesus. Jesus is the only way to have a relationship with God, experience the forgiveness of sins, and hope to enjoy eternal bliss in the presence of God and to escape judgment and hell.


This has drawn some criticism. Not by religious people who believe their religion is also the only way, but by secular people. Some say that claiming Jesus is the only way is arrogant. They also claim that all religions are essentially the same and teach people how to get along with others. Unfortunately, those who make these statements, though well-intended claim accidently that they understand Islam better than Muslims, Judaism better that Jews, and Christianity better than Christians. We don’t believe the same things. Christianity explicitly teaches that Jesus is the only way (Acts 4:12). Either Christians are right or they are wrong. We believe Jesus is the only way because only he fully reflects the justice of God and the love of God. At the cross, we see the justice of God that punished sin, and the love of God that saved sinners. If Jesus is the only way, he is the world’s only hope, so nothing is a more worthy cause than making him known.


3 -- Acts 4:15-22, 29-31 Boldness to obey God and not man.

In response to the preaching, the authorities attempt to ban Peter and John from speaking (Acts 4:15-22). The problem is that Acts 4:8 notes that Peter gave his speech being “filled with the Holy Spirit.”[iv] In effect, the authorities are trying to ban God from doing his work. Peter responds, “Whether it is right in the sight of God to listen to you rather than to God, you must judge, for we cannot but speak of what we have seen and heard.” When God’s commands clash with human demands, Peter follows God. Beyond this, Peter declares that what he has witnessed, the resurrection of Christ, the healing of the lame man, and all these people coming to faith, is too wonderful to keep a secret!


From the statement of Acts 4:19, “Whether it is right in the sign of God to listen to you rather than to God, you must judge, …,” we get an important principle. Romans 13:1-7 and 1 Pet 2:13-14 teach us to submit to governments. Now, Acts 4:19 offers a caveat. Our ultimate allegiance is to God. In practice sometimes it can get complicated.


This theme of obeying God over man came up often during the Covid pandemic. God wants his people to gather to worship him, and governments limited religious gatherings to prevent the spread of the disease. I think Christians could want to meet and others also believed that God would want us to love our neighbor by trying not to spread the disease. I am not going to try to tell you who is right and who is wrong, so I’ll just tell you what Jesus would do!


Sometimes, it is less about what you believe and more about how you go about putting it in practice. I think Jesus would convict many of us for our pride and intolerance and gently remind us of the cross. A humble follower of Jesus would have understood that complex situation, prayed, and been a peacemaker, lovingly assumed everyone is doing the best they can… and promoted joy and unity rather than divides in the church that were just as bad as the outside world. Be bold, obey God rather than man, in the process, keep following Jesus when we disagree on faithfulness to God looks like!


Here is another application. When Peter respectfully refuses to obey, his answer is “We cannot but speak of what we have seen and heard.” His fuel is his joy and zeal that is connected to the transformation that he himself has experienced and witnessed. It is hard for this to be true for us, if our lives look the same as those outside the church 6 days and a half days a week. If we practice Acts 2:41-47, devote ourselves to word, prayer, sacraments, meeting needs sacrificially, having meals together, we will see God at work and have much to be joyful and share about. It is in this context of extravagant and radical love and care that lives change. Witnessing God at work will increase our boldness as we desire to see him work even more wonders around us!


4 -- Conclusion

The church has been, is, and will be persecuted. Because God is God, he demands all people’s allegiance. Rebellion against God will necessarily mean hostility towards those who proclaim Christ’s Lordship. This text teaches us, no matter what comes our way, proclaim the death, burial, and resurrection for the forgiveness of sins, and submit to his reign by obeying God, rather than man.





[i] John R. W. Stott, The Message of Acts: To the Ends of the Earth, Revised edition. (Downer’s Grove, IL, London: InterVaristy Press ; Inter-Varsity Press, 2020). Acts 4:1-22. .


[ii] https://www.christianitytoday.com/news/2021/january/christian-persecution-2021-countries-open-doors-watch-list.html


[iii] Schnabel, Acts. Acts 4:11. .


[iv] In Acts, it refers to a “short outburst of spiritual power or inspiration,” so it is the Spirit who inspired Peter’s speech about the resurrection. Schnabel, Acts. Acts 2:4 and Acts 4:8. Turner, in Power from on High, 167, argues that these constructions (cf. Luke 1:41, 67; Acts 2:4; 4:8, 31) do not suggest a more enduring endowment. According to Luke’s language, “a person might on many occasions be ‘filled with Holy Spirit’ while nevertheless remaining ‘full’ of the Spirit; the two types of metaphor make different but complementary assertions.” The verb “fill” (πίμπλημι) is a more intense form (compare with πληρόω). Luke uses the aorist indicative form (ἐπλήσθησαν) with genitive of divine Spirit to designate “short outbursts of spiritual power/inspiration, rather than the inception of long-term endowment of the Spirit.”




 

La Guérison du Mendiant -- Partie 2

(Persécution Chrétienne)

Actes 4:1-31



Paul écrit : « En effet, tous ceux qui désirent vivre une vie pieuse en Jésus-Christ seront persécutés » (2 Tim 3 :12). Jésus a dit : « Un serviteur n'est pas plus grand que son maître. » S'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi » (Jean 15 :20). La persécution vient avec le fait de faire partie du peuple de Dieu. Dans l'Ancien Testament, Dieu soulève parfois une nation pour punir son peuple. D'autres fois, des innocents souffrent beaucoup comme Job, Daniel et Élie. Dans le NT, le Christ souffre. Si nous suivons Jésus, Pierre dit que nous ne devrions pas considérer comme « étrange » si nous souffrons aussi (1 Pierre 4 :12). Les Actes dépeignent l'histoire de l'église chrétienne primitive. Cette histoire inclut la persécution.


Le livre des Actes parle du témoignage au roi ressuscité par la puissance du Saint-Esprit pour répandre le royaume de Dieu jusqu'aux extrémités de la terre. Dans le récit des Actes, la persécution sert à démontrer la puissance de Dieu. Rien de ce que même les puissants gouvernements terrestres ne peuvent contrecarrer les plans de Dieu ! Dans Actes 3, Dieu a guéri un boiteux. Ce miracle a ému les gens dans le temple et Pierre a répondu en proclamant le Christ ressuscité. Ce message affecte tout. C'est plus qu'un débat philosophique sur les opinions. Les implications vont au-delà de la vision personnelle du monde. C'est politique. Quand Christ est ressuscité des morts, il a montré qu'il est souverain sur toutes choses. Il exige l'allégeance de tous les peuples. Cela conduit à la persécution. Toute nation qui exige la plus haute allégeance de son peuple s'opposera aux chrétiens.


Après le sermon de Pierre dans Actes 3, Jean et Pierre sont arrêtés. Le lendemain, ils sont interrogés sur le miracle. Pierre saisit l'occasion de montrer l'absurdité de persécuter les chrétiens. Ils sont traités comme des criminels pour avoir fait une bonne action. Pierre relie la guérison de l'homme auparavant boiteux à Jésus. Il déclare qu'il a été guéri par la puissance de Jésus. Il relie ensuite le pouvoir de guérison de Jésus à son pouvoir de sauver une personne de ses péchés. Pierre dit que le salut ne se trouve en personne d'autre. Le tribunal interdit aux apôtres de prêcher et ils sont libérés.


L'Église interprète la persécution à la lumière du Psaume 2. Face au Messie, il faut choisir. Soit vous humilier, croire et vous repentir. Vous pouvez l'ignorer et être indifférent. Ou, attaquer, ridiculiser, réduire au silence ou interdire le christianisme. Les Actes montrent que le roi Jésus continuera à étendre son royaume malgré la persécution.


Message en une phrase: Alors que les nations se déchaînent en opposition au royaume de Dieu, nous devons continuer avec audace à proclamer le royaume du Christ ressuscité. Nous examinerons (1) la folie des nations, (2) la proclamation de la résurrection et (3) la vie chrétienne audacieuse.


1 -- Actes 4 :1-9 ; 13-14 23-29; Les nations font rage !

Actes 4 :25-26 cite le Psaume 2. Il résume Actes 4. Les nations païennes se déchaînent et complotent en vain. Le Psaume 2 traite de la résistance au règne du Messie. La persécution de l'église est une résistance au règne du Christ aujourd'hui. L'Église fidèle au Christ aime son prochain en sacrifice. La persécuter est une folie absolue !


Dans Actes 4, les Sadducéens étaient derrière l'arrestation (Actes 4 :1). Ils étaient la classe dirigeante des riches aristocrates. Politiquement, ils s'intègrent aux Romains et suivent une politique de collaboration. Ils avaient beaucoup à perdre si les Romains sentaient la menace d'un soulèvement à Jérusalem. [1] Ces Juifs se sont faits des nations païennes en s'opposant à Jésus et à son église. C'est une tournure intéressante du Psaume 2.


Actes 4 :2 nous dit que les chefs religieux « étaient agacés parce que les apôtres proclamaient la résurrection de Christ ». Ils les ont arrêtés. Le lendemain, lors de leur audience, Pierre souligne leur folie. Ils les ont arrêtés pour une bonne action faite à un boiteux (Actes 4 :9). Les autorités les ont laissés partir. La dernière tentative pour les contrôler est de leur interdire de parler de la résurrection (Actes 4 :14).


Tout au long de l'histoire, les chrétiens ont été des menaces pour les dictateurs ou tout gouvernement qui empiète sur la liberté de son peuple. Le christianisme est interdit en Corée du Nord. La Russie communiste a cherché à détruire toutes les religions et à promouvoir l'athéisme. Le christianisme était contrôlé sous l'Allemagne nazie. Les régimes autoritaires gouvernent par la peur. Les chrétiens jurent toujours une allégeance plus élevée au Christ qu'à l'État. La folie est que les chrétiens ne sont pas une menace. Ils sont dévoués à aimer même leurs ennemis. C'est de la folie, mais nous pouvons toujours nous attendre à la persécution.


Aujourd'hui, si vous n'avez pas été persécuté pour votre foi, c'est bien aussi. La persécution des chrétiens n'est pas égale dans le temps et dans l'espace. Il est relativement facile d'être chrétien en Belgique. Pas le plus facile, mais facile. Nous pouvons savoir que l'Église universelle dont nous faisons partie est persécutée. Aujourd'hui, il est dangereux d'être chrétien en Corée du Nord, en Afghanistan, en Somalie, en Libye, au Pakistan, en Érythrée, au Yémen, en Iran, au Nigeria et en Inde. La liste est longue. Pour ne citer qu'un chiffre, en 2020, 3530 chrétiens nigérians sont morts pour leur foi. [2]


2 -- Actes 4 :2, 7-12 La proclamation de la Résurrection

Les nations se déchaînent contre l'église, mais l'église est en mission. Il proclame la résurrection du Christ. La persécution n'y change rien. Le thème central d'Actes 4, au milieu de la persécution, est la résurrection. Dans Actes 4 :2, la résurrection est la raison donnée pour l'arrestation. La résurrection est ce dont Pierre parle quand il est en procès. C'est la prédication de la résurrection que le Sanhédrin (Cour suprême dirigée par le Grand Prêtre) tente d'interdire.


Dans Actes 4 :8-12, Pierre est rempli par le Saint-Esprit pour faire ce que le Saint-Esprit lui donne le pouvoir de faire. Il témoigne de la résurrection du Christ. Ils posent des questions sur la guérison qui a eu lieu, alors Pierre parle de Jésus ! Il déclare que Jésus a guéri l'homme. C'est le Jésus qu'ils ont crucifié et que Dieu a ressuscité d'entre les morts ! Il cite Ps 118 :22, la pierre que les bâtisseurs ont rejetée est devenue la pierre la plus importante !


Les constructeurs rejettent les pierres qu'ils considèrent comme impropres à leurs besoins. La pierre angulaire était la pierre avec laquelle un bâtiment commençait. Il fixe son site et détermine sa direction. Le psalmiste écrit que la pierre rejetée par les constructeurs était la plus importante dans un nouveau bâtiment. Ps 118 :22 utilise métaphoriquement le concept de pierre angulaire. Un peuple doutait que le roi soit victorieux dans la bataille, mais il remporte une victoire écrasante. Pierre applique cette déclaration à Jésus et aux dirigeants juifs. Jésus est devenu la « pierre angulaire », qui a déterminé l'emplacement, la direction et la taille du bâtiment. Dieu construit un nouvel édifice, un nouveau temple spirituel dans lequel la présence de Dieu parmi son peuple est basée sur la mort et la résurrection de Jésus. Faire partie du bâtiment repose sur l'acceptation de Jésus comme le Messie d'Israël. [3] L'application du Ps 118 à Jésus est une transition en douceur pour Pierre de déclarer que, « Il n'y a pas d'autre nom sous le ciel donné parmi les hommes par lequel nous devons être sauvés ».


Parler de la résurrection, c'est parler de salut. Actes 4 :4 nous dit que c'est après avoir entendu cette même parole que des milliers d'autres sont venus à la foi. Le salaire du péché, c'est la mort. Si Jésus est ressuscité des morts, cela signifie que le salaire a été payé. Il n'y a plus de péché à payer. Par conséquent, nous pouvons trouver le pardon des péchés en Christ.


Proclamer la résurrection, c'est annoncer le message du salut. C'est la bonne nouvelle et le message que le Saint-Esprit utilise pour sauver et édifier les chrétiens. Dans le culte, nous voulons garder ce thème central dans les différents éléments tels que les chants que nous chantons, la confession du péché et l'assurance, et dans les sermons.


Actes 4 :12, « Il n'y a de salut en personne d'autre, car il n'y a pas d'autre nom sous le ciel donné parmi les hommes par lequel nous devons être sauvés. » est comme Jean 14 :6, où Jésus dit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie. Personne ne vient au Père si ce n'est par moi. » Ces versets revendiquent l'exclusivité de Jésus. Il est le seul moyen d'avoir une relation avec Dieu, de faire l'expérience du pardon des péchés et d'espérer jouir de la félicité éternelle en présence de Dieu et échapper au jugement et à l'enfer.


Cela a suscité quelques critiques. Pas par des personnes religieuses qui croient que leur religion est aussi le seul moyen, mais par des personnes laïques. Certains disent que prétendre que Jésus est le seul moyen est arrogant. Ils affirment également que toutes les religions sont essentiellement les mêmes et enseignent aux gens comment s'entendre avec les autres. Malheureusement, ceux qui font ces déclarations, bien que bien intentionnées, prétendent accidentellement qu'ils comprennent l'islam mieux que les musulmans, le judaïsme mieux que les juifs et le christianisme mieux que les chrétiens. Nous ne croyons pas les mêmes choses. Le christianisme enseigne explicitement que Jésus est le seul chemin. Soit les chrétiens ont raison, soit ils ont tort.


Nous croyons que Jésus est le seul chemin parce que lui seul reflète pleinement la justice de Dieu et l'amour de Dieu. Sur la croix, nous voyons la justice de Dieu qui ne laisse aucun péché impuni et l'amour de Dieu qui a sauvé les pécheurs. Si Jésus est le seul chemin, il est le seul espoir du monde, et rien n'est plus digne de le faire connaître.


3 -- Actes 4 :15-22, 29-31 L'audace d'obéir à Dieu et non à l'homme.

En réponse à la prédication, les autorités tentent d'interdire à Pierre et Jean de parler (Actes 4 :15-22). Actes 4 :8 note que Pierre a prononcé son discours en étant « rempli du Saint-Esprit ». [4] En effet, les autorités tentent d'interdire à Dieu de faire son œuvre. Pierre répond : « Qu'il soit juste aux yeux de Dieu de vous écouter plutôt que Dieu, vous devez juger, car nous ne pouvons pas ne pas parler de ce que nous avons vu et entendu. » Lorsque les commandements de Dieu entreront en conflit avec les exigences humaines, Pierre suivra Dieu. Au-delà de cela, Pierre déclare que ce dont il a été témoin, la résurrection du Christ, la guérison du boiteux et de toutes ces personnes qui viennent à la foi, est trop merveilleux pour garder un secret !


Extrait de la déclaration d'Actes 4 :19, « S'il est juste dans le signe de Dieu de vous écouter plutôt que Dieu, vous devez juger, ... » Nous obtenons un principe important. Romains 13 :1-7 et 1 Pierre 2 :13-14 nous enseignent à nous soumettre aux gouvernements. Maintenant, Actes 4 :19 offre une mise en garde. Notre autorité et notre allégeance ultimes sont à Dieu.


Dans la pratique, cela peut parfois devenir compliqué. Ce thème de l'obéissance à Dieu plutôt qu'à l'homme est souvent revenu pendant la pandémie de Covid. Dieu veut que son peuple se rassemble pour l'adorer, et les gouvernements ont limité les rassemblements religieux pour empêcher la propagation de la maladie. Je pense que les chrétiens pouvaient vouloir se rencontrer et d'autres croyaient aussi que Dieu voudrait que nous aimions notre prochain en essayant de ne pas propager la maladie. Je ne vais pas essayer de vous dire qui a raison et qui a tort, alors je vais juste vous dire ce que Jésus ferait ! Je pense que Jésus nous convaincrait tous de notre orgueil et de notre arrogance et amènerait doucement les gens qui ne sont pas d'accord pour l'adorer ensemble. Un humble disciple de Jésus aurait compris cette situation complexe, prié et été un artisan de paix, assumant avec amour que tout le monde fait de son mieux... et a promu la joie et l'unité plutôt que les divisions dans l'Église qui étaient tout aussi mauvaises que le monde extérieur. Soyez audacieux, obéissez à Dieu plutôt qu'à l'homme, dans le processus, restez des disciples de Jésus qui ressemblent à Jésus dans le processus !


Quand Pierre refuse respectueusement d'obéir, sa réponse est : « Nous ne pouvons pas ne pas parler de ce que nous avons vu et entendu. » Son carburant est sa joie et son zèle à voir des vies se transformer, sans insister sur ses droits ! Il est difficile que cela soit vrai, si nos vies ressemblent à celles d'un incroyant 6 jours et demi par semaine. Si nous pratiquons Actes 2 :41-47, si nous nous consacrons à la parole, à la prière, aux sacrements, à la satisfaction sacrificielle, si nous prenons des repas ensemble, nous verrons Dieu à l'œuvre et aurons beaucoup de raisons d'être joyeux et de partager. C'est dans ce contexte d'amour et de soins extravagants et radicaux que les vies changent. Dieu travaille à travers nous et notre église pour sauver les gens et nous aider à revêtir le caractère de Christ.


4 -- Conclusion

L'Église a été, est et sera persécutée. Parce que Dieu est Dieu, il exige l'allégeance de tous les hommes. La rébellion contre Dieu signifiera nécessairement l'hostilité envers ceux qui proclament sa Seigneurie. Ce texte nous enseigne, quoi qu'il arrive, à proclamer la mort, l'ensevelissement et la résurrection pour le pardon des péchés, et à nous soumettre à son règne en obéissant à Dieu plutôt qu'à l'homme.




[1] John R. W. Stott, The Message of Acts : To the Ends of the Earth, édition révisée. (Downer's Grove, IL, Londres : InterVaristy Press ; Inter-Varsity Press, 2020). Actes 4 :1-22.


[2] https://www.christianitytoday.com/news/2021/january/christian-persecution-2021-countries-open-doors-watch-list.html


[3] Schnabel, Actes. Actes 4 :11.


[4] Dans les Actes, il est fait référence à une « courte explosion de puissance spirituelle ou d'inspiration », c'est donc l'Esprit qui a inspiré le discours de Pierre sur la résurrection. Schnabel, Actes. Actes 2 :4 et Actes 4 :8. Turner, Power from on High, 167, qui soutient que ces constructions (cf. Lc 1, 41.67 ; Actes 2 :4 ; 4 :8, 31) ne suggèrent pas une dotation plus durable. Selon le langage de Luc, « une personne peut en de nombreuses occasions être 'remplie du Saint-Esprit' tout en restant néanmoins 'pleine' de l'Esprit ; Les deux types de métaphores font des affirmations différentes mais complémentaires. Le verbe « remplir » (πίμπλημι) est une forme plus intense (comparer avec πληρόω). Luc utilise la forme indicative aoriste (ἐπλήσθησαν) avec génitif de l'Esprit divin pour désigner « de courtes explosions de puissance spirituelle / inspiration, plutôt que le début de la dotation à long terme de l'Esprit. »







20 views0 comments

Comments


bottom of page