top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

11 June 2023 -- Take, Eat: The Meaning of the Lord's Supper


Matthew 26:26

Julian Bacon






 

Take, Eat: The Meaning of the Lord's Supper

Matthew 26:26


  1. Signs and Seals (Gen 1-3, Exodus 12, Exodus 24)

  2. The Lord's Supper (John 6, Matthew 26, Luke 24, 1 Cor. 10-11)

  3. The Lord's Supper as a sign and seal of the New Covenant Promises (John 6, 1 Cor. 10, Luke 22)


This is a topical study of the Lord’s Supper. Paul calls circumcision a “sign and seal” in Rom 4:11. As a sign, circumcision represents the invisible reality of God’s covenant with Abraham. As a seal, the Holy Spirit assures Abraham of his righteousness by faith and future descendants, who will bless all the families of the earth. My goal is that after exploring some OT background and NT Lord’s Supper passages, we will enjoy celebrating the Lord’s Supper in a deeper way, as a sign and seal of God’s New Covenant promises for the strengthening of our faith.



1 -- Signs and Seals (Gen 1-3; Exod 12; Exod 24)

Genesis 1-2 portrays eternal life. It is life as God intended it. Man enjoyed harmony with God, the woman, and creation. In Gen 2:16-17, God said, “You may surely eat of every tree of the garden, but of the tree of the knowledge of good and evil you shall not eat, for in the day that you eat of it you shall surely die.” In Gen 3:2, the woman "saw that the tree was good for food, and that it was a delight to the eyes, and that the tree was to be desired to make one wise, she took of its fruit and ate.” Note the verbs, “take” and “eat.” In Gen 3:22, God says, “Behold, the man has become like one of us in knowing good and evil. Now, lest he reach out his hand and take also of the tree of life and eat and live forever.” So, the Lord sent them out of Eden. All we know about the tree of life is that it is the explicit reason God expels Adam and Eve from the garden. Having access to the tree meant the possibility of living forever. As a sign, it represented eternal life and living in God’s presence. It is a seal in that seeing it meant you were still in the garden and had a relationship with God. It represents and confirms. Out of the garden, this sign and seal of eternal life was no longer available.


The people of Israel were slaves in Egypt for 400 years (Exod 12:40). God used 10 plagues to rescue his people. The tenth plague was the death of the firstborn. The Lord instructed his people to avoid this plague. They slaughtered lambs. They placed the lamb’s blood around the door of the house in which they ate the lamb (Exod 12:7). As God passed through the land, he killed all the firstborns of man and beast. God spared the firstborns in the houses with blood by passing over them. According to Exod 12:8, 10, they ate the lamb with unleavened bread and bitter herbs. They wore belts and sandals, held their staff, and ate quickly. This meal is a sign. The lamb they were eating represented the death that saved the firstborn’s life. The way they ate symbolized the speedy departure from Egypt from slavery. The meal is also a seal. The meal was nothing magical. Yet only those who were at the meal benefitted from what the meal represented. In Exod 12:24-27, the Lord commands the Israelites to observe the Passover meal yearly. To the next generations, the meal was a sign. It was a teaching tool to teach children about God’s salvation from Egypt. It was also a seal even generations later. Those who celebrated the Passover meal benefitted from God’s Passover. They, too, were enjoying freedom from slavery. So, the Passover meal is a sign and seal of God’s promised deliverance. It represents deliverance. Those who partake enjoy God’s deliverance.


Following the Exodus, the people arrive at Mount Sinai. God makes a covenant with Israel. The covenant establishes the relationship between the savior God and his people. God gives laws to live in a relationship with him. (First saved then given laws). The people promise to keep those commands (Exod 24:3,7). They offer sacrifices (Exod 24:5). Moses takes blood. He throws it at the people and says, “Behold the blood of the covenant that the Lord has made with you in accordance with all these words” (Exod 24:8). Moses, three priests, and the seventy elders of Israel, then enjoy a meal with God. According to Exod 24:11, “they beheld God, and ate and drank.” The meal represents the covenantal relationship. The people's representatives enjoyed a meal with God. This meal confirmed the people's relationship with God.



2 -- The Lord’s Supper (Matt 14:19; John 6; Matt 26; Mark 14; Luke 22; Luke 24; 1 Cor 10-11)


To feed the 5000, Jesus took bread, blessed, broke, and gave (Matt 14:19). Note the 4 verbs. In John 6, Jesus uses this miracle to teach about the food the world really needs. He said in John 6:35, “I am the bread of life; whoever comes to me shall not hunger, and whoever believes in me shall never thirst.” And in John 6:54-56, “54 Whoever feeds on my flesh and drinks my blood has eternal life, and I will raise him up on the last day. 55 For my flesh is true food, and my blood is true drink. 56 Whoever feeds on my flesh and drinks my blood abides in me, and I in him.”.


At the last supper, Jesus celebrates the Passover with his disciples. Jesus took bread, blessed, broke, and gave it (Matt 26:26; Mark 14:22; Luke 22:17). Note again the four verbs. Then Jesus said, “Take, eat, this is my body, given for you” He called the wine, “my blood of the covenant,” in reference to Exod 24:8. It is poured out “for many” refers to the sacrificial death of the servant in Isa 53:11-12. “For the forgiveness of sins” refers to the New Covenant in Jer 31:34.


In Luke 24, on the road to Emmaus, after the resurrection, Jesus walks with two disciples. “Their eyes were kept from recognizing him” (Luke 24:16). When they arrive at their village, they invite Jesus to eat with them. At the table, Jesus took bread and blessed, broke, and gave it to them. Following these four actions, their eyes were opened (Luke 24:30-31). They recognized Jesus. Luke 24:35 says that Jesus was known to them “in the breaking of the bread.”


1 Corinthians 10-11 teaches on the Lord’s Supper passages. 1 Cor 10:1-22 warns the Lord’s Supper is not a magical meal to protect from God’s judgment. It is a sign for all, but only those who have faith in Christ benefit from what the sign represents. Paul says in 1 Cor 10:16-17, “The cup of blessing that we bless, is it not a participation in the blood of Christ? The bread that we break, is it not a participation in the body of Christ? 17 because there is one bread, we who are many are one body, for we all partake of the one bread.” Believers enjoy union with Christ and with one another. 1 Cor 11:26 “As often as you eat this bread and drink the cup, you proclaim the Lord’s death until he comes.” 1 Cor 11:27 “Whoever, therefore eats the bread or drinks the cup of the Lord in an unworthy manner will be guilty concerning the body and blood of the Lord. 28 Let a person examine himself, then, and so eat the bread and drink of the cup. 29 For anyone who eats and drinks without discerning the body eats and drinks judgment on himself. 30 That is why many of you are weak and ill, and some have died.” We must come to the Lord’s Table with care.



3 -- The Lord’s Supper as a sign and Seal of the New Covenant Promises

The Lord’s Supper is a sign. John 6 and 1 Cor 10 teach that God provided manna in the wilderness to sustain the people of Israel. Now, in a greater way, Jesus is the bread of life! Jesus is the food who nourishes and sustains his people. At the Last Supper, Jesus gives a new meaning to the Passover meal. It becomes a picture of the gospel, the good news of a greater salvation. Jesus is the Passover lamb (1 Cor 5:7). The bread is Christ’s body given for us (Luke 22:19). The wine is Christ’s blood poured out for many for the forgiveness of sins. The Lord’s Supper is a gospel presentation.


The Lord’s Supper is a seal. As a seal, the Lord’s supper is more than a symbol, a religious tradition, or a command. The bread and wine are more than signs. The bread remains bread. The wine remains wine. The acts of eating bread and drinking wine do not in themselves do anything. Yet, Christians benefit from the Lord’s Supper. We hear the words of institution. We see the minister take, bless, break, and distribute the bread. We eat the bread and drink the wine. The Holy Spirit reminds us that we belong to Christ. He confirms that we possess what the signs represent, the blessings of the New Covenant.


The Lord's Supper strengthens us like hearing the gospel strengthens us. Faith comes from hearing the gospel. The Christian keeps living by faith. We grow in our faith when we hear the gospel, read the Bible, attend a gospel-preaching church, pray, and enjoy meaningful Christian fellowship. What a sermon does with words, the Lord’s Supper does audibly and visibly. The disciples on the road to Emmaus only recognized Jesus once he took the bread, blessed it, broke it, and gave it. Jesus makes himself known in the bread. The bread remains bread, and the wine remains wine. Also, in a mysterious way, Jesus presents himself to us in this simple meal. At the Lord’s Table, we come to Jesus, we feast on Jesus, feed on Christ’s flesh, and drink his blood. The Lord’s Supper is a feast for our souls. Through the Lord’s Supper, the Lord stimulates our faith and transforms us by the gospel. Through this meal, we grow in love, mercy, and grace.


The following are the benefits that are ours, that the Holy Spirit confirms when we take the Lord’s Supper.


(1) We are set apart by God. Only those who have faith participate in the Lord’s Supper. In this way, the Lord’s Supper is an outward mark of belonging to Christ. Because 1 Corinthians 11 warns that partakers must discern the body. This means accepting that Christ’s body was broken, and his blood shed for the forgiveness of sins. The Lord’s Supper reminds us that God has transferred us out of the kingdom of darkness and into the kingdom of his beloved son. We remember that when Christ returns to judge the world, we will be kept from the wrath of God. For this reason, only believers participate.


(2) The meal assures us of eternal life. In John 6:53-54, Jesus said, “Truly, truly, I say to you, unless you eat the flesh of the Son of Man and drink his blood, you have no life in you. 54 Whoever feeds on my flesh and drinks my blood has eternal life….”


(3) Jesus called his blood the blood of the New Covenant. The New Covenant promises the forgiveness of sins, the Holy Spirit, and regeneration.


(4) 1 Corinthians 10 teaches that at the Lord's Table, we participate in the body of Christ and in the blood of Christ. Communion is one of the names of the Lord’s Supper. One of the mysteries of the Christian life is that we are united with Christ. We benefit from Christ’s perfect life, his death, and his resurrection (c.f. John 6:56).


(5) Communion seals our union with other believers. 1 Cor 10 teaches that in eating from the same bread, we affirm the unity of the church. Through our common union with Christ, we are also united with one another. For this reason, we ask that you resolve conflicts with church members before coming to the table.


(6) Lastly, the Lord’s Supper seals the promise of the blessed hope of life after death. John 6 connects communion with the promise of eternal life and being raised on the last day. 1 Cor 11:26 we proclaim the Lord’s death until he comes. The Lord’s Supper anticipates a greater feast at Christ’s return. It is the marriage supper of the lamb (Rev 19:6-10) and a feast that will include believers from all over the world in Matt 8:11.



Conclusion

We become Christians by faith. Through the administration of the Lord’s Supper, people come to know Christ. The whole Christian life is by faith. Our struggles in this life are plentiful. We struggle with sin. We lack assurance of our salvation. It is possible for Christians to doubt the existence of God. We feel loneliness, anxiety, and despair. The frequent partaking in communion stirs up our faith. Christ makes himself known to us in the breaking of the bread. Communion reminds us of our identity. We are Holy. We have eternal life. We are forgiven sinners. We are united with Christ and united with one another. We are invited guests at a banquet at Christ’s return. Communion stirs up thankfulness within us so that we long to serve God.


In the garden of Eden, Eve took and ate. Her sin led to utter chaos in the world, sin, and the wrath of God. Jesus took the bread, blessed it, broke, and gave it. He said, “Take and eat” (Matt 26:26). It took the broken body of Christ and his shed blood to change the meaning of "take" and "eat." The first sin led to curses, sin, and death. At the Lord's Supper, taking and eating means we have blessing, forgiveness, and life. This is what we proclaim until Christ returns![i]

[i] Kidner writes, “God will taste poverty and death before ‘take and eat’ become verbs of salvation.” Derek Kidner, Genesis, TOTC (Nottingham: Inter Varsity Press UK, 2008). Gen 3:6.



 

Matthieu 26:26 Prenez, Mangez: La signification de la Sainte Cène


Il s'agit d'une étude thématique sur la Cène. Paul qualifie la circoncision de "signe et sceau" dans Rom 4:11. En tant que signe, la circoncision représente la réalité invisible de l'alliance de Dieu avec Abraham. En tant que sceau, le Saint-Esprit assure Abraham de sa justice par la foi et de sa descendance future, qui bénira toutes les familles de la terre. Mon objectif est qu'après avoir exploré quelques passages de l'AT et du NT relatifs à la Sainte Cène, nous apprécierons de célébrer la Sainte Cène d'une manière plus profonde, en tant que signe et sceau des promesses de la Nouvelle Alliance de Dieu, afin de fortifier notre foi.


1 -- Signes et sceaux (Genèse 1-3 ; Exode 12 ; Exode 24)

Genèse 1-2 dépeint la vie éternelle. C'est la vie telle que Dieu l'a voulue. L'homme se jouissait de l'harmonie avec Dieu, avec la femme et avec la création. Dans Genèse 2:16-17, Dieu dit : "Tu pourras manger de tous les arbres du jardin, mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras". Dans Genèse 3:2, la femme "vit que l'arbre était bon à manger, qu'il était un plaisir pour les yeux, et que l'arbre était à désirer pour devenir sage ; elle prit de son fruit et mangea". Notez les verbes "prendre" et "manger". Dans Genèse 3:22, Dieu dit : "Voici que l'homme est devenu comme l'un de nous pour ce qui est de la connaissance du bien et du mal. Maintenant, qu'il n'étende pas la main, qu'il ne prenne pas aussi de l'arbre de vie, qu'il ne mange pas et qu'il ne vive pas éternellement." Le Seigneur les envoya hors d'Eden. Tout ce que nous savons de l'arbre de vie, c'est qu'il est la raison explicite pour laquelle Dieu expulse Adam et Ève du jardin. L'accès à l'arbre signifiait la possibilité de vivre éternellement. En tant que signe, il représentait la vie éternelle et la vie dans la présence de Dieu. C'est un sceau en ce sens que le voir signifiait que l'on était toujours dans le jardin et que l'on avait une relation avec Dieu. Hors du jardin, ce signe et ce sceau de la vie éternelle n'étaient plus disponibles. Le peuple d'Israël était esclave en Égypte pendant 400 ans (Exode 12:40). Dieu a utilisé dix plaies pour sauver son peuple. La dixième plaie était la mort des premiers-nés. Le Seigneur a instruit son peuple pour qu'il évite ce fléau. Ils ont abattu des agneaux. Ils ont mis le sang de l'agneau autour de la porte de la maison dans laquelle ils ont mangé l'agneau (Exode 12:7). En traversant le pays, Dieu tua tous les premiers-nés des hommes et des bêtes. Dieu épargna les premiers-nés dans les maisons ensanglantées en passant au-dessus d'elles. Selon Exode 12:8, 10, ils mangèrent l'agneau avec du pain sans levain et des herbes amères. Ils portaient des ceintures et des sandales, tenaient leur bâton et mangeaient rapidement. Ce repas est un signe. L'agneau qu'ils mangeaient représentait la mort qui a sauvé la vie du premier-né. La manière dont ils mangeaient symbolisait la sortie rapide d'Égypte de l'esclavage. Le repas est aussi un sceau. Le repas n'avait rien de magique. Pourtant, seuls ceux qui y assistaient bénéficiaient de ce qu'il représentait. Dans Exode 12:24-27, le Seigneur ordonne aux Israélites d'observer chaque année le repas de la Pâque. Pour les générations suivantes, le repas était un signe. Il s'agissait d'un outil pédagogique permettant d'enseigner aux enfants le salut de Dieu après la sortie d'Égypte. C'était aussi un sceau, même des générations plus tard. Ceux qui célébraient le repas de la Pâque bénéficiaient de la Pâque de Dieu. Ils profitaient eux aussi d'être libérés de l'esclavage. Le repas de la Pâque est donc un signe et un sceau de la délivrance promise par Dieu. Il représente la délivrance. Ceux qui y prennent part profittent la délivrance de Dieu. Après l'Exode, le peuple arrive au mont Sinaï. Dieu conclut une alliance avec Israël. L'alliance établit la relation entre le Dieu sauveur et son peuple. Dieu donne des lois pour vivre en relation avec lui. Le peuple promet de respecter ces commandements (Exode 24:3,7). Il offre des sacrifices (Exode 24:5). Moïse prend du sang. Il le jette au peuple et dit : "Voici le sang de l'alliance que le Seigneur a conclue avec vous selon toutes ces paroles" (Exod 24:8). Moïse, trois prêtres et les soixante-dix anciens d'Israël prennent ensuite un repas avec Dieu. Selon Exode 2:11, "ils contemplèrent Dieu, ils mangèrent et ils burent". Le repas représente la relation de l'alliance. Les représentants du peuple ont profiter d'un repas avec Dieu. Ce repas confirme la relation du peuple avec Dieu.


2 -- La Cène (Mt 14:19 ; Jean 6 ; Mt 26 ; Marc 14 ; Luc 22 ; Luc 24; 1 Cor 10-11)

Pour nourrir les 5 000 personnes, Jésus a prit du pain, l'a béni, l'a rompu et l'a donné (Mt 14:19). Notez les 4 verbes. Dans Jean 6, Jésus utilise ce miracle pour enseigner la nourriture dont le monde a réellement besoin. Il dit dans Jean 6:35 : "Je suis le pain de vie ; celui qui vient à moi n'aura pas faim, et celui qui croit en moi n'aura jamais soif." Et dans Jean 6:54-56, "54 Quiconque mange de ma chair et boit de mon sang a la vie éternelle, et je le ressusciterai au dernier jour. 55 Car ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. 56 Quiconque mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi en lui." Lors du dernier repas, Jésus célèbre la Pâque avec ses disciples. Jésus prend le pain, le bénit, le rompt et le donne (Mt 26:26 ; Marc 14:22 ; Luc 22:17). Notez à nouveau les quatre verbes. Puis Jésus dit : "Prenez, mangez, ceci est mon corps, donné pour vous". Il appelle le vin "mon sang de l'alliance", en référence à Exode 24:8. Il est versé "pour la multitude", en référence à la mort sacrificielle du serviteur dans Esaïe 53:11-12. "Pour la rémission des péchés" fait référence à la nouvelle alliance (Jérémie 31:34). Dans Luc 24, sur le chemin d'Emmaüs, après la résurrection, Jésus marche avec deux disciples. "Leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître" (Lc 24:16). Arrivés à leur village, ils invitent Jésus à manger avec eux. À table, Jésus prend du pain, le bénit, le rompt et le leur donne. Suite à ces quatre actions, leurs yeux s'ouvrent (Luc 24:30-31). Ils ont reconnu Jésus. Luc 24:35 dit que Jésus leur fut connu "à la fraction du pain". 1 Corinthiens 10-11 enseigne sur les passages relatifs à la Cène. 1 Cor 10:1-22 avertit que la Cène n'est pas un repas magique qui protège du jugement de Dieu. C'est un signe pour tous, mais seuls ceux qui ont foi en Christ bénéficient de ce que le signe représente. Paul dit dans 1 Cor 10:16-17 : "La coupe de bénédiction que nous bénissons, n'est-elle pas une participation au sang du Christ ? Le pain que nous rompons, n'est-il pas une participation au corps du Christ ? 17 Puisqu'il n'y a qu'un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous ne formons qu'un seul corps, car nous participons tous à un seul pain. Les croyants jouissent de l'union avec le Christ et les uns avec les autres. 1 Co 11:26 "Toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'il vienne." 1 Cor 11:27 "Celui donc qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur d'une manière indigne sera coupable à l'égard du corps et du sang du Seigneur. 28 Qu'on s'examine donc soi-même, et qu'on mange le pain et qu'on boive la coupe. 29 Car quiconque mange et boit sans discerner le corps, mange et boit un jugement sur lui-même. 30 C'est pourquoi beaucoup d'entre vous sont faibles et malades, et quelques-uns sont morts. Nous devons nous approcher de la Table du Seigneur avec prudence.


3 -- La Cène comme signe et sceau des promesses de la nouvelle alliance

La Cène est un signe. Jean 6 et 1 Cor 10 enseignent que Dieu a fourni la manne dans le désert pour nourrir le peuple d'Israël. Aujourd'hui, d'une manière encore plus importante, Jésus est le pain de vie ! Jésus nourrit son peuple. Lors de la Dernière Cène, Jésus donne un nouveau sens au repas de la Pâque. Il devient une image de l'Évangile, la bonne nouvelle d'un salut plus grand. Jésus est l'agneau de la Pâque (1 Cor 5:7). Le pain est le corps du Christ donné pour nous (Luc 22:19). Le vin est le sang du Christ versé pour la multitude, pour le pardon des péchés. La Cène est une présentation de l'Évangile. La Cène est un sceau. En tant que sceau, le repas du Seigneur est plus qu'un symbole, une tradition religieuse ou un commandement. Le pain et le vin sont plus que des signes. Le pain reste du pain. Le vin reste du vin. Les actes de manger du pain et de boire du vin ne font rien en eux-mêmes. Pourtant, les chrétiens bénéficient de la Cène. Nous entendons les paroles de l'institution. Nous voyons le ministre prendre, bénir, rompre et distribuer le pain. Nous mangeons le pain et buvons le vin. L'Esprit Saint nous rappelle que nous appartenons au Christ. Il confirme que nous possédons ce que les signes représentent, les bénédictions de la nouvelle alliance. La Cène nous fortifie comme l'écoute de l'Évangile nous fortifie. La foi vient de l'écoute de l'Évangile. Le chrétien continue à vivre par la foi. Nous grandissons dans notre foi lorsque nous entendons l'Évangile, lisons la Bible, fréquentons une église qui prêche l'Évangile, prions et profitons d'une communauté chrétienne. Ce qu'un sermon fait avec des mots, la Cène le fait de manière audible et visible. Les disciples sur la route d'Emmaüs n'ont reconnu Jésus que lorsqu'il a pris le pain, l'a béni, l'a rompu et l'a donné. Jésus se fait connaître dans le pain. Le pain reste du pain, et le vin reste du vin. De même, d'une manière mystérieuse, Jésus s'offre à nous dans ce simple repas. À la Table du Seigneur, nous venons à Jésus, nous nous régalons de Jésus, nous nous nourrissons de la chair du Christ et nous buvons son sang. La Cène est un festin pour nos âmes. Par la Cène, le Seigneur stimule notre foi et nous transforme par l'Évangile. Par ce repas, nous grandissons dans l'amour, la miséricorde et la grâce. Voici les bienfaits qui sont les nôtres, que le Saint-Esprit confirme lorsque nous prenons la Cène. (1) Nous sommes mis à part par Dieu. Seuls ceux qui ont la foi participent à la Cène. Ainsi, la Cène est une marque extérieure d'appartenance au Christ. Car 1 Corinthiens 11 avertit que les participants doivent discerner le corps. Cela signifie accepter que le corps du Christ a été brisé et que son sang a été versé pour le pardon des péchés. La Cène nous rappelle que Dieu nous a transférés du royaume des ténèbres au royaume de son fils bien-aimé. Nous nous souvenons que lorsque le Christ reviendra pour juger le monde, nous serons épargnés de la colère de Dieu. C'est pourquoi seuls les croyants y participent. (2) Le repas nous assure la vie éternelle. Dans Jean 6:53-54, Jésus dit : "En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme et si vous ne buvez son sang, vous n'avez pas la vie en vous. 54 Quiconque mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle...." (3) Jésus a appelé son sang le sang de la nouvelle alliance. La Nouvelle Alliance promet le pardon des péchés, le Saint-Esprit et la régénération. (4) 1 Corinthiens 10 enseigne qu'à la Table du Seigneur, nous participons au corps et au sang du Christ. La communion est l'un des noms de la Cène. L'un des mystères de la vie chrétienne est que nous sommes unis au Christ. Nous bénéficions de la vie parfaite du Christ, de sa mort et de sa résurrection (cf. Jean 6:56). (5) La communion scelle notre union avec les autres croyants. 1 Cor 10 enseigne qu'en mangeant du même pain, nous affirmons l'unité de l'Eglise. Par notre union commune avec le Christ, nous sommes également unis les uns aux autres. C'est pourquoi nous vous demandons de résoudre les conflits avec les membres de l'Église avant de venir à la table. (6) Enfin, la Cène scelle la promesse de la sainte espérance de la vie après la mort. Jean 6 relie la communion à la promesse de la vie éternelle et de la résurrection au dernier jour. 1 Cor 11:26 nous proclamons la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'il vienne. La Cène anticipe un plus grand festin au retour du Christ. Il s'agit du repas des noces de l'agneau (Ap 19:6-10) et d'un festin qui inclura des croyants du monde entier (Mt 8:11).


Conclusion

Nous devenons chrétiens par la foi. Par l'administration de la Cène, les gens apprennent à connaître le Christ. Toute la vie chrétienne se fait par la foi. Nos luttes dans cette vie sont nombreuses. Nous luttons contre le péché. Nous n'avons pas l'assurance de notre salut. Les chrétiens peuvent douter de l'existence de Dieu. Nous ressentons la solitude, l'anxiété et le désespoir. La participation fréquente à la communion stimule notre foi. Le Christ se fait connaître à nous dans la fraction du pain. La communion nous rappelle notre identité. Nous sommes saints. Nous avons la vie éternelle. Nous sommes des pécheurs pardonnés. Nous sommes unis au Christ et unis les uns aux autres. Nous sommes invités à un banquet lors du retour du Christ. La communion suscite en nous un sentiment de gratitude qui nous donne envie de servir Dieu. Dans le jardin d'Éden, Ève a pris et mangé. Son péché a entraîné le chaos total dans le monde, le péché et la colère de Dieu. Jésus a pris le pain, l'a béni, l'a rompu et l'a donné. Il a dit : "Prenez et mangez" (Mt 26:26). Il a fallu le corps brisé du Christ et son sang versé pour changer le sens des verbes "prendre" et "manger". Le premier péché a conduit à la malédiction, au péché et à la mort. Lors de la Cène, prendre et manger signifie que nous avons la bénédiction, le pardon et la vie. C'est ce que nous proclamons jusqu'au retour du Christ !







25 views0 comments

Comments


bottom of page