top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

12 March 2023 -- Healthy Leadership for a Healthy Faith


No audio available


Healthy Leadership for a Healthy Faith | Julian Bacon

Titus 1:5-16


The books When a Narcissist Comes to Church, The Pandora Problem, and The Bully Pulpit, and the podcast “The rise and fall of Mars Hill” highlight narcissism among church leaders. Narcissism thrives in church cultures that prioritize a production on Sundays, numerical growth, public speaking eloquence, and charismatic personality, over Christ-centered worship, Christlike character, and emotionally healthy spirituality. When a church is so closely tied to the name of its pastor, he becomes untouchable. He is protected by an ambiguous structure void of a system for accountability. In these structures, one of the most prized values is loyalty, either to the organization or to the leader. Anyone who dares to question the system is accused of wrongdoing and banished as the wrongdoer. The popularity of the podcast and these books shows that the diagnosis resonates because so many have been victims of toxic church structures and leadership.

Before we go around pointing the finger, we need to remember that there are narcissistic tendencies in all of us. We all want praise. We do not like it when our flaws are noticed. When we have power, some of us tend to abuse it at the expense of the people we are called to serve.

In his letter to Titus, Paul instructs him on how to develop healthy churches. In Titus 1:1-4, Paul understood his own ministry as serving the spiritual health of Christians. His apostleship was for the sake of our healthy trust in Christ, our healthy knowledge which accords with godliness, and the life-changing hope of eternal life. In Titus 1:5-16, Paul discusses healthy leadership. He talks about the need (Tit 1:5, 10-16), the qualities (Tit 1:6-9), and the result (Tit 1:13) of healthy church leadership.


Titus 1:5, 10-16 presents the need for Healthy Leadership (Tit 1:5; 10-16).

The Bible presents the need for healthy leadership, throughout. In the book of Judges, the author repeats the same phrase four times: “the people did what was right in their own eyes, because they did not have a king.” (Jud 17:6; 18:1; 19:1; 21:25). The repetition makes it emphatic that if they had the right king, he would lead the people in righteousness. This expectation is ultimately fulfilled in Christ who not only showed the way of righteousness, he was the way. He did more than show a way to imitate, he accomplished righteousness for his people. He did what we could never achieve and as we trust in Him, his righteousness has been given to us.

This fulfillment in Christ does not neglect the fact that God uses people but even then, this is fascinating. God enacts his rule through people, as they hold fast, practice, and teach, His Word. This is true all the way from Israel’s kings to elders in the church. For kings, Deut 17:14-20 requires that they make a copy of the law and read it every day so that as they rule, God is ruling through them. Godly leadership is never done our way, but God’s way, so that he is the true ruler. You could argue that the whole Bible until Jesus is a story of failure in human leadership, and yet, Moses and Paul give us a glimpse of what leadership that relies on God looks like. In Exod 32:32, Moses offered to die on behalf of the people. In Rom 9:3, Paul wishes that he himself could be separated from Christ if it meant that the people of Israel could be found in Christ. Godly leadership is Christ-like, it self-sacrifices for the good of others. This kind of leadership is valid at work, school, church, and even in our families. It points to Christ.

Paul stresses the importance of healthy leadership in Tit 1:5 when he writes that Titus’ mission in Crete is to correct things and to appoint elders in every city. Tit 1:10-16 stress the need for elders further and their role to promote truth which accords with godliness. About the church in Crete, Paul writes in Tit 1:10, that there are many rebellious people, full of meaningless talk and deception, especially those of the circumcision group. They were spreading false teaching which according to Tit 1:11 was disrupting whole households and was for dishonest gain. To speak of the character of these false teachers, he quotes a prophet from Crete who says, “Cretans are always liars, evil brutes, lazy gluttons.” Tit 1:16 adds that they deny God by their actions, “They are detestable, disobedient and unfit for doing anything good.” Paul writes that they must be silenced (Tit 1:11) and be rebuked sharply (Tit 1:13). This language is strong. Paul is passionate about a healthy church, where Christians flourish in a healthy community marked by godliness that rests on healthy and true teaching.

We have three hints to uncover the false teaching. Tit 1:10 refers to the “circumcision group.” Tit 1:14 speaks of Jewish myths and the commandments of men. Tit 1:15 speaks of spiritual cleanness. False teachers were promoting extra-biblical Jewish traditions. They were promoting a moral code to obtain spiritual purity. In 1 Tim 4:3, a parallel passage, the problem was forbidding marriage and abstaining from certain foods. This is an anti-Christian message. The proper teaching is that purity does not come from what you do or eat, but from Jesus. Tit 1:15 contrasts those who are pure with those who do not believe. What matters for purity is Jesus. We need to be clothed with Christ. Rather than forbidding things in an unhealthy legalistic manner, we must point people to Jesus. The solution to sin is not a lifestyle. It is in vain to encourage people to do more and be more. They need Jesus. To the clean, who have Jesus, nothing is unclean because they are in Christ and clothed with Christ’s righteousness. To the unclean, who are the unbelieving according to Tit 1:15, even their best needs are still filthy rags before God (Isa 64:6).

Application: While we do not go around telling people to keep extra-biblical Jewish practices, we can do likewise with our own cultural biases. We can evaluate how pure someone is not based on Christ, but by what they listen to, what they wear, how they vote, what they drink, whether they listen to a particular theologian. There is wisdom in seeking to please God in all of life, but purity is found in Christ alone, so we point to a person rather than a code.


Tit 1:6-9 present the qualifications of an elder.

The list begins strongly in Tit 1:6 with “blamelessness.” This is not sinlessness, but the practical qualification of being without blame. They are not going to be open to attack or criticism in terms of their Christian life in a way that would hinder the reputation of the church. The way to this kind of blamelessness is to be quick to confess our sin so that others do not have to do it for us.

The second trait is a “one-woman-man.” This does not mean elders have to be married. Paul himself was single. It means not married to more than one woman, not committing adultery, and not having the reputation of a flirt while being married. Jesus teaches that anyone who looks at another lustfully has committed adultery in their heart, which makes most of us over a certain age guilty. Elders are like all. They are sinners saved by grace who are in need to pursue righteousness.

Third, elders have faithful or believing children. This does not mean the childless are not qualified. Nor does this refer to adult children who have denied the faith. It speaks of the kind of person who is or would be intentional about raising their children in the way of the Lord. The parent’s responsibility is to point their child to Jesus. Ultimately no parent can take credit or full responsibility for a child’s faith or lack of.

Tit 1:7 continues with a negative list. Elders cannot be stubborn, quick-tempered, a drunkard, a bully/quarreler/violent (NIV), or greedy for money. The positive list continues in Tit 1:8 hospitable (lit. lovers of strangers), a lover of good, self-controlled or mindful, righteous, devout, disciplined (meaning impulses are under control). Tit 1:6-8 are three verses that deal with a person’s character. Tit 1:9 focuses on the ability to teach. Elders must like the kings of Israel hold fast to the teaching of the faithful word. This will allow them to exhort and comfort with healthy teaching and refute those who contradict the healthy teaching.

Application: This applies to all of us.

First, God loves us. We need healthy leadership. God cares for us by working through leaders filled with the Holy Spirit to care for us and guide us to enjoy eternal life today. God gives us elders to be godly examples, to help us, support us, train us, and equip us. Elders need fellow elders to do those things for them, so every Christian benefits from God’s gift of elders.

Second, this text is important for electing elders. Anyone meeting these qualifications is eligible. 1 Tim 3 adds two qualifications that are noteworthy. An elder cannot be a recent convert and must have a good reputation among outsiders.

Third, this text describes a godly Christian character that is not exclusive to elders. As we are in Christ and the Spirit is working in us, every one of us will become more like this. I point people to this list when they are looking for a spouse! Leadership means influence. Whether you are a sibling, co-worker, manager, teacher, or parent, you have influence, so everyone is a leader. Value this list. Value influence through your gospel-shaped character and words.

Fourth, I feel a little hypocritical teaching this material on biblical eldership as one who has been an elder. In small ways and sometimes in big ways I fall short. The most important trait for any Christian role of influence is not perfection but holding fast to Jesus. Tit 1:9 says the elder “must hold firmly to the trustworthy message as it has been taught.” The most important characteristic has little to do with us, and everything to do with Jesus. A Christian leader must remember his identity in Christ and that we are clothed in him. He is the vine and we are the branches (John 15). All that we do, we do because we are connected to him. The one who trusts Jesus will trust his words and encourage others by pointing people to Jesus and then expose and refute gently and wisely those who contradict healthy teaching. The best kind of Christian leader is one who is transparent, who gets out of Jesus’ way. A Christian leader is never the real leader. In 1 Pet 5:4, as Peter writes about elders, he says that Jesus is the chief shepherd. Any elder at best is an under shepherd serving the true shepherd. We must serve as he served. The Son of Man did not come to be served but to serve and give himself as a ransom for many.


Tit 1:13 presents the result of healthy leadership, healthy faith.

Paul highlights the problem of false teachers disrupting families. Paul’s solution is to appoint qualified elders. In Tit 1:13, Paul states the goal, that the church might be healthy in the faith. Authority is a word that is hard, because of the pervasive abuse of authority. What if those who ruled over us always sought our best interest? Children need good parents to guide them through the hardships of life and to equip them to thrive in our complex society. At work, we need supervisors who have more information than us, who will give us the benefit of the doubt, encourage us, and teach us new skills. In the church, we want to develop healthy leaders. Some will be elders, but we want all to be leaders in some way, as we influence with character and words. All have unique experiences that will help us apply the Scriptures more meaningfully. We want to influence one another and encourage each other to hold on to Jesus, through the power of the Holy Spirit. This leads to a spiritually healthy community.


Conclusion:

In Tit 1:5-16, Christ’s word and leadership is the foundation for healthy leadership. We may feel inadequate, but it is not about us. For his own glory, Christians are God’s instruments of healing, encouragement, equipping, and discipleship. No matter where we are in our journey, in Christ we will keep growing as we cling to Jesus by feeding on his word, holding fast to it. Through this ongoing act of faith, God works in mighty ways, using our influence and leadership, he cultivates a healthy community!




 

Un Leadership Sain Pour Une Foi Saine | Julian Bacon

Titus 1:5-16


Les livres When a Narcissist Comes to Church, The Pandora Problem et The Bully Pulpit, ainsi que le podcast « The rise and fall of Mars Hill » mettent en évidence le narcissisme parmi les dirigeants de l’église. Le narcissisme prospère dans la culture de l’église qui donne la priorité à une production le dimanche, à la croissance numérique, à l’éloquence oratoire et à la personnalité charismatique, plutôt qu’au culte centré sur Christ, au caractère chrétien et à la spiritualité émotionnellement saine. Quand une église est si étroitement liée au nom de son pasteur, il devient intouchable. Il est protégé par une structure ambiguë dépourvue d’un système de responsabilisation. Dans ces structures, l’une des valeurs les plus prisées est la loyauté, soit envers l’organisation, soit envers le leader. Quiconque ose remettre en question le système est accusé de fautes et banni en tant que malfaiteur. La popularité du podcast et de ces livres montre que le diagnostic résonne parce que tant de personnes ont été victimes de structures et de dirigeants religieux toxiques.

Avant de pointer du doigt, nous devons nous rappeler qu’il y a des tendances narcissiques en chacun de nous. Nous voulons tous des approbations. Nous n’aimons pas quand nos défauts sont remarqués. Lorsque nous avons le pouvoir, certains d’entre nous ont tendance à en abuser aux dépens des gens que nous sommes appelés à servir. Dans sa lettre à Tite, Paul l’instruit sur la façon de développer des églises saines.

Dans Tite 1.1-4, Paul a compris que son propre ministère servait la santé spirituelle des chrétiens. Son apostolat était pour notre confiance en Christ, notre connaissance qui s’accorde avec la piété, et l’espérance de vie éternelle qui change la vie. Dans Tite 1.5-16, Paul parle du leadership sain. Il parle de la nécessité (Tt 1.5, 10-16), les qualités (Tt 1.6-9) et du résultat (Tt 1.13) d’un leadership sain de l’église.


Tite 1.5, 10-16 présente la nécessité du leadership sain (Tt 1.5; 10-16).

La Bible présente la nécessité d’un leadership sain, tout au long. Dans le livre des Juges, l’auteur répète quatre fois la même phrase : « le peuple a fait ce qui était juste à ses propres yeux, parce qu’il n’avait pas de roi. » (Jug 17.6; 18.1; 19.1; 21.25). La répétition souligne que s’ils avaient un bon roi, il conduirait le peuple dans la justice. Cette attente est finalement accomplie en Christ qui n’a pas seulement montré le chemin de la justice, mais était, lui-même, le chemin. Il était plus qu’un exemple à imiter, il a accompli la justice pour son peuple. Il a fait ce que nous ne pourrions jamais accomplir et, alors que nous lui faisons confiance, sa justice nous a été donnée.

L'accomplissement en Christ ne néglige pas le fait que Dieu utilise les gens, mais même dans ce cas, c’est fascinant. Dieu met en œuvre son règne à travers les gens, alors qu’ils tiennent fermement, pratiquent et enseignent Sa Parole. Cela est vrai depuis les rois d’Israël jusqu’aux anciens de l’église. Pour le roi, Deut 17.14-20 exige qu’ils fassent une copie de la loi et la lisent tous les jours afin que, pendant leurs règnes, Dieu règne à travers eux. Le leadership divin n’est jamais fait à notre façon, mais à la manière de Dieu, afin qu’il soit le vrai dirigeant. De manière générale, toute l’histoire dans la Bible jusqu’à Jésus est une histoire d’échec dans le leadership humain, et pourtant, Moïse et Paul nous donnent un aperçu de ce que ressemble le leadership qui se repose sur Dieu . Dans Exode 32.32, Moïse a offert de mourir à la place du peuple d’Israël. Dans Rom 9.3, Paul souhaite qu’il puisse lui-même être séparé de Christ si cela signifiait que le peuple d’Israël pouvait être trouvé en Christ. Le leadership divin est semblable à Christ, il se sacrifie pour le bien des autres. Ce genre de leadership est valable au travail, à l’école, à l’église et même dans nos familles. Il dirige vers Christ.

Paul souligne l’importance d’un leadership sain dans Tt 1.5 quand il écrit que la mission de Tite en Crète est de corriger les choses et de désigner des anciens dans chaque ville. Tt 1.10-16 souligne la nécessité pour les anciens de promouvoir davantage la vérité qui s’accorde avec la piété. À propos de l’église en Crète, Paul écrit dans Tt 1.10, qu’il y a beaucoup de gens rebelles, pleins de discours et de tromperies dénués de sens, en particulier ceux du groupe de circoncision. Ils répandaient de faux enseignements qui, selon Tt 1.11, perturbaient des ménages entiers et étaient pour des profits malhonnêtes. Pour parler du caractère de ces faux enseignants, il cite un prophète de Crète qui dit : « Les Crétins sont toujours des menteurs, des brutes maléfiques, des gloutons paresseux. Tt 1.16 ajoute qu’ils nient Dieu par leurs actions, « Ils sont détestables, désobéissants et inaptes à faire quelque chose de bien. » Paul écrit qu’ils doivent être réduits au silence (Tt 1.11) et être réprimandés sévèrement (Tt 1.13). Ce langage est fort. Paul est passionné par une église saine, où les chrétiens s’épanouissent dans une communauté saine marquée par la piété qui repose sur un enseignement sain et vrai.

Nous avons trois indices pour découvrir le faux enseignement. Tit 1.10 fait référence au « groupe de circoncision. Tt 1.14 parle des mythes juifs et des commandements des hommes. Tt 1.15 parle de pureté spirituelle. Les faux enseignants faisaient la promotion de traditions juives extrabibliques. Ils promouvaient un code moral pour obtenir la pureté spirituelle. Dans 1 Tim 4.3, un passage parallèle, le problème était d’interdire le mariage et de s’abstenir de certains aliments. C’est un message anti-chrétien. L’enseignement approprié est que la pureté ne vient pas de ce que vous faites ou mangez, mais de Jésus. Tt 1.15 oppose ceux qui sont purs à ceux qui ne croient pas. Ce qui compte pour la pureté, c’est Jésus. Nous avons besoin d’être revêtus de Christ. Plutôt que d’interdire les choses d’une manière légaliste malsaine, nous devons diriger les gens vers Jésus. La solution au péché n’est pas une mode de vie. C’est en vain d’encourager les gens à faire plus et à être plus. Ils ont besoin de Jésus. Pour les purs, qui ont Jésus, rien n’est impur parce qu’ils sont en Christ et revêtus de la justice de Christ. Pour les impurs, qui sont les incroyants selon Tt 1.15, même leurs meilleurs besoins sont encore des torchons souillés devant Dieu (Ésaïe 64:6).

Application: Bien que nous ne disons pas aux gens de garder des pratiques juives extrabibliques, nous pouvons faire de même avec nos propres préjugés culturels. Nous pouvons évaluer à quel point quelqu’un pur, à part de Christ par ce qu’il écoute, ce qu’il porte, comment il vote, ce qu’il boit, s’il écoute un théologien particulier. Il y a de la sagesse à chercher à plaire à Dieu dans toute la vie, mais la pureté se trouve en Christ seul, alors nous dirrigeons vers une personne plutôt qu’un code de conduite.


Tite 1.6-9 présente les qualifications d’un ancien.

La liste commence fortement dans Tit 1:6 par « irréprochable ». Ce n’est pas l’absence de péché, mais la qualification pratique d’être sans blâme. Ils ne seront pas ouverts aux attaques ou aux critiques en termes de leur vie chrétienne d’une manière qui nuirait à la réputation de l’église. Le chemin vers ce genre de reproche est d’être prompt à confesser nos péchés afin que d’autres n’aient pas à le faire pour nous. Le deuxième trait est celui d’être « le mari d’une seule femme ». Cela n’exclue pas les célibataires. Paul lui-même était célibataire. Cela signifie ne pas être marié à plus d’une femme, ne pas commettre d’adultère et ne pas avoir la réputation de papillonner tout en étant marié. Jésus enseigne que quiconque regarde l’autre avec désir a commis l’adultère dans son cœur, ce qui rend la plupart d’entre nous au-delà d’un certain âge coupables. Les anciens sont comme tous. Ce sont des pécheurs sauvés par la grâce qui ont besoin de poursuivre la justice. Troisièmement, les anciens ont des enfants fidèles ou croyants. Cela ne signifie pas que les enfants sans enfant ne sont pas qualifiés. Cela ne fait pas non plus référence aux enfants adultes qui ont renié la foi. Il parle du genre de personne qui a ou aurait l’intention d’élever ses enfants dans la voie du Seigneur. La responsabilité du parent est de diriger son enfant vers Jésus. Aucun parent ne peut s’attribuer le mérite ou l’entière responsabilité de la foi ou du manque de foi d’un enfant. Tit 1.7 continue avec une liste négative. Les anciens ne peuvent pas être têtus, colériques, ivrognes, intimidateurs/querelleurs/violents (NIV) ou avides d’argent. La liste positive se poursuit dans Tit 1.8 hospitaliers, ils aiment le bien, maîtrise le contrôle de soi, juste, pieux, discipliné (ce qui signifie que les impulsions sont sous contrôle). Tit 1.6-8 sont trois versets qui traitent du caractère d’un ancien. Tit 1.9 se concentre sur la capacité d’enseignement. Les anciens doivent, comme les rois d’Israël, s’en tenir fermement à l’enseignement de la parole fidèle. Cela leur permettra d’apprécier et de se sentir à l’aise avec un enseignement sain et de réprimer ceux qui contredisent l’enseignement sain.

Application: Cela s’applique à nous tous.

Premièrement, Dieu nous aime. Nous avons besoin d’un leadership sain. Dieu prend soin de nous en agissant par l’intermédiaire de dirigeants remplis du Saint-Esprit pour prendre soin de nous et nous guider pour que nous puissions jouir de la vie éternelle aujourd’hui. Dieu nous donne des anciens qui sont des exemples pieux, qui nous aident, nous soutiennent, et nous forment. Les anciens ont besoin d’autres anciens pour faire ces choses pour eux, de sorte que chaque chrétien bénéficie du don de Dieu des anciens.

Deuxièmement, ce texte est important pour l’élection des anciens. Une personne répondant à ces qualifications est éligible. 1 Tim 3 ajoute deux qualifications qui sont remarquables. Un aîné ne peut pas être un converti récent et doit avoir une bonne réputation parmi les étrangers.

Troisièmement, ce texte décrit un caractère chrétien pieux qui n’est pas exclusif aux anciens. Si nous sommes en Christ et que l’Esprit travaille en nous, chacun de nous deviendra plus semblable à cela. Je dirige les gens vers cette liste lorsqu’ils cherchent un conjoint! Le leadership est synonyme d’influence. Que vous soyez un frère ou une sœur, un collègue, un gestionnaire, un enseignant ou un parent, vous avez de l’influence, donc tout le monde est un leader. Valorisez cette liste. Valorisez l’influence à travers votre caractère et vos paroles qui se reposent sur la parole.

Quatrièmement, je me sens un peu hypocrite en enseignant ce contenu sur les anciens bibliques en tant qu’ancien. À petits égards et parfois à grands égards, je ne suis pas à la hauteur. Le trait le plus important pour tout rôle chrétien d’influence n’est pas la perfection, mais le fait de s’accrocher à Jésus. Tt 1.9 dit que l’ancien « doit s’accrocher fermement au message digne de confiance tel qu’il a été enseigné ». La caractéristique la plus importante a peu à voir avec nous, et tout à voir avec Jésus. Un dirigeant chrétien doit se souvenir de son identité en Christ et du fait que nous sommes revêtus de lui. Il est la vigne et nous sommes les branches (Jean 15). Tout ce que nous faisons, nous le faisons parce que nous sommes connectés à lui. Celui qui fait confiance à Jésus fera confiance à ses paroles et encouragera les autres en dirigeant les gens vers Jésus, puis exposera et réfutera avec douceur et sagesse ceux qui contredisent un enseignement sain. Le meilleur type de leader chrétien est celui qui est transparent, et qui mène à Jésus. Un leader chrétien n’est jamais le vrai leader. Dans 1 Pierre 5.4, alors que Pierre écrit sur les anciens, il dit que Jésus est le berger en chef. Tout ancien, au mieux, est un sous-berger au service du vrai berger. Nous devons servir comme il a servi. Le Fils de l’Homme n’est pas venu pour être servi mais pour servir et se donner en rançon pour beaucoup.


Tite 1.13 présente le résultat d’un leadership sain, d’une foi saine.

Paul souligne le problème des faux enseignants qui perturbent les familles. La solution de Paul est de nommer des anciens qualifiés. Dans Tt 1.13, Paul énonce le but, que l’église soit saine dans la foi. Le mot « autorité » est un mot qui est difficile, à cause de l’abus d’autorité courant. Pourtant, nous avons tous besoin de soutien. Les enfants ont besoin de bons parents pour les guider à travers les difficultés de la vie et pour les équiper pour s’épanouir dans notre société complexe. Au travail, nous avons besoin de superviseurs qui ont plus d’informations que nous, qui nous donneront le bénéfice du doute, nous encourageront et nous enseigneront de nouvelles compétences. Dans l’église, nous voulons former des leaders sains. Il y aura des anciens, mais nous voulons que tous soient des leaders d’une manière ou d’une autre, car nous influençons par le caractère et les mots. Ils auront des expériences uniques qui nous aideront à appliquer les Écritures de manière plus significative. Nous voulons nous influencer les uns les autres et nous encourager mutuellement à nous accrocher à Jésus, par la puissance du Saint-Esprit. Cela conduit à une communauté spirituellement saine.


Conclusion :

Le premier ingrédient d’une foi saine était l’apostolat de Paul et les écrits du NT et de la Bible. Dans Tt 1.5-16, la parole et le leadership du Christ sont le fondement d’un leadership sain. Nous pouvons sembler inadéquats, mais il ne s’agit pas de nous. Pour sa propre gloire, les chrétiens sont les instruments de guérison, d’encouragement, de formation dans le chemin de Dieu. Peu importe où nous en sommes dans notre cheminement, en Christ nous continuerons à grandir en nous accrochant à Jésus en nous nourrissant de sa parole. Grâce à cet acte de foi continu, Dieu travaille de manière puissante, en utilisant notre influence et notre leadership, il cultive une communauté saine!

37 views0 comments

留言


bottom of page