top of page
Search
  • Writer's pictureDaniel Brink

21 May 2023 -- The Worship Disputation

Updated: May 29, 2023


Malachi 1:6-14

Julian Bacon


Malachi Series (part 2 of 8)




 

The Worship Disputation

Malachi 1:6-14


  1. A Dishonoring People (1:6-8, 13-14)

  2. An Inviting Father (1:9)

  3. God's Global Worship (1:6, 11, 14)


The “God of the Old Testament” is an object of much ridicule among atheists. Richard Dawkins wrote, “The God of the Old Testament is arguably the most unpleasant character in all fiction: jealous and proud of it; a petty, unjust, unforgiving control-freak; a vindictive, bloodthirsty ethnic cleanser; a misogynistic, homophobic, racist, infanticidal, genocidal, filicidal, pestilential, megalomaniacal, sadomasochistic, capriciously malevolent bully.” [i]


A common misconception is that God needs our worship for his well-being. If anyone other than God demands worship, we can agree with the atheists that it is self-absorbed. God is different. He is the only being who is not part of creation. There is no other appropriate response to God other than worship. God made all things. He deserves all praise. Every inkling of gratitude that we experience is because of him. God created us to worship him. When we worship, it is not for God’s well-being, but our own. He is the only one worthy of worship. Only God satisfies our desire to worship.


Mal 1:6-14 addresses worship. God demands worship. He demands proper worship that pleases him. This may sound fussy. But the whole purpose of worship is that it would be done in a worthy manner, or it misses the whole point. SIOS: When faced with (1) a dishonoring people, (2) God invites us to worship, and (3) be part of his global worship.


1 -- Mal 1:6-8, 13-14 A Dishonoring People

Malachi addresses a disappointed people who have a low level of devotion to the Lord. The prophet uses a literary form called “disputation” to call God’s people back to the covenant. Disputations contain a statement, an objection, and proof of the original statement. The thesis is that their worship is unacceptable. God says, “A son honors his father, and a servant his master. If then I am a father, where is my honor? And if I am a master, where is my fear? says the LORD of hosts (Mal 1:6).” The prophet confronts God’s people about their worship, and he narrows in on the priests. We continue reading, “Where is my fear? says the LORD of hosts to you, O priests, who despise my name.” Their worship is unworthy of the Lord, but they object. They ask, "How have we despised your name?" The Lord replies, “By offering polluted food upon my altar” (Mal 1:7). The priests object again. They ask, “How have we polluted you?” Malachi answers, by saying that the LORD's table may be despised.


The prophet condemns both what they offer and the way they offer it. They offered polluted sacrifices (Mal 1:7). The sacrifices were blind, lame, and sick (Mal 1:8, 13). They were sick (Mal 1:13) and blemished (Mal 1:14). Lev 1-7 presents the standard for sacrifices. Because of the multiple verbal parallels, it is likely Malachi draws from Deut 15:21. Deut 15:21 reads, “But if it has any blemish, if it is lame or blind or has any serious blemish whatever, you shall not sacrifice it to the LORD your God.”


Malachi says the sacrifices would not even be worthy of a human ruler. At the end of Mal 1:8 we read: Present that to your governor; will he accept you or show you favor?


Application: First, our worship reveals what we believe about God. Worship is ascribing worth. Because God is perfect, the only appropriate sacrifices are perfect. In the text, it seems like some had worthy animals to sacrifice, but offered a less good animal. There actions communicate that they worship another god. This other god was more worthy of their best flock in their eyes. Generally, we are that god we worship. Our worship can reveal our idols!


Second, worship is a form of witnessing. Bad worship bears bad witness. In the way we worship, people see how much we value God. We worship the God who gave his Son for us. Our preparation, planning, passion, and care in worship are all responses to the gospel. The way we worship teaches the watching world how much God is worth to us.


Mal 1:13-14 condemns their manner of worship in three ways. First, they find worshiping God to be burdensome. Mal 1:13 But you say, ‘What weariness this is,’ and you snort at it, says the LORD of hosts. It is not for no reason that it is called a sacrifice. Sacrifices involved resources, time, and energy. When you have ceased to love the one you are serving, the task becomes a burden. The quality of your worship decreases. Mal 1:13 contains a second accusation. Mal 1:13 You bring what has been taken by violence. Some were stealing animals from their neighbors and then offering the stolen goods to God.[ii] Finally, according to Mal 1:14, there was deception in their worship. Mal 1:14 Cursed be the cheat who has a male in his flock, and vows it, and yet sacrifices to the Lord what is blemished.


New Covenant worship differs from old covenant worship. In a real way, Christians cannot offer bad worship to God. It is impossible because we are clothed with Jesus’ perfect sacrifice to the Father. The one who knew no sin became sin, that in him we would be the righteousness of God (2 Cor 5:21). God credits Christ’s perfect sacrifice to us as righteousness and perfect worship. There is still a sense in which if we do not live by God’s will, we will not enjoy the fullness of life Christ has for us. Our actions have consequences. We can learn from Malachi in the practice of worship.


First, he talks about the priests. All believers are priests in the New Covenant. So, we all bear responsibility for our worship and service to God. Like the priests in the OT, we offer sacrifices. According to Rom 12:1, “Our bodies are living sacrifices.”


Our whole life of following Jesus is worship to the Lord. According to Heb 13:15, our offering is “a sacrifice of praise to God, that is, the fruit of lips that acknowledge his name.”


Second, the point of not offering anything unworthy of human leaders is also valid. A friend from Ghana told me he wore a suit to church because he dresses well to celebrate a birthday. I like his reasoning. Our worship is about the heart and not clothes, but clothes can reflect our heart.


Third, we can find worship burdensome. One of the reasons for which God saved us is to form a weekly assembly to worship him. He saved us individually, and brought us into the body of Christ. We follow the Creation pattern of setting one day aside. The church in the NT keeps the pattern Israel followed of setting aside one day a week for rest and worship (1 Cor 16:1-2, Rev 1:10). I’m not saying you can’t go on vacation or take a sick day. But worship is not “made to order.”


It is not up to one’s personal preferences. It is God’s preference. Rom 14:5 reads “One person esteems one day as better than another, while another esteems all days alike. Each one should be fully convinced in his own mind.”


This verse is often quoted to show worship is a matter of personal preference. What chaos that would be if one/7th Christians wanted to gather on Monday. One seventh on Tuesday… and so on…


This refers to gentile Christians not following the Jewish holidays. It does not apply to the weekly gathering of Christians on the first day of the week. Worship on Sunday is the one thing God puts on our weekly calendar. I’m not saying people who must work on Sunday cannot worship on Saturday, but this is an exception. If we only come when all our other stars align, we treat worship like a burden. I understand that there are complicated reasons why people do not go to church. Deep hurt occurs in the church at the hands of Christians. We cannot resort long-term to avoiding church. Sunday worship is God’s idea and is what he wants. God made us for worship. So we do. When Jesus saves us, renews our minds and hearts – gathering with brothers and sisters to worship our creator, sustainer and savior in celebration of his being and work becomes the highlight of our week!


Fourth, we can offer worship obtained by violence. The most obvious way is by giving money that we acquired unethically. It could be that the leader of worship or pastor is a bully. Or that the way the worship service is prepared crushes volunteers. I lived in Haiti for a year. I will never forget what some local children told me. They were not allowed in church for worship because they did not own shoes. Churches that turn the poor away offer worship obtained by violence. We want to reflect Christ who welcomed us in our poverty of Spirit and washed his disciples’ smelly feet.


2 -- Mal 1:9 An Inviting Father

Mal 1:9 invites a dishonoring people to turn. We read in Mal 1:9 And now entreat the favor of God, that he may be gracious to us. At any moment, if they were to repent, the Lord would be gracious to them. As it stands, no gift could be pleasing to the Lord. In parallel to the invitation to turn, a curse is pronounced on all who do not turn from dishonoring God. Malachi speaks harshly against those who do not offer appropriate sacrifices. Mal 1:14 Cursed be the cheat who has a male in his flock, and vows it, and yet sacrifices to the Lord what is blemished.


Application: For us, we need to consider the greatest sacrifice. How to we respond to Christ’s death for the forgiveness of sins? Nothing honors God more than accepting the gift of life that he has for us in his Son. There is nothing more offensive than rejecting his son. John 3:18 Whoever believes in him is not condemned, but whoever does not believe is condemned already, because he has not believed in the name of the only Son of God.


The invitation for those who are not believers is to turn to him. Those who turn are covered in Christ’s perfect righteousness. For those who are Christians, we are living sacrifices to the Lord. We are covered by Christ’s perfect life. We must continually turn from sin. This is not to earn salvation, but to show that we love him with our whole lives.


Mal 1:14 reminds me of the story of Ananias and Sapphira in Acts 5. They promised to give money to the church, then did not, and they were struck down by the Lord. 1 Cor 11 hints that people are sick after communion because they took it in an unworthy manner. Both the positive invitation and warning of God’s displeasure are invitations to take worship seriously. As a church we take worship seriously. We desire our worship to have a gospel shape. We want every element to work together so the whole service is a gospel presentation. We do this by observing carefully the regulative principle. This means that we have a Biblical warrant for everything we do in worship. In response to God to the way he reveals himself in the Bible, we worship him with joy, reverence, gratefulness, awe, and in an orderly manner (Ps 100:2; Heb 12:28; 1 Cor 14:40).


3 -- Mal 1:6, 11, 14 A Global worship

Mal 1:10-11 shows that the Lord does not need our worship for his ego. God did not create us to be his fan club. God was not bored before creating us. St Augustine wrote, “You have made us for yourself, O Lord, and our heart is restless until it finds its rest in you.”[iii]


We worship God because we are worshipping creatures. Everyone worships. So, the command to worship God is an invitation to satisfy our need to worship him. Worship is part of the Christian life, and it is a way God uses to make us more like Jesus (2 Cor 3:18). As we marvel at the glory of God, we become more like him. The act of singing the praises of God with other believers draws us together. It keeps our focus off of ourselves while we endure trials. Ascribing worth to God transforms our desires so we want to serve him more in loving our neighbors!


A first argument that shows God does not need our worship is Mal 1:10 Oh that there was one among you who would shut the doors, that you might not kindle fire on my altar in vain! I have no pleasure in you, says the LORD of hosts, and I will not accept an offering from your hand. This point summarizes the message well. Because we are God’s creatures we must worship him. Because of who he is, we must worship him perfectly. The Lord is not an attention seeker. This passage communicates that if we do not want to worship God his way, we should not even bother!


A second argument that God does not need our worship is in Mal 1:11, For from the rising of the sun to its setting my name will be great among the nations, and in every place, incense will be offered to my name, and a pure offering. For my name will be great among the nations, says the LORD of hosts. [iv] God is worshipped with or without us, and this worship occurs everywhere. Even if we do not, others will. God does not need us. The invitation to worship is for our benefit. God delights in inviting us to participate in his global worship. We have different clues of this global worship in the OT with Job, Jethro, and Melchizedek who were not Israelites but worshipped God. Malachi teaches these worshippers will be found everywhere!


For how we worship God, our text reveals different ways we are to revere God. We worship God as father. Mal 1:6. If then I am a father, where is my honor?


We worship him as master, Mal 1:6 And if I am a master, where is my fear? Everyone serves something. Who would be better to serve than the greatest master of them all?


If you have a good boss at work, life is good. If you have a horrible boss, they can make your life horrible. God invites us to serve the best master. The kind of boss who sacrifices his only son for his servants. Thirdly, God is our King. Mal 1:14 For I am a great King. Worship is not what God needs. It is essential for anyone to relate properly to him. Because he is a father, he is to be honored. He is a master and King so we must serve him.


Conclusion

God does not need Richard Dawkins to worship him. He does not need anyone, but the fact is people worship him everywhere. What a privileged position we are in to live 2500 years after Malachi was written. We know that the Lord is being worshiped everywhere by Millions of Christians globally. Little did Israel know how small they would contrast with God’s universal worship. When confronted with a dishonoring people, (2) the Lord calls us to turn to him, (3) that we might be part of his global worship. Israel failed to honor the Lord as they should. As do we.


We have an invitation: “entreat the Lord that he may be gracious to us.” He has been gracious to us. He has given us his son to offer up a perfect sacrifice on our behalf. When the Spirit of God opens our eyes, we will recognize the privilege it is to worship.


When we commit to being gospel-centered, pleasing worship becomes natural. God changes our hearts. Worship God with our church family feels like what we were created to do. Every Sunday we get a little taste of heaven!



[i] Richard Dawkins, The God Delusion (Great Britain: Bantam, 2006).

[ii] Pieter A. Verhoef, The Books of Haggai and Malachi, NICOT (Grand Rapids, MI: Eerdmans, 1987).

[iii] Augustine and John K. Ryan, The Confessions of St. Augustine, 2014 Image edition. (New York: Image Books, 2014).

[iv] In the Hebrew text, the verbs are supplied, so it is more likely is speaking of the present time rather than a future date when the nations will worship.




 

La dispute sur le culte

Malachie 1:6-14


Le "Dieu de l'Ancien Testament" fait l'objet de nombreuses moqueries de la part des athées. Richard Dawkins a écrit : "Le Dieu de l'Ancien Testament est sans doute le personnage le plus déplaisant de toute la fiction : jaloux et fier de l'être ; un maniaque du contrôle mesquin, injuste et impitoyable ; un purificateur ethnique vindicatif et sanguinaire ; une brute misogyne, homophobe, raciste, infanticide, génocidaire, filicide, pestilentielle, mégalomane, sadomasochiste et capricieusement malveillante". Une idée fausse très répandue est que Dieu a besoin de notre adoration pour son bien-être. Si quelqu'un d'autre que Dieu exige d'être adoré, nous pouvons être d'accord avec les athées pour dire qu'il est égocentrique. Dieu est différent. Il est le seul être qui ne fait pas partie de la création. Il n'y a pas d'autre réponse appropriée à Dieu que l'adoration. Dieu a créé toutes choses. Il mérite toute adoration. Chaque sentiment de gratitude que nous éprouvons est dû à lui. Dieu nous a créés pour que nous l'adorions. Lorsque nous adorons, ce n'est pas pour le bien-être de Dieu, mais pour le nôtre. Il est le seul digne d'être adoré. Seul Dieu satisfait notre désir d'adoration.


Mal 1.6-14 traite de l'adoration. Dieu exige l'adoration. Il exige une adoration appropriée qui lui plaît. Cela peut sembler pointilleux. Mais le but de l'adoration est qu'elle soit faite d'une manière digne, sinon elle passe à côté de son objectif. SIOS : Face (1) à un peuple qui le déshonore, (2) Dieu nous invite à adorer et (3) à faire partie de son culte global.


1 Mal 1:6-8, 13-14 -- Un peuple qui déshonore

Malachie s'adresse à un peuple déçu, peu dévoué au Seigneur. Le prophète utilise une forme littéraire appelée "dispute" pour rappeler le peuple de Dieu à l'alliance. Les disputes contiennent une affirmation, une objection et une preuve de l'affirmation initiale. La thèse est que leur culte est inacceptable. Dieu dit : "Un fils honore son père, et un serviteur son maître. Si donc je suis père, où est mon honneur ? Et si je suis un maître, où est ma crainte ? dit l'Éternel des armées (Mal 1:6)". Le prophète confronte le peuple de Dieu à propos de son culte, et il se concentre sur les prêtres. Nous continuons à lire : "Où est ma crainte ? dit l'Éternel des armées à vous, prêtres, qui méprisez mon nom." Leur culte est indigne du Seigneur, mais ils s'y opposent. Ils demandent : "Comment avons-nous méprisé ton nom ?". Le Seigneur répond : "En offrant sur mon autel des aliments souillés" (Mal 1:7). Les prêtres s'y opposent à nouveau. Ils demandent : "Comment t'avons-nous souillé ?". Malachie répond en disant que la table de l'Éternel peut être méprisée.


Le prophète condamne à la fois ce qu'ils offrent et la manière dont ils l'offrent. Ils offraient des sacrifices souillés (Mal 1:7). Les sacrifices étaient aveugles, boiteux et malades (Mal 1:8, 13). Ils étaient malades (Mal 1:13) et souillés (Mal 1:14). Lev 1-7 présente la norme pour les sacrifices. En raison des multiples parallèles verbaux, il est probable que Malachie s'inspire de Dt 15.21. Dt 15.21 note : "S'il a quelque défaut, s'il est boiteux ou aveugle, ou s'il a quelque défaut grave, tu ne le sacrifieras pas à l'Éternel, ton Dieu". Malachie dit que les sacrifices ne seraient même pas dignes d'un chef humain. À la fin de Mal 1.8, nous lisons : "Présentez cela à votre gouverneur ; vous acceptera-t-il ou vous fera-t-il bon acceuil ?


La qualité du culte est importante. Tout d'abord, notre adoration révèle ce que nous croyons au sujet de Dieu. Adorer, c'est attribuer une valeur. Parce que Dieu est parfait, les seuls sacrifices appropriés sont parfaits. Dans le texte, il semble que certains avaient des animaux dignes d'être sacrifiés, mais qu'ils ont offert un animal moins digne. Leurs actions indiquent qu'ils adorent un autre dieu. Cet autre dieu était plus digne de leur meilleur troupeau à leurs yeux. En général, nous sommes le dieu que nous adorons. Deuxièmement, l'adoration est une forme de témoignage. Un mauvais culte est un mauvais témoignage. Par la manière dont nous adorons, les gens voient à quel point nous apprécions Dieu. Nous devons adorer Dieu en tant que le Dieu qui change les vies. La qualité de notre culte enseigne au monde qui nous regarde combien Dieu a de la valeur à nos yeux. Les mauvais sacrifices donnent une mauvaise réputation au Seigneur.


Mal 1.13-14 condamne leur manière d'adorer de trois manières. Tout d'abord, ils considèrent l'adoration de Dieu comme un fardeau. Mal 1.13 Mais vous dites : Quelle corvée, et vous ricanez, dit l'Éternel des armées. Ce n'est pas sans raison que l'on parle de sacrifice. Les sacrifices impliquent des ressources, du temps et de l'énergie. Lorsque vous avez cessé d'aimer celui que vous servez, la tâche devient un fardeau. La qualité de votre adoration diminue. Mal 1.13 contient une deuxième accusation. Mal 1.13 Vous apportez ce qui a été pris par la violence. Certains volaient des animaux à leurs voisins et offraient ensuite les biens volés à Dieu. Enfin, selon Mal 1.14, il y avait de la tromperie dans leur culte. Mal 1:14 Maudit soit le trompeur qui a un mâle dans son troupeau, qui en fait le voeu, et qui sacrifie à l'Éternel ce qui est défectueux.


Application : Le culte de la nouvelle alliance diffère du culte de l'ancienne alliance. En réalité, les chrétiens ne peuvent pas offrir un mauvais sacrifice à Dieu. C'est impossible parce que nous sommes revêtus du sacrifice parfait de Jésus au Père. Celui qui n'a pas connu le péché s'est fait péché, afin que nous soyons, en lui, justice de Dieu (2 Cor 5.21). Dieu nous attribue le sacrifice parfait du Christ comme une justice et une adoration parfaite. Si nous ne vivons pas selon la volonté de Dieu, nous ne connaîtrons pas tout ce qu'il a pour nous. Nos actions ont des conséquences. Nous pouvons tirer des leçons de Malachie en ce qui concerne la pratique de l'adoration. Tout d'abord, il parle des prêtres. Tous les croyants sont des prêtres dans la nouvelle alliance. Nous sommes donc tous responsables de notre culte et de notre louange à Dieu. Comme les prêtres de l'Ancien Testament, nous offrons des sacrifices. Selon Rom 12.1, "Nos corps sont des sacrifices vivants." Toute notre vie à la suite de Jésus est un culte rendu au Seigneur. Selon Hébreux 13.15, notre offrande est "un sacrifice de louange à Dieu, c'est-à-dire le fruit de lèvres qui reconnaissent son nom". Deuxièmement, le fait de ne rien offrir à Dieu d'indigne des dirigeants humains est également valable. Un ami ghanéen m'a dit qu'il portait une cravate à l'église parce qu'il s'habille bien pour fêter un anniversaire d’un ami. J'aime son raisonnement. Notre culte est une affaire de cœur et non de vêtements, mais les vêtements peuvent refléter notre cœur. Troisièmement, nous pouvons trouver l'adoration pesante. L'une des raisons pour lesquelles Dieu nous a sauvés est d'être sa sainte convocation qui se réunit en son jour pour l'adorer. C'est un fardeau pour les chrétiens. Certains préfèrent faire la grasse matinée le dimanche ou donnent la priorité aux voyages plutôt qu'au culte. Je comprends qu'il existe des raisons complexes pour lesquelles les gens ne vont pas à l'église. De profondes blessures sont infligées à l'Église par des chrétiens. Nous ne pouvons pas recourir à long terme à l'évitement de l'église. Le culte du dimanche est l'idée de Dieu et c'est ce qu'il veut. Malachie pourrait à juste titre nous reprocher de dire par nos actions "Quelle fatigue, et vous vous en moquez." (5) Nous pouvons offrir un culte obtenu par la violence. La façon la plus évidente est de donner de l'argent que nous avons acquis de façon non éthique. Il se peut que le responsable du culte ou le pasteur soit un tyran. La façon dont le culte est préparé écrase les volontaires. J'ai vécu un an en Haïti. Je n'oublierai jamais ce que m'ont raconté des enfants du pays. Ils n'étaient pas autorisés à entrer dans l'église pour le culte parce qu'ils ne possédaient pas de chaussures. Les églises qui refusent les pauvres offrent un culte obtenu par la violence.


2 Mal 1.9 -- Un père qui invite

Bien que l'invitation de Mal 1:9 soit cynique, elle n'en est pas moins présente. Nous lisons dans Mal 1.9 : "Et maintenant, implorez la faveur de Dieu, afin qu'il ait pitié de nous.” À tout moment, s'ils se repentaient, le Seigneur leur ferait grâce. Dans l'état actuel des choses, aucun cadeau ne peut être agréable au Seigneur. Parallèlement à l'invitation à se repentir, une malédiction est prononcée contre tous ceux qui ne renoncent pas à déshonorer Dieu. Malachie parle sévèrement de ceux qui n'offrent pas les sacrifices appropriés. Mal 1.14 Maudit soit le fraudeur qui a un mâle dans son troupeau, qui le voue, et qui sacrifie à l'Éternel ce qui est défectueux.


Application : Pour nous, rien n'honore plus Dieu que d'accepter le don de la vie qu'il a pour nous en son Fils. Il n'y a rien de plus offensant que de rejeter son fils. Jean 3.18 Celui qui croit en lui n'est pas condamné, mais celui qui ne croit pas est déjà condamné, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Rom 6:23 Car le salaire du péché, c'est la mort, mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur. L'invitation pour ceux qui ne sont pas croyants est de se tourner vers lui. Ceux qui se tournent vers lui sont couverts par la justice parfaite du Christ. Pour les chrétiens, nous sommes des sacrifices vivants pour le Seigneur. Nous sommes couverts par la vie parfaite du Christ. Nous devons nous détourner du péché. Ce n'est pas pour gagner le salut, mais pour montrer que nous l'aimons de toute notre vie.


Mal 1.14 me rappelle l'histoire d'Ananias et Saphira dans Actes 5. Ils ont promis de donner de l'argent à l'église, mais ne l'ont pas fait, et ils ont été frappés par le Seigneur. 1 Cor 11 laisse entendre que des personnes sont malades après la communion parce qu'elles l'ont prise d'une manière indigne. L'invitation positive et l'avertissement du mécontentement de Dieu sont tous deux des invitations à prendre le culte au sérieux. La façon dont nous le faisons à Hope est d'avoir un document sur la philosophie de l'adoration. Nous souhaitons que notre culte ait une forme d’évangile. Nous suivons attentivement le principe régulateur. Cela signifie que nous avons une justification biblique pour tout ce que nous faisons dans le culte. En réponse à Dieu, nous voulons que notre culte soit joyeux, respectueux, reconnaissant, plein de crainte et ordonné (Ps 100:2 ; Heb 12:28 ; 1 Cor 14:40).


3 Mal 1:6, 11, 14 -- Une adoration globale

Mal 1.10-11 montre que le Seigneur n'a pas besoin de notre adoration pour son ego. Dieu ne nous a pas créés pour être son fan club. Dieu ne s'est pas ennuyé avant de nous créer. Saint Augustin a écrit : "Tu nous as faits pour toi, Seigneur, et notre cœur est agité jusqu'à ce qu'il trouve son repos en toi". Nous adorons Dieu parce que nous sommes des créatures adoratrices. Tout le monde adore. Le commandement d'adorer Dieu est donc une invitation à satisfaire notre besoin de l'adorer. L'adoration fait partie de la vie chrétienne, et c'est un moyen que Dieu utilise pour nous rendre plus semblables à Jésus (2 Cor 3.18). Le fait de chanter les louanges de Dieu avec d'autres croyants nous rapproche. Il nous permet de ne pas nous concentrer sur nous-mêmes lorsque nous traversons des épreuves. Le fait d'attribuer de la valeur à Dieu transforme nos désirs, de sorte que nous voulons le servir davantage en aimant notre prochain !


D'abord, Mal 1.10 S'il y avait parmi vous quelqu'un qui fermât les portes, afin que vous n'allumiez pas en vain du feu sur mon autel, je ne prendrais pas plaisir en vous, dit le Seigneur. Je ne prends pas plaisir en vous, dit l'Éternel des armées, et je n'accepterai pas d'offrande de votre main. Ce point résume bien le message. A cause de qui est Dieu, nous devons l'adorer. À cause de ce qu'il est, nous devons l'adorer parfaitement. Le Seigneur ne cherche pas à attirer l'attention. Ce passage indique que si nous ne voulons pas adorer Dieu à sa manière, nous ne devrions même pas nous en préoccuper ! Un deuxième argument selon lequel Dieu n'a pas besoin de notre adoration se trouve dans Mal 1.11, Car, du lever au coucher du soleil, mon nom sera grand parmi les nations, et l'on offrira en tout lieu de l'encens à mon nom et une offrande pure. Car mon nom sera grand parmi les nations, dit l'Éternel des armées. Dieu est adoré avec ou sans nous, et cette adoration a lieu partout. Même si nous ne le faisons pas, d'autres le feront. Dieu n'a pas besoin de nous. L'invitation à l'adoration est pour notre bénéfice. Dieu se réjouit de nous inviter à participer à son culte mondial.


Notre texte révèle différentes façons de révérer Dieu. Nous adorons Dieu en tant que père. Mal 1.6. Si donc je suis père, où est mon honneur ? Nous l'adorons en tant que maître, Mal 1:6 Et si je suis un maître, où est ma crainte ? Chacun sert quelque chose. Qui serait mieux à servir que le plus grand des maîtres ? Si vous avez un bon patron au travail, la vie est belle. Si vous avez un patron horrible, il peut vous rendre la vie horrible. Peut-être ne voulez-vous pas de patron du tout. C'est rarement une option. Si ce n'était pas le cas, je suis sûr que nous choisirions tous le meilleur patron. Troisièmement, Dieu est notre roi. Mal 1:14 Car je suis un grand roi. L'adoration n'est pas ce dont Dieu a besoin. Elle est essentielle pour que chacun puisse avoir une relation correcte avec lui. Parce qu'il est un père qui doit être honoré. Il est un maître et un roi, nous devons donc le servir.


Conclusion

Dieu n'a pas besoin de Richard Dawkins pour l'adorer. Il n'a besoin de personne, mais le fait est que les gens l'adorent partout. Quelle position privilégiée que de vivre 2500 ans après la rédaction de Malachie. Nous savons que le Seigneur est adoré partout par des millions de chrétiens dans le monde. Israël était loin de se douter de l'importance de son contraste avec l'adoration universelle de Dieu.


Face à un peuple qui déshonore (2), le Seigneur nous appelle à nous tourner vers lui (3) afin que nous puissions participer à son culte mondial. Israël n'a pas honoré le Seigneur comme il le devait. Il en va de même pour nous. Nous avons une invitation : "Implorez le Seigneur pour qu'il ait pitié de nous". Il a été bienveillant à notre égard. Il nous a donné son fils pour qu'il offre un sacrifice parfait en notre nom. Lorsque l'Esprit de Dieu ouvrira nos yeux, nous reconnaîtrons le privilège que représente l'adoration. Dieu changera le désir de notre cœur pour que nous voulions servir le Seigneur avec tout ce que nous avons !


18 views0 comments

Kommentare


bottom of page