top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

05 March 2023 -- The Bible for a Healthy Faith

Titus 1:1-4

Julian Bacon




The Bible for a Healthy Faith | Julian Bacon

Titus 1:1-4

Health relates to all aspects of life: emotional, relational, physical, and financial. The best news is that no one is ever too far off from enjoying the most important kind of health, which is spiritual health. We cannot fully control our finances, our relationships, or our emotions, but through faith, God guarantees our spiritual health. President Jimmy Carter, a Christian, was placed in hospice care at 98. While his doctors deemed that he would not regain his physical health, even in hospice, he will not lose his most treasured, spiritual health.


Spiritual health is the enjoyment of eternal life. It is harmony with God, others, ourselves, and creation. Spiritual health is God’s plan for our lives. Gen 1-2 portrays God’s idyllic creation. In the created order, humanity enjoyed eternal life. After the first sin, in Gen 3, each area of harmony is ruptured. The Christian message is that God has orchestrated all of history to restore harmony through Jesus. We will only fully enjoy eternal life at the return of Christ, but eternal life is already fully ours in Christ. Spiritual health is enjoying the benefits of eternal life in all spheres, despite the sufferings of this life. Spiritual health is the most important kind of health. The church’s mission is promoting spiritual health worldwide in Christ.


In Titus, Paul promotes spiritual health. Titus is one of three pastoral epistles. At the end of his life, Paul, the mentor, wrote to his beloved friends Titus and Timothy instructing them to keep the household of faith in good order. This is a passing on of the baton to the next generation of pastors. The Greek word, ὑγιαίνω stands out in Titus. It gives the English word “hygiene,” and it means “healthy.” Our translations render it “sound” in Paul’s letters. Healthy spirituality accords with the truth, but it is more than accurate doctrine. Healthy faith is wise, winsome, and blesses those around us. In Titus, Paul presents different elements that promote healthy faith. He discusses his apostleship, healthy leadership, orderly lives, and the gospel that leads to good works.


In Tit 1:1-4, Paul introduces himself and greets Titus. Paul writes that he is a servant of God and an apostle of Jesus Christ for the sake of the faith of the elect of God, the knowledge of truth which accords with godliness, and for hope of eternal life. The benefits of Paul’s apostleship in the first century were faith, knowledge, and hope.


How does Paul’s Apostleship relate to us? According to Eph 2:20, the apostles along with first-century prophets had a foundational role in establishing the new covenant community. In the first century, the Apostles ministered through their preaching and teaching. Today, their ministry remains foundational through the inspired scriptures of the New Testament. In a miraculous way, when Paul wrote some of his letters, God was at work in Paul so that he was still himself and in charge as he wrote. His words stemmed from his experience and personality and yet the words he wrote were inspired, they were breathed by God, so they were also the very words of God. We benefit from the apostolic ministry through the NT, which is inseparable from the OT. What Paul says about his apostleship to first-century Christians is true for us through the Bible. Paul’s apostleship was for the sake of Christians and so is the Bible, for our spiritual health. SIOS: The ministry of the Apostles and the Bible is for our sake, for our faith, our knowledge, and our hope.


The first element of healthy spirituality is a healthy faith.

Paul is an apostle of Jesus for the sake of the faith of the elect. The word “elect” or “chosen” refers to Israel in the OT, so it refers to the New Covenant people of God. Faith is more than an intangible mental assent to something. Faith is trust that changes how we live. At crucial points in her history, Israel disobeyed God and God states that the people did not believe Him (Num 14:11, Num 20:12). Faith cannot be separated from works. Salvation is through faith, and it is a faith that works. The absence of work means absence of faith. Paul’s apostleship for the faith of the elect is holistic. He served their faith in that he was committed to proclaiming the gospel that people would come to faith. Then he wrote letters to churches for the sake of their faith. This time, for the outworking of their faith in all areas of life, that they would love God and their neighbor.


How do we encourage the faith of Christians? Paul’s apostolic ministry kept Jesus at the center of his proclamation. His apostolic writings, and the whole Bible show how all of God’s promises find their “yes” in Jesus. God will use us to encourage the faith of others as we make Jesus the center of our lives. We do not have anything other than Jesus to offer the world, and the world needs nothing other than Jesus. Jesus is the answer to the rupture in our relationship with God. It is by him that God forgives the sins of the world. Jesus is the way we find healing in our relationships. The only reasonable response to experiencing the forgiveness of each of our sins is to turn and love our enemy. We present Christ to others and meditate on his work. When we consider our thoughts, words, and actions, we have many reasons to be ashamed. Keeping Jesus central means, we remember he takes our shame, and we can rest in knowing that we are in Him, we are clothed with his perfect life. We stay focused on Christ to promote healthy faith.


A second aspect of healthy spirituality is having knowledge which accords with godliness.

Paul writes that knowledge puffs up and love builds up (1 Cor 8:1). This is not true with knowledge which accords with godliness. Some well-meaning Christians see themselves as the protectors of the truth. This is noble because God wants to protect us from lies. However, some “protectors of the truth” give Christians a bad name. Just because people do not agree with us on everything does not make them “heretics.” We can label “heretic” one whose love for Jesus is evident by their words and actions. We would do well to protect the truth which accords with godliness and condemn teachings that promote godlessness. As a church, we have doctrine that we love and hope is accurate. However, for all the things that are not central to the gospel, teachings that do not affect God’s grace in forgiving the sins of all those who trust in Christ’s accomplished work on the cross, or that clearly leads to godlessness, we need to accept that there will be different opinions. We want people with different opinions to feel at home in our church community.


Paul taught in accordance with godliness by keeping his teachings and letters very practical. His letters often begin with theology and transition halfway through with the word, “therefore” and present all the practical implications of his teaching. We want to be practical. We want to think about theology in how it accords with godliness. Theoretical theology is not personal and does not change our character. God wants our thinking, loving, and doing to be connected. Here’s an example. Calvinism is the topic of many passionate debates. Calvinism implies that we did not choose God, but he chose us. Practical implications are you must praise God because he chose you, you cannot be proud because he chose you, you cannot judge others, because he chose you! If our goal is to have knowledge which accords with godliness, we will avoid mindless debates about theology that divides and think more about how we can practically and creatively practice what we know for the glory of God. I have found that often people, including myself, find a refuge in “proper” theology but use it to avoid having to be real and deal with issues of the heart.


For 3 years, I was in an older congregation. A big concern for the senior adults was the faith of their grandchildren, who often wanted little to do with the church or God. They complained about changes in society while reminiscing about the good old days. One of the ladies shared that her grandson went off to university and he told her that he was learning about evolution. His grandmother was alarmed and promptly shut down that conversation. She told him that he did not learn about evolution in church, so it was wrong. This is not how we want to interact with one another. We want to be a safe community where we can have different thoughts and ideas. For most things, we can agree that many topics are complicated, and we can be on different sides of a particular issue and still be a community that deeply cares for one another. This grandson was not saying he no longer believed Jesus was the Son of God who died on the cross for sin. He was learning new things and instead of being engaged with, he was dismissed. Darwinian evolution has consequences if everything is random, morality is just a human construct and so our actions do not matter. If that is what one teaches, then absolutely, we need to lovingly engage and challenge it. If a teenager or young 20 something is learning about the theory of evolution as a way God could have created all things, they do not need to be shamed or dismissed, even if we do not agree with them. What matters is knowledge in accordance with godliness.


The third outcome of Paul’s apostleship was hope of eternal life.

Paul writes that the God who does not lie promised eternal life before eternity. According to v.3, in the first-century, God revealed his word at the proper time, through Paul’s preaching. This statement is a bit vague. At around the same time, Paul wrote 2 Tim 1:9-11. It is a similar statement that helps clarify Tit 1:3. Paul makes it evident that what he is proclaiming is the gospel, which he describes in 2 Tim 1:10 as “the appearing of our Savior Christ Jesus, who abolished death and brought life and immortality.” The way Paul’s apostleship in the first century connects with the hope of Christians is through his ministry of proclamation of the good news about eternal life in Christ. This is our hope today.


When we named our church, we wanted to resonate with the needs of Brussels. One of her biggest needs is hope. Andrew Delbanco writes that the heart of any culture is its hope. Common to all humanity is our fear that our lives have no meaning and death will end it all. He writes that every culture tries to overcome this fear. This attempt is their hope. Brussels is so multicultural that there is not one culture. It is up to the individual to find hope. We can live satisfactorily by ignoring death altogether and being distracted by a career, family, fun, deep relationships, or another passion. The secular approach to creating meaning or ignoring death is not possible for everyone who struggles to escape despair.


In contrast, the Christian hope takes death seriously and is great news for those who cannot find meaning within themselves or ignore death. Hope is a confident expectation. God promises eternal life. It is the four-fold harmony between us and God, others, ourselves, and creation. During his ministry, Jesus showed that he was reversing the curse of sin. He healed diseases, raised the dead, forgave sins. By dying and resurrecting, he gives us eternal life to be enjoyed today and hope that death will not have the final word. We have a relationship with God when we trust in what Jesus did for us on the cross. Jesus’ death was the one-time event where all our sins are forgiven so that we can know with certainty that at death or Christ’s return, we will experience the full enjoyment of God for eternity with his people. This is the Christian hope. Like Paul, we can offer hope when we strive to know nothing except Christ crucified (2 Cor 13:4). Paul proclaimed the message that he was entrusted by God the savior. Like Paul, we must understand Christ in all things. Dietrich Bonhoeffer was a German Christian who was arrested for treason in Nazi Germany. The morning of his execution, he preached his last sermon from Isaiah 53. He read: “From his stripes, we are made well.” Bonhoeffer said, “This is for me the end, the beginning of life.” This is the Christian hope that is centered on Christ’s work for us on the cross that deeply impacts the present.


Conclusion:

The Christ-centered apostolic ministry and the Scriptures are for the sake of a healthy spirituality. Paul’s ministry was for the sake of our faith, our knowledge that accords with godliness, and our hope. This is not a call to have more faith, more knowledge, and more hope. These things come naturally when we cling to Jesus. Let us consider our lives, our past hurts, our inability to fix things ourselves, and turn to Christ and marvel. He is our Savior, Lord, and Friend. The Holy Spirit gives us new desires and power to enjoy the blessings of God: faith, knowledge, and hope that we would be a blessing to those around us and encourage the faith, knowledge, and hope in others.





 

La Bible pour une Foi Saine | Julian Bacon

Tite 1:1-4

La santé concerne tous les aspects de la vie : émotionnel, relationnel, physique et financier. La meilleure nouvelle est que personne n'est jamais trop loin de recevoir le type de santé le plus important, qui est la santé spirituelle. Nous ne pouvons pas contrôler entièrement nos finances, nos relations ou nos émotions, mais par la foi, Dieu garantit notre santé spirituelle. Le président Jimmy Carter, un chrétien, a été placé en soins palliatifs à 98 ans. Alors que ses médecins ont estimé qu'il ne retrouverait pas sa santé physique, même en hospice, il ne perdra pas sa santé la plus précieuse, la santé spirituelle. La santé spirituelle est la jouissance de la vie éternelle. C'est l'harmonie avec Dieu, les autres, soi-même et la création. La santé spirituelle est le plan de Dieu pour notre vie. Gen 1-2 dépeint la création idyllique de Dieu. Au commencement, l'humanité jouissait de la vie éternelle. Après le premier péché, en Gn 3, l’harmonie est rompue dans chaque partie de notre vie. Le message chrétien est que Dieu a orchestré toute l'histoire pour rétablir l'harmonie par Jésus. Nous ne jouirons pleinement de la vie éternelle qu'au retour du Christ, mais la vie éternelle est déjà pleinement nôtre en Christ. La santé spirituelle consiste à profiter des bienfaits de la vie éternelle dans tous les domaines, malgré les souffrances de cette vie. La santé spirituelle est le type de santé le plus important. La mission de l'Église est de promouvoir la santé spirituelle dans le monde entier en Christ.


Dans Tite, Paul promeut la santé spirituelle. Tite est l'une des trois épîtres pastorales. À la fin de sa vie, Paul, le mentor, écrit à ses amis bien-aimés, Tite et Timothée, pour leur demander de veiller au bon ordre de la maison de la foi. Il s'agit d'un passage de relais à la prochaine génération de pasteurs. Le mot grec ὑγιαίνω ressort dans Tite. Il donne le mot français "hygiène", et il signifie "sain". Une spiritualité saine est en accord avec la vérité, mais elle est plus qu'une doctrine exacte. Une foi saine est sage, attirante, et bénit ceux qui nous entourent. Dans Tite, Paul présente différents éléments qui favorisent une foi saine. Il parle de son apostolat, d'un leadership sain, de vies ordonnées et de l'évangile qui conduit à de bonnes œuvres.


Dans Tite 1.1-4, Paul se présente et salue Tite. Paul écrit qu'il est serviteur de Dieu et apôtre de Jésus-Christ pour la foi des élus de Dieu, pour la connaissance de la vérité qui s'accorde avec la piété, et pour l'espérance de la vie éternelle. Les avantages de l'apostolat de Paul au premier siècle étaient la foi, la connaissance et l'espérance. Qu'en est-il pour nous ? Selon Eph 2.20, les apôtres, ainsi que les prophètes du premier siècle, ont joué un rôle fondamental dans l'établissement de la communauté de la nouvelle alliance. Au premier siècle, les apôtres exerçaient leur ministère par leur prédication et leur enseignement. Aujourd'hui, leur ministère reste fondamental grâce aux écritures inspirées du Nouveau Testament. De manière miraculeuse, lorsque Paul a écrit certaines de ses lettres, Dieu était à l'œuvre en lui de sorte qu'il était encore lui-même et responsable lorsqu'il écrivait. Ses paroles découlaient de son expérience et de sa personnalité et pourtant les mots qu'il a écrits étaient inspirés, ils étaient soufflés par Dieu, donc ils étaient aussi les paroles mêmes de Dieu. Nous bénéficions du ministère apostolique à travers le NT, qui est inséparable de l'OT. Ce que Paul dit de son apostolat aux chrétiens du premier siècle est vrai pour nous à travers la Bible. C'est pourquoi ce message traite de l'importance de la Bible pour notre santé spirituelle. SIOS : Le ministère des apôtres et de la Bible est pour notre spiritualité saine, pour notre foi, notre connaissance et notre espérance.


Le premier élément d'une spiritualité saine est une foi saine.

Paul est un apôtre de Jésus pour le bien de la foi des élus. Le mot "élu" ou "choisi" se réfère à Israël dans l'AT, donc au peuple de Dieu de la nouvelle alliance. La foi est plus qu'un assentiment mental intangible à quelque chose. La foi est une confiance qui change notre façon de vivre. À des moments cruciaux de son histoire, Israël a désobéi à Dieu et Dieu déclare que le peuple ne l'a pas cru (Nb 14.11, Nb 20.12). La foi ne peut être séparée des œuvres. Le salut passe par la foi, et c'est une foi qui agit. L'absence d'œuvre signifie l'absence de foi. L'apostolat de Paul pour la foi des élus est holistique. Il a servi leur foi en ce sens qu'il s'est engagé à proclamer l'évangile pour que les gens viennent à la foi. Ensuite, il a écrit des lettres aux églises pour le bien de leur foi. Cette fois, pour que leur foi s'accomplisse dans tous les domaines de la vie, pour qu'ils aiment Dieu et leur prochain.


Comment encourager la foi des chrétiens ? Le ministère apostolique de Paul a gardé Jésus au centre de sa proclamation. Ses écrits apostoliques, et toute la Bible, montrent comment toutes les promesses de Dieu trouvent leur "oui" en Jésus. Dieu se servira de nous pour encourager la foi des autres si nous faisons de Jésus le centre de notre vie. Nous n'avons rien d'autre que Jésus à offrir au monde, et le monde n'a besoin de rien d'autre que Jésus. Jésus est la réponse à la rupture de notre relation avec Dieu. C'est par lui que Dieu pardonne les péchés du monde. Jésus est le moyen de trouver la guérison dans nos relations. La seule réponse raisonnable à l'expérience du pardon de chacun de nos péchés est de nous retourner et d'aimer notre ennemi. Nous présentons le Christ aux autres et méditons sur son œuvre. Lorsque nous considérons nos pensées, nos paroles et nos actions, nous avons de nombreuses raisons d'avoir honte. En gardant Jésus au centre de nos préoccupations, nous nous rappelons qu'il prend notre honte et nous pouvons nous reposer en sachant que nous sommes en lui, que nous sommes revêtus de sa vie parfaite. Nous restons concentrés sur le Christ pour promouvoir une foi saine.


Un deuxième aspect d'une spiritualité saine est d'avoir une connaissance qui s'accorde avec la piété.

Paul écrit que la connaissance enfle et que l'amour édifie (1 Cor 8.1). Ce n'est pas le cas de la connaissance qui s'accorde avec la piété. Certains chrétiens bien intentionnés se considèrent comme les protecteurs de la vérité. C'est noble car Dieu veut nous protéger du mensonge. Cependant, certains "protecteurs de la vérité" donnent une mauvaise réputation aux chrétiens. Ce n'est pas parce que les gens ne sont pas d'accord avec nous sur tout qu'ils sont "hérétiques". Nous pouvons qualifier d'"hérétique" une personne dont l'amour pour Jésus est évident par ses paroles et ses actions. Nous ferions bien de protéger la vérité qui s'accorde avec la piété et de condamner les enseignements qui promeuvent l'impiété. En tant qu'église, nous avons une doctrine que nous aimons et dont nous espérons qu'elle est exacte. Cependant, pour tout ce qui n'est pas central à l'évangile, pour les enseignements qui n'affectent pas la grâce de Dieu qui pardonne les péchés de tous ceux qui font confiance à l'œuvre accomplie par le Christ sur la croix, ou qui conduisent clairement à l'impiété, nous devons accepter qu'il y ait des opinions différentes. Nous voulons que les personnes ayant des opinions différentes se sentent chez elles dans notre communauté.


Paul a enseigné conformément à la piété en gardant ses enseignements et ses lettres très pratiques. Ses lettres commencent souvent par de la théologie et font une transition à mi-chemin avec le mot "donc" et présentent toutes les implications pratiques de son enseignement. Nous voulons être pratiques. Nous voulons penser à la théologie dans la mesure où elle s'accorde avec la piété. La théologie théorique et la philosophie ne sont pas personnelles et ne changent pas notre caractère. Dieu veut que notre pensée, notre amour et notre action soient liés. En voici un exemple. Le calvinisme est le sujet de nombreux débats passionnés. Le calvinisme implique que nous n'avons pas choisi Dieu, mais qu'il nous a choisis. Les implications pratiques sont que nous devons louer Dieu parce qu'il nous a choisi, nous ne pouvons pas être fier parce qu'il nous a choisi, nous ne pouvons pas juger les autres, parce qu'il nous a choisi ! Si notre objectif est d'avoir une connaissance qui s'accorde avec la piété, nous éviterons les débats insensés sur la théologie qui divise et nous réfléchirons davantage à la manière dont nous pouvons mettre en pratique et de manière créative ce que nous savons pour la gloire de Dieu. J'ai constaté que, souvent, les gens, y compris moi-même, se réfugient dans une théologie correcte, mais l'utilisent pour éviter d'avoir à être réels et à traiter des questions de cœur.


Pendant 3 ans, j'ai été dans une congrégation de personnes âgées. Une grande préoccupation des adultes âgés était la foi de leurs petits-enfants, qui souvent ne voulaient pas avoir affaire à l'église ou à Dieu. Ils se plaignaient des changements de la société tout en se remémorant le bon vieux temps. L'une d'entre elles raconte que son petit-fils est parti à l'université et qu'il lui a dit qu'il apprenait l'évolution. Sa grand-mère a été alarmée et a rapidement mis fin à cette conversation. Elle lui a dit qu'il n'avait pas appris l'évolution à l'église et que c'était donc faux. Ce n'est pas ainsi que nous voulons interagir les uns avec les autres. Nous voulons être une communauté saine où nous pouvons avoir des pensées et des idées différentes. Pour la plupart des choses, nous pouvons convenir que de nombreux sujets sont compliqués, et nous pouvons être de différents côtés d'une question particulière tout en étant une communauté qui se soucie profondément les uns des autres. Ce petit-fils ne voulait pas dire qu'il ne croyait plus que Jésus était le Fils de Dieu mort sur la croix pour le péché. Il apprenait de nouvelles choses et au de l’inviter à discuter, il a été rejeté. L'évolution darwinienne a des conséquences. Si tout est aléatoire, la moralité n'est qu'une construction humaine et donc nos actions n'ont pas d'importance. Si c'est ce que l'on enseigne, alors il est absolument nécessaire de discuter avec amour et de remettre en question ces propos. Si un adolescent ou un jeune de 20 ans apprend la théorie de l'évolution comme un moyen pour Dieu de créer toutes choses, il n'est pas nécessaire de lui faire honte ou de le rejeter, même si vous n'êtes pas d'accord avec lui. Ce qui compte, c'est la connaissance en accord avec la piété.


Le troisième résultat de l'apostolat de Paul est l'espérance de la vie éternelle.

Paul écrit que le Dieu qui ne ment pas a promis la vie éternelle avant l'éternité. Selon le v.3, au premier siècle, Dieu a révélé sa parole au moment opportun, par la prédication de Paul. Cette affirmation est un peu vague. À peu près à la même époque, Paul a écrit 2 Tim 1.9-11. C'est une déclaration similaire qui permet de clarifier Tt 1.3. Paul indique clairement que ce qu'il proclame est l'Évangile, qu'il décrit dans 2 Tim 1.10 comme "l'apparition de notre Sauveur Jésus-Christ, qui a aboli la mort et apporté la vie et l'immortalité." La façon dont l'apostolat de Paul au premier siècle est lié à l'espérance des chrétiens est à travers son ministère de proclamation de la bonne nouvelle de la vie éternelle en Christ. Telle est notre espérance aujourd'hui.


Lorsque nous avons donné un nom à notre église, nous avons voulu faire écho aux besoins de Bruxelles. L'un de ses plus grands besoins est l'espoir. Andrew Delbanco écrit que le cœur de toute culture est son espoir. Le point commun à toute l'humanité est la peur que nos vies n'aient aucun sens et que la mort mette fin à tout. Il écrit que chaque culture tente de surmonter cette peur. Cette tentative est leur espoir. Bruxelles est tellement multiculturelle qu'il n'y a pas une seule culture. C'est à l'individu de trouver l'espoir. Il peut vivre de manière satisfaisante en ignorant totalement la mort et en se laissant distraire par une carrière, une famille, du plaisir, des relations profondes ou une autre passion. L'approche séculaire consistant à créer un sens ou à ignorer la mort n'est pas possible pour tous ceux qui luttent pour échapper au désespoir. En revanche, l'espérance chrétienne prend la mort au sérieux et constitue une grande nouvelle pour ceux qui ne peuvent pas trouver de sens en eux-mêmes ou ignorer la mort. L'espérance est une attente confiante. Dieu promet la vie éternelle. Elle est la quadruple harmonie entre nous et Dieu, les autres, nous-mêmes et la création. Au cours de son ministère, Jésus a montré qu'il inversait la malédiction du péché. Il a guéri des maladies, ressuscité les morts, pardonné les péchés. En mourant et en ressuscitant, il nous donne la vie éternelle dont nous pouvons profiter aujourd'hui et l'espoir que la mort n'aura pas le dernier mot. Nous avons une relation avec Dieu lorsque nous avons confiance en ce que Jésus a fait pour nous sur la croix. La mort de Jésus a été l'événement unique où tous nos péchés ont été pardonnés, de sorte que nous pouvons savoir avec certitude qu'à notre mort ou au retour du Christ, nous jouirons pleinement de Dieu pour l'éternité avec son peuple. C'est l'espérance chrétienne. Comme Paul, nous pouvons offrir de l'espoir lorsque nous nous efforçons de ne rien connaître d'autre que le Christ crucifié (2 Co 13.4). Paul a proclamé le message qui lui a été confié par Dieu, le sauveur. Comme Paul, nous devons comprendre le Christ en toutes choses. Dietrich Bonhoeffer était un chrétien allemand qui a été arrêté pour trahison dans l'Allemagne nazie. Le matin de son exécution, il a prononcé son dernier sermon à partir d'Esaïe 53. Il a lu : "De ses meurtrissures, nous sommes guéris." Bonhoeffer a dit : "C'est pour moi la fin, le début de la vie." C'est l'Espérance chrétienne qui est centrée sur l'œuvre du Christ pour nous sur la croix qui a un impact profond sur le présent.


Conclusion

Le ministère apostolique centré sur le Christ et les Écritures sont au service d'une saine spiritualité. Le ministère de Paul a pour but de promouvoir la foi, la connaissance qui s'accorde avec la piété et l'espérance. Il ne s'agit pas d'un appel à avoir plus de foi, plus de connaissance et plus d'espoir. Ces choses viennent naturellement lorsque nous nous accrochons à Jésus. Considérons nos vies, nos blessures passées, notre incapacité à réparer les choses nous-mêmes, et tournons-nous vers le Christ pour nous émerveiller. Il est notre Sauveur, notre Seigneur et notre ami. Le Saint-Esprit nous donne de nouveaux désirs et la puissance de jouir des bénédictions de Dieu : la foi, la connaissance et l'espoir, ainsi que d'être une bénédiction pour ceux qui nous entourent et d'encourager la foi, la connaissance et l'espoir chez les autres.






26 views0 comments

Comments


bottom of page