top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

14 January 2024 -- How Long O LORD?


Psalm 13

Julian Bacon






 

How Long O LORD?

Psalm 13


  1. Complaint during crisis (Psalm 13:1-2)

  2. Request from deliverance from crisis (Psalm 13:3-4)

  3. Ongoing faith during crisis (Psalm 13:5-6)



Two Sundays ago, I woke up to find out that my brother had died. This is by far the most tragic event that has struck my family. I have struggled with sleep. I have been really sad. I am still in shock, and get anxious when I ask “what if” questions. I wish my brother was here and I wish he was with me. I wish he could play with my kids and be a meaningful part of the rest of my life. None of that can happen because he is gone.


As a Christian, I need to know how God fits in this situation. Because suffering is so common among us in all its forms, I wanted to take an extra week off of Acts to look at Psalm 13. Psalm 13 arises out of an unknown crisis that leads to a deep sense of abandonment and ends with confidence.[ii]


The nature of the crisis is unclear. In many Psalms the vagueness is intentional. The vagueness allows all of God’s people across the ages to appropriate the psalm in their particular situations.


This is the overview of the Psalm. Psalm 13 begins with a complaint (Ps 13:1-2). It turns to requests for help (Ps 13:3-4). It ends with a declaration of trust and commitment to praise (Ps 13:5-6). The length of the verses reveals that the real energy of the prayer lies in the complaint. But, the three sections help us to pursue God during a crisis.


1 -- Psalm 13:1-2 teaches about complaint during a crisis.

Psalm 13:1-2 contains more content than the other sets of two verses. This means this Psalm invites us to dwell in our pain and suffering. Life is hard and we do not have to pretend it is not. It is okay to not be okay.


The fourfold expression, “How Long?” structures these verses. Time is the destructive force. Extended suffering wears a person down and intensifies pain. “How long?” is a rhetorical question. Rather than requesting information it declares, “This is intolerable and needs to stop now.”[iii]


The poet expresses spiritual, psychological, and social pain. Suffering always has a spiritual element. When we suffer, we include suffering in our prayers. Perhaps, most of our spontaneous prayers stem from suffering. In anguish, the Psalmist asks in Ps 13:1, “Will you forget me forever? How long will you turn your face from me?” When Christians suffer, we ask, “Where is God?” “What is stopping God from intervening?”


The Psalmist presents a painful picture. He is addressing the LORD even after believing that he has turned away.[iv] This is faith. The Bible teaches that God is everywhere and knows all things. It requires faith to pursue God when we feel that he has abandoned us.


Ps 13:2 moves from spiritual pain to psychological. The author speaks of anguish in his soul and heart. The Psalmist is so beaten down that he cannot imagine a bright future.[v] The last clause in Ps 13:2 adds a social aspect to the suffering. The Psalmist refers to his enemy being exalted over him. The “enemy” is intentionally vague to allow us to appropriate this Psalm. The Hebrew word for enemy can refer to an individual or a group.[vi] Because we interact with people in most spheres of life, pain often has a relational component.


Application:

Now we see how we can appropriate the Psalm. The rhetorical question, “How long?” appears in other Psalms, but most often in the Bible it comes from God in the context of sin. For example, in Exod 16:28, the LORD says, “How long will you refuse to keep my commandments and my laws?”[vii] In Num 14:11 he says, “How long will this people despise me? And how long will they not believe in me ….” In Num 24:27, he says, “How long shall this wicked congregation grumble against me?


God’s expression of “How long?” and a human’s expression are connected. In a world of sin, The LORD longs for us to repent and turn to him. We long for God to put to an end the consequences of sin once and for all.


Ps 13:1-2 highlights three dimensions of suffering due to sin with the spiritual, emotional, and social. These three results of sin are foundational in Genesis 3 following the first sins. Since then, humans are exiled from God's presence. They experience fear and shame. They turn against each other. No matter what place we find ourselves, every human will experience the spiritual, psychological, and social consequences of sin. Psalm 13:1-2 gives words to our pain.


My brother died at 33. By our standards this is too young. In the Christmas season, while we were all excited about celebrating the people in our lives, suddenly we were flooded with reminders of the depth of the brokenness in this world. Knowing that God is all powerful and good, a psalm like this allows me to cry out to God in this time and voice my grief. When suffering occurs and we know God could have intervened and chose not to, complaining to God is a cry of faith. Specific Invitation


Christianity Today posted an article recently called: “Keep Complaining to God. Just Don’t Ignore Him.” Horrific events disorient us emotionally. Crying out to God with unprocessed, unedited feelings communicate trust that God meets us in our darkest places. Sometimes we may read some of what the Biblical authors are praying to God, and we wonder, “Can they really pray that way?” And the answer is, “Well, they just did!” No matter what the hardship, turning to God has to be at least part of your solution. Turn to him, complain, cry out, lament, cry, voice anger. Continue turning to God. Psalm 13:1-2 gives us words to pray in the darkest places. God is so willing to meet us there that he has already given us the words to pray, in his Word.


2 -- Psalm 13:3-4 teaches about requesting for deliverance from a crisis.

We look at the text. Psalm 13:3 is marked by three commands: “Consider me”, “Answer me” “light up my eyes!” These petitions match the complaint of Ps 13:1-2. If God has forgotten, the petition is for him to consider and answer. If he has turned away, let his face that shines face us that he may shine on us! If our problems always have a spiritual component, God will be at the center of the solution.


Ps 13:3-4 gives three motivations for God to act. The first is, “Lest I sleep, the sleep of death.” The second, “lest my enemy say, ‘I have prevailed over him.” Third, “lest my foes rejoice because I am shaken.”[viii] We should assume that the Psalmist considers to be in the right and so his enemies are also God’s enemies. This petition is for God’s justice to be vindicated.


Application:

A first general application is that this Psalm invites us to turn to the LORD in our darkest times and make petitions. In Ps 13:3, the Psalmist calls God, the “LORD my God.” We make petitions to God because he is the LORD our God. He is the LORD my God and the LORD your God, so we can make petitions!


A second application concerns death. The Psalmist is afraid of death, when he says, “lest I sleep the slepp of death. Christians live with a tension when it comes to death. Paul wrote in Phil 1:20-24 that death is better than life. When you have a Christian assurance, death means being by the LORD’s side. It means no longer experiencing the slightest hint of the consequence of sin. It is infinitely better than the tribulations of this life. And yet, the Psalmist pleads that God would act so that he could live. The fear of death is normal, as it is with other unknowns. It is a good thing to want to be alive!


In a society that wishes to prolong life at all costs, we need to have a biblical view of death. We should not avoid death at all costs. We should not pray against death at all costs or at tombs for God to raise the dead.


According to Heb 9:27, God has appointed for all to die. Death is the result of sin. It is part of God’s will for us, even Christians. Death is the punishment for sins but the gospel changes that for us. The death of Jesus bears sins of God’s people across the ages. For those whose sins are forgiven, death is no longer a punishment. Our death remains a testimony to the extreme horror of sin. For us death is part of our entry into glory to enjoy God’s salvation forever.[ix] This is how we need to view death.


A Third application is that we can pair our petitions with motives. The Bible is full of prayers that give God motives to act. The surest motive is his glory in being faithful to keeping his promises. If you can connect your requests with a promise in scripture, you can make your request, boldly. Even when this is not the case, God wants his children to come to him and make all their requests known to him (Phil 4:6). Like the Psalmist, if you are not ready to die you can express that even if you don’t know God’s will about the length of your days.


After experiencing the tragedy in our family of losing my brother, we experienced a brutal two weeks. In the beginning it was hard for me to even think about God being glorified in his death, but I did wonder. During a tragedy we are quicker to ask, “Where are you God?” I was even scared to ask this question because I was scared of the answer.


Now this is what happened. We were struggling to get information about my brother when he was at the hospital before he died. We hired a doctor who does house visits to visit him. After learning about my brother’s death, it turned out that this Colombian doctor was a Christian. Not knowing I was a Christian, he wanted to comfort me with the hope of the gospel. I had a strong sense God was showing me that he was with me.


Now, even more incredible. My mother traveled to Cartagena, Colombia where my brother died. We found a couple of retired Christians who volunteer helping foreigners in Cartagena deal with medical emergencies and deaths. I could not believe how perfect this was. God reminded in my suffering that I have brothers and sisters all over the world who are willing to help. God showed me that he was with me the whole time. Specific Invitation: God is Glorified and Faithful to his promises. In our distress, when we walk through the valley of shadow of death, when our mind is all over the place, when we are heartbroken, if our prayer is to see God glorified, he will answer our prayer. No matter what our situation, when we are in distress, we seek God’s glory and boldly make requests! This is Psalm 13:3-4.


3 -- Psalm 13:5-6 teaches about ongoing faith during a crisis.

The text ends with trust, rejoicing, and singing. The pain is real, the poet makes bold requests, and now he commits himself. He will trust, rejoice, and sing. He can trust because of God's steadfast love, he can rejoice because God provides a way of salvation, and he can sing because God has already dealt with him bountifully.



Application:

What we believe about God matters a lot when we suffer. The faithfulness of God means that he does not change when our circumstances do. When Christians undergo the worst kinds of suffering, we know God is still with us. I cannot prove it to you, but when you keep turning to God, you will sense his steadfast/loyal/persevering love.


In Ps 13:5, the author rejoices in God’s salvation. Salvation could refer to deliverance from that specific situation. For us, our biggest problem is sin and so the salvation we rejoice in is the forgiveness of sins that Jesus brought. No matter what comes our way, even when great heartache occurs, we are able to sing about God’s salvation.


We can echo Ps 13:6, we can sing to the Lord, because he has dealt bountifully with us. No matter what happens, this remains true. Close to 2000 years ago, Jesus carried our sins, and died on the cross for us, he endured death on the cross to offer us life. He has indeed dealt bountifully with us.


In a world in which brokenness is so deep, family dysfunction, emotional turmoil, hard work conditions, and untimely deaths, there is always hope. We do not manufacture hope. We cannot promise a situation will improve, that you will receive a better job, make more money, get better grades, or that your family member will change. We cannot know. Our hope, even when we walk through the valley of the shadow of death is Jesus. If we are building our lives on anything other than Christ we will set ourselves up to experience hopelessness because nothing else can deliver for eternity. Other objects of hope can satisfy for a time, but only Jesus satisfies eternally.


Conclusion

This has been a bit of my journey for the last two weeks. I am heartbroken, I am confused, I have had other emotions like shock and anger. In the midst of it all, God has been with me. God ministers to his people. He uses his word, like Psalm 13. He uses his global church and he uses you. As we confess the true God, as we devote ourselves to his word that points us to the salvation found in Christ alone, and we experience eternal life and the comfort of the Holy Spirit, we will be a community for mourning, healing, and great care by the power of the Holy Spirit.

 


[i] Nancy L. DeClaisse-Walford, Rolf A. Jacobson, and Beth LaNeel Tanner, The Book of Psalms, NICOT (Grand Rapids, MI: Eerdmans, 2015), Epub Edition; John Goldingay, Psalms 1-41 (Grand Rapids, MI: Baker Academic, 2006).

[ii] The change in our the Psalm addresses the LORD stresses a development that occurs in the Psalm. He begins by confronting the “LORD” in Ps 13:1. He switches to addresses God, with “LORD my God” in Ps 13:3. He ends saying, “I will sing to the LORD.”

[iii] Goldingay, Psalms 1-41. Ps 13:1-2.

[iv] Goldingay, Psalms 1-41. Ps 13:1-2.

[v] The phrase “I take counsel in my soul” becomes clearer with the second half of the sentence, “[I] have sorry in my heart.”

[vi] The Hebrew word can refer to another member of the community (Exod 23:4), a political enemy (1 Sam 18:29), a national enemy (Exod 15:6), in can be a collective, at times it might refers to death (Ps 61:3).

[vii] Also Num 14:11; 24:27.

[viii] The Psalmist’s sorrow is such that it goes beyond the grave. We could expect the greatest sorrow to be about the Psalmist’s own death but he does not stop there. He is sorrowful that beyond the grave, his enemies will live on rejoicing!



 

Jusqu'à quand, Eternel ?

Psaume 13


Il y a deux dimanches, je me suis réveillé et j'ai appris la mort de mon frère. C'est de loin l'événement le plus tragique qui ait frappé ma famille. Je ne dors pas très bien. J'ai été très triste. Je suis toujours en état de choc et j'éprouve une certaine anxiété en me posant des questions "et si". J'aimerais que mon frère soit là et qu'il soit avec moi. J'aimerais qu'il joue avec mes enfants et qu'il fasse partie intégrante du reste de ma vie. Rien de tout cela n'est possible parce qu'il n'est plus là.


En tant que chrétien, j'ai besoin de savoir ce que Dieu fait dans cette situation. Parce que la souffrance est si commune parmi nous, sous toutes ses formes, je voulais examiner le Psaume 13. Le Psaume 13 naît d'une crise inconnue qui conduit à un profond sentiment d'abandon et se termine par la confiance[ii]. La nature de la crise n'est pas claire. Dans de nombreux psaumes, cette imprécision est intentionnelle. Le flou permet à tout le peuple de Dieu à travers les âges de s'approprier les Psaumes dans leurs situations particulières.

Le psaume commence par une plainte (Ps 13,1-2). Il se transforme en demande d'aide (Ps 13,3-4). Il se termine par une déclaration de confiance et d'engagement dans la louange (Ps 13,5-6). La longueur des versets révèle que la véritable énergie de la prière réside dans la plainte. Mais les trois sections nous aident à poursuivre Dieu pendant une crise.


Premièrement, le Psaume 13.1-2 nous apprend à nous plaindre en temps de crise.

Le Psaume 13:1-2 contient plus de contenu que les autres séries de deux versets. Cela signifie que ce psaume nous invite à nous pencher sur notre douleur et notre souffrance. La vie est dure et nous n'avons pas à prétendre le contraire. Il n'y a pas de mal à ne pas aller bien.


La quadruple expression " Jusqu'à quand ? " structure ces versets. Le temps est une force destructrice. La durée de la souffrance use une personne et intensifie la douleur. La question " Jusqu'à quand ? " est une question rhétorique. Plutôt que de demander des informations, elle déclare : "C'est intolérable et il faut que cela cesse maintenant"[iii].


Le poète exprime une douleur spirituelle, psychologique et sociale. La souffrance comporte toujours un élément spirituel. Lorsque nous souffrons, nous incluons la souffrance dans nos prières. Peut-être que la plupart de nos prières spontanées proviennent de la souffrance. Dans l'angoisse, le psalmiste demande dans le Ps 13,1 : "M'oublieras-tu pour toujours ? Jusqu'à quand détourneras-tu ta face de moi ?". Lorsque les chrétiens souffrent, nous demandons : "Où est Dieu ? "Qu'est-ce qui l'empêche d'intervenir ?" Le psalmiste présente un tableau douloureux. Il s'adresse à l'Éternel même après avoir cru qu'il s'était détourné[iv]. C'est cela la foi. La Bible enseigne que Dieu est partout et qu'il sait tout. Il faut de la foi pour poursuivre Dieu quand nous avons l'impression qu'il nous a abandonnés. Le Ps 13.2 passe de la douleur spirituelle à la douleur psychologique. L'auteur parle d'angoisse dans son âme et dans son cœur. Le psalmiste est tellement abattu qu'il ne peut imaginer un avenir radieux[v]. La dernière phrase de Ps 13, 2 ajoute un aspect social à la souffrance.


Le psalmiste fait référence à son ennemi qui s'est élevé au-dessus de lui. Il est volontairement vague pour nous permettre de nous approprier ce psaume. Le mot hébreu peut se référer à un individu ou à un groupe[vi]. Parce que nous interagissons avec des personnes dans la plupart des sphères de la vie, la douleur a souvent une composante relationnelle.


Application

Dans le Psaume 13:1-2, la douleur est totale. Nous voyons maintenant comment nous pouvons nous approprier ce psaume.


La question rhétorique " Jusqu'à quand ? " apparaît dans d'autres Psaumes, mais le plus souvent elle vient de Dieu dans le contexte du péché. Par exemple, en Ex 16,28, l'Éternel dit : " Jusqu'à quand refuserez-vous d'observer mes commandements et mes lois ? "[vii] En Nb 14,11, il dit : " Jusqu'à quand ce peuple me méprisera-t-il ? Jusqu'à quand ne croira-t-il pas en moi ? ...." Dans Nb 24, 27, il dit : " Jusques à quand cette méchante assemblée grondera-t-elle contre moi ? L'expression de Dieu " Jusqu'à quand ? " et l'expression de l'homme sont liées. Dans un monde de péché, l'Éternel nous invite à nous repentir et à nous tourner vers lui. Nous souhaitons impatiemment que Dieu mette fin aux conséquences du péché une fois pour toutes.


Le Ps 13.1-2 met en évidence trois dimensions de la souffrance due au péché : spirituelle, émotionnelle et sociale. Ces trois conséquences du péché se retrouvent dans Genèse 3, à la suite des premiers péchés. Depuis lors, les humains sont exilés de la présence de Dieu. Ils éprouvent la peur et la honte. Ils se retournent les uns contre les autres. Quel que soit l'endroit où il se trouve, chaque être humain subit les conséquences spirituelles, psychologiques et sociales du péché. Le Psaume 13.1-2 donne des mots à notre douleur.

Mon frère est mort à 33 ans. Selon nos critères, c'est trop jeune. Pendant la période de Noël, alors que nous étions tous enthousiastes à l'idée de célébrer les personnes de notre vie, nous avons soudain été inondés de rappels de la profondeur du péché dans ce monde. Je sais que Dieu est tout puissant et bon. Un psaume comme celui-ci me permet de crier à Dieu en ce moment et d'exprimer ma douleur. Lorsque la souffrance survient et que nous savons que Dieu aurait pu intervenir et qu'il a choisi de ne pas le faire, se plaindre à Dieu est un cri de foi.


Christianity Today a récemment publié un article intitulé "Continuez à vous plaindre à Dieu. Ne l'ignorez pas". Les événements horribles nous désorientent émotionnellement. Le fait de crier à Dieu avec des sentiments non traités et non édités communique la foi et la confiance dans le fait que Dieu nous rencontre dans les endroits les plus sombres. Parfois, en lisant certaines des prières que les auteurs bibliques adressent à Dieu, nous nous demandons s'ils peuvent vraiment prier de cette manière. Et la réponse est : "Eh bien, ils l'ont fait !". Quelle que soit l'épreuve, Dieu est votre solution. Tournez-vous vers lui, plaignez-vous, criez, lamentez-vous, pleurez, exprimez votre colère. Continuez à vous tourner vers Dieu. Le Psaume 13.1-2 nous donne des mots pour prier dans les endroits les plus sombres. Dieu est tellement disposé à nous rencontrer là qu'il nous a déjà donné les mots pour prier, dans sa parole.


Deuxièmement, le Psaume 13:3-4 nous enseigne comment demander la délivrance d'une crise.

Le Psaume 13:3 est marqué par trois commandements : " Considère-moi ", " Réponds-moi ", " Éclaire mes yeux ! " Ces demandes correspondent à la plainte du Ps 13.1-2. Si Dieu a oublié, la requête lui demande d'y faire attention et de répondre. S'il s'est détourné, que sa face qui brille nous regarde pour qu'elle brille sur nous ! Si nos problèmes ont toujours une composante spirituelle, Dieu sera au centre de la solution.


Ps 13:1-2 donne trois motivations pour que Dieu agisse. La première est : "De peur que je ne m'endorme, du sommeil de la mort". Deuxièmement, "de peur que mon ennemi ne dise : "Je l'ai vaincu". Troisièmement, " de peur que mes ennemis ne se réjouissent de ce que je suis ébranlé "[viii]. Nous devrions supposer que le psalmiste considère qu'il est dans son bon droit et que ses ennemis sont donc aussi les ennemis de Dieu. Cette requête vise à ce que la justice de Dieu soit revendiquée.


Application

Une première application générale est que ce psaume invite à se tourner vers l'Éternel dans les moments les plus sombres et à lui adresser des requêtes. Dans le Ps 13,3, le psalmiste appelle Dieu " Éternel mon Dieu ". Nous adressons des requêtes à Dieu parce qu'il est l'Éternel notre Dieu. Il est l'Éternel mon Dieu et l'Éternel votre Dieu.


Une deuxième application concerne la mort. Le psalmiste a peur de la mort. Les chrétiens vivent une tension par rapport à la mort. Paul écrit dans Phil 1,20-24 que la mort vaut mieux que la vie. Quand on a une assurance chrétienne, la mort signifie être aux côtés de l'Éternel. C'est ne plus connaître le moindre soupçon de conséquence du péché. C'est infiniment mieux que les tribulations de cette vie. Et pourtant, le psalmiste implore Dieu d'agir pour qu'il puisse vivre. La peur de la mort est normale, comme d'autres inconnues.


Dans une société qui souhaite prolonger la vie à tout prix, nous devons avoir une vision biblique de la mort. Nous ne devons pas éviter la mort à tout prix. Nous ne devons pas prier contre la mort à tout prix ou sur les tombes pour que Dieu ressuscite les morts. Selon Hébreux 9:27, Dieu a prévu que tous meurent. La mort est le résultat du péché. Elle fait partie de la volonté de Dieu pour nous, même pour les chrétiens. La mort est la punition des péchés. La mort de Jésus porte les péchés, mais pas ses propres péchés. Il a porté les péchés du peuple de Dieu à travers les âges. Pour ceux dont les péchés sont pardonnés, la mort n'est plus une punition. Notre mort reste un témoignage de l'horreur extrême du péché. Pour nous, la mort fait partie de notre entrée dans la gloire pour jouir à jamais du salut de Dieu[ix].


Après avoir vécu la tragédie de la perte de mon frère dans notre famille, nous avons vécu deux semaines brutales. Au début, il m'était difficile de penser à la glorification de Dieu dans sa mort, mais je me suis posé des questions. Lors d'une tragédie, nous sommes plus prompts à demander : "Où es-tu, Dieu ?". J'avais même peur de poser cette question parce que j'avais peur de la réponse.


Voici ce qui s'est passé. Nous avions du mal à obtenir des informations sur mon frère lorsqu'il était à l'hôpital avant sa mort. Nous avons engagé un médecin qui fait des visites à domicile pour lui rendre visite. Après avoir appris la mort de mon frère, il s'est avéré que ce médecin colombien était chrétien. Ne sachant pas que j'étais chrétienne, il a voulu me réconforter avec l'espoir de l'Évangile. J'ai senti que Dieu me montrait qu'il était avec moi.

Maintenant, c'est encore plus incroyable. Ma mère s'est rendue à Cartagena, en Colombie, où mon frère est mort. Nous avons trouvé un couple de chrétiens retraités qui aident bénévolement les étrangers à Cartagena à faire face aux urgences médicales et aux décès. Je n'arrivais pas à croire à quel point c'était parfait. Dieu m'a rappelé, dans ma souffrance, que j'ai des frères et des sœurs dans le monde entier qui sont prêts à m'aider. Dieu m'a montré qu'il était avec moi tout le temps.


Dieu est glorifié et fidèle à ses promesses. Dans notre détresse, lorsque nous marchons dans la vallée de l'ombre de la mort, lorsque notre esprit est en désarroi, lorsque nous avons le cœur brisé, si notre prière dans tout cela est de voir Dieu glorifié, il répondra à notre prière. Quelle que soit notre situation, lorsque nous sommes dans la détresse, nous recherchons la gloire de Dieu et nous lui adressons hardiment des requêtes !


Troisièmement, le Psaume 13:5-6 enseigne la foi permanente pendant une crise.

Le texte se termine par la confiance, l'allégresse et le chant. La douleur est réelle, le poète fait des demandes audacieuses, et maintenant il s'engage. Il va faire confiance, se réjouir et chanter. Il peut avoir confiance en raison de l'amour inébranlable de Dieu, il peut se réjouir parce que Dieu fournit un moyen de salut, et il peut chanter parce que Dieu l'a déjà généreusement traité.


Application

Ce que nous croyons au sujet de Dieu a probablement le plus d'importance lorsque nous souffrons. La fidélité de Dieu signifie qu'il ne change pas lorsque nos circonstances changent. Lorsque les chrétiens subissent les pires souffrances, nous savons que Dieu est toujours avec nous. Je ne peux pas vous le prouver, mais si vous continuez à vous tourner vers Dieu, vous sentirez son amour inébranlable, loyal et persévérant.


Dans le Ps 13,5, l'auteur se réjouit du salut de Dieu. Le salut peut se référer à la délivrance de cette situation spécifique. Pour nous, notre plus grand problème est le péché et le salut dont nous nous réjouissons est le pardon des péchés apporté par Jésus. Peu importe ce qui nous arrive, même lorsque nous avons un grand chagrin d'amour, nous pouvons chanter notre salut. Nous pouvons nous faire l'écho du Ps 13:6, nous pouvons chanter le Seigneur, parce qu'il a été généreux avec nous. Quoi qu'il arrive, cela reste vrai. Il y a près de 2000 ans, Jésus a porté nos péchés et est mort sur la croix pour nous, il a enduré la mort sur la croix pour nous offrir la vie. Il a enduré la mort sur la croix pour nous offrir la vie. Il a vraiment fait preuve de générosité à notre égard.


Dans un monde où les fractures sont si profondes, les dysfonctionnements familiaux, les troubles émotionnels, les conditions de travail difficiles et les décès prématurés, il y a toujours de l'espoir. Nous ne fabriquons pas l'espoir. Nous ne pouvons pas promettre qu'une situation s'améliorera, que vous obtiendrez un meilleur emploi, que vous gagnerez plus d'argent, que vous aurez de meilleures notes ou que les membres de votre famille changeront. Nous ne pouvons pas le savoir. Notre espérance, même lorsque nous marchons dans la vallée de l'ombre de la mort, c'est Jésus. Si nous bâtissons notre vie sur autre chose que le Christ, nous nous préparons à vivre le désespoir, car rien d'autre ne peut nous délivrer pour l'éternité. D'autres objets d'espérance peuvent satisfaire pour un temps, mais seul Jésus satisfait éternellement.


Conclusion

C'est un peu le parcours que j'ai suivi ces deux dernières semaines. J'ai le cœur brisé, je suis troublé, j'ai ressenti d'autres émotions comme le choc et la colère. Au milieu de tout cela, Dieu a été avec moi. Dieu est au service de son peuple. Il utilise sa parole, comme le Psaume 13. Il se sert de son Église mondiale et il se sert de vous. Si nous confessons le vrai Dieu, si nous nous consacrons à sa parole qui nous indique le salut que nous trouvons dans le Christ seul, si nous faisons l'expérience de la vie éternelle et du réconfort de l'Esprit Saint, nous serons une communauté de deuil, de guérison et de grand soin.


Une troisième application est que nous pouvons associer nos requêtes à des motifs. La Bible est pleine de prières qui donnent à Dieu des motifs d'agir. Le motif le plus sûr est sa gloire d'être fidèle à ses promesses. Si vous pouvez relier vos demandes à une promesse de l'Écriture, vous pouvez faire votre demande avec audace. Même si ce n'est pas le cas, Dieu veut que ses enfants viennent à lui et lui fassent connaître toutes leurs demandes (Ph 4.6). Comme le Psalmiste, si vous n'êtes pas prêt à mourir, vous pouvez l'exprimer, même si vous ne connaissez pas la volonté de Dieu quant à la durée de vos jours.




112 views0 comments

Comments


bottom of page