top of page

11 February 2024 -- Tips to Suffer Well


Acts 12:1-24

Julian Bacon

Series: Be My Witnesses -- The Book of Acts






 

Tips to Suffer Well

Acts 12:1-24


  1. Have a Christian understanding of suffering

  2. Pray Earnestly - Acts 12:5

  3. Know about angels - Acts 12:7, 15

  4. Trust in God's Justice - Acts 12:22-23



The theological concept of the “Already Not Yet” helps us to make sense of the world we live in. The paradigm of the "Already Not Yet" explains the gap between the bold promises of the gospel and our experience. The gospel promises life in abundance, joy that is complete, and power to resist sin (Rom 6:14). Yet, it can feel in our lives at times like Jesus never came. Our suffering is so multi-faceted. Death, sickness, abuse, hostility, and deception are all around. "The Already Not Yet" paradigm teaches us this is not all God has for us. There is more blessing to come with Jesus' second coming.


Our text highlights this period of the “already and not yet.” Christ has conquered death. He is sitting at the Father’s right hand ruling from on high. His kingdom is expanding through the church’s empowered witness. Yet, our text begins with the death of a Christians due to persecution.


Acts 12 has a different feel to the rest of Acts so far. First, it is an insert. Acts 12:25 continues where Acts 11:30 finished. Second, Acts 12 is a transitional chapter. Acts has three large movements: the spreading of the gospel in Jerusalem, then Judea-Samaria, then to the ends of the earth. Acts 12 concludes the second section. The Jerusalem church was the headquarters of the Christian church. In Acts 11:30, Paul and Barnabas brought the money to the “elders” in Judea.


Acts 12 explains the transition in leadership from the Apostles to a new group of leaders in Jerusalem. The Apostle James was killed and Peter was forced to leave. His departure out of Jerusalem to an undisclosed location (Acts 12:17) allows for the transition back to Paul and Barnabas in Acts 13.[i]


Acts 12 is a self-contained unit. King Herod is the thread that holds Acts 12 together. Herod is the one who had James killed. Herod imprisoned Peter. Herod dies at the end of the chapter. Our text teaches about life in the Already-Not-Yet. It teaches us about suffering. God’s goodness does not guarantee safety in this life. Yet, (SIOS) with a good theology of suffering, prayer, angels, and the assurance of God’s justice, God comforts us through hardship.



First, during a tragedy we must have a Christian understanding of suffering.

We need to know about the Christian problem of Evil and suffering. It is a problem. Suffering is the number one reason given by unbelievers for not believing. It is also given as a reason for leaving the faith. It would be a valid point if suffering did not cover the whole Bible. The Bible addresses suffering so Christians must understand suffering in the Christian perspective.


Tim Keller makes this point. Every worldview has to handle suffering in some way. He says that secular culture is one of the worst worldviews to deal with hardship. It teaches that our happiness is what matters most. Suffering is something that has to be avoided at all costs. When we do suffer, the goal is to end that suffering quickly.


In the Christian worldview, suffering helps us identify with Christ who suffered. Suffering makes us grow in maturity to become more like Jesus. For this reason, authors like Paul, James, and Peter can tell us to rejoice in our suffering! (Rom 5:3, James 1:2, 1 Pet 4:13).


Our text includes two outcomes of persecution. James is killed and God saves Peter. Christians have died throughout history for being Christians. It started in Bible times and continues to this day. God is glorified in rescuing Christians and glorified in the death of Christians. Every time Christians die for their faith, they show that Christ is more worthy than life itself.


Application

This is relevant for us. By way, of application I want to show how God uses suffering in different ways in the church. First, some experience a wonderful deliverance that can be explained only as miraculous interventions from God. This was Peter’s story. Suffering and deliverance can increase our faith.


Second, others go through a great crisis and experience earthly loss. Yet, they remain so radiant with the love of Christ that they are powerful testimonies of God’s sustaining grace. A man shared a story of a man whose house was burned. When he went to check on him, he found that it was the man who lost his house who was the one ministering the peace of Christ to him rather than vice versa.


Third, suffering reveals where people truly stand. Following tragedy, some in the church become bitter and turn their backs on God.


Fourth, God uses suffering to change our priorities. Some who pursue earthly success realize during a tragedy the unreliability of earthly treasures as a means of security. They turned to God for security and found him to be the answer to the void their hearts were aching for.[ii]


This was the first point. We must understand suffering from a Christian perspective. Suffering is not a proof God does not exist. He uses suffering for his purposes.



Second, amid tragedy we need to earnestly pray (Acts 12:5).

Peter is in prison and according to Acts 12:5, “earnest prayer for him was made to God by the church.” Acts 12:6-10 describes how an angel rescued Peter out of the prison. The church is a community that earnestly prays for things to happen.


People often ask why pray if God is sovereign and you cannot change his mind. We pray not because prayer changes God but prayer does change outcomes. God is sovereign and prayer is effective. These are two non-contradictory truths. If your theology leads you to deny one of these two statements you have left biblical Christianity!


Prayer is fellowship with God. God speaks to us through his revelation, special and general. We speak to God about him, ourselves, our relationship with him, and everything that exists and takes place in his creation. God is sovereign and prayer is effective. God ordains food as the means by which hunger is satisfied. So he ordained prayer as a means by which events may come to pass. God is so sovereign that he ordains our prayers themselves, so they are in accord with his eternal counsel. In this way, divine sovereignty affirms our responsibility to pray.


The following are reasons for prayer. We pray because God commands us to. We pray because we are dependent on God we need him and his fellowship. We pray because God controls all things. We ask God to act on our behalf. We pray because prayer is effective (James 5:16). Petitions are our humble acknowledgments that we both need and trust God and that we depend on his sovereign wisdom and goodness. Jesus teaches that we may properly press God with fervent persistence when we bring needs to him (Luke 11:5-13; 18:1-8) and he will answer such prayer in positive terms. We must remember that God knows best and may deny our requests. When God does not give us what we request it is because he has something better for us.[iii]


Therefore, we desire to pray earnestly. We seek God. We remind God of his promises. In the end, when he answers we praise him and acknowledge him for he is a God who answers prayer!



Third, in hardship, we have angels (Acts 12:7, 15)

There are two angels in this text, a real one and Peter who is confused for an angel. In Acts 12:7, the angel of the Lord stands next to Peter, strikes him on the side, and speaks to Peter. In Acts 12:11, Peter is struggling to believe all that is happening and says, “Now I am sure that the Lord has sent his angel and rescued me.”


So if we find this account hard to believe, we see that Peter who was present and witnessed the whole thing, also struggled to believe! Following his delivery from prison, and probable death, Peter went to the house of Mary, the mother of John who was called Mark. This the author of the Gospel of Mark. The disciples were gathered and praying. When Peter knocks on the door and the servant girls tells everyone it is Peter, they answer that it is his angel in Acts 12:15.


Since we do not know much about angels, I thought I will try to fill in our picture with other NT texts. In our text, people believed that angels could look like people they knew. In Acts, angels direct people (Acts 8:26; 10:3-6). They help in times of trouble (Acts 5:19-20; 12:7-10; 27:23). They act as agents of judgment (Acts 12:23). In Revelation 1-3, angels are assigned as representatives of churches. In Matt 18:10, speaking about children, Jesus said, “Their angels in heaven always see the face of my Father.” Perhaps, the most helpful verse is Heb 1:14, speaking of angels, “Are they not all ministering spirits sent out to serve for the sake of those who are to inherit salvation?”


The Bible only offers bits and pieces, so it is hard to develop theology of angels. There are enough verses and consistency across different authors to say God's angels act on his behalf. But we can find confidence that in our times of trouble, in addition to having a robust doctrine on suffering and God’s sovereignty, as well as prayer, we are not alone. Angels have a role in helping the saints.[iv]



Fourth, when hardship strikes, we know God is just (Acts 12:22-23)

Herod is the thread that ties this account together. This is Herod Agrippa I. He ruled for 4 years. He was not the Herod who tried to kill Jesus when he was a baby nor the Herod of Jesus execution. In Acts 12, Herod Agrippa has James killed and imprisoned Peter.


While an angel of the Lord struck Peter to wake him in prison, he also struck Herod to kill him because he did not give glory to God. In the text, the people praise Herod as a God. After he gave a speech, the people shouted, “The voice of a god, and not of a man!”


Immediately an angel of the Lord struck him down (Acts 12:22). The reason given is that he did not give God the glory (Acts 12:23).


Application

This is a challenging text for us. It is like Acts 5, with the deaths of Ananias and Sapphira. These texts show the wrath of God. They remind us that God is Holy. He does not share his glory. We read that Herod died for not giving glory to God. We would be right to feel uncomfortable because we are also guilty. In a way, we want to be seen and celebrated. We pursue our own glory.


If we look at the context, we acknowledge that maybe is more warranted than we may think at first. We do not expect people to call us God and accept their praise. In the larger context though, we see that Herod was out for blood. He killed James. He intended to have Peter killed to please the crowd. He was more concerned with pleasing the crowd than God. God frees Peter and gives to Herod, what Herod intended for Peter. An angel of the Lord struck Peter to save him from prison. God's angels protect the innocent and deliver justice for the wicked. An angel strikes Herod dead. A text like this is helpful for us. When we suffer, we need a good theology of suffering, prayer, the comfort of angels, and also we need to know God's justice.


We could easily pick on famous people in history who sought their own glory and perhaps died as miserable people. More down to earth, it is okay to have preferences, it is okay to have fun, it is good to seek our well-being, and we can go too far. We are glory seekers. Everytime I preach, I want God to like it, and I want you to like me.


We may want praise for the titles we hold, the children we raise, the success we have in business, our grades, or sporting achievements.


We often forget that everything we have was given to us. So ultimately, all glory be to God. When we think of the Christian message, it really is humbling. We bring nothing to the equation and God loves us, forgives our sins, and calls us his children. He gives us gifts, abilities, desires, and passions. He works in us so that even when we do good works, we can say God did it in me. The more we remain focused on the gospel and have that as a lens for all of life, we will be quick to say all Glory be to God.



Conclusion

I doubt that if I was to invent a religion I would include a text like this. In some way, it teaches, come join the movement and you may die! James would not have died like that if he was not a disciple of Jesus. Luke includes Acts 12 to teach us all the cost of following Jesus. In a remarkable way, following the events of this text, the church grows some more. Acts 12:24 ends our text with, “the word of God increased and multiplied.”


This text is honest about the experience of the church. It offers tools to be in Christ, in a Christian community, and also walk through even the valley of the shadow of death. Suffering will come our way. God offers gifts to prepare us. God teaches us about suffering. He communes with us in prayer and answers our prayers. God has ministering spirits, the angels. Even when all the evidence points the other way, God will enact justice.


We do not suffer well alone. As a community, we commit to having a healthy theology of suffering, to prayer, to considering angels and resting in God’s justice, God will use us in each other's lives to suffer well as we go through the storms of life together, for his glory.




[i] Schnabel, Acts 12 Introduction

[ii] Ajith Fernando, Acts (Grand Rapids, MI: Zondervan, 1998). Acts 12. Contemporary Significance. .

[iii] Pratt, NIV Spirit of the Reformation Study Bible, 1554. .

[iv] Fernando, Acts. Acts 12. Bridging the gap. The Ministry of angels.




 

Astuces pour bien souffrir

Actes 12:1-24



Le concept théologique du "déjà pas encore" nous aide à comprendre le monde dans lequel nous vivons. Le paradigme du " déjà pas encore " explique l'écart entre les promesses audacieuses de l'Evangile et notre expérience. L'Évangile promet la vie en abondance, une joie complète et la force de résister au péché (Rm 6,14). Pourtant, nous avons parfois l'impression que Jésus n'est jamais venu. Notre souffrance a de multiples facettes. La mort, la maladie, les abus, l'hostilité et la tromperie nous entourent. Le paradigme du "déjà pas encore" nous enseigne qu'il y a plus à venir avec la seconde venue de Jésus.


Notre texte met en lumière cette période du "déjà et pas encore". Le Christ a vaincu la mort. Il est assis à la droite du Père et gouverne d'en haut. Son royaume s'étend grâce au témoignage de l'Église. Pourtant, notre texte commence par la mort d'un chrétien à cause de la persécution.


Actes 12 est différent du reste des Actes jusqu'à présent. Tout d'abord, il s'agit d'une insertion. Actes 12:25 reprend là où Actes 11:30 s'est terminé. Deuxièmement, Actes 12 est un chapitre transitoire. Les Actes comportent trois grands mouvements : la diffusion de l'Évangile à Jérusalem, puis en Judée-Samarie, et enfin jusqu'aux extrémités de la terre. Actes 12 conclut la deuxième section. L'Église de Jérusalem était le siège de l'Église chrétienne. Dans Actes 11:30, Paul et Barnabé apportent l'argent aux "anciens" de Judée. Actes 12 explique la transition de la direction des apôtres à un nouveau groupe de dirigeants à Jérusalem. L'apôtre Jacques a été tué et Pierre a été contraint de partir. Son départ de Jérusalem vers un lieu inconnu (Actes 12:17) permet la transition vers Paul et Barnabé en Actes 13[1].


Actes 12 est une unité autonome. Le roi Hérode est le fil conducteur d'Actes 12. C'est Hérode qui a fait tuer Jacques. Hérode a emprisonné Pierre. Hérode meurt à la fin du chapitre. Notre texte nous enseigne la vie dans le "pas encore". Il nous enseigne la souffrance. La bonté de Dieu ne garantit pas la sécurité dans cette vie. Cependant, avec une bonne théologie de la souffrance, la prière, les anges et l'assurance de la justice de Dieu, Dieu nous réconforte dans les épreuves.



Tout d'abord, lors d'une tragédie, nous devons avoir une compréhension chrétienne de la souffrance.

Nous devons connaître le problème chrétien du mal et de la souffrance. C'est un problème. La souffrance est la première raison invoquée par les incroyants pour ne pas croire. Ce serait un argument valable si la souffrance ne couvrait pas toute la Bible. La Bible traite de la souffrance et les chrétiens doivent donc comprendre la souffrance dans la vision chrétienne du monde.


C'est ce que souligne Tim Keller. Chaque vision du monde doit gérer la souffrance d'une manière ou d'une autre. Il affirme que la culture séculière est l'une des pires visions du monde qui ait jamais existé pour gérer les difficultés. Elle enseigne que notre bonheur est ce qui compte le plus. La souffrance doit être évitée à tout prix. Lorsque nous souffrons, l'objectif est d'y mettre fin rapidement. Dans la vision chrétienne du monde, la souffrance nous aide à nous identifier au Christ qui a souffert. La souffrance nous fait grandir en maturité pour devenir plus semblables à Jésus. C'est pourquoi des auteurs comme Paul, Jacques et Pierre peuvent nous dire de nous réjouir de nos souffrances ! (Rm 5:3, Jacques 1:2, 1 P 4:13).


Notre texte présente deux résultats de la persécution. Jacques est tué et Dieu sauve Pierre. Tout au long de l'histoire, des chrétiens sont morts parce qu'ils étaient chrétiens. Cela a commencé à l'époque de la Bible et se poursuit encore aujourd'hui. Dieu est glorifié en délivrant les chrétiens et glorifié dans la mort des chrétiens. Chaque fois que des chrétiens meurent pour leur foi, ils montrent que le Christ est plus digne que la vie elle-même. Dans le cas de Pierre, nous voyons que Dieu agit positivement.


Application

Dieu utilise la souffrance de différentes manières dans l'Église. Tout d'abord, certains font l'expérience d'une délivrance merveilleuse qui ne peut s'expliquer que par des interventions miraculeuses de Dieu. C'est l'histoire de Pierre. La souffrance et la délivrance augmentent notre foi.


Deuxièmement, d'autres traversent une grande crise et font l'expérience d'une perte terrestre. Pourtant, ils restent si rayonnants de l'amour du Christ qu'ils sont de puissants témoignages de la grâce durable de Dieu. Un homme a raconté l'histoire d'un homme dont la maison avait brûlé. Lorsqu'il est allé le voir, il s'est rendu compte que c'était l'homme qui lui apportait la paix du Christ et non l'inverse.


Troisièmement, la souffrance oblige les gens à prendre position. À la suite d'une tragédie, certains membres de l'Église deviennent amers et tournent le dos à Dieu.


Quatrièmement, Dieu utilise la souffrance pour changer nos priorités. Certains, qui recherchent le succès terrestre, se rendent compte, lors d'une tragédie, du manque de fiabilité des trésors terrestres en tant que moyen de sécurité. Ils se sont tournés vers Dieu pour la sécurité et ont trouvé en lui la réponse au vide que leur cœur ressentait[2].


C'était le premier point, nous devons comprendre la souffrance d'un point de vue chrétien.



Deuxièmement, au milieu de la tragédie, nous devons prier avec ferveur

Pierre est en prison et, selon Actes 12:5, " l'Église adressa à Dieu de vives prières pour lui ". Actes 12:6-10 décrit comment un ange a conduit Pierre hors de la prison. Je veux que nous soyons une communauté qui prie sincèrement pour que les choses arrivent.


Les gens se demandent souvent pourquoi prier si Dieu est souverain et qu'on ne peut pas le faire changer d'avis. Nous prions non pas parce que la prière change Dieu, mais parce qu'elle change les résultats. Dieu est souverain et la prière est efficace. Ce sont deux vérités non contradictoires. Si votre théologie vous conduit à nier l'une de ces deux affirmations, vous avez quitté le christianisme biblique !


La prière est une communion avec Dieu. Dieu nous parle à travers sa révélation, spéciale et générale. Nous parlons à Dieu de lui, de nous-mêmes, de notre relation avec lui et de tout ce qui existe et se passe dans sa création.


Dieu est souverain et la prière est efficace. Dieu a ordonné que la nourriture soit le moyen de satisfaire la faim. Il a donc ordonné la prière comme un moyen par lequel les événements peuvent se réaliser. Dieu est si souverain qu'il ordonne nos prières elles-mêmes pour qu'elles soient en accord avec son conseil éternel. La souveraineté divine affirme donc notre responsabilité de prier.


Les raisons suivantes justifient la prière. Nous prions parce que Dieu nous l'ordonne. Nous prions parce que nous dépendons de Dieu et que nous avons besoin de lui et de sa communion. Nous prions parce que Dieu contrôle toutes choses. La prière est un appel à Dieu pour qu'il agisse en notre faveur. La prière est efficace (Jacques 5:16). Les pétitions sont notre humble reconnaissance du fait que nous avons besoin de Dieu, que nous lui faisons confiance et que nous dépendons de sa sagesse et de sa bonté souveraines.


Jésus enseigne que nous pouvons presser Dieu avec une persistance fervente lorsque nous lui faisons part de nos besoins (Luc 11:5-13 ; 18:1-8) et qu'il répondra à une telle prière en termes positifs. Nous devons nous rappeler que Dieu sait mieux que nous et qu'il peut rejeter nos demandes. Lorsque Dieu ne nous donne pas ce que nous demandons, c'est qu'il a quelque chose de mieux pour nous[3].


C'est pourquoi nous désirons prier avec ferveur. Nous cherchons Dieu. Nous lui rappelons ses promesses. Enfin, lorsqu'il répond, nous le louons et le reconnaissons, car c'est un Dieu qui répond à la prière !



Troisièmement, dans les épreuves, nous avons des anges

Il y a deux anges dans ce texte, un vrai et Pierre que l'on confond avec un ange. Dans Actes 12:7, l'ange du Seigneur se tient à côté de Pierre, le frappe au côté et lui parle. En Actes 12:11, Pierre a du mal à croire tout ce qui se passe et dit : "Maintenant, je suis sûr que le Seigneur a envoyé son ange et qu'il m'a secouru". Si nous avons du mal à croire à ce récit, nous voyons que Pierre, qui était présent et a été témoin de tout ce qui s'est passé, a lui aussi eu du mal à croire !


Après avoir été délivré de la prison, et probablement de la mort, Pierre s'est rendu dans la maison de Marie, la mère de Jean, qui s'appelait Marc. C'est l'auteur de l'Évangile de Marc. Les disciples sont réunis et prient. Lorsque Pierre frappe à la porte et que la servante dit à tout le monde que c'est Pierre, ils répondent que c'est son ange (Actes 12:15).


Mon dilemme est que je ne voulais pas sauter cette section et que je ne suis pas un expert en matière d'anges. Voici quelques informations sur les anges dans le Nouveau Testament. Ici, les gens croyaient que les anges pouvaient ressembler à des personnes qu'ils connaissaient. Dans les Actes, les anges dirigent les gens (Actes 8:26 ; 10:3-6). Ils aident dans les moments difficiles (Actes 5:19-20 ; 12:7-10 ; 27:23). Ils agissent en tant qu'agents de jugement (Actes 12:23). Dans Apocalypse 1-3, les anges sont désignés comme représentants des Églises. Dans Matthieu 18:10, parlant des enfants, Jésus dit : "Leurs anges dans les cieux voient toujours la face de mon Père". Le verset le plus utile est peut-être celui de Hébreux 1:14, qui parle des anges : "Ne sont-ils pas tous des esprits tutélaires envoyés au service de ceux qui doivent hériter du salut ?"


La Bible n'offre que des fragments et il est donc difficile d'élaborer une doctrine complète sur les anges gardiens. Il y a suffisamment de versets et de cohérence entre les différents auteurs pour dire que les anges de Dieu agissent en son nom.


Mais nous pouvons être sûrs qu'en période de difficultés, en plus d'une doctrine solide sur la souffrance et la souveraineté de Dieu, ainsi que de la prière, nous ne sommes pas seuls et que les anges ont un rôle à jouer dans l'aide aux saints[4].



4 - Quatrièmement, lorsque l'épreuve frappe, nous savons que Dieu est juste.

Hérode est le fil conducteur de ce récit. Il s'agit d'Hérode Agrippa I. Il a régné pendant quatre ans. Il n'est pas l'Hérode qui a essayé de tuer Jésus lorsqu'il était bébé, ni l'Hérode de l'exécution de Jésus. Dans Actes 12, Hérode Agrippa fait tuer Jacques et emprisonner Pierre.


Alors qu'un ange du Seigneur a frappé Pierre pour le réveiller en prison, il a également frappé Hérode pour le tuer parce qu'il ne rendait pas gloire à Dieu. Dans le texte, le peuple loue Hérode comme un Dieu. Après son discours, le peuple s'écrie : "C'est la voix d'un dieu, et non celle d'un homme ! Actes 12:22 Aussitôt un ange du Seigneur le foudroya. Actes 12:23 la raison invoquée est qu'il n'a pas rendu gloire à Dieu.


Application

Cela ressemble à Actes 5, avec la mort d'Ananias et de Saphira. Ces textes montrent la colère de Dieu.


Ils nous rappellent que Dieu est Saint. Il ne partage pas sa gloire. Si nous regardons le contexte, nous lisons qu'Hérode est mort pour ne pas avoir rendu gloire à Dieu. Nous avons raison de nous sentir mal à l'aise parce que nous sommes également coupables. D'une certaine manière, nous voulons être vus et célébrés. Nous recherchons notre propre gloire.


Si nous élargissons un peu plus le contexte, nous reconnaissons que nous ne sommes peut-être pas aussi mauvais qu'Hérode. Nous ne nous attendons pas à ce que les gens nous appellent Dieu et acceptent leurs louanges. Dans le contexte plus large, cependant, nous voyons qu'Hérode était en quête de sang. Il a tué Jacques. Il voulait faire tuer Pierre pour plaire à la foule. Il était plus soucieux de plaire à la foule qu'à Dieu. Dieu libère Pierre et donne à Hérode ce qu'Hérode voulait pour Pierre. Un ange du Seigneur a frappé Pierre pour le sauver de la prison. Les anges de Dieu protègent les innocents et rendent justice aux méchants. Un ange frappe Hérode à mort.


Un tel texte est utile pour nous. Lorsque nous souffrons, nous avons besoin d'une bonne théologie de la souffrance, de la prière, du réconfort des anges, mais aussi de la justice de Dieu.


Nous pourrions facilement nous en prendre à des personnages célèbres de l'histoire qui ont recherché leur propre gloire et sont peut-être morts dans la misère. Plus terre à terre, il est normal d'avoir des préférences, il est normal de s'amuser, mais pouvons-nous être des chercheurs de gloire ? Je sais que je peux l'être. Je veux que cette église grandisse. Je veux participer à cette croissance. Je veux que les gens aiment cette église. Nous pouvons vouloir être loués pour les titres que nous détenons, les enfants que nous élevons, le succès que nous avons dans les affaires. Nous oublions souvent que rien de ce que nous avons ne nous a été donné. En fin de compte, toute la gloire revient à Dieu.


Lorsque nous pensons au message chrétien, nous nous sentons vraiment humbles. Nous n'apportons rien à l'équation et Dieu nous aime, pardonne nos péchés et nous appelle ses enfants. Il nous donne des dons, des capacités, des désirs, des passions et travaille en nous de sorte que, même lorsque nous agissons, nous pouvons dire que c'est Dieu qui l'a fait en moi. Plus nous restons concentrés sur l'Évangile et l'avons comme lentille pour toute la vie, plus nous serons rapides à dire que toute la gloire est à Dieu.



Conclusion

Je doute que si vous deviez inventer une religion, vous y incluiez un texte comme celui-ci. D'une certaine manière, il enseigne : venez rejoindre le mouvement et vous risquez de mourir ! Jacques ne serait pas mort ainsi s'il n'avait pas été un disciple de Jésus. Luc inclut Actes 12 pour nous enseigner tout ce qu'il en coûte de suivre Jésus. De manière remarquable, après les événements de ce texte, l'Église grandit encore. Actes 12:24 termine notre texte par "la parole de Dieu croissait et se multipliait" (12:24).


Ce texte est honnête quant à l'expérience de l'Église. Il offre des outils pour être en Christ, dans une communauté chrétienne, tout en marchant dans la vallée de l'ombre de la mort. La souffrance nous guette. Dieu nous donne des cadeaux pour nous préparer. Dieu nous enseigne la souffrance. Il communie avec nous dans la prière et répond à nos prières. Dieu a des esprits tutélaires, les anges. Même lorsque toutes les preuves vont dans le sens contraire, Dieu rendra la justice. Nous ne souffrons pas bien seuls. En tant que communauté, nous nous engageons à ces choses. Dieu nous utilisera dans nos vies respectives pour que nous souffrions bien lorsque nous traverserons ensemble les tempêtes de la vie.



[1] Schnabel, Actes 12 Introduction

[2] Ajith Fernando, Actes (Grand Rapids, MI : Zondervan, 1998). Actes 12. Signification contemporaine.

[3] Pratt, NIV Spirit of the Reformation Study Bible, 1554.

[4] Fernando, Actes. Actes 12. Combler le fossé. Le ministère des anges.


Comentários


bottom of page